Veille bibliographique #4 (décembre 2018-janvier 2019)

Quelques ouvrages parus en décembre 2018 – janvier 2019 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Alan Grey, Dans l’atelier du monde : les luttes de la classe ouvrière britannique 1780-1914, Les Bons caractères, coll. « Éclairage », 2018, 144 p., 8,20 € [présentation en ligne]

« Tout au long du XIXe siècle, au cœur d’une Angleterre triomphante dont la production envahit la planète, la bourgeoisie accumule des fortunes sans précédent sur le dos d’une nouvelle classe sociale, le prolétariat, qui mêle hommes, femmes et enfants. C’est dans cet atelier du monde que Marx et Engels forgent leur critique du capitalisme et participent aux premiers pas du mouvement ouvrier. Si les travailleurs de Grande-Bretagne parviennent, au prix de luttes acharnées, à arracher quelques droits, jamais le pouvoir des capitalistes ne sera menacé. Comment les gentlemen de la City ont-ils réussi à neutraliser les dirigeants syndicaux et politiques du mouvement ouvrier ? Comment les socialistes révolutionnaires ont-ils milité pour tenter d’arracher les prolétaires au piège de la collaboration de classe ? C’est cette histoire, méconnue en France, du mouvement ouvrier britannique que cet ouvrage vise à retracer. »

Michael Löwy, Rosa Luxemburg, l’étincelle incendiaire, Le Temps des cerises, 2018, 220 p., 12 € [présentation en ligne]

« En janvier 1919, Rosa Luxemburg était assassinée, avec Karl Liebknecht, par les Corps-Francs, et son cadavre était jeté dans le Landwehrkanal. Un siècle plus tard, que reste-t-il de la pensée et de l’action de celle qui avait lancé le mot d’ordre « Socialisme ou barbarie » ? Dans ce livre, Michael Löwy réunit des essais sur certains aspects de l’œuvre de Rosa Luxemburg qu’il juge méconnus ou d’une singulière actualité dans la perspective d’une refondation d’une espérance émancipatrice : l’internationalisme, sa conception ouverte de l’histoire, (contre un certain « déterminisme » et contre la conception positiviste du progrès), l’importance pour elle de la démocratie dans le processus révolutionnaire, et aussi, l’intérêt qu’elle portait aux sociétés précapitalistes, du « communisme primitif ». »

Jean-Paul Sartre, Situations, tome V (Mars 1954 – avril 1958), Gallimard, coll. « Blanche », 2018, 544 p., 35 € [présentation en ligne]

Nouvelle édition revue et augmentée par Arlette Elkaïm-Sartre en 2018

« La guerre d’Algérie, qui débute en novembre 1954, amène Sartre à réfléchir sur la colonisation, la décolonisation, le terrorisme, la torture et la censure. Au cours des années suivantes, il continue à s’interroger sur le communisme, sans pour autant délaisser les arts. Il publie une préface à un ouvrage de Cartier-Bresson, « D’une Chine à l’autre», un article pour la revue de la galerie Maeght sur la peinture de Giacometti, un premier fragment d’une importante biographie existentielle consacrée au Tintoret. Enfin, en 1958, avec la préface au Traître, l’auteur de La nausée trace un portrait en miroir de son ami et collaborateur des Temps Modernes, André Gorz. »

Dimitri Manessis et Guillaume Roubaud-Quashie (dir.), Empreintes rouges : nouvelles perspectives pour l’histoire du communisme français, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2018, 240 p., 22 € [présentation en ligne]

« C’est une « nouvelle histoire » du communisme en train de se faire que propose cet ouvrage, à partir des empreintes laissées par la mouvance communiste sur la société française. Il en étudie les acteurs dans une approche sociale de l’histoire politique, ou plus globale mêlant internationalisme et construction de réseaux. Il traite également des questions théoriques et culturelles : stratégie, propagande, organisation. Enfin, une équipe d’archivistes et de documentalistes présente plusieurs échantillons substantiels des ressources à la disposition des chercheurs. »

Rolande Pinard, L’envers du travail : le genre de l’émancipation ouvrière, Lux, coll. « Humanités », 2018, 392 p., 22 € [présentation en ligne]

« Dans l’histoire du travail, les femmes ont joué un rôle méconnu, voire ignoré, par la plupart des historiens et sociologues. Quelques historiennes, au cours des dernières décennies, se sont employées à pallier ce manque. Se nourrissant de leurs travaux, Rolande Pinard propose ici une analyse sociohistorique de l’activisme des travailleuses ayant contribué, dans le mouvement ouvrier, à élaborer le sens social-politique du travail. Richement documentée, cette recherche soutient que, de leur solidarité initiale avec les travailleurs, les travailleuses ont progressivement été marginalisées dans les formes de syndicalisme qui ont suivi. En bout de ligne, l’émancipation par le travail a quasi exclusivement été le lot des hommes, qui ont bénéficié des institutions (comme le syndicalisme) construites par les luttes ouvrières, sociales et politiques.
Soulignant l’aspect pluridimensionnel de la formation de la classe ouvrière, Rolande Pinard rappelle que comprendre le travail d’un point de vue critique implique de tenir compte de ses différents agents à travers les périodes historiques de transformation du capitalisme. »

Josepha Laroche, Les marxistes dans la théorie des conflits internationaux, L’Harmattan, coll. « Chaos international », 2018, 346 p., 35 € [présentation en ligne]

« Cet ouvrage est consacré aux principaux théoriciens marxistes. Il s’attache à montrer, dans une première partie, comment les pères fondateurs et les premiers théoriciens marxistes (Marx, Engels, Lénine, Trotsky, Kautsky, Luxembourg, Liebknecht, Jaurès, Bernstein, Bauer) ont abordé la domination mondiale du capitalisme, et quelles approches ils ont élaborées sur la paix et la guerre. Dans une seconde partie, l’auteur traite de l’Ecole de la dépendance (Celso Furtado, André Gunder Frank, Fermando Henrique Cardoso) et des néomarxistes (Immanuel Wallerstein, Robert Cox, Stephen Gill, Eric Hobsbawm) pour évaluer les travaux critiques qu’ils ont menés sur les partages violents du monde. »

Martin Angba Amon, Praxis révolutionnaire et dialectique, guerre et émancipation chez Karl Marx, Tome 1, Edilivre, 2018, 292 p., 24,50 € [présentation en ligne]

« Le projet marxiste de transformer la société capitaliste fondée sur l’exploitation et la réification de l’Homme, par une violence radicale qu’il théorise sous le concept de guerre révolutionnaire, engage la problématique d’une nouvelle forme d’institution du social. La praxis révolutionnaire est confrontée à une contingence essentielle qui tiendrait à la fois à la complexité des situations, mais aussi à l’essence même du politique en ce qu’il tient de l’illusion et de la méconnaissance. En tant qu’action, elle comporte à la fois un risque d’échec matériel et dans la perspective révolutionnaire, un risque d’échec éthique. L’incertitude se trouve dans la rencontre du devoir-être social, c’est-à-dire la justice sociale et la réalité que la praxis veut transformer. »

Christian Bromberger, L’extraordinaire destin de Milda Bulle : une pasionaria rouge, Creaphis, coll. « Poche », 2018, 128 p., 12 € [présentation en ligne]

« Qui est donc Milda Bulle ? Bien oubliée, elle fut pourtant une des -figures exceptionnelles de la révolution russe et des débuts du régime soviétique. Partie d’un hameau de Courlande, en Lettonie, devenue militante puis combattante, armes à la main, lors de la guerre civile dans le Caucase, passée par l’Iran pour y enfiévrer une révolution, gradée (avec le titre de kombrig, équivalent à général de brigade), décorée, apparatchik dans les organes du pouvoir à Moscou, féministe, oratrice, auteure d’ouvrages de propagande, promotrice de la culture, de deux théâtres et d’un opéra, dans la République de Bachkirie, Milda fut, en 1938, victime des purges staliniennes.

Pourquoi donc s’intéresser à Milda, pasionaria rouge ? Son histoire, fascinante par bien des aspects, ne s’inscrit pas dans la lignée des récits biographiques habituels. Elle n’est pas une femme célèbre, ancrée dans la mémoire de ses « pays » et descendants, dont les exploits ou les recoins de la vie personnelle ont laissé de nombreux témoignages et des traces encore visibles. Il ne s’agit pas non plus d’une de ces anonymes, à l’existence banale, dont le parcours sans relief révèle ou reflète l’air du temps, un quotidien toujours si difficile à saisir. S’agirait-il alors d’un personnage émouvant dont on pourrait suivre avec empathie les accidents de l’existence ?

La vie tumultueuse de Milda suscite des sentiments contradictoires : admiration pour ses engagements au seuil de la vie adulte, compassion pour sa fin tragique mais aussi aversion pour sa docilité et son allégeance au pouvoir soviétique. Sa destinée hors du commun porte la marque des soubresauts de l’histoire. »

Hao Ren, Zhongjin Li, Eli Friedman, La Chine en grèves : récits de résistance ouvrière dans « l’Atelier du monde », Acratie, 2018, 260 p., 15 € [présentation en ligne]

« En Chine, les luttes ouvrières progressent aussi rapidement que son PIB, même si ce fait est encore peu rapporté par les médias occidentaux qui présentent les travailleurs de ce pays comme soumis et fatalistes. Fondé sur des entretiens menés par des militants indépendants des syndicats officiels auprès de travailleurs en lutte, cet ouvrage de sociologie pratique livre quantité d’informations sur les formes de la résistance ouvrière aux conglomérats capitalistes, chinois ou étrangers, et augure des développements formidables qu’on peut en attendre dans un proche avenir. En ceci, il intéressera les militants ouvriers et socialistes authentiques du monde entier qui n’ont perdu confiance dans les potentialités de l’autonomie ouvrière, le capitalisme testant dans l’ancien Empire du Milieu et actuel « Atelier du monde » des méthodes d’exploitation de la force de travail qu’il ne tardera pas à imposer partout. »

« Archéologie du passé, mélancolie du présent – I », Cahier du GRM, n° 13, 2018  [disponible en ligne]

« La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?
L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM [Groupe de recherches matérialistes] est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.
Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent. »
Dossier dirigé par Andrea Cavazzini et Antoine Janvier.

James C. Scott, Homo Domesticus : une histoire profonde des premiers États, La Découverte, 2019, 302 p., 23 € [présentation en ligne]

« Aucun ouvrage n’avait jusqu’à présent réussi à restituer toute la profondeur et l’extension universelle des dynamiques indissociablement écologiques et anthropologiques qui se sont déployées au cours des dix millénaires ayant précédé notre ère, de l’émergence de l’agriculture à la formation des premiers centres urbains, puis des premiers États. C’est ce tour de force que réalise avec un brio extraordinaire Homo domesticus. Servi par une érudition étourdissante, une plume agile et un sens aigu de la formule, ce livre démonte implacablement le grand récit de la naissance de l’État antique comme étape cruciale de la « civilisation » humaine. Ce faisant, il nous offre une véritable écologie politique des formes primitives d’aménagement du territoire, de l’« autodomestication » paradoxale de l’animal humain, des dynamiques démographiques et épidémiologiques de la sédentarisation et des logiques de la servitude et de la guerre dans le monde antique. Cette fresque omnivore et iconoclaste révolutionne nos connaissances sur l’évolution de l’humanité et sur ce que Rousseau appelait « l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes ». »

Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste : vers une radicalisation de la démocratie, Pluriel, 2019, 320 p., 10 € [présentation en ligne]

« Nous avons compris qu’il était nécessaire de montrer que le socialisme n’impliquait pas un rejet total du modèle libéral démocratique. [Dans ce livre] nous redéfinissions le projet socialiste comme une radicalisation des principes éthico-politiques déjà inscrits dans la démocratie moderne, l’idée de liberté et d’égalité pour tous. Le projet socialiste – compris en terme de démocratie radicale et plurielle  – ne devait pas, disions-nous, être envisagé en rupture avec les idéaux de la démocratie moderne, mais comme leur réalisation. » Chantal Mouffe.

