Séance 3 – Gramsci face à l’idéalisme italien

Mercredi 23 octobre 2019, École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, salle des Résistants (premier étage, escaliers A et B), 18h-19h30. 

Ouvert à toutes et à tous sans inscription.

Dans les Cahiers de prison, le nom le plus cité n’est ni celui de Marx ni celui de Lénine, mais celui de Benedetto Croce ; le troisième, celui de Giovanni Gentile. Ces deux philosophes, les plus importants de l’idéalisme italien du début du XXe siècle, sont pourtant aujourd’hui presque inconnus en France aujourd’hui, y compris chez les lecteurs de Gramsci. On essaiera donc de voir quel est le contenu, mais aussi la signification de la longue confrontation que ce dernier engage en prison avec la tradition théorique auprès de laquelle il s’est formé : il s’agit en effet aussi bien de réaffirmer la validité du marxisme face aux attaques philosophiques dont il est l’objet que de se mesurer aux deux plus grands intellectuels italiens vivants, et plus précisément aux deux intellectuels majeurs de l’hégémonie bourgeoise. La volonté de Gramsci de structurer sa pensée est par conséquent largement une volonté d’égaler et de dépasser la pensée idéaliste italienne, afin d’ouvrir la voie à une nouvelle hégémonie.