Veille bibliographique #13 (Septembre 2019 – 1)

Le mois de septembre étant comme d’habitude relativement chargé éditorialement, nous le partageons en deux : voici donc quelques parutions de la première moitié du mois de septembre.

John Smith, L’impérialisme au XXIe siècle. Mondialisation, surexploitation et crise finale du capitalisme, éditions Critiques, 2019, 552 p., 26 € [présentation en ligne]
Un t-shirt, une tasse de café, un iPhone, ces marchandises qui nous paraissent banales renferment pourtant toute l’inhumanité de la mondialisation néolibérale. C’est en décrivant les conditions de leur production que John Smith commence son étude majeure sur les relations des grandes firmes multinationales des principaux pays capitalistes avec le reste du monde. Attaquant le conte de fées néolibéral selon lequel les populations des pays du Sud profitent de la mondialisation, l’auteur balaye les arguments fallacieux des économistes dominants pour dévoiler le système d’exploitation et de pillages des grandes entreprises transnationales qui ne recourent désormais à la force militaire des États impérialistes qu’en cas de résistance.

John Smith éclaire ainsi d’un jour nouveau les problèmes politiques et sociaux les plus actuels : la désindustrialisation des pays du Nord, le pouvoir de la finance, la migration, la crise écologique, l’esclavage moderne, la perpétuation des inégalités hommes/femmes. Complétant l’analyse scientifique des faits par une pensée théorique novatrice et rigoureuse, John Smith donne les clefs pour comprendre les liens étroits existant entre les luttes sociales actuelles au Sud et au Nord.

À l’âge de l’impérialisme, la lutte de classe se livre plus que jamais à l’échelle internationale.

L’impérialisme au XXIe siècle est lauréat du prix Paul A. Baran – Paul M. Sweezy

 

Jérôme Baschet, Une juste colère, Divergences, coll. « Imaginaires subversifs », 2019, 120 p., 12 € [présentation en ligne]
Si l’on récuse l’idée d’un effondrement fatal et déjà acquis, la mise en évidence d’une dynamique de crise structurelle implique que l’emprise du monde de l’économie peut continuer à se perpétuer, quoiqu’au prix d’une décomposition politique et sociale, d’une pression sur les « ressources humaines » et d’une dévastation écologique sans cesse exacerbées.

Écrit sous l’effet du soulèvement des Gilets jaunes, le présent livre argumente que ce mouvement, tout comme les mobilisations pour le climat dont l’essor est presque simultané, est annonciateur de nouvelles formes d’explosion sociale qui sont vouées à se multiplier au cours des années à venir.

 

Thomas Piketty, Capital et idéologie, Le Seuil, 2019, 1232 p., 25 € [présentation en ligne]
Toutes les sociétés humaines ont besoin de justifier leurs inégalités : il faut leur trouver des raisons, faute de quoi c’est l’ensemble de l’édifice politique et social qui menace de s’effondrer. Les idéologies du passé, si on les étudie de près, ne sont à cet égard pas toujours plus folles que celles du présent. C’est en montrant la multiplicité des trajectoires et des bifurcations possibles que l’on peut interroger les fondements de nos propres institutions et envisager les conditions de leur transformation.

À partir de données comparatives d’une ampleur et d’une profondeur inédites, ce livre retrace dans une perspective tout à la fois économique, sociale, intellectuelle et politique l’histoire et le devenir des régimes inégalitaires, depuis les sociétés trifonctionnelles et esclavagistes anciennes jusqu’aux sociétés postcoloniales et hypercapitalistes modernes, en passant par les sociétés propriétaristes, coloniales, communistes et sociales-démocrates. À l’encontre du récit hyperinégalitaire qui s’est imposé depuis les années 1980-1990, il montre que c’est le combat pour l’égalité et l’éducation, et non pas la sacralisation de la propriété, qui a permis le développement économique et le progrès humain.

En s’appuyant sur les leçons de l’histoire globale, il est possible de rompre avec le fatalisme qui nourrit les dérives identitaires actuelles et d’imaginer un socialisme participatif pour le XXIe siècle : un nouvel horizon égalitaire à visée universelle, une nouvelle idéologie de l’égalité, de la propriété sociale, de l’éducation et du partage des savoirs et des pouvoirs.

 

Adrien Brault & Simon Le Roulley, Pour la grève, Grevis, 2019, 200 p., 10 € [présentation en ligne]
Depuis qu’il y a de l’exploitation au travail il y a de la grève. Celle-ci n’est pas à considérer comme un simple arrêt de la production : elle est une affirmation de soi. La grève est l’énoncé de notre irréductibilité à ce qui nous asservit. Car l’individu y affirme sa volonté de décider du sort qui lui est fait – par lui-même. Être pour la grève c’est ainsi travailler à en approfondir l’intensité, travailler à empêcher la réduction de sa signification.

