Veille bibliographique #2 (octobre 2018)

Quelques ouvrages parus en octobre 2018 (et quelques parutions un peu moins récentes).

Friedrich Engels et Karl Marx, Le colonialisme, éditions critiques, 2018, 396 p., 20€, sortie le 15 mai 2018 [présentation en ligne]

« L’expansion coloniale de l’Europe a constitué un phénomène d’une rare violence qui bouleversa des civilisations millénaires, et laissa de profondes cicatrices dans les mémoires collectives. Les lettres et articles réunis dans cet ouvrage témoignent de l’intérêt que Marx et Engels ont porté à la question coloniale tout au long de leurs vies de penseurs et de militants. Dénonçant l’inhumanité des puissances européennes envers les populations colonisées, ils dévoilent le pillage organisé des richesses de continents entiers. De la Chine à l’Algérie, de l’Inde à l’Irlande en passant par la Perse et l’Afghanistan, ils donnent également à comprendre l’imbrication des enjeux économiques, politiques et sociaux au cœur de ce phénomène. Ils mettent ainsi en évidence que colonialisme et capitalisme sont intimement liés. »
Textes introduits par Rémy Herrera.

Elías José Palti, Vérités et savoirs du marxisme : réactions d’une tradition politique, Delga, 2018, 220 p., 19 €, sortie le 19 juillet 2018 [présentation en ligne]

« Pourquoi est-on passé, en quarante ans, de la perspective triomphaliste du marxisme comme horizon indépassable (Sartre, 1960) au marxisme revendiqué comme lieu inhabitable (Badiou, 2002) ? Pourquoi a-t-on troqué l’engagement sartrien, en situation, pour ce que l’auteur qualifie de « désarticulation de toute ontologie » dans le marxisme actuel et dans la politique en général ? Comment une tradition de pensée a-t-elle réagi à l’horizon bouché par le postmodernisme et ladite « fin de l’histoire » ? À travers l’étude des penseurs les plus influents du marxisme contemporain, Elías José Palti interroge une « crise », crise qui est peut-être aussi celle du Politique lui-même dans nos sociétés contemporaines. »

Vivien Garcia, Le sort de la philosophie. Quatre parcours de jeunes hégéliens : Bakounine, Engels, Marx, Stirner, Hermann, coll. « Le Bel aujourd’hui », 2018, 290 p., 25 €, sortie le 30 juillet 2018 [présentation en ligne]

« Ce n’est guère le mouvement jeune-hégélien qui vient immédiatement à l’esprit lorsque sont évoqués les noms de Bakounine, d’Engels, de Marx et même de Stirner. Le premier et le dernier sont généralement associés à l’anarchisme, les deux autres, plus indubitablement encore, au marxisme. L’histoire de ces personnages et, dans certains cas, la postérité de leurs œuvres de maturité n’ont pu que faire de l’ombre à leur appartenance commune et concomitante, trente ans avant que ne se cristallisent les courants politiques mentionnés, à ce qui a parfois été apparenté à une école philosophique. Les textes qui témoignent de cette participation recèlent pourtant bien des richesses. Des parcours singuliers s’y dessinent, des problèmes communs aussi. Tel est le cas de celui que va constituer, avec l’entrée en politique, la philosophie. »

Alain Bihr, Le premier âge du capitalisme (1415-1763), tome 1 : L’expansion européenne, Page 2/Syllepse, coll. : « Histoire : enjeux et débats », 2018, 696 p., 30€, sortie 6 septembre 2018 [présentation en ligne]

« Le premier âge du capitalisme, c’est celui qui, du XVe au milieu du XVIIIe siècle, voit l’Europe occidentale partir à l’assaut des continents américain, africain et asiatique. Dans ce premier tome, Alain Bihr se penche sur cette expansion en détail. […] Loin de verser dans le misérabilisme, l’auteur insiste cependant sur la résistance que ces sociétés ont su opposer aux Européens. […] En dernier lieu, l’auteur souligne les divergences entre les Etats européens qui vont se lancer dans cette aventure, les rivalités et conflits qui vont les opposer et redistribuer les cartes entre eux à différentes reprises, les bénéfices fort inégaux qu’ils vont en retirer. Autant de points dont la pleine explication est renvoyée aux deux tomes suivants de l’ouvrage. »

