Veille bibliographique #6 (mars 2019 – 1)

Quelques ouvrages parus dans la première quinzaine de mars 2019 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya, Nancy Fraser, Féminisme pour les 99%. Un manifeste, trad. Valentine Dervaux, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 128 p., 12 € [présentation en ligne]

« Logements inabordables, salaires de misère, systèmes de santé inexistants ou dysfonctionnels, catastrophe climatique, rejet des migrant·e·s, violences policières… on entend peu les féministes s’exprimer sur ces questions. Pourtant, elles ont un impact majeur sur la vie de l’immense majorité des femmes à travers le monde.
Les grèves des femmes qui se multiplient aujourd’hui en Argentine, en Pologne, aux États-Unis ou ailleurs s’emparent de ces problématiques et témoignent du fait que les revendications féministes ne sont pas isolées de celles d’autres mouvements. Et c’est tout l’enjeu de ce manifeste, inspiré par ces nouveaux mouvements féministes : face à un système néolibéral qui concentre toutes les aliénations, injustices et inégalités et instrumentalise certaines luttes sociales pour servir ses velléités impérialistes et engranger le plus de profits possible, le féminisme doit repenser son agenda théorique comme militant.
Trois des organisatrices de la Grève internationale des femmes s’engagent ainsi avec ce manifeste pour un féminisme véritablement inclusif, capable de faire converger l’anticapitalisme, l’antiracisme, l’écologie politique, l’internationalisme et l’anti-hétérosexisme : un féminisme pour les 99 %. »

Nous rappelons que le séminaire « Lectures de Marx » organise le vendredi 12 avril (18h, ENS) une conférence avec Tithi Bhattacharya, l’une des auteures du Féminisme pour les 99%. Militante féministe et marxiste – l’une des organisatrices de la Grève internationale des femmes le 8 mars 2017 – et professeure d’histoire à Purdue University (Indiana), Tithi Bhattacharya est une figure importante de la théorie de la reproduction sociale.
Plus de précisions à venir sur la conférence. Mais dès maintenant, pour faciliter son organisation, nous vous demandons de vous inscrire en envoyant un mail à l’adresse : lecturesdemarx@gmail.com.
Événement Facebook : https://www.facebook.com/events/938441303213018/.

Friedrich Engels et Karl Marx, Correspondance. Tomes 1 et 2 (1835-1851), trad. Gilbert Badia et Jean Mortier, nouvelle préface Jean Quétier, Les Éditions sociales, coll. « Les Essentielles », 2019, 1040 p., 40 €. [présentation en ligne]

Un reprint des éditions de 1968 et 1969. Les deux premiers tomes de la Correspondance, traduite et éditée par Gilbert Badia et Jean Mortier, sont rassemblés en un seul volume et préfacés par Jean Quétier.
Ces tomes indisponibles depuis plusieurs années reparaissent alors qu’est annoncée pour l’automne 2019 la parution du volume 13 (1875-1880). L’édition de cette correspondance avait été arrêtée à la fin des années 1980. Elle reprend donc.

Fabio Frosini, De Gramsci à Marx. Idéologie, vérité et politique, trad. Fabien Trémeau, éditions Critiques, 2019, 208 p., 18 € [présentation en ligne]

« À partir d’une lecture approfondie et minutieuse des Cahiers de prison, Fabio Frosini se propose de relire les œuvres politiques de Marx en inscrivant ses pas dans ceux de Gramsci. Sans se résoudre à faire du marxisme une théorie parmi d’autres, l’auteur élabore une dialectique marxiste reposant sur les notions de traductibilité des langues, d’hégémonie et de rapports de force. Lisant Marx comme l’aurait fait Gramsci, il nous montre un penseur immergé dans la lutte politique, un penseur qui ne se pose jamais comme « théoricien » et encore moins comme « auteur ». Gramsci rend possible l’équivalence entre idéologie et vérité. La fusion de ces deux notions nous conduit à retrouver le noyau de la pensée de Marx dans l’unité de l’histoire et de la politique. »

Georg Lukács, Le délire raciste, ennemi du progrès humain, trad. Jean-Pierre Morbois, éditions Critiques, 2019, 112 p., 10 € [présentation en ligne]

« Écrits à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ces articles nous livrent les réflexions historiques de Lukács face aux premiers témoignages des camps d’extermination. À l’aube de la guerre froide, le grand intellectuel hongrois analyse aussi la situation idéologique et politique d’un monde se recomposant autour de deux blocs antagonistes. Traduits pour la première fois en français, ces articles nous montrent un Lukács tirant les leçons de la tragédie qui ravagea l’Europe, et demeurant conscient que la fin du conflit mondial ne signifie pas la fin du fascisme. »

Ludivine Bantigny, Révolution, Anamosa, coll. « Le Mot est faible », 2019, 104 p., 9 € [présentation en ligne]