 

Chroniques du Désert, Le désert urbain, Grevis, 2019, 304 p., 14 € [présentation en ligne]
La Métropole a cette étrange capacité d’annihiler toute extériorité ou, plutôt, de rendre tout intérieur à elle-même. Que l’on vive dans les campagnes, la Métropole se rappelle à nous : on y vend les produits agricoles, on y trouve les centres de pouvoir, on y produit l’information. La Métropole est quelque part ce qui détermine aujourd’hui la plupart des existences. Et pourtant, elle est désertique. Bien qu’elle soit le lieu de fourmillement, la singularité tend à y être abolie. Les chaînes de magasins, les infrastructures, les lieux de fêtes, les quartiers de relégation, les quartiers en rénovation, les friches industrielles peuplées d’artistes, les mêmes pseudos éco-quartiers, etc., tout conduit à voir, dans chaque ville, les mêmes jeux s’y jouer et les mêmes ingénieurs s’y ingénier. Pourtant, si des mécanismes similaires s’observent, ils ne suffisent pas à abolir les particularismes liés à certaines spécificités et, notamment, à la capacité des individus à ne pas laisser la ville se produire sans eux.

Chroniques du Désert est le nom d’une perspective. Celle-ci défend la nécessité de l’enquête. Les auteurs changent à chaque publication, disparaissant tout en pouvant revenir, mus par cette appétence commune.

 

Bernard Lahire (dir.), Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants, Le Seuil, 2019, 1229 p., 27 € [présentation en ligne]
Naissons-nous égaux ? Des plus matérielles aux plus culturelles, les inégalités sociales sont régulièrement mesurées et commentées, parfois dénoncées. Mais les discours, qu’ils soient savants ou politiques, restent souvent trop abstraits. Ce livre relève le défi de regarder à hauteur d’enfants les distances sociales afin de rendre visibles les contrastes saisissants dans leurs conditions concrètes d’existence.

Menée par un collectif de 17 chercheurs, entre 2014 et 2018, dans différentes villes de France, auprès de 35 enfants âgés de 5 à 6 ans issus des différentes fractions des classes populaires, moyennes et supérieures, l’enquête à l’origine de cet ouvrage est inédite, tant dans son dispositif méthodologique que dans ses modalités d’écriture, qui articulent portraits sociologiques et analyses théoriques. Son ambition est de faire sentir, en même temps que de faire comprendre, cette réalité incontournable : les enfants vivent au même moment dans la même société, mais pas dans le même monde.

Rendre raison des inégalités présentes dans l’enfance permet dès lors de retracer l’enfance des inégalités, autrement dit leur genèse et leur influence sur le destin social des individus. En donnant à voir ce qui est accessible aux uns et inaccessible aux autres, évident pour certains et impensable pour d’autres dans des domaines aussi différents que ceux du logement, de l’école, du langage, des loisirs, du sport, de l’alimentation ou de la santé, cet ouvrage met sous les yeux du lecteur l’écart entre des vies augmentées et des vies diminuées. Il éclaire les mécanismes profonds de la reproduction des inégalités dans la société française contemporaine, et apporte ainsi des connaissances utiles à la mise en œuvre de véritables politiques démocratiques.

 

Michel Pialoux, Le temps d’écouter. Enquêtes sur les métamorphoses de la classe ouvrière, Raisons d’agir, coll. « Cours et travaux », 2019, 560 p., 24 € [présentation en ligne]
Ce livre concentre plusieurs décennies de travail d’un des plus importants sociologues français contemporains, Michel Pialoux, co-auteur de plusieurs livres sur le monde ouvrier, avec le sociologue Stéphane Beaud ou le syndicaliste Peugeot Christian Corouge. Il rassemble des textes écrits entre 1970 et 2000, inédits ou dispersés dans une multitude de revues, dont certaines ne sont plus disponibles. Ces textes, bien souvent méconnus, sont pourtant d’une importance majeure. Ils analysent la condition ouvrière selon une diversité inédite de points de vue, qu’il s’agisse d’habitat insalubre, de politiques du logement, de pauvreté urbaine, de sous-prolétariat économique, de jeunesse intérimaire, d’organisation du travail, de hiérarchies dans l’entreprise, de militantisme syndical ou encore des rapports entre intellectuels et groupes dominés – ce qui conduit même l’auteur à discuter l’impact des théories sociales (Marx, Foucault, etc.) sur l’appréhension du monde social.