« Religions », Actuel Marx n° 64, PUF, 2018, 224 p., 25 €, sortie le 12 septembre 2018 [présentation en ligne]

« La tradition marxiste a longtemps nourri la conviction que la critique de la religion était acquise, cédant l’ordre du jour à la critique de l’économie politique comme principe d’intelligibilité des sociétés modernes et de leurs conflits caractéristiques. L’histoire contemporaine se charge de rouvrir, dans des conditions équivoques, le problème du religieux dans les récits « sécularistes » de la modernité capitaliste. Où en est la critique marxiste de la religion ? Quels dialogues peut-elle entretenir avec les critiques de la notion même, faussement univoque, de « religion » ? Quelles réinterprétations le devenir actuel des monothéismes appelle-t-il de l’histoire des rapports entre le marxisme, sa théorie et ses politiques, et les dictions religieuses des conflits sociaux à l’époque de la mondialisation ? »

Louis Janover, Le testament de Lénine et l’héritage de Rosa Luxemburg, Smolny, 2018, 144 p., 10€, sortie le 27 septembre 2018 [présentation en ligne]

« Il n’existe évidemment pas de testament de Lénine, et moins encore de testament de Rosa Luxemburg. Pourtant, les dernières notes d’un Lénine préoccupé de sa succession n’ont pas été réunies sous ce titre par hasard. Le sort de la révolution ne semble y dépendre que du choix d’un successeur. Rien de tel chez Rosa Luxemburg dont l’héritage ne nous parle que des combats de classes passés, présents et futurs. Il n’y a, dans ce domaine, aucune résonance entre la pensée des deux auteurs, et Louis Janover s’attache à le faire ressortir en soulignant l’incompatibilité de deux conceptions de l’émancipation humaine et du socialisme. Le testament de Lénine comporte la négation d’une éthique qui chez Rosa Luxemburg traverse toute son œuvre et nous sert aujourd’hui encore de principe de jugement.
Notes, articles et extraits de discours de Lénine, Max Eastman, Léon Trotski et du Comité Central du PCF (1923-1925) d’une part, et de Rosa Luxemburg (1918-1919), d’autre part, complètent cet essai. »

David Faroult, Godard : inventions d’un cinéma politique, Amsterdam, coll. « Les Prairies ordinaires », 2018, 570 p., ill., 26 €, sortie le 5 octobre 2018 [présentation en ligne]

« L’ouvrage étudie une période importante, mais longtemps négligée ou calomniée, de l’œuvre de Jean-Luc Godard : les années autour de 1968, durant lesquelles le cinéaste se politise, se réclamant du communisme puis du maoïsme. Comment mettre son cinéma au service de la révolution ? Porter la révolution dans le cinéma lui-même ? Se situer, s’inscrire dans l’histoire du cinéma pour élargir ses possibilités et usages militants ? Près de vingt films qui sont autant de laboratoires d’un cinéma politique révolutionnaire. L’association avec Jean-Pierre Gorin dans le « groupe » Dziga Vertov modifiera durablement sa conception du cinéma en déplaçant le cœur des recherches, de l’image vers le montage qui l’intègre. L’étude est complétée d’un consistant recueil de documents inédits et de traductions. »

Présentation du livre le 12 novembre, à 18 h, à la galerie « Le bon petit diable », 43 boulevard Arago, Paris 13e

Daniel Alvaro, Le problème de la communauté : Marx, Tönnies, Weber, L’Harmattan, coll. « La Philosophie en commun », 2018, 260 p., 27 €, sortie le 17 octobre 2018 [présentation en ligne]

