Veille bibliographique #9 (Avril-Mai 2019)

Quelques ouvrages parus dans la deuxième quinzaine d’avril et début mai 2019 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Friedrich Engels et Karl Marx, La Sainte Famille ou Critique de la critique critique. Contre Bruno Bauer et consorts, réimpr. de la traduction d’Erna Cogniot présentée et annotée par Gilbert Badia et Nicole Meunier, Éditions sociales, coll. « Les essentielles », 2019, 264 p., 20 € [présentation en ligne]

« Marx et Engels se rencontrent en juillet 1844 et décident de rédiger un pamphlet contre leurs anciens amis jeunes-hégéliens pour en finir avec leur « vieille conscience philosophique ». C’est La Sainte Famille, ouvrage publié en février 1845.
Le point de vue critique qu’ils adoptent contre Bruno Bauer et les Jeunes hégéliens s’étend aussi à Eugène Sue, à Proudhon, et à d’autres figures de la modernité d’alors qui font l’objet d’une ironie acerbe et éclairée. Cet ouvrage constitue la première collaboration d’ampleur entre Marx et Engels, et donc une étape décisive de leur cheminement intellectuel commun. La Sainte Famille est un document exceptionnel sur l’état d’esprit de ces deux jeunes philosophes et publicistes qui affirment ici leur matérialisme et font leur premier pas vers le communisme. »

Alain Badiou, Méfiez-vous des Blancs, habitants du rivage, Fayard, coll. « Ouvertures », 2019, 64 p., 5 € [présentation en ligne]

De quoi, aujourd’hui, “migrants” est-il le nom ? Ce livre explore la direction de ce que le philosophe nomme le nouveau communisme, et le poète l’éthique du vivre monde.
«  Quel que soit l’intérêt qu’on porte à la conjoncture étroitement nationale du mouvement des gilets jaunes, tout comme à l’obstination méprisante du pouvoir en place, nous devons tenir ferme sur la conviction qu’aujourd’hui, tout ce qui importe vraiment est que notre patrie est le monde.
Ce qui nous ramène aux dénommés “migrants”. Il faut agir, bien évidemment, pour ne plus tolérer les noyades et les arrestations et la mise à l’écart pour des raisons de provenance ou de statut.  Mais au-delà, il faut savoir qu’il n’y a de politique contemporaine qu’avec ceux qui, venus chez nous, y représentent l’universel prolétariat nomade.
En convoquant les textes philosophiques et politiques, mais aussi les poèmes, je voudrais examiner l’état actuel de cette cause et explorer la direction de ce que le poète nomme l’éthique du vivre monde et que je nomme, moi, le nouveau communisme.  »

Collectif « engagée », Villes radicales. Du droit à la ville à la démocratie radicale, Eterotopia, coll. « À présent », 2019, 104 p., 10,50 € [présentation en ligne]

« En rapprochant les idées de Démocratie radicale et de Villes rebelles, ce livre a pour objet d’introduire et d’élaborer le concept de « Villes radicales ». Dans le cadre de l’ordre néolibéral, les villes sont des lieux de répression, d’injustice et d’exploitation. Par exemple, les « villes numériques » sont souvent des laboratoires d’ordre policier et de contrôle, de discrimination raciale et de violence étatique. En même temps, l’urbain représente un espace où se déroulent des luttes politiques et des pratiques émancipatrices. Depuis la mouvance traditionnelle anarchiste jusqu’aux mouvements sociaux du vingtième siècle, le domaine urbain peut être considéré comme un champ d’interventions, capable de produire des réseaux autonomes. Il n’est donc guère surprenant qu’aujourd’hui des citoyens, des activistes et des politiciens soient en train de reformuler un intérêt pour le gouvernement urbain et local. À travers l’Europe et même au-delà, nous pouvons observer de nouvelles formes de gouvernement au niveau local et général des villes, qui expérimentent des pratiques et des institutions démocratiques. »

