Veille bibliographique #7 (mars 2019 – 2)

Quelques ouvrages parus dans la deuxième quinzaine de mars 2019 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871, écrits rassemblés et présentés par Michèle Audin, Libertalia, 2019, 488 p., 18 € [présentation en ligne]

« Consultez l’histoire et vous verrez que tout peuple comme toute organisation sociale qui se sont prévalus d’une injustice et n’ont pas voulu entendre la voix de l’austère équité sont entrés en décomposition ; c’est là ce qui nous console, dans notre temps de luxe et de misère, d’autorité et d’esclavage, d’ignorance et d’abaissement des caractères, de pervertissement du sens moral et de marasme, de pouvoir déduire des enseignements du passé que tant qu’un homme pourra mourir de faim à la porte d’un palais où tout regorge, il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines. »

Eugène Varlin, ouvrier-relieur, est l’une des grandes figures de l’Association internationale des travailleurs, élu de la Commune de Paris en 1871, assassiné à la fin de la Semaine sanglante. Tous ses écrits retrouvés à ce jour (articles, proclamations, lettres), connus ou moins connus, sont présentés dans ce livre. L’ensemble constitue comme une autobiographie de l’Internationale en France, à la fin du Second Empire, et met en lumière les ouvriers boulangers, mineurs, ciseleurs, ovalistes qui luttent pour changer la vie.

Léon Trotsky, Marx, Buchet-Chastel, coll. « Les Auteurs de ma vie », 2019, 256 p., 14 € [présentation en ligne]

« 1939. Léon Trotsky vient de fonder la Quatrième Internationale, mais le fascisme triomphe et il sera bientôt minuit dans le siècle. Réfugié au Mexique où il sera assassiné par les agents de Staline l’année suivante, Trotsky livre avec cet essai sur l’actualité de la pensée de Marx l’un de ses derniers textes. »

Arno Münster en collaboration avec Fabio Mascaro Querido, Le marxisme “ouvert” et écologique de Michael Löwy. Hommage à un intellectuel “nomade”, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2019, 182 p., 19 € [présentation en ligne]

« On peut dire tout ce qu’on veut sur Michael Löwy et son attachement inébranlable au romantisme révolutionnaire, au messianisme utopique des penseurs juifs libertaires d’Europe centrale et à la révolution en Amérique latine. Une chose est certaine : son principal mérite est d’avoir articulé une sociologie critique très orientée vers les déterminants socio-économiques de la conscience des classes sociales (très influencée par Max Weber et Karl Mannheim) avec une philosophie marxiste de la praxis dont le but est toujours l’émancipation des classes exploitées et opprimées par le capitalisme. Porteur d’une espérance émancipatrice, écosocialiste, il a fait sien le mot d’ordre de Rosa Luxemburg « socialisme ou barbarie ».

Stephen A. Smith, Et la voie fut tracée… Les débuts du mouvement communiste en Chine (Shanghaï – 1920-1927), Les Nuits rouges, 2019, 452 p., 17,50 € [présentation en ligne]

« Comment faire une révolution prolétarienne quand la classe ouvrière ne constitue qu’une faible minorité ? C’est cette aporie que tentèrent de résoudre en ces années 1920 le petit Parti communiste chinois et derrière lui la Comintern, majorité stalinienne et opposition trotskiste confondues. Partant de ce constat, Stephen Smith retrace le parcours du PCC depuis sa fondation jusqu’à son effondrement provisoire en avril 1927, sous les coups de son allié Chiang Kai-Shek, le chef de l’armée du Guomindang. Historien du travail, l’auteur de Pétrograd rouge décrit les rapports entretenus par les communistes avec les ouvriers, accordant une attention particulière aux liens de toute sorte (selon l’origine régionale, le métier, les affiliations aux sociétés secrètes, le clientélisme, etc.) qui entravaient leur organisation dans la grande métropole chinoise. Il s’intéresse aussi à l’action des mafias, actives en matière de marchandage ouvrier, troupes de choc du patronat, ainsi que de Chiang, lors du massacre des communistes, décrit avec quelques exagérations par Malraux dans sa Condition humaine. Porteur d’une grande valeur documentaire, le livre retrace les efforts du Parti pour mener les grèves, fonder des syndicats et se préparer à prendre le pouvoir. Mais cela, il ne le fera que plus tard, appuyé cette fois sur la paysannerie. »

