SLAC 2016-2017, séance 8. Une approche matérialiste de la poésie est-elle possible ?

La séance aura lieu à l’ENS Ulm (29 rue d’Ulm, salle 236), le vendredi 28 avril de 14h30 à 17h30. Elle est ouverte à tou-te-s.

La résistance romantique au capitalisme dans la poésie de Beckett selon une lecture matérialiste historique

Edward Lee-Six (Trinity College, Cambrigde)

Dès ses débuts, Beckett a suscité un discours critique anti-matérialiste. La récurrence du mot « pure » est symptomatique de cette volonté de dématérialiser Beckett : ainsi, Blanchot proclame que L’Innommable est « l’approche pure du mouvement d’où viennent tous les livres ». Cette caractérisation perdure aujourd’hui, aussi bien dans la New York Review of Books que chez l’anti-Blanchotienne Pascale Casanova. Certes, la purification de la littérature se dit la conséquence de l’anéantissement culturel post-1945, mais cette contextualisation n’évoque le matériel que pour le congédier aussitôt. Nous tenterons de dépasser cette approche par le biais d’une historicisation matérialiste de la poésie de Beckett, corpus qui serait l’apothéose de cette abstraction. Nous proposerons que, même dans les poèmes les plus laconiques, il y a une mobilisation sophistiquée d’une tradition lyrique, en l’occurrence la poésie romantique anglaise du début du XIXe siècle. Ce dialogue constitue, selon nous, une posture de résistance passéiste à la contemporanéité capitaliste, posture qui n’est jamais énoncée dans le contenu, mais mise en œuvre par la forme et le style. Le romantisme de Beckett n’est autre chose que la manifestation formelle d’une relation entre écrivain et mode de production partagée avec ses prédécesseurs romantiques. Or, comme le suggère l’apparence d’anachronie, il ne s’agit pas (que) d’une « contextualisation » des écrits de Beckett sous le signe du matérialisme, mais plutôt de passer d’une réflexion sur le mode de production social à une appréhension du poème lui-même comme produit – et non pas comme objet purifié, atome détaché apte à être consommé par le lecteur. Si le poème est un produit, c’est-à-dire participant à un processus de production, la voie d’une analyse matérialiste est indiquée, et nous demanderons (avec Raymond Williams dans son essai tardif sur « La Base et la superstructure ») «Comment est-il produit ?» et « Sous quelles conditions ? »

Produire «l’Internationale»

Chantal Dhennin-Lalart (ULCO, Lille)

Les parents de Pierre Degeyter sont des ouvriers belges ayant immigré à Lille pour y trouver du travail dans l’industrie textile. Lui-même, né le 8 octobre 1848 à Gand et mort le 26 septembre 1932 à Saint-Denis, est resté de nationalité belge. Son enfance et sa vie, si elles sont marquées par le monde ouvrier auquel il appartint, l’ancrent aussi dans l’univers urbain lillois. Pour preuve de son intégration dans cette communauté nordiste, a été inauguré en 1984 son géant processionnel, typique des fêtes locales. « Pierre Degeyter » est habillé d’abord avec la veste grise des ateliers ferroviaires de Fives où il fut manœuvre ; il porte, dans une seconde version datant de 2004, le bleu de travail de l’homme de peine ; depuis 2006, une nouvelle mise en service le montre comme le musicien compositeur de l’Internationale puisque sa silhouette bleue vient d’être agrémentée de deux attributs : un foulard rouge pour la lutte ouvrière et une partition de musique pour son travail de mise en musique du texte de L’Internationale écrit par Eugène Pottier en 1871.

La production de L’Internationale est donc le fruit de deux circonstances mises en parallèle, l’une, l’écriture en 1871, et l’autre, la musique, en 1888, qui ont abouti au chant désormais synonyme de révolution. Marc Ferro, dans L’Internationale : d’Eugène Pottier et Pierre Degeyter[1], évoque la force en marche de cette musique qui a donné, par son rythme, de l’allant aux défilés ouvriers français, européens et mondiaux qui ont marqué les mouvements protestataires depuis près de 150 ans. C’est l’hymne des travailleurs, le chant traditionnel du mouvement ouvrier. L’Internationale fut l’hymne national de l’URSS jusqu’en 1944, et est toujours l’hymne de la majorité des organisations socialistes de tendance marxiste, ou communiste.

Il est intéressant, à ce propos, de se pencher sur les circonstances qui ont présidé à la création de ce texte et de cette musique, de s’intéresser à l’évolution de leurs représentations et de voir les aspects présents encore véhiculés par cette production révolutionnaire.

[1] Marc Ferro, L’Internationale : d’Eugène Pottier et Pierre Degeyter, Paris, Noêsis, coll. « L’Œuvre », 1996, 108 p.

 

Lamartine et les poètes ouvriers

Alice de Charentenay (université d’Amiens)

Lamartine, acteur d’une révolution poétique, le romantisme, prend aussi part à une Révolution politique, la République. Si son statut d’aristocrate légitime ses prises de position dans l’un et l’autre champ, nous envisagerons la manière dont il soutient également les propos variés qu’il tient au sujet de ceux qui se situent à l’autre pôle de la société : les poètes ouvriers. La République des lettres est-elle une démocratie ?