SLAC 2016-2017, séance 7. Théorie et critique littéraires chez Sartre et les sartrien-ne-s

La séance aura lieu à l’ENS Ulm (45 rue d’Ulm, salle Celan), le vendredi 24 mars de 17h à 20h. Elle est ouverte à tou-te-s.

Sartre : intellectuel total ?

Quentin Fondu (EHESS / université de Bielefeld)

Cette introduction vise à aborder la place que Sartre a accordé à la littérature tout au long de sa trajectoire d’intellectuel. Ses écrits, qui oscillent en permanence entre prise de position d’un écrivain et prise de position d’un critique, renvoient peut-être à cette figure de l’« intellectuel total », que Bourdieu a défini comme étant celui « présent sur tous les fronts de la pensée, philosophe, critique, romancier, homme de théâtre » et qui retire alors des profits symboliques de ce multipositionnement. Mais, si Bourdieu a discrédité cette façon de « rassembler un ensemble de manières jusque là disjointes d’accomplir la fonction d’intellectuel », c’est peut-être pourtant grâce à elle que Sartre a pu formuler une théorie novatrice de l’engagement.

Engagement et poésie chez Jean-Paul Sartre

Anca Mihalache (ENS / Paris Sorbonne)

Un aspect négligé par la critique est l’attention que Sartre a accordé à la poésie. La  réflexion sartrienne confronte essentiellement la question de l’engagement. À travers ses études sur Mallarmé, sur Baudelaire, sur Ponge et d’autres poètes, Sartre décline cette question, qui évolue au fil du temps. Si dans Qu’est-ce que la littérature ? il opère une distinction nette entre la poésie et la prose, pensant la première comme étant incapable de s’engager, plus tard, avec « Orphée noir » par exemple, il va attribuer à la poésie un pouvoir indéniable de contestation, de transgression et de libération.

Existe-t-il une théorie beauvoirienne de la littérature ?

Tiphaine Martin (Université de Toulon)

Beauvoir, dite « Notre-Dame-des-Sartre », dite « la Grande Sartreuse », dite aussi « La Sartreuse de charme », a volontairement diminué son originalité philosophique. Il en est de même pour sa théorie de la littérature. Nous aimerions lui rendre justice. Tout d’abord, nous rappellerons les sources d’inspiration théorique de Beauvoir (Marx, Sartre, Dos Passos et les autres). Puis, nous analyserons les propos de Beauvoir sur la littérature (mémoires et conférence Clarté). Enfin, nous mettrons en relation ses propos et son œuvre.