« Alors que le mot « révolution » sert à vendre à peu près n’importe quoi et n’importe qui, ce livre fort et joyeux montre comment il a été domestiqué par tous les pouvoirs depuis le XIXe siècle et comment, en le prenant de nouveau au sérieux là où il veut dire quelque chose, il est possible de renouer avec ce que la révolution révèle justement, avec la puissance et la promesse imaginatives de ses processus.
“La révolution, dans son mouvement même, produit des rêves et des idées. Elle porte en elle des volontés de solidarité, d’association et de coopération : l’aspiration à une vie bonne, plus juste et plus humaine – sans négliger sa beauté et le plaisir qu’elle inspire. Elle change les critères de référence : non plus le marché mais le partage, non plus la concurrence mais la solidarité, non plus la publicité mais l’art par et pour chacun, non plus la compétition mais le commun. En cela, elle redonne du sens à ce qui n’en avait plus et du désir quand il s’était perdu.” »

Deborah Cohen, Peuple, Anamosa, coll. « Le Mot est faible », 2019, 80 p., 9 € [présentation en ligne]

« Le mot “peuple” sert aujourd’hui à tout mais n’est plus nulle part. Nombreux sont ceux qui s’en réclament ou bien qui prétendent le défendre contre les populismes. Incisif et décapant, ce livre change la perspective ; il montre la nécessité de réinventer des mobilisations qui se passent à présent du mot et se méfient du mythe.
“Je fais partie du peuple”, “je veux défendre le peuple”, “les gens, c’est le peuple ” : les dernières élections présidentielles ont vu plusieurs candidats, retrouvant des accents déjà anciens, prendre possession du mot. Certains, dénonçant la montée du populisme, opposent désormais la nécessité de ne pas abandonner le peuple à tous ces détournements. Mais le mot, fétichisé, est sans doute plus trompeur que jamais. S’agit-il de parler d’une entité nationale douée de souveraineté, de décrire une catégorie de femmes et d’hommes formant la ” classe populaire ” ou de mobiliser, toujours avec un brin de nostalgie, le symbole un peu vite unifié des révoltes venues d’en bas ?
Avec force, Déborah Cohen, en historienne convaincue que les mots ne font pas que désigner le monde mais qu’ils le construisent, pose ici le problème tout autrement. Il n’est plus temps, selon elle, de s’en tenir à reconquérir le mot peuple. Ce qu’il faut c’est se demander ce qui nous manquerait vraiment à l’abandonner. En montrant que les luttes d’aujourd’hui se livrent sans recourir aux mots hérités du passé, elle invite à saisir le peuple, ni mythe ni entité en soi, là où il est, dans les mobilisations qui le font vivre à présent. »

Simone Weil, Force et malheur, La Tempête, 2019, 15 € [présentation en ligne]

“Quoi qu’il me soit plusieurs fois arrivé de franchir un seuil, je ne me rappelle pas un moment où j’aie changé de direction”

La philosophie de Simone Weil, véritable recherche de la sagesse, ne sépare pas la pensée de la vie. Ce recueil de textes permet de suivre l’évolution et la cohérence de son parcours existentiel et politique. Née en 1909, elle s’engage très tôt dans l’opposition syndicaliste-révolutionnaire et formule une critique originale du marxisme. Son expérience de la condition ouvrière en 1934 et de la résistance durant la guerre lui inspire une théorie de la force et du malheur. La force supprime l’humain et transforme l’homme en chose. Le malheur détruit l’âme, rend muet et entrave la pensée comme l’action.
En refusant de détourner le regard de cette violence, Simone Weil se livre à une méditation dont la puissance et la profondeur éclairent l’obscurité de notre époque. »

Denis Guénoun, Trois soulèvements. Judaïsme, marxisme et la table mystique, Labor & Fides, coll. « Lignes intérieures », 2019, 144 p., 16 € [présentation en ligne]

« Denis Guénoun se livre à un essai d’autobiographie spirituelle. Il tente de caractériser trois sortes de liens qui ont marqué son existence. D’origine juive par sa famille, marxiste par formation et par choix, Denis Guénoun n’a cessé, depuis l’enfance jusqu’à la maturité, d’entrer en dialogue intense avec le christianisme. À chacune de ces trois dimensions de son histoire, il reste profondément fidèle, mais chacune fait lever en lui une interrogation critique. II n’esquive pas la considération des errements historiques, des fautes, des chutes. Mais dans chaque cas, l’effort pour porter un regard lucide n’amoindrit pas la fidélité : au contraire, elle paraît s’en nourrir. Circulant entre tensions et failles, sans syncrétisme ni éclectisme, le livre voit ainsi se dégager dans ces Trois soulèvements quelque chose comme une source commune, une histoire partagée, une résonance intime. Récit et réflexion se croisent, pour proposer une méditation sur une vie de notre temps : disparate et affamée d’unité. »

Ulrike Meinhof, Tout le monde parle de la pluie et du beau temps. Pas nous (Textes choisis et présentés par Karin Bauer), les éditions du Remue-ménage, 2019, 200 p., 19 € [présentation en ligne]

