SLAC 2015-2016, séance 8 : Séance libre (conclusion de l’année)

Mardi 10 mai 2016, 9h30-12h30.

ENS Ulm (45 rue d’Ulm, Paris), sous-sol du pavillon Pasteur.

La séance est ouverte à tou-te-s.

Communications

Tiphaine Martin (Paris 7) : De Marx au Deuxième Sexe : Simone de Beauvoir et les mythes littéraires

Simone de Beauvoir est la théoricienne majeure au XXème siècle de l’égalité des sexes. Dans son essai le plus célèbre, Le Deuxième Sexe, elle démontre comment la société créé l’infériorité des femmes, tant de manière juridique qu’au quotidien. Beauvoir analyse également les écrits des hommes, à la fin du tome 1 de son essai, dans la partie « mythes ».

Dans cette communication, j’aimerais explorer cette partie du Deuxième Sexe, afin de définir quelle théorie de la littérature s’en dégage : est-elle matérialiste, existentialiste, féministe ou les trois ?

Tout d’abord, je présenterai la structure et les postulats théoriques de cette partie, qui condense les parties consacrées à la biologie, au matérialisme historique, à l’anthropologie et à l’Histoire et qui ouvre sur de nouvelles analyses et approfondissements des mythes du féminin. Ensuite, j’examinerai le lien entre contenu et contenant : comment Beauvoir applique-t-elle ses théories dans les cinq chapitres consacrés à Montherlant, D. H. Lawrence, Claudel, Breton, et Stendhal ?

Enfin, je me pencherai sur la réception de cette partie par les critiques : qu’en ont-ils retenu et comment l’ont-ils analysée.

Sabine Savornin : Littérature et censure : le « pouvoir des mots » selon Butler

Judith Butler, connue pour avoir mis en évidence, notamment par l’étude de la figure du « drag », la « dimension construite et performative du genre », s’est aussi intéressée, dans la lignée de Austin et de Searle, au pouvoir performatif des mots. Quelle peut être l’ « agency » du langage ? Quelle « agency » les discours produits par la littérature et la censure peuvent-ils exercer sur les normes qui contraignent l’individu ?

Anna Colléoc (ENS / EHESS / Paris 4) : Le théâtre de Novarina : faire jouer le corps social