Sergio Maurizio Lazzarato, Le capital déteste tout le monde. Fascisme ou révolution, Amsterdam, 2019, 184 p., 14 € [présentation en ligne]

« Nous vivons des temps apocalyptiques. Dans le magma des événements du monde, une alternative politique se dessine : fascisme ou révolution. Le fascisme, c’est ce vers quoi nous entraîne le cours de démocraties de moins en moins libérales, de plus en plus soumises à la loi du capital. Depuis les années 1970, celui-ci est entré dans une logique de guerre. Ainsi est-il devenu, par la puissance que lui confère la financiarisation, une force politique vouée à la destruction des liens sociaux, des individus, des ressources et des espèces.
Cette offensive fut rendue possible par la fin du cycle des révolutions. Mais tandis qu’elle s’opérait, les pensées critiques annonçaient la pacification des relations sociales et l’avènement d’un nouveau capitalisme, plus doux, plus attentif au confort des travailleurs. Aujourd’hui, des prophètes de la technologie nous vantent même une résolution de la crise climatique ou une sortie du capitalisme par les moyens du capital. Contre ces consolations illusoires et face au fascisme qui s’installe, il est urgent de retrouver le sens des affrontements stratégiques, de reconstruire une machine de guerre révolutionnaire. Puisque le capital déteste tout le monde, tout le monde doit détester le capital. »

Observatoire international de la crise, Le capitalisme face à son destin. Vers une nouvelle géopolitique, éditions Critiques, 2019, 166 p., 15 € [présentation en ligne]

« Les rivalités entre grandes puissances structurent désormais l’ensemble de la scène internationale. Entre guerre économique et conflits armés, il devient de plus en plus clair que nous entrons dans un monde multipolaire à l’avenir incertain. En rappelant les véritables causes de la crise systémique que subit le capitalisme depuis plusieurs décennies, les auteurs révèlent les impasses de notre économie et les tensions géopolitiques qui en découlent. Face à une puissance américaine entièrement dépendante des profits spéculatifs et incapable de relancer une production réelle de richesses, émergent alors des contre-modèles (Russie, Chine) qui, sans dépasser le capitalisme, sont susceptibles de précipiter sa chute. »

Jean-Marie Vincent, Critique du travail. Le faire et l’agir, préf. Alexander Neumann, éditions Critiques, 2019, 288 p., 19 € [présentation en ligne]

« Ouvrage clé du renouveau de la pensée critique marxiste en France, Jean-Marie Vincent [1934-2004] pose dans cet essai [1re éd. en 1992] les jalons d’une réflexion prenant toute la mesure de notre réalité sociale : technicisation, mécanismes de domination, crise de l’individu, perte de réalité de la politique.
Refusant tout aussi bien le marxisme dogmatique que l’éclectisme postmoderne qui nie l’apport des grands rationalismes dialectiques des XIXe et XXe siècles, Jean-Marie Vincent développe une relecture attentive de Lukács, Bloch, Habermas et Heidegger pour cerner leurs limites à penser la modernité. Il place au cœur de sa réflexion le processus de domination de la valeur sur l’ensemble des pratiques, dégageant ainsi une conception de l’agir libérée du productivisme. »

Jacques Rougerie, Eugène Varlin. Aux origines du mouvement ouvrier, éditions du Détour, coll. « Le devenir du passé », 2019, 224 p., 19,90 € [présentation en ligne]

« Jacques Rougerie nous livre une biographie passionnante d’Eugène Varlin, figure majeure des mouvements révolutionnaires du XIXe siècle et de la Commune de Paris en 1871.
Eugène Varlin (1839-1871) est l’une des personnalités les plus attachantes du mouvement ouvrier du XIXe siècle. Ouvrier relieur, il adhéra dès 1865 à l’Association internationale des travailleurs (1re Internationale) au sein de laquelle il défendit contre la majorité le droit des femmes à travailler et à une rémunération juste. Il fut un militant infatigable, Jules Vallès le décrivit ainsi : « Son activité était prodigieuse. Pendant des années, il se multiplia dans les associations ouvrières ; il fut l’âme de toutes les grèves, de toutes les manifestations. Son talent d’organisation se révéla dans toutes les créations auxquelles il prit part. » Ses dons de maître d’œuvre éclatèrent lors de la Commune où, au sein de la commission des finances, il coordonna le fonctionnement quotidien d’une ville assiégée de 2 millions d’habitants ! Défenseur de l’une des dernières barricades, arrêté, lynché, il fut fusillé le 28 mai 1871. Il avait 32 ans. Ce livre n’est pas seulement une biographie classique, mais aussi la chronique du développement du mouvement des sociétés ouvrières des années 1860 qui doit tant à Varlin. »

