Lundi 3 avril 2017

Lectures de textes de Marx

Le Capital, Livre I, Section IV, Chapitre XIII, «La machinerie et la grande industrie »

(Vincent Heimendinger)

Ce treizième chapitre est le dernier de la 4e section du livre I, consacrée à « la production de survaleur relative » : il s’agit donc toujours de comprendre comment le capitaliste peut augmenter la production de survaleur (et donc son profit), sans devoir allonger la journée de travail. Après avoir exposé les principes de la coopération et de la division du travail, Marx s’était attaché dans le chapitre précédent à comprendre les changements engendrés par la généralisation de la manufacture. Mais la « période manufacturière », prise dans ses contradictions, a laissé place à l’ère de la machine et de l’usine.

Dans ce chapitre, Marx entend prendre la mesure du bouleversement que constitue l’émergence de la machinerie et de la grande industrie : il s’agit d’abord de comprendre la nouveauté de la machinerie puis d’en étudier les effets, effets sur le travailleur et sur ses lieux de travail, mais aussi effets sur la nature même du travail et sur l’organisation sociale.

Ce chapitre est le plus long du livre, notamment parce qu’il regorge d’exemples tirés de l’histoire (principalement anglaise) du capitalisme : le commentaire tentera donc d’abord de mettre en évidence le déroulement logique du processus décrit dans le chapitre. Mais ce sera aussi l’occasion de revenir plus en détail sur certains points (concepts ou exemples historiques) évoqués par Marx au fil du texte.

La séance aura lieu de 18h à 20h en salle Théodule Ribot (salle « Prestige »), au rez-de-chaussée à gauche, au 29 rue d’Ulm.