SLAC 2016-2017, séance 6. Genres et types littéraires

La séance aura lieu à l’ENS Ulm (45 rue d’Ulm, Paris 5e), en salle Celan, le vendredi 24 février 2017 de 17h à 20h. Elle est ouverte à tou-te-s.

Pour sa sixième séance de l’année, le Séminaire Littéraire des Armes de la Critique, consacré cette année au rapport entre les genres littéraires, leur ancrage matériel, et le discours qu’ils tiennent, s’intéressera à la notion de type. Types, archétypes, ou stéréotypes se présentent ainsi comme des marqueurs génériques déroulant un récit propre à offrir autant de déclinaisons que de textes singuliers ; et parallèlement, ils mobilisent et relaient un discours apparemment figé voire doxique. Carrefour du récit et de l’idéologie, le type s’ancre également dans des sources historiques, sociologiques, ou plus généralement matérielles, qu’il reflète et permet à rebours de penser par la fiction. Cette séance s’intéressera donc particulièrement :

– au lien de codépendance entre genre littéraire et au personnage typique qu’il mobilise ;

– aux origines matérielles de ces types, aux fonctions discursives qu’ils assurent, et aux discours critiques tenus sur le type.

Introduction

Laélia Véron (ENS Lyon, IHIRM / Paris 3)

Cape, épée, cheval et bottes : qui suis-je ? Le héros de Cape et d’Épée, du stéréotype au personnage

Luce Roudier (ENS Ulm)

Le Cape et d’Épée est un cas tout à fait emblématique de la fixation à la fois générique, académique, axiologique et idéologique, que suscite le genre littéraire. En effet, toute catégorisation comme « de Cape et d’Épée » équivaut à une chute dans un sous-genre de la littérature populaire, autrement dit à un déni de valeur littéraire, à quelques exceptions que l’on sauve à cause du reste de leur œuvre (Théophile Gautier en étant le meilleur exemple).
Après un bref historique de la création non du genre en lui-même, mais de l’étiquette de ce genre, on s’attardera sur le lien entre cette étiquette générique, le contenu qu’elle suppose, et le contenu réel proposé par les romans. Dans la tension entre ces trois pôles, on pourra confronter la définition générique du Cape et d’Epée aux traditionnelles façons, instituées par la critique, de
définir un genre littéraire.
Le cape et d’épée étant le seul genre littéraire à être défini et nommé par un contenu concret, à savoir les attributs de son personnage principal, il entretient a priori des liens intimes avec le
stéréotype. Sans jeune homme fougueux, rapière au poing et plume au chapeau, point de roman de cape et d’épée ? On travaillera à la fois sur le contenu de ce stéréotype et sur sa réalité, en se confrontant aux textes : Alexandre Dumas, Théophile Gautier, Paul Féval, et Michel Zévaco seront conviés, mais aussi, moins connu, Amédée Achard, et, plus contemporain, Arturo Pérez-Reverte, pour voir comment la contemporanéité littéraire s’accommode de ce stéréotype censé être éculé depuis déjà bien longtemps.

Du genre du comics au type du super-héros : singularité culturelle ou nécessité historique ?

Siegfried Würtz (université de Bourgogne Franche-Comté)

Il est aisé, dans un contexte de sur-médiatisation et de recontextualisations incessantes d’oublier que le genre du comics super-héroïque, et donc le type du croisé extraordinaire qu’il mobilise, est à sa création le fruit d’une époque, d’une culture personnelle de ses premiers auteurs, de contraintes éditoriales et techniques précises. Nés de l’imagination d’enfants américains d’immigrés juifs, Superman ou Captain America n’apparaissent plus aujourd’hui que comme les symboles d’une Amérique triomphante, bien loin donc de leur fondement culturel dont l’influence se fait ressentir dans leurs histoires, ou d’une réalité économique qui ne permettait qu’à des migrants sans ressources de se satisfaire des médiocres salaires de l’industrie du comics des années 1930 malgré des délais de production toujours plus courts. Bien loin aussi de la dimension d’engagement politique de ces héros qui luttaient contre les fascismes européens quand le gouvernement américain refusait encore l’entrée dans la guerre.
Singularité culturelle, le super-héros était aussi la conséquence logique de l’évolution de l’industrie de la bande-dessinée, ses auteurs devant composer malgré les conditions de travail, la médiocrité du papier et des encres à leur disposition, de manière à transformer ces limites en possibilités pour un nouveau genre associé à un nouveau type.
Il s’agira dès lors de s’intéresser à la manière dont les origines matérielles du super-héros ont pu conditionner un certain type de discours, dont le personnage a été le porteur ou dont les critiques en ont fait le porteur, et l’évolution de cette construction idéologique en lien avec l’évolution des conditions de production et de développement du médium, malgré l’apparente platitude du personnage.

Types sociaux et genres romanesques durant la révolution culturelle nord- coréenne (1945-1950)

Benoît Berthelier (INALCO)

En 1945, libérée de la colonisation japonaise et placée sous administration soviétique, la Corée du Nord s’engage dans la construction d’un État socialiste et l’établissement d’une économie planifiée. Chargées de produire les conditions subjectives nécessaires au succès de cette révolution politique et sociale, la culture, et plus particulièrement la littérature, vont devenir un enjeu majeur. Afin de doter la paysannerie et le prolétariat urbain d’une conscience de classe en adéquation avec les projets de développement économique du jeune état nord-coréen, il incombe à la littérature de façonner et de diffuser de nouvelles identités collectives. Cette communication présente et interroge les représentations stéréotypées (la « typicalité » du réalisme socialiste) d’ouvriers et de paysans véhiculées par les deux principaux genres romanesques de l’époque, le roman de production industrielle et le roman paysan. Elle analyse en outre l’efficacité sociale de ces représentations en les reliant au cadre matériel de leur production et de leur consommation : campagne d’alphabétisation à l’échelle nationale, mise en place d’une infrastructure culturelle de masse et contrôle de la réception des textes à travers des séances de lecture supervisées par des agents du Parti.

Annexe : Nous signalons cet article d’Alix Bouffard et Laélia Véron intitulé : « De Marx à Balzac : Fondements théoriques d’une lecture marxiste de la Comédie humaine par Lukacs », qui éclaire les discussions de cette séance.