« Gemeinschaft ou la « communauté », est le fil conducteur de cet ouvrage, le nom d’un problème commun à toute une époque en Occident dont nous commençons à peine à entrevoir les limites, une époque où cette évidence de la vie en commun disparaît. Pourtant ce problème de la communauté demeure le nôtre. Pour analyser cette question, l’ouvrage recourt aux pensées de Marx, Tönnies et Weber. »

Nick Srnicek, Capitalisme de plateforme. L’hégémonie de l’économie numérique, Lux, coll. « Futur proche », 2018, 162 p., 14€, sortie 18 octobre 2018 [présentation en ligne]

« Google et Facebook, Apple et Microsoft, Siemens et GE, Uber et Airbnb: les entreprises qui adoptent et perfectionnent le modèle d’affaires dominant aujourd’hui, celui des plateformes pair-à-pair du capitalisme numérique, s’enrichissent principalement par la collecte de données et le statut d’intermédiaire qu’il leur confère. Si elles prospèrent, ces compagnies peuvent créer leur propre marché, voire finir par contrôler une économie entière, un potentiel monopolistique inusité qui, bien qu’il s’inscrive dans la logique du capitalisme dit « classique », présente un réel danger aux yeux de quiconque s’applique à imaginer un futur postcapitaliste.
Dans ce texte bref et d’une rare clarté, Nick Srnicek retrace la genèse de ce phénomène, analyse celui-ci de manière limpide et aborde la question de son impact sur l’avenir. Un livre essentiel pour comprendre comment les GAFA et autres géants du numérique transforment l’économie mondiale, et pour envisager des pistes d’action susceptibles d’en contrer les effets délétères. »

Georges Politzer, Révolution et contre-révolution au XXe siècle, éditions critiques, 2018, 112 p., 10€, sortie le 18 octobre 2018 [présentation en ligne]

« Publiée en 1941 dans la clandestinité, cette œuvre de résistance est un texte de combat, une attaque directe contre la propagande nazie. En réponse aux déclarations de l’idéologue du Reich, Alfred Rosenberg, Georges Politzer expose toute l’incohérence, l’hypocrisie et l’ignorance des plus hauts dignitaires fascistes. Dans un style incisif, l’auteur nous offre une analyse particulièrement lucide des causes économiques et politiques qui ont rendu possible l’hitlérisme. Moins d’un an après la défaite de juin 1940, Politzer dénonce également le régime collaborationniste de Vichy, et sauve l’honneur de ses compatriotes. »

Christian Charrier, La Matérielle : fin de la théorie du prolétariat, Entremonde, coll. « Senonevero », 2018, 320 p., 18 €, sortie le 25 octobre 2018 [présentation en ligne]

« Dans l’après Mai 68, Christian Charrier participe à la refonte de la théorie de la lutte des classes et de la révolution communiste. S’inscrivant dans un rapport critique à différents courants hétérodoxes du mouvement ouvrier et révolutionnaire (Internationale situationniste, Socialisme ou Barbarie, gauches communistes, communismes de conseils), cette refonte avançait que la révolution n’était plus affirmation du prolétariat devenant classe dominante et libérant le travail, mais négation du prolétariat et de toutes les classes, abolition du travail : communisation. C.C. se livre à un bilan critique décapant de cette séquence théorique qui se révèle encore trop solidaire de la spéculation hégélienne, s’opposant au schéma traditionnel d’une classe porteuse par sa négativité d’un « sens de l’histoire ». »

Pour rappel :
Antonio Negri, Travail vivant contre capital, « Les propédeutiques », Les Éditions sociales, “les propédeutiques”, 2018, 145 p., 10€ [présentation en ligne] ;
Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel
, Les Éditions sociales, « GEME », 2018, 348 p., 18 € [présentation en ligne] ;
Friedrich Engels, Écrits de jeunesse
, tome 2, Manchester, 1842-1844, Les Éditions sociales, « GEME », 2018, 360 p., 28 € [présentation en ligne]