Jean-Yves Guengant, Nous ferons la grève générale. Jules Le Gall, les anarchistes et l’anarcho-syndicalisme à Brest et en Bretagne, éditions Goater, coll. « Mémoires immédiates », 2019, 256 p. 18 € [présentation en ligne]

« Dans la Bretagne de la première moitié du XXe siècle, les anarchistes ont pu créer à Brest et Lorient de véritables enclaves libertaires. Jules Le Gall (1881 – 1944), militant ouvrier à l’arsenal de Brest, puis libraire, en devient la figure la plus connue. Il s’attire de violentes attaques de ses adversaires, qui le surnomment le « camelot » de l’Anarchie. Fondant le groupe libertaire brestois, il veut créer une Maison du Peuple, qui saura allier la force de la revendication à la beauté de la culture. Le théâtre devient un moyen de divertir et d’éduquer le peuple. Après la guerre, pacifiste convaincu et militant internationaliste, il se bat pour le droit d’asile pour les anarchistes espagnols et italiens. Son grand combat sera la création d’un comité de défense des anarchistes américains, Sacco et Vanzetti. Il accueille également Nestor Makhno à Brest en 1927. La guerre d’Espagne sera son dernier combat, le prélude à un conflit généralisé, qu’une seconde fois, les militants révolutionnaires n’auront pas pu empêcher. Dénoncé en 1941 auprès des Allemands comme anarchiste et franc-maçon, il sera arrêté, et décède au camp de Buchenwald en juin 1944. « Oublié » dans l’euphorie de la victoire et effacé de la mémoire ouvrière.
Son histoire est une histoire de solidarité et d’amitié. Autour de lui, un cercle d’amis prend vie : Victor Pengam, le syndicaliste, promoteur du cinéma militant et des « pupilles » de la CGT, René Lochu, et ses amis de la Maison du Peuple. »

Victor Collet, Nanterre, du bidonville à la cité, Agone, coll. « Mémoires sociales », 2019, 432 p., 22 €. [présentation en ligne]

« Trente années de discours sécuritaires ont consacré un regard dépolitisé, sinon racial, sur les classes populaires. Les supposées « Trente Glorieuses » continuent d’être contées comme une période de progrès social sans équivoque. Trente ans d’habitat provisoire et de gourbis sordides en banlieue, d’asphyxie au charbon et de saturnisme restent largement ignorés. Quant aux années 1968, elles sont ravalées au rang de révolte culturelle et sexuelle. Les années rouges sont souvent méconnues par les militants eux-mêmes, qui préfèrent se souvenir des luttes anticoloniales ou contre la ségrégation outre-Atlantique. Oubliés, les grèves ouvrières et immigrées, l’usine et un parti communiste omniprésents, le christianisme social, l’anti-impérialisme et l’antifascisme, les premiers collectifs de défense contre la surexploitation et le logement indigne des travailleurs et familles immigrés.
De l’époque de la guerre d’Algérie aux années 1980, les bidonvilles de Nanterre symbolisent la condition immigrée en France, de même que le long et difficile chemin qui mène leurs habitants vers les sinistres cités d’urgence et de transit, puis finalement vers la « cité » HLM. De l’entrée des premiers militants chrétiens dans les bidonvilles jusqu’à la naissance des mouvements menés par les immigrés eux-mêmes, en passant par l’engagement des gauchistes de la faculté toute proche, ce livre est une histoire de rencontres et de luttes. »

Andy Merrifield, Metromarxisme. Un conte marxiste de la ville, trad. Julien Guazzini, préf. Xavier Boissel, Entremonde, coll. « Métro », 2019, 348 p., 22 €. [présentation en ligne]