André Narritsens, CGT-CGTU (1934-1935). Vers la réunification. Sténogrammes des discussions, Delga/IHS-CGT, 2019, 25 € [présentation en ligne]

« La scission intervenue dans la CGT en 1921-1922 s’est prolongée jusqu’en mars 1936. Les années de division ont installé des fractures profondes qui ne seront réduites que dans le contexte de la formation d’un front antifasciste.
À l’automne 1934 des contacts entre la CGT et la CGTU sont établis et ouvrent une longue période de discussions au bout de laquelle les conditions politiques de la reconstitution de l’unité vont se concrétiser.
C’est ce débat que l’ouvrage présente en publiant les sténogrammes des sept rencontres qui précédèrent la réunification. Après une introduction consacrée aux débats sur l’unité dans la période de division, chaque sténogramme fait l’objet d’une présentation. La question des fractions politiques dans les syndicats est également abordée ainsi que les principales décisions prises à Toulouse en mars 1936 lors de la reconstitution de l’unité syndicale. Ainsi se trouvent réunis les matériaux essentiels d’un événement majeur de l’histoire syndicale nationale. »

Régis Ouvrier-Bonnaz, Pour lire Wallon sur l’orientation, postf. Bernard Prot, Éditions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2019, 254 p., 16 € [présentation en ligne]

« Les débats sur l’orientation scolaire et professionnelle ne cessent de nous ramener à des choix industriels sans jamais se soucier d’un développement social répondant aux attentes des hommes et des femmes concernés. Pourtant dès les années 1930 et tout au long de sa vie, Henri Wallon [1879-1962] s’est confronté en philosophe et en psychologue à ces questions en ouvrant des perspectives originales.
Régis Ouvrier-Bonnaz introduit à la compréhension d’une pensée foisonnante mais aujourd’hui méconnue en présentant sept textes, pour la plupart inédits, où Henri Wallon aborde les questions liées au rapport entre culture générale et professionnelle, entre développement de la société et développement individuel. Il montre qu’Henri Wallon favorise ainsi le développement d’une orientation qui permette à chacun et chacune d’analyser la réalité sociale pour en faire sa propre expérience et organiser les ressources nécessaires à la construction de ses choix scolaires et professionnels. »

Yvan Segré, La trique, le pétrole et l’opium. Sur la laïcité, la religion et le capital, Libertalia, 2019, 204 p., 10 €. [présentation en ligne]

« “La seule philosophie laïque du vivre ensemble qui paraît avoir fait ses preuves, c’est donc celle du marché, où la liberté d’acheter et de vendre est égale pour tous, l’argent n’ayant ni odeur, ni ethnie, ni confession. Serions-nous donc, une fois dissipée l’illusion d’un amour universel du prochain, condamnés à cette alternative : la solidarité identitaire ou l’individualisme marchand ?”
Dans deux méditations au rythme syncopé, l’auteur livre une analyse lucide et ironique des circonvolutions sur la religion et la laïcité dans le débat public. Et il en soulève le voile : la trique gouverne, l’opium égare, et le capital carbure au pétrole. Il est question de la France, du Moyen-Orient et du monde. Et des voies de l’internationalisme. »

Philippe Van Parijs, Yannick Vanderborght, Le revenu de base inconditionnel. Une proposition radicale, La Découverte, coll. « L’univers des possibles », 2019, 588 p., 26 € [présentation en ligne]

