LUNDI 23 MAI

Matière à penser

Controverses féministes autour du matérialisme

Invité : Maxime Cervulle

Le débat sur ce qui oppose ou rapproche le féminisme matérialiste du féminisme poststructuraliste a fait couler beaucoup d’encre et reste particulièrement vif. Alors qu’en France l’interrogation portait hier principalement sur les failles (théoriques, politiques ou stratégiques) identifiées par le point de vue matérialiste dans les travaux d’inspiration poststructuraliste, il semble aujourd’hui nécessaire de renverser le questionnement. En effet, si la constitution d’un « canon » du féminisme matérialiste a contribué à en stabiliser la définition dans le contexte français, c’est sans doute au prix de l’occultation d’une conflictualité sourde, mais néanmoins importante, relative à des conceptions diverses du matérialisme lui-même. Qu’ont pourtant en commun les féminismes marxistes, marxiens, poststructuralistes ou inspirés par le matérialisme culturel, si ce n’est de déployer des conceptions concurrentes de la démarche matérialiste ? Ce questionnement sur les hors-champs de la « méthode marxienne » qu’a empruntée Christine Delphy fait bien entendu écho aux troubles persistants liés aux échanges transatlantique et transmanche autour des questions féministes. Il s’agira donc, dans cette communication, de cartographier quelques-unes des lignes de fractures théoriques au sein du champ féministe français et anglophone. L’enjeu est notamment de repenser le rapport entre les féminismes matérialiste et poststructuraliste en dépaysant le débat, en partant des spécificités du contexte britannique, afin de donner à voir les implications d’une lecture de la tension entre les deux courants en terme de conflits de matérialisme.

Maxime Cervulle est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis et membre du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (EA 3388). Il est l’auteur de Dans le blanc des yeux. Diversité, race et médias (Éditions Amsterdam, 2013), le co-auteur de Cultural Studies. Théories et méthodes (Armand Colin, 2015) et de Homo exoticus : race, classe et critique queer (Armand Colin et INA, 2010). Il a récemment publié un ouvrage collectif, co-dirigé avec Patrick Farges et Anne Isabelle François, intitulé Marges du masculin. Exotisation, déplacements, recentrements (L’Harmattan, 2015)

Salle Paul Langevin, 29 rue d’Ulm, 75005 Paris

NB : Aucune lecture de texte n’est nécessaire pour cette séance. Par ailleurs, comme l’ensemble du séminaire, cette séance est ouverte à tou·te·s, sans prérequis.