Dziga Vertov, Le ciné-œil de la révolution : écrits sur le cinéma, Les Presses du Réel, coll. « Médias/Théories », 2019, 776 p., ill., 32 € [présentation en ligne]

« Dziga Vertov est à la fois très connu pour son film L’Homme à la caméra (1929) et mal connu tant son œuvre est profuse, multiple, éparse. À partir d’un choix de ses textes, soit inédits soit dont les traductions ont été revues et complétées, assortis d’un appareil critique permettant de les situer dans les débats de leur temps comme d’en percevoir les promesses pour le nôtre, cet ouvrage souhaite remettre en circulation la pensée vertovienne dans sa complexité. Sa tentative de saisir « la vie à l’improviste », les « faits », afin de faire émerger une « Ciné-Vérité » fondée sur le regard appareillé du « Ciné-Œil » et le pouvoir analytique du montage, suit ici un parcours qui va des années 1910-1920 aux années 1930-1950, de son rôle de pionnier, en phase avec les événements politiques, à sa marginalisation progressive.
Le projet de Vertov de s’emparer des techniques d’enregistrement, de montage et de transmission d’images et de sons, afin d’« organiser » la vue et l’ouïe des travailleurs et les faire participer au nouvel ordre social issu de la révolution de 1917, trouve de nos jours un nouvel éclairage dans la perspective d’une « théorie des médias » qui étudie les articulations techniques des formes d’expérience et de connaissance.
Le volume est enrichi par de nombreux documents iconographiques provenant de la Collection Dziga Vertov de l’Österreichisches Filmmuseum de Vienne. »
Édition établie par François Albera, Antonio Somaini et Irina Tcherneva.

« L’Europe, au risque de l’avenir… », ContreTemps n° 40, Syllepse, 2019, 160 p., 13 € [présentation en ligne]

Sommaire :

ÉDITO : Antoine Artous, Francis Sitel « Gilets jaunes » La grande casse…

DOSSIER : Antoine Artous, Francis Sitel Demain l’Europe ?, François Sabado Europe : vers l’éclatement de l’Union européenne ?, E. Igor Mineo Le visage fracturé de l’Europe et la gauche négligente, Alda Sousa Portugal : Le Bloco et le gouvernement du Parti socialiste, Jean-Yves Potel L’Europe vue d’Est, Philippe Marlière Le Brexit, le plan B des néoconservateurs, Maite Mola Entretien, vice-présidente du Parti de la gauche européenne, Marie-Christine Vergiat Entretien, députée européenne du Front de gauche, Marie-Pierre Vieu Entretien, députée européenne, Laurent Vogel L’outil du droit communautaire dans les luttes pour la santé au travail en Europe, Bruno Della Sudda, Patrick Silberstein, Daniel Desmé Les questions nationales toujours présentes dans l’Union européenne…, Richard Neuville, Mariana Sanchez et François Caussarieu L’automne catalan et le retour de la question nationale, Paul Alliès L’Europe, les Régions et les questions nationalitaires, Antoine Artous En hommage à Sophie Oudin-Bensaïd,

INTERNATIONAL : Farouk Mardam-Bey Entretien, Parler encore et toujours de la Syrie,

MARXISME : Geoffrey de Sainte-Croix Karl Marx et l’interprétation de l’Histoire ancienne et moderne,

CULTURE : Gilles Bounoure Les grandes années de la photographie « sociale », Gilles Bounoure Le Japon et « l’art brut »