« “Nous y sommes ! Tout le monde recommence à parler de la pluie et du beau temps ! Ce que l’on juge apolitique, c’est l’oppression presque entièrement internalisée des femmes, une oppression qui demeure absolument incomprise.” (Ulrike Meinhof, 1968)
Les mouvements de contestation des années 1960-1970 exercent encore aujourd’hui une réelle fascination, en particulier auprès de jeunes militants qui y trouvent un écho à leurs propres questionnements. Cette sélection de textes d’Ulrike Meinhof révèle, par-delà les mythes entourant la terroriste de la bande à Baader, les qualités d’écriture et la cohérence d’une pensée critique qui s’élabore au fil de ces chroniques parues de 1960 à 1968. »

Murray Bookchin, Pouvoir de détruire, pouvoir de créer. Vers une écologie sociale et libertaire, trad. Helen Arnold, Daniel Blanchard et Renaud Garcia, L’Échappée, coll. « Versus », 2019, 204 p., 18 € [présentation en ligne]

« Raréfaction des ressources, extinction des espèces, dérèglement climatique : la nature est en crise. Le mouvement écologiste l’est tout autant : ses idées, privées de leur tranchant, ont été détournées par les gouvernements et les industriels pour tenter de retarder le désastre tout en générant de nouvelles sources de bénéfices.
Dans un tel contexte, la pensée de Murray Bookchin, qui en appelle à un changement de vision globale, se révèle essentielle : on ne pourra pas faire disparaître la domination de l’humain sur la nature sans éliminer celle de l’humain sur l’humain. L’écologie doit donc se faire sociale si elle veut s’attaquer aux causes profondes des bouleversements actuels, que sont la production et l’échange pour le profit, le gigantisme urbain et technologique, et l’assimilation du progrès aux intérêts des entreprises.
Les textes réunis ici, majeurs dans l’œuvre de Bookchin, exposent son écologie sociale, dans sa théorie comme dans sa pratique « municipaliste libertaire », qui passe par la démocratie directe et la reprise en main de nos conditions d’existence. Ils déploient aussi toutes les implications éthiques et même esthétiques de ce projet politique, depuis la respiritualisation du travail jusqu’à l’établissement d’une nouvelle sensibilité et d’une nouvelle façon de vivre, un apprentissage continuel de la vertu et de la décence pour résister à la corruption sociale, morale et psychologique exercée par le marché et son égoïsme débridé. »

Christian Laval, Pierre Sauvêtre et Ferhat Taylan (dir.), L’alternative du commun, Hermann, coll. « Colloque de Cerisy », 2019, 470 p., 27 € [présentation en ligne]

« Ces dernières années, on observe dans les pratiques comme dans les réflexions théoriques une véritable « explosion » du thème du « commun », devenu une référence centrale pour de multiples foyers d’expérimentations politiques et économiques (mouvements altermondialistes et écologistes, défense des services publics, résistances paysannes, coopératives, expérimentations numériques collectives). Avec une vitesse rare pour une notion nouvelle, le commun s’est mondialement imposé en tant que grand concept politique de ce début de XXIe siècle. Il admet pourtant des acceptions fort différentes, parfois contradictoires. Cet ouvrage, issu d’un colloque de Cerisy, est consacré aux enquêtes et terrains permettant d’éclairer les enjeux théoriques, pratiques et historiques de ce concept, ainsi qu’aux propositions stratégiques qui en font aujourd’hui le principe de l’alternative au capitalisme. »

Revue Temps libre, numéro 1, 2019, disponible en ligne : https://pouruntempslibre.org/revue/

Ce numéro, qui dédie l’essentiel de son propos à une analyse critique de la société capitaliste et des moyens de sa subversion, regroupe l’ensemble des réflexions théoriques élaborées par ses membres depuis maintenant 2016, ainsi que quelques (brèves) interventions dans l’espace publique.

Revue Iconoclasia. Investigaciones sobre y desde Marx, numéro 1, septembre 2018 (disponible à Paris aux librairies Cienfuegos et Le Point du jour)

« Con el mayor júbilo y satisfacción, el Grupo Pólemos – Investigaciones en Teoría crítica, organización estudiantil autogestionada, entrega al público lector el primer número de Iconoclasia, una revista de publicación anual, cuya natural inclinación “sobre y desde Marx” la extiende y distribuye por los distintos campos del saber: la política, la filosofía, el arte, y las ciencias. Su concentración y permanente búsqueda es la crítica teórica de la sociedad. Es éste un primer número especial, no solo por ser el primero de un proyecto de largo aliento, sino por incluir artículos de autores invitados así como trabajos seleccionados de los dos primeros coloquios “Karl Heinrich Marx” realizados en la Universidad Nacional Mayor de San Marcos, en el 2014 y 2017. »
Avec des articles d’Antonio Romero, Carlos Rovar, Paola Gentile, Carlos Lamas, Juan Pablo Rojas, Ricardo Milla, Ernesto Ruiz-Elredge, Frederico Lyra, Tadas Zaronskis, Sara Minelli, Agnès Grivaux, Gilles Marmasse, Anselm Jappe, Christoph Menke, ainsi qu’un entretien avec Vivek Chibber.