« Métromarxisme s’attache à l’expérience de la ville, et plus précisément à la relation tumultueuse qu’elle entretient avec la critique sociale : de Marx et Engels à David Harvey et Marshall Berman, en passant par Walter Benjamin, Henri Lefebvre, Guy Debord ou Manuel Castells, c’est à une flânerie ou une déambulation métropolitaines qui interrogent le capitalisme que nous convie l’ouvrage d’Andy Merrifield. Construit à partir de chapitres monographiques et biographiques évoquant chacune de ces figures, Métromarxisme est ainsi une introduction à la critique marxiste de l’urbanisme : articulant une approche de la ville qui insiste sur sa centralité quant au développement du capitalisme à une autre qui la pense comme lieu par excellence des révolutions et mouvements sociaux, le livre propose une traversée de ce que la tradition marxienne a pu défendre comme conception de la condition urbaine. Un véritable « conte marxiste de la ville », en quelque sorte. De Manchester à Los Angeles, de Paris ou Berlin à New York et Londres, c’est bien d’un même phénomène qu’il s’agit de rendre compte : celui de l’espace de la métropole comme champ de bataille opposant les logiques de la domination à celles de l’émancipation. »

Stefan Kipfer, Le temps et l’espace de la (dé)colonisation. Dialogue entre Frantz Fanon et Henri Lefebvre, Eterotopia, coll. « Rhizome », 2019, 264 p., 21 € [présentation en ligne]

« Depuis des années, les théories urbaines marxistes et les courants anticoloniaux ont démontré le rôle central de l’aménagement du territoire et des politiques coloniales dans le développement du capitalisme. Le défi de Stefan Kipfer est de montrer comment ces deux dynamiques s’articulent et s’incarnent dans les stratégies étatiques “contre-révolutionnaires” et les processus d’urbanisation globale, fracturée, hétérogène et avec des temporalités plurielles. Ce livre, composé de textes modifiés et actualisés datant de la période entre 2004 et 2018, propose un dialogue entre les critiques de Henri Lefebvre et celles de Frantz Fanon. Ce dialogue veut contribuer à l’analyse des aspects néocoloniaux des processus d’urbanisation, qu’il s’agisse des espaces métropolitains (Paris) ou bien des réseaux et des infrastructures qui lient d’autres espaces urbanisés dans le monde (Les Antilles françaises et les périphéries canadiennes). L’auteur s’interroge aussi comment les interventions urbaines postfordistes – incluant la planification de la diversité et de la mixité sociale – ont répondu en partie aux luttes de la période de «1968». Il s’agit aujourd’hui de retracer, dans les transformations urbaines capitalistes, les stratégies néocoloniales et le racisme d’État. »

Jean-Loup Amselle, A chacun son Marx ou les mésaventures de la dialectique, Kimé, coll. « Philosophie en cours », 2019, 136 p., 16 € [présentation en ligne]

« Ce livre est une autobiographie intellectuelle du rapport mouvementé et inconstant de l’auteur au marxisme ainsi qu’à un événement qu’il n’a pas vécu, Mai 1968. Il s’agit d’un ouvrage de souvenirs, agrémenté de réflexions plus contemporaines issues de son métier d’anthropologue. L’idée générale qui y est développée est que la pensée de Marx appartient à tous ceux qui s’en réclament. Source d’inspiration et d’émancipation pour comprendre les impasses de la situation politique et intellectuelle actuelle et tenter d’y échapper, elle n’est en aucun cas un dogme intangible. La fidélité à la pensée de Marx suppose donc, dans une perspective dialectique, son propre dépassement.
Jean-Loup Amselle, anthropologue, est directeur d’études à l’EHESS. Il a effectué ses enquêtes de terrain au Mali, en Côte-d’Ivoire et en Guinée sur les Peuls, les Bambaras et les Malinkés. Tout en s’inspirant d’une problématique marxiste, il en a dégagé une approche critique et déconstructiviste de l’identité, de l’ethnicité et du métissage allant à l’encontre du primitivisme anthropologique et des idées post et décoloniales. »

Pierre Kropotkine, Agissez par vous-mêmes, Av.-pr., trad. et notes Renaud Garcia, Nada, 2019, 240 p., 18 € [présentation en ligne]

« À quoi pourrait ressembler une révolution anarchiste à l’échelle d’un pays ? C’est la question à laquelle tente de répondre dans cet ouvrage, inédit en français, Pierre Kropotkine (1842-1921), géographe, explorateur, militant et théoricien du communisme anarchiste. L’auteur y expose les grandes lignes du programme antiautoritaire et les bases du fonctionnement d’une société libertaire appliquées à l’Angleterre où il réside alors.
En dépit des changements économiques, politiques et sociaux, les propositions de Kropotkine, à plus d’un siècle de distance, restent des pistes d’une grande actualité. Agir par, et pour, soi-même, sans intermédiaire et dans la solidarité, constitue sans aucun doute, encore et toujours, la voie à suivre pour parvenir à l’émancipation. »