« L’idée de revenu de base inconditionnel est désormais au cœur des débats sur l’avenir de nos modèles sociaux. Elle consiste à verser à chacun un revenu régulier à titre individuel, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie. Diffusée en France à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017, elle avait été peu auparavant soumise à référendum en Suisse et a fait l’objet de plusieurs expérimentations à travers le monde.
Rédigé par deux spécialistes internationalement reconnus, ce livre offre la première synthèse systématique de la discussion aujourd’hui mondiale sur cette proposition radicale. Il explore ses origines historiques, discute les objections éthiques, économiques et politiques qu’elle soulève et jauge sa pertinence face aux défis écologiques et à la mondialisation. Il fournit un recueil d’informations fiables et d’arguments éclairants qui doivent être utiles à ceux qui plaident pour le revenu de base, mais aussi contre lui, en aidant à corriger les nombreuses erreurs factuelles et confusions conceptuelles que l’on trouve de part et d’autre.
L’ouvrage n’en constitue pas moins un plaidoyer engagé en faveur d’une idée qui vise à rendre notre société plus libre et notre économie plus saine. Il ne manquera pas d’enthousiasmer, ou du moins d’intriguer, toutes celles et tous ceux qui veulent que le monde de demain soit plus juste et comprennent que, pour cela, notre modèle de protection sociale doit être profondément réformé. »

Tom Thomas, Ville et capital, Jubarte, 2019, 91 p. 8 € [présentation en ligne]

« Les villes existent depuis longtemps. Mais pas les villes-mégapoles tentaculaires qui sont une caractéristique du capitalisme contemporain. Produits de ce capitalisme devenu sénile, elles en reflètent et accroissent les contradictions propres à son âge, en contribuant davantage à sa ruine qu’à son développement. Sans oublier qu’elles dégradent abominablement toutes les conditions de vie. Ce sont là des effets inéluctables, puisqu’ils ont leur cause dans un développement urbain qui n’est lui-même qu’une manifestation du développement automate du capital, bien plus que de libres choix de ses fonctionnaires, les capitalistes.
Cette formidable dégradation, ajoutée au fait qu’une masse toujours croissante de prolétaires, de plus en plus chômeurs ou précaires, y sont concentrés, fait de ces mégapoles des lieux essentiels de luttes très diverses et quasi permanentes, alors même que s’étiolent les vieilles luttes syndicales limitées aux rapports ouvriers-patrons dans les usines. Ces luttes « urbaines » sont l’amorce d’une lutte de classe révolutionnaire pour abolir le capitalisme, pour établir un processus de transformation radicale de l’organisation de l’espace ainsi que des rapports hommes-nature. À la condition de passer des luttes contre les effets ruineux de ces mégapoles à celles contre la cause de leur existence. »

ContreTemps n° 41, « Démocratie en crise », Syllepse, 2019, 192 p., 13 € [présentation en ligne]

« Contestation de la démocratie représentative, dénonciation de la 5e République, recours à d’autres formes de démocratie : directe, participative, tirage au sort plutôt qu’élection…
Toutes ces idées, hier encore confinées à d’étroits cénacles de réflexion, sont aujourd’hui descendues dans la rue. Invitation à les étudier et à en débattre sérieusement. Le dossier du présent numéro engage ce travail avec celles et ceux qui réfléchissent à ce qu’est la démocratie, à ce qu’elle devrait être pour se vouloir vraie, réelle, dynamique… Vaste chantier, où s’inscrit aux côtés des Gilets jaunes l’Athènes du 5e siècle. Et également, bien sûr, à l’heure du formidable soulèvement du peuple, la solidarité avec ce qui se passe présentement en Algérie. Également les questions posées par la crise que traverse le Venezuela.
L’art est abordé sous deux angles, à la réflexion pas si éloignés de la thématique de notre dossier : les arts et les soviets, d’une part, et la présence des femmes et hommes noirs dans la peinture française. »