SLAC 2016-2017, séance 4. Constructions des genres illégitimes

La séance aura lieu à l’ENS Ulm (45 rue d’Ulm, Paris 5e), en salle des Résistant-e-s, le vendredi 16 décembre de 14h30 à 17h30. Elle est ouverte à tou-te-s.

Constructions des genres illégitimes

Dégradations de l’aventure au XVIIe siècle : l’exemple coupable de Clélie, de Mlle de Scudéry

Juliette Ciresa (ENS Ulm / Paris 3)

L’illégitimité du genre romanesque au XVIIe siècle est un fait avéré. Genre bas, lu et écrit sur le mode du plaisir coupable, le roman est alors accusé, au mieux, de légèreté, au pire, d’immoralité. Des quelque mille deux cents romans publiés au XVIIe, seuls quelques titres figurent dans les anthologies traditionnelles, qui tracent un grand vide entre L’Astrée et La Princesse de Clèves. Seuls les romans dont on peut dire, d’une manière ou d’une autre, qu’ils se détachent de l’aventure – soit en la dégradant, sur un mode comique, soit en narrant des faits plus sérieux et plus vraisemblables, historiques, psychologiques, sociaux – sont épargnés, dans la mesure où ils témoigneraient d’un certain progrès de l’art et partant, de l’humanité.
Il peut sembler curieux de s’intéresser à l’œuvre de Mlle de Scudéry, littérature galante destinée à la classe aristocratique, dans le cadre d’une étude des « mauvais genres ». Certes, Clélie n’a jamais été un roman populaire, mais ce roman, best-seller en son temps, publié en dix volumes de 1654 à 1660, et vite passé de mode, présente l’intérêt d’illustrer une crise de définition de la matière romanesque, au terme de laquelle l’aventure se désolidarise du roman, dégradée en littérature « de genre ».

Jouer et déjouer les genres illégitimes : l’exemple du Journal d’une femme de chambre d’Octave Mirbeau

Alice de Charentenay (Université de Picardie)

Le Journal d’une femme de chambre, d’Octave Mirbeau, est régulièrement analysé comme une condamnation de la forme romanesque, réputée moribonde en 1900. En rappelant ce contexte littéraire particulier, cet exposé montrera également que Mirbeau met en œuvre un travail sur les genres narratifs populaires afin de construire un positionnement singulier au sein du parti dreyfusard : celui d’un anarchiste contre le légitimisme littéraire.

Stratégies de délégitimation des genres « grand public » du XIXe siècle à nos jours : une continuité des discours critiques ?

Anaïs Goudmand (EHESS / UNIL)

L’intervention s’intéressera aux discours critiques portant sur les genres à destination du grand public dans le contexte des cultures médiatiques, qu’ils émanent du champ politique, journalistique ou académique. L’analyse de trois moments significatifs (la querelle du roman-feuilleton au XIXe siècle, la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse et la revalorisation actuelle des séries télévisées) permettra de mettre en valeur la continuité des stratégies de délégitimation.