Lundi 16 novembre 2015

 Lucien Goldmann (1913-1970) : Pour un marxisme humaniste

(Quentin Fondu & Laélia Véron)

Lucien_Goldmann

Lucien Goldmann (1913-1970) est un sociologue et philosophe roumain, exilé en Suisse puis en France à partir de 1945, où il mène des travaux d’épistémologie (Sciences humaines et philosophie, 1966), de sociologie de la littérature (en particulier sa thèse Le Dieu caché qui paraît en 1955, et Sociologie du roman, 1964) et une étude approfondie du marxisme et de son histoire (Marxisme et sciences humaines, 1970).

S’opposant vivement au stalinisme et à ce qu’il considère comme son avatar scientifique, le structuralisme mécaniste, Goldmann affirme la nécessité d’un lien dialectique entre engagement intellectuel et engagement politique. Il est alors amené à s’opposer aussi bien à l’École de Francfort, au structuralisme althussérien qu’à l’existentialisme sartrien – s’il revendique un marxisme humaniste, dans la lignée des travaux du jeune Lukács, il considère que Sartre échoue à dépasser une pensée et une méthodologie individualistes, aussi bien dans son système philosophique que dans ses analyses littéraires. Confronté, comme bon nombre d’intellectuels marxistes, aussi bien au stalinisme qu’à l’intégration (supposée) du prolétariat dans la société capitaliste, il cherche à tracer les bases d’un « réformisme révolutionnaire », qui permettrait selon lui d’actualiser la pensée marxiste.

A la suite de ses travaux sur Pascal et Racine, Goldmann tente de mettre en œuvre une méthodologie et un appareil critique marxistes spécifiques, attentifs à la fois à une perspective compréhensive et explicative, arbitrairement scindées dans la sociologie d’alors. S’opposant aux approches biographiques et psychanalytiques des phénomènes littéraire et intellectuel, Goldmann promeut une approche matérialiste, qui permettrait aussi bien d’appréhender les conditions de production des œuvres, que de repenser l’engagement et le rôle d’un sujet collectif transindividuel dans la lutte idéologique.

Singulièrement oublié de nos jours en France (alors que sa pensée est toujours vivace dans les milieux intellectuels engagés aux États-Unis et en Amérique Latine), Goldmann est non seulement une figure majeure du débat intellectuel de l’époque, dans lequel il occupe une place systématiquement originale, mais il a été également à l’origine d’une nouvelle approche pluridisciplinaire et marxiste de la culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *