lundi 23 janvier 2017

 

Les critiques épistémologiques libérales du marxisme

(Sina Badiei)

Le statut épistémologique précis de la critique marxiste du capitalisme est une des questions qui a suscité, dès le départ, beaucoup de débats non seulement parmi les marxistes, mais également parmi les penseurs libéraux. Parmi ces derniers, Böhm-Bawerk, l’un des fondateurs de l’école autrichienne d’économie, a développé une critique détaillée de la théorie de Marx. Il a ainsi influencé d’une manière significative deux penseurs libéraux très importants du 20ème siècle qui faisaient, tous les deux, partie de l’école autrichienne : Ludwig von Mises et Friedrich von Hayek. Dans cette séance nous nous concentrerons sur les critiques adressées par ces deux penseurs libéraux au marxisme. Étant donné que ces deux figures libérales ont exercé une influence très considérable au 20ème siècle et même aujourd’hui – le livre de Hayek, La route de la servitude, est considéré par Paul Ryan, le président de la Chambre des représentants des Etats-Unis, comme sa Bible, et le livre de von Mises, L’action humaine, est souvent considéré comme le livre d’économie libérale le plus important du 20ème siècle -, connaître les arguments qu’ils ont proposés est très important.

Dans la deuxième partie de cette séance, nous étudierons une autre critique adressée au marxisme par un des penseurs libéraux les plus importants du 20ème siècle, Karl Popper. La critique de Popper, formulée surtout dans son livre célèbre, La société ouverte et ses ennemis, vise ce que Popper considérait comme le caractère historiciste et historiste du marxisme. La critique de Popper a cependant un caractère bien différent de celle de Hayek et von Mises. Si les deux membres de l’école autrichienne critiquaient le marxisme pour défendre une économie du marché de type laissez-faire, Popper était à l’époque, et est resté jusqu’à la fin de sa vie, un partisan de l’intervention active de l’Etat dans la vie économique, préconisant ainsi ce qu’il appelait une politique économique interventionniste. Nous tenterons, face à ces critiques, de mobiliser les ressources épistémologiques marxistes susceptibles d’y répondre.

Bibliographie indicative:

Eugen Böhm-Bawerk, Zum Abschluss des Marxschen Systems (1898)
Ludwig von Mises, Le socialisme : étude économique et sociologique (1922)
Ludwig von Mises, L’action humaine : Traité d’économie (1949)
Friedrich von Hayek, La route de la servitude (1944)
Friedrich von Hayek, Scientisme dans les études sociales (1952)
Karl Popper, La société ouverte et ses ennemis (1945)
Karl Popper, Misère de l’historicisme (1957)
Nicolas Boukharine, L’économie politique du rentier (1914)
Simon Griffiths, Engaging Enemies : Hayek and the Left (2014)