Élisée Reclus, L’évolution, la révolution et l’idéal anarchique, Introd. John Clark, Lux, coll. « Instinct de liberté », 2019, 186 p., 10 € [présentation en ligne]

« C’est la seule œuvre pleinement développée de Reclus dont l’objet est strictement politique ; elle contient quelques-unes de ses discussions les plus soutenues au sujet du développement historique, de la nature de l’anarchisme et de la domination. Une large partie du travail de Reclus est consacrée à la critique des diverses formes de domination : les dangers d’un pouvoir d’État centralisé, les méfaits de la bureaucratie étatique, les périls du nationalisme, la manière dont l’autoritarisme, le centralisme et la représentation minent les mouvements révolutionnaires et détruisent les révolutions. L’amour intense de l’humanité qu’éprouve Reclus a pour corrélat une foi profonde dans “un autre monde”, pas seulement “éventuel”, mais qui doit avec évidence être créé aussi rapidement que possible. » – John Clark, extrait de l’introduction

George Woodcock, L’anarchisme. Une histoire des idées et mouvements libertaires, trad. Nicolas Calvé, Lux, coll. « Instinct de liberté », 2019, 544 p., 22 € [présentation en ligne]

« Écrit dans les années 1960 puis revu et augmenté en 1989, ce livre monumental offre le récit de l’une des plus grandes aventures des XIXe et XXe siècles, celle de l’anarchie. Woodcock y raconte le mouvement, ses victoires, ses défaites, mais il y expose surtout les idées des principales figures qui ont façonné la pensée libertaire, de William Godwin à Emma Goldman. Au-delà de l’engagement intellectuel, politique et moral de ces personnages historiques plus grands que nature, L’anarchisme brosse un portrait vivant de leur combat et des profonds idéaux de liberté qui n’ont jamais cessé de l’animer.
Considéré aujourd’hui comme un classique de l’histoire de l’anarchisme et pourtant traduit ici pour la première fois en français, L’anarchisme expose les perspectives d’une aspiration partagée aujourd’hui par un nombre toujours grandissant de personnes éprises de justice et d’autonomie. »

« La planification aujourd’hui », Actuel Marx, n° 65, PUF, 2019, 225 p. 25 € [présentation en ligne]

Au sommaire : Une théorie marxiste de la planification est-elle possible ? (G. Fondu) – La planification centrale et ses alternatives dans l’expérience des économies socialistes (B. Chavance) –  La planification chinoise à l’ombre du capitalisme d’état (N. Sperber) – Marx, la démocratie et la planification économique (P. Devine) – Transformations de long terme dans l’évaluation des politiques publiques. D’une planification politique à une légitimation scientifique (F. Jany-Catrice) – Planifier à l’âge des algorithmes (C. Durand et R. Keucheyan) – Une planification écologique et sociale : un impératif ! (L. Desprès) – De la guerre d’usure à la stratégie du chaos : une histoire sociale de la planification de la guerre (C. Wasinski) – Itinéraire et rencontres avec Marcuse, Lukács, Adorno (N. Tertulian)…

« Réinventer la lutte contre la finance », Revue Mouvements, n° 97, La Découverte, 2019, 192 p., 16 € [présentation en ligne]

« Comment lutter contre l’hégémonie que les grands investisseurs financiers exercent sur les États, sur les entreprises, sur les individus ? Contre le sentiment d’impuissance et les dénonciations pessimistes, Mouvements rassemble dans ce dossier une série de mobilisations réussies et de stratégies prometteuses. Des campagnes de désinvestissement des énergies fossiles aux lanceurs d’alertes, du coopérativisme aux investissements subversifs, des mouvements d’endettés à l’économie des communs, des agences de notation alternatives à la réinvention des comptabilités d’entreprise… des savoir-faire s’affinent, des failles à élargir apparaissent, des coalitions se forgent qui offrent autant de perspectives militantes et politiques à la lutte contre le capitalisme financier. »