Veille bibliographique #8 (Avril 2019)

Quelques ouvrages parus dans la première quinzaine d’avril 2019 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Alain Bihr, Le premier âge du capitalisme (1415-1763). Tome 2 : La marche de l’Europe occidentale vers le capitalisme, Page2/Syllepse, coll. « Histoire : enjeux et débats », 2019, 808 p., 30 € [présentation en ligne]

« Dans ce deuxième tome, l’auteur analyse les voies par lesquelles se poursuit et se parachève, du 15e au 18e siècle, la transition de l’Europe occidentale du féodalisme au capitalisme, sous l’impulsion de son expansion commerciale et coloniale outre-mer. Il souligne les formes nouvelles prises par l’activité commerciale et la circulation monétaire, la formation d’un protoprolétariat, le déploiement multiforme de la manufacture, les prodromes de l’industrie automatique, l’émergence des premiers marchés proprement capitalistes, la mise en œuvre des politiques mercantilistes qui encadrent et dynamisent l’ensemble des processus précédents. Mais loin de s’en tenir aux seuls aspects économiques de ce processus pluriséculaire, il en scrute tout aussi bien les facettes sociales, politiques et culturelles. L’ouvrage comprend donc aussi des développements consacrés à la transition d’une société d’ordres à une société de classes, à la contractualisation inégale des rapports sociaux, aux premiers pas de l’État de droit, le tout dans le cadre de monarchies qui se veulent absolues tout en étant déjà en proie, pour certaines, aux préludes des révolutions bourgeoises.
L’auteur examine donc, dans la foulée, ces révolutions culturelles majeures qu’ont été la Réforme, la Renaissance et les Lumières. Pour terminer, il relève l’importance de la formation d’un nouveau type d’individualité cultivant son autonomie, appelé à un bel avenir dans les âges ultérieurs du capitalisme. »

Silvia Federici, Le capitalisme patriarcal, trad. Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2019, 192 p., 15 € [présentation en ligne]

« Comment faire tourner les usines sans les travailleurs vigoureux, nourris, blanchis, qui occupent la chaîne de montage ? Loin de se limiter au travail invisible des femmes au sein du foyer, Federici met en avant la centralité du travail consistant à reproduire la société : combien couterait de salarier toutes les activités procréatives, affectives, éducatives, de soin et d’hygiène aujourd’hui réalisées gratuitement par les femmes ? Que resterait-il des profits des entreprises si elles devaient contribuer au renouvellement quotidien de leur masse salariale ? La lutte contre le sexisme n’exige pas tant l’égalité de salaire entre hommes et femmes, ni même la fin de préjugés ou d’une discrimination, mais la réappropriation collective des moyens de la reproduction sociale, des lieux de vie aux lieux de consommation – ce qui dessine l’horizon d’un communisme de type nouveau. »

Antonio Negri, Domination et sabotage. Sur la méthode marxiste de transformation sociale, trad. Davide Gallo Lassere, Jean-Paul Gasparian, Cannelle Gignoux et Matteo Polleri, Entremonde, coll. « A6 », 208 p., 8 € [présentation en ligne]

« Domination et sabotage (1977) est l’un des textes clés de la Séquence rouge italienne des années 1960-1970. Il constitue une intervention décisive, qui est, tant par sa portée théorique que politique, comparable à Ouvriers et capital de Mario Tronti. Contribuant à cette grande séquence d’insubordination ouvrière et sociale qui a culminé lors du « mouvement de l’Autonomie de 77 », Antonio Negri insiste sur la reconfiguration des potentialités de rupture avec l’ordre capitaliste dont est porteur le sujet de classe. « Refus du travail », « l’autovalorisation prolétaire est sabotage », etc. ; autant de mots d’ordre qui renvoient à l’émergence d’une nouvelle figure de la conflictualité sociale. »

Sergio Bologna, Giairo Daghini, Mai 68 en France, trad. Julien Allavena, Davide Gallo Lassere et Matteo Polleri, Entremonde, coll. « A6 », 2019, 148 p., 8 € [présentation en ligne]

