Séminaire de théorie critique (2023-2024)

Ce séminaire d’élèves, organisé au sein du Département de Philosophie de l’ENS, se veut un lieu de discussion entre étudiants autour de nos propres recherches en théorie critique. Notre objectif est de présenter les multiples facettes de la théorie critique, afin de faire dialoguer des traditions qui se voient parfois qualifiées de la sorte tout en restant très coupées l’une de l’autre. Cela nous permettra de nous interroger sur la catégorie même de théorie critique.

Les séances commenceront par une présentation de 1h par un étudiant sur un sujet de son choix, pour faire place à 1h de discussion avec les présents. La participation est ouverte à toutes et tous. Comme vous le remarquerez dans le programme du semestre 1 ci-dessous, certaines séances sont encore libres. Si vos recherches portent sur ce domaine de la pensée et que vous désirez les présenter, sentez-vous libres de me contacter (gregor.brunner@ens.psl.eu).

Les séances auront lieu le mercredi de 18h à 20h en salle Pasteur (Pavillon Pasteur, 1er étage), environ une fois toutes les deux semaines.

 

Programme prévisionnel du semestre 2 :

31 janvier : “Adorno et Sève : perspectives marxistes sur l’individu” par Floé Riffaud

Après cinquante années de mouvement communiste international, le marxisme semblait s'être figé. Au contraire d'avoir empêché la montée du fascisme et renversé le capitalisme, le mouvement de l'émancipation universelle s'était renversée en un univers de subordination. Alors qu'un stalinisme bureaucratisé s'était fait un point d'honneur à mettre en avant la classe comme sujet d'une émancipation collective plutôt que la perspective individuelle, suspectée d'être une forme idéologique de la conscience petite bourgeoise, la découverte de ses horreurs imposait une rectification critique de la pratique. 
C'est dans ce contexte que s'inscrivent les projets théoriques de Sève et Adorno, par volonté de repenser l'individu avec Marx et contre un certain marxisme. Cette critique sociale s'articule bien sûr avec un travail de critique des sciences sociales, particulièrement de la scission intervenue entre sociologie et psychologie. C'est par ce biais que nous aborderons chez eux la réintégration du négatif à l'histoire entre abandon et renouvellement du politique.

14 février : “Impérialisme musical et décolonisation : pour une philosophie critique de la violence esthético-politique” par Ema Sakri-Guislard

28 février  séance reportée au 27 mars : “La Dialectique des Lumières : Adorno et Horkheimer lecteurs de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel ?” par Gregor Brunner

20 mars : “Benjamin et Marx” par Liza Rumiac Molla

3 avril : “La critique de Husserl conduit-elle au dépassement de l’idéalisme ? Adorno et la première phénoménologie dans les années 1930” par Thibault Daraigne

 

 

Programme du semestre 1 :

27 septembre : Introduction. Qu’est-ce que la théorie critique ? Par Gregor BRUNNER et Maël BIGOT

11 octobre : La pensée d’Axel Honneth. La théorie francfortoise est-elle encore critique ? Par Gregor BRUNNER

25 octobre : Jacques Rancière. La pensée critique sans l’émancipation ? (“La mésaventure de la pensée critique”, Le spectateur émancipé). Par Maël BIGOT

15 novembre : « J’veux me faire baiser par le son », Rosa, Wark, pour une phénoménologie critique de la danse en rave. Par Camilo Azael TRUJILLO DE RIVERO

Faire la fête pour s’amuser un coup ? Danser pour se défouler un peu? Puis reprendre le cours de la vie comme si de rien n’était. Si les temps de fêtes peuvent déstabiliser les ordres, telle une inversion carnavalesque des hiérarchies sociales, ce n’est que pour mieux les asseoir une fois les festivités terminées. Nos rapports économiques et sociaux ne sont pas fondamentalement remis en cause par le désordre. Alors, ce dernier se voit toléré par les institutions. Une fête cependant demeure intolérable. La rave party trouble notre compréhension de la fête. Elle trouble aussi le voisinage et les forces de l’ordre. Tapage nocturne, occupation clandestine, consommation de stupéfiants, la police traque les festivités. Souvent illicite et peu institutionnalisée, elle se veut dissidente. Marginale, elle s’oppose à un système qu’elle ne souhaite pas nourrir. Jonglant entre la critique de l’accélération sociale d’Hartmut Rosa et les récits des raves queer New-Yorkaises de McKenzie Wark, nous esquisserons les bases d’une phénoménologie critique. Autrement dit, je propose de lire le pouvoir subversif de la rave à même l’indiscipline des corps dansants.

29 novembre : Le jazz et la musique légère dans la philosophie de Theodor W. Adorno : une critique paradoxale. Par Cristina PARAPAR

En évoquant Musikalische Schriften I-VI de T.W. Adorno, Hans Klaus suggère que ses livres sur la musique ne sont pas à proprement parler des analyses musicales. Cela signifie que les réflexions musicales du philosophe de Francfort ont un noyau social précieux. En effet, la critique bien connue d'Adorno de la musique légère, du jazz et de l'industrie culturelle constitue l'un des nœuds centraux de sa critique du capitalisme, de la culture et de la société. Afin de comprendre la complexité de ce nœud, ou de ces constellations qui caractérisent la théorie critique d'Adorno, il est d'abord nécessaire de "dépathologiser" et de déconstruire certains des mythes qui entourent sa pensée. C'est pourquoi cette séance se propose d'étudier le cadre philosophique dans lequel s'établit l'"animosité" d'Adorno envers le jazz, une animosité qui en réalité n'en est pas une, mais un exercice dialectique visant à révéler les fissures du "tout non-vrai". Par conséquent, la critique immanente d'Adorno doit être comprise comme une tâche philosophique dont le but est de dévoiler le caractère idéologique et la fonction sociale de la leichte Musik depuis son expansion dans l'Europe de l'entre-deux-guerres jusqu'à son explosion aux États-Unis.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search