SLAC 2015-2016, séance 7 : L’efficacité sociale du théâtre

Mardi 12 avril 2016, 9h30-12h30.

ENS Ulm (45 rue d’Ulm, Paris), sous-sol du pavillon Pasteur.

La séance est ouverte à tou-te-s.

Communications

Quentin Fondu (EHESS) : Introduction
Clara Manco (Paris 4) : La Comédie de la Restauration anglaise : enjeux idéologiques et politiques ?
Guillaume Cot (Paris 8) : Fantasmes de l’efficacité politique du théâtre sous la Révolution française : fondements et réalité

« Si Figaro a tué la noblesse, Charles IX tuera la royauté ! »

Ces paroles attribuées à Georges Danton à propos de Charles IX ou La Saint-Barthélémy, pièce de Marie-Joseph Chénier, nous rappellent tout le pouvoir que les révolutionnaires français ont attribué au théâtre. La Révolution vient couronner un siècle où le théâtre est un média majeur, qui touche toutes les couches de la société française. La question théâtrale est donc un enjeu à part entière dans les débats politiques révolutionnaires. Oscillant entre liberté et censure, la Révolution a développé un rapport ambigu au théâtre, qui s’explique par les fantasmes véhiculés sur l’efficacité politique de ce dernier. Ces fantasmes sont à l’origine de diverses interdictions, comme la censure de L’Ami des Lois de Laya, ou de Paméla de Neufchâteau, mais aussi de la mise en place d’une politique culturelle propagandiste, par exemple avec la création d’un « théâtre par et pour le peuple » sous le régime conventionnel. Les fantasmes révolutionnaires sur le théâtre sont en partie fondés sur l’expérience concrète des troubles causés par le parterre pendant les représentations théâtrales du XVIIIème siècle. Cependant, ils surestiment et sous-estiment dans le même temps l’efficacité du théâtre, en ne s’intéressant qu’aux pièces ouvertement politiques, très minoritaires à l’époque, et en délaissant le répertoire du théâtre de divertissement, beaucoup plus important en termes de nombre de représentations, de succès, et d’impact politique réel.

Alexis Cauvin (Paris 3) : Actualité des positions critiques au théâtre, l’efficacité sociale en question

L’efficacité sociale du théâtre est moins un fait qu’une exigence. S’il est indéniable que le théâtre naît toujours d’un contexte social et qu’il le révèle tout à la fois, qu’à ce titre il lui arrive ponctuellement d’avoir un impact quantifiable sur ce contexte politique et social, c’est avant tout les stratégies qu’il développe en vue de cette fin peu effective qui méritent notre attention. Je souhaiterais exposer rapidement la distinction proposée par Bérénice Hamidi-Kim entre les différents modes d’engagement politiques du théâtre dans la situation actuelle, son travail constituant un état des lieux indispensable pour penser les questions d’efficacité sociale du théâtre. Cette classification faisant apparaître les limites inévitables de chacune des positions, j’aimerais dans un second temps proposer quelques pistes de réflexion pour envisager, sous l’influence principale de Jacques Rancière, des possibilités encore peu exploitées et étudiées pour le nécessaire renouvellement d’un théâtre aux prises avec les questions sociales qui l’environnent. Les démarches critiques semblant avoir mené chaque discipline qui s’en emparent (sociologie, philosophie, arts, etc.) au pessimisme caractéristique de la postmodernité, qui domine encore notre horizon, il paraît urgent de penser différemment l’articulation entre le discours critique, le médium qui le traduit, et une « efficacité sociale » moins fantasmée qu’efficiente.