« Cet essai sur Mai 68 – publié en juillet de la même année dans la revue Quaderni piacentini – a été écrit dans le feu de l’action, au milieu des barricades parisiennes. Devenu un classique, sa lecture des événements s’oppose aux interprétations alors en vogue dans la gauche, à la fois institutionnelle et révolutionnaire. Les auteurs, en analysant la révolte des étudiants et des travailleurs, ont en effet ignoré les schémas idéologiques du marxisme-léninisme, du maoïsme, de l’anarchisme, etc., en mettant en avant les catégories opéraïstes forgées dans les revues Quaderni rossi et Classe operaia.

Benjamin Bürbaumer, Alexis Cukier et Marlène Rosato (dir.), Europe, alternatives démocratiques. Analyses et propositions de gauche, La Dispute, 2019, 224 p., 22 € [présentation en ligne]

« Face à une Europe toujours plus austéritaire et antidémocratique, la gauche ne peut compter sur une réforme impossible de ses institutions et doit se préparer à une rupture radicale avec le carcan néolibéral imposé par les traités de l’Union européenne et par l’Union économique et monétaire. C’est la thèse que défend cet ouvrage collectif, issu des recherches d’un réseau européen universitaire et militant.
À partir d’une analyse détaillée des politiques conduites en Europe depuis la crise économique de 2008, ce livre examine les causes et les conséquences de la crise politique des institutions européennes, ainsi que les effets inégalitaires de l’intégration économique et monétaire pour le centre et les périphéries (de l’Est et du Sud) de l’Europe. Il propose des solutions concrètes en ce qui concerne notamment la dette, l’euro et l’emploi, afin d’opposer à la situation actuelle des alternatives réalistes, démocratiques et solidaires. »

Marcello Tarì, Il n’y a pas de révolution malheureuse, éditions Divergences, 2019, 200 p., 16 € [présentation en ligne]

« Cent ans après la révolution d’Octobre, dans la crise civilisationnelle actuelle, est-il encore possible de penser et d’envisager le communisme ? Oui, répond Tarì, à condition de repenser radicalement la tradition des mouvements révolutionnaires qui se sont succédés pendant un siècle.
Il confronte donc les différents mouvements sociaux contemporains : de l’insurrection argentine de 2001 à Occupy Wall Street, des Indignados au mouvement contre la Loi Travail, de la lutte du Val di Susa aux « printemps arabes ». L’auteur repère les moments et les contenus inédits et dissensuels, en s’inscrivant dans un héritage théorique, irrégulier et fragmentaire, tenu de Walter Benjamin à Giorgio Agamben. »

Lev S. Vygotski, Pensée et langage, trad. Françoise Sève, édition révisée 2019, La Dispute, 2019, 552 p., 40 € [présentation en ligne]

« Lev S. Vygotski (1896-1934) est le fondateur de la psychologie soviétique. Sa conception historico-culturelle inspirée de Marx et nourrie d’une très vaste culture fut mise sous le boisseau pendant toute la période stalinienne. Traduit aujourd’hui dans le monde entier, Vygotski est devenu une référence majeure en pédagogie, ainsi que pour celles et ceux qui, par-delà les réductionnismes de tout bord, cherchent à penser les activités humaines et à favoriser leur épanouissement à travers l’incessante dialectique de l’objectivité sociale et du sens subjectif.
Paru en 1934 en Union soviétique, Pensée et Langage, dernier livre de Vygotski, offre une vue panoramique sur son œuvre fulgurante. Inaccessible durant cinquante ans au lecteur français, il lui a été révélé en 1985 par la traduction – intégrale – de Françoise Sève.
Dès la création des éditions La Dispute, en 1997, nous avons rendu ce texte à la disposition des lecteurs. Régulièrement, ce livre a fait l’objet de réimpressions successives. En 2013, un hommage à sa traductrice Françoise Sève est venu compléter ce volume. La version 2019 a été intégralement révisée par Lucien Sève et Yves Clot, l’index mis à jour. »

Olivier Neveux, Contre le théâtre politique, La Fabrique, 2019, 320 p., 14 € [présentation en ligne]

« Un impératif politique pèse sur le théâtre public contemporain. Il est sommé de créer du « vivre ensemble » et de parler du monde. Le théâtre doit s’impliquer dans la réalité, la documenter voire la critiquer. Ce livre s’intéresse à la multiplication de ces spectacles citoyens ou engagés. Il tente d’en cerner les enjeux et, par là, de réfléchir au statut et au devenir de l’art par gros temps néolibéral. Non pas que la politique serait préjudiciable au théâtre ; Olivier Neveux prend le parti inverse : celui de la rencontre possiblement fructueuse des deux. « Contre le théâtre politique » signifie contre ce qui neutralise le théâtre et la politique dans le conformisme de leur alliance. L’ouvrage saisit l’occasion de spectacles contemporains, mais aussi l’histoire, pour réfléchir à la possibilité qu’ont les œuvres de porter quelques coups à la réalité de la domination tout autant qu’à la domination de la réalité. Des coups incomparables, propres à ce que seul le théâtre permet. »

Pier Paolo Pasolini, Entretiens (1949-1975), trad. Marie-Ange Patrizio, Delga, 2019, 340 p., 26 € [présentation en ligne]

« Ces entretiens, pour la plupart inédits en français, et édités par Maria Grazia Chiarcossi pour le public hexagonal, offrent un complément indispensable à la découverte de l’un des artistes majeurs du siècle passé et dont la profondeur de réflexion nous est devenue désormais indispensable, vitale.
On retrouvera les thèmes essentiels chers au poète italien, qui partent des recherches menées sur la langue et le style pour aboutir à la défense poétique de l’humanité ravagée par le néocapitalisme. On y lira aussi des réflexions sur marxisme et christianisme, sur son enfance, sur la révolte des étudiants de 1968 vue comme lutte interne à la bourgeoisie, sur son engagement communiste et humaniste, sur les ravages du développementisme au détriment du progrès. »

Christine Le Bozec, Les femmes et la Révolution (1770-1830), Passés composés, 2019, 220 p., 19 € [présentation en ligne]

« Il est courant d’affirmer qu’au XVIIIe siècle, les femmes étaient libres, pour ne pas dire libérées. Puis d’ajouter dans la foulée que la Révolution française les a privées de leurs droits. Pour illustrer ce propos, les protagonistes de cette représentation utilisent à l’envi l’argument des femmes tenant Salon. Au-delà de la question de la représentativité de ces salonnières, il y a là le souhait de discréditer les années révolutionnaires. Toutefois, il ne suffit pas de se cantonner dans l’impressionnisme d’une telle hypothèse.
Christine Le Bozec procède donc à un état des lieux de la condition féminine à l’époque des Lumières, avant d’envisager leur implication et leur rôle au cours de la Révolution française, puis de conclure sur l’Empire et la Restauration. Ses conclusions sont novatrices : le seul moment où le groupe femme (et non de rares individus) a réellement pris la parole, s’est fait écouter en investissant l’espace public, furent les années 1789-1795 ; années de conquête de droits chèrement et âprement acquis, puis difficilement conservés, avant que Bonaparte ne commence à les rogner et que la Restauration ne les supprime. »

Enfin les éditions Bleu autour publient trois ouvrages consacrés à Louise Michel :

Louise Michel, La Révolution en contant. Histoires contes et légendes, textes réunis et présentés par Claude Rétat, Bleu autour, 2019, 560 p., 32 € [présentation en ligne]

« Ce que le lecteur va découvrir, ce n’est pas seulement un corpus de fictions, de récits, de scénarios dont il ne soupçonnait pas l’étendue, mais à quel point « conter » est ici névralgique, pour Louise Michel (1830-1905) et dans sa fin de siècle. Aujourd’hui encore, par un préjugé tenace, la Louise Michel qui écrit ne peut être qu’un auteur d’histoire : on oublie l’écrivain. Or il faudrait au moins ajouter un “s” à “histoire”. Si le vainqueur écrit l’histoire ou pense l’écrire, le vaincu écrit des histoires – si vraies qu’elles s’élaborent en légende – pour exprimer l’autre côté, le souterrain, l’utopie, ce qui n’est pas encore, la Révolution. Chez elle, le rêve et l’action ne font qu’un, l’histoire et l’imaginaire résonnent. Et quel imaginaire ! Amie du symbole et du frisson, Louise Michel puise en romantique dans le tréfonds légendaire pour l’infléchir : Haute-Marne dont elle était native, monde kanak où elle fut déportée, Bretagne qui la fascine, Paris glauque de la fin du XIXe siècle, même veillée ! Ses contes sont peuplés de vrais ogres, de Barbes Bleues de chair et de sang, tel Gilles de Rais; ce sont des contes de la puanteur, de la dévoration, de la nécrophilie, de la consommation de chair plus ou moins fraîche ; ce sont des mondes qui s’engloutissent… mais aussi des mondes qui s’éveillent, des harmonies de la nature et des cosmogonies. Les uns sont connus, comme les légendes kanak, ou méconnus, comme Le Livre du Jour de l’An, pour les enfants (jamais réédité) ; d’autres, retrouvés sur les manuscrits ou dans la presse du temps, sont inédits. Rigoureusement présentés et annotés par Claude Rétat, ils sont ici réunis pour la première fois. Cessant d’être épars et cloisonnés, ils peuvent communiquer et nous parler. »

Claude Rétat, Art vaincra ! Louise Michel, l’artiste en révolution et le dégoût du politique, Bleu autour, 2019, 272 p., 15 € [présentation en ligne]

« Connaît-on bien Louise Michel ? La célèbre communarde, la fameuse anarchiste, la Grande Citoyenne (1830-1905), oui. Mais l’écrivain et l’« artiste en révolution » ? L’inventrice du « clavier d’outre-rêve », d’un méga-orgue, d’une harpe aux nerfs vivants, de concerts cosmogoniques, l’amie du symbole et du frisson ? Mais l’Insurgée immergée dans l’art total, qui veut recréer le monde et la beauté, synonyme pour elle de révolution, antithèse du politique ? Puisant à des sources méconnues, s’appuyant sur des textes et images inédits, Claude Rétat, au rebours des clichés réducteurs, nous ouvre un point de vue neuf sur Louise Michel chez qui le rêve et l’action, l’artiste et la révolutionnaire ne font qu’un : l’histoire et l’imaginaire entrent en résonance. »

Eloi Vala, Louises, les femmes de la Commune, Bleu autour, 2019, 160 p., 28 € [présentation en ligne]

« Alphonsine, Rosine, Louise, Rosalie, Séraphine, Eulalie, Paule… couturière, ouvrière mécani­cienne, institutrice, lavandière, giletière, écrivaine… et ambulancière, cantinière, pointeuse d’artillerie, combattante… fusillée, emprisonnée, déportée… et salie, humiliée, oubliée…
Les femmes de la Commune ont élevé le cœur de l’idéal des hommes de la Commune. Dès le 18 mars, premier jour de la révolution parisienne, au son du tocsin, les femmes et les enfants de Montmartre s’opposent vivement à l’enlèvement des canons de la butte par la troupe, obtiennent des soldats (“vous ne tirerez pas sur le peuple !”) la fraternisation avec la foule, entourent les soldats, arrêtent les chevaux, coupent les harnais… Privées du droit de vote et de représentation, elles ne participeront pas aux délibérations de la Commune. Organisées dans les comités d’arrondissement, les clubs, l’Union des femmes pour la défense de Paris et les soins aux blessés, elles vont bousculer le paternalisme gouailleur de leurs compagnons révolutionnaires en réclamant la fin de l’exploitation, la part égale à travail égal, l’affranchissement de tous… Ce livre, chronique poétique en images, rend hommage aux Louises, citoyennes de la Commune qui ont voulu « considérer les douleurs générales de l’humanité comme rentrant dans la cause commune des déshérités » (Louise Michel). »