Ce livre offre un modèle d’enquête et de rapports aux enquêtés, d’articulation entre le terrain ethnographique et la réflexion théorique, par l’imbrication peu fréquente aujourd’hui entre sociologie, économie et histoire. En transmettant moins des techniques qu’une posture où le chercheur se donne « le temps d’écouter », il exprime surtout une juste distance à l’égard des dominés, de leurs modes d’existence et de résistance.

 

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du « socialisme réel », Le Bord de l’eau, 2019, 240 p., 24 € [présentation en ligne]
À la fin de la guerre des antifascistes communistes, parmi lesquels de nombreux Juifs, choisissent de construire « le premier État allemand des ouvriers et des paysans ». Ce sera la République Démocratique Allemande, pays où l’opposition au régime fut la plus faible du bloc de l’Est : il y eut peu de dissidents, pas d’opposition organisée comme en Pologne ou en Tchécoslovaquie avec la Charte 77, pas d’École comme celle de Georg Lukács en Hongrie.

Par loyauté vis-à-vis d’un régime dont ils approuvaient les buts, mais non le style et les méthodes, les marxistes est-allemands n’ont émis leurs critiques qu’au sein du Parti, et ce jusqu’à l’automne 1989. Lorsqu’ils prirent la parole publiquement afin de défendre le maintien d’une RDA non « comme elle avait été, mais comme elle aurait dû être », il était trop tard. Ils ne purent empêcher l’annexion sans condition de la RDA à la RFA dont l’Allemagne pourrait payer aujourd’hui le prix avec le vote, trente ans plus tard, en faveur de l’extrême-droite et le retour de l’antisémitisme.

Tandis que la mise sur le même plan de la terreur nazie et du régime est-allemand tend à se banaliser outre-Rhin, il convient de remonter aux origines de la RDA. Interroger la notion de loyauté constitutive de l’identité de femmes et d’hommes dont « le rêve a été tué par des imbéciles » (Anderson) incite à repenser dans sa globalité l’expérience communiste.

 

Nicolas Offenstadt, Urbex RDA. L’Allemagne de l’Est racontée par ses lieux abandonnés, Albin Michel, 258 p., ill., 34,90 € [présentation en ligne]
L’ancienne RDA fascine, tant par son histoire méconnue que par son esthétique. Le nombre et l’ampleur des bâtiments à l’abandon en ex-Allemagne de l’Est frappent le promeneur. Combinats, cités d’habitation, Maisons de la culture… Trente ans après la chute du mur de Berlin, ce paysage fantôme est à lui seul digne d’intérêt tant il raconte d’histoires passées. Mais lorsqu’on pénètre à l’intérieur de ces lieux, c’est tout un monde disparu qui apparaît. L’historien Nicolas Offenstadt a pratiqué une véritable « exploration urbaine » – « URBEX » – en pénétrant plus de 250 lieux fermés, interdits ou délaissés. Il n’y a là aucun défi mais la volonté d’écrire une histoire de l’abandon : un parcours visuel et intellectuel dans l’histoire de la RDA telle qu’elle se donne à voir aujourd’hui. Chaque lieu présenté est éclairé par une analyse, appuyée sur des recherches de première main, des témoignages des anciens de l’Est et les travaux les plus à jour.

Nicolas Offenstadt avait publié en 2018 chez Stock Le pays disparu. Sur les traces de la RDA.

 

Raphaël Kempf, Ennemis d’État. Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes, La Fabrique, 2019, 232 p., 13 € [présentation en ligne]
Le 9 décembre 1893, l’anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe dans la Chambre des députés en pleine séance parlementaire, faisant quelques blessés légers. Deux jours plus tard, la même Chambre vote à la hâte la première des « lois scélérates » réprimant la presse et les opinions anarchistes, dont certaines dispositions – le délit d’apologie par exemple – sont promises à un long avenir. On doit à La Revue blanche d’avoir mené la bataille contre les lois scélérates de 1893-1894 en rassemblant dans une brochure éponyme les plumes de Francis de Pressensé (fondateur de la Ligue des droits de l’homme), d’Émile Pouget et d’un jeune juriste, Léon Blum.

Lecteur averti de ces textes, Raphaël Kempf revient sur l’élaboration et l’application de ces lois d’exception et nous en livre la formule : votées dans l’émotion, elles donnent un pouvoir extraordinaire à l’État, à la police et au ministère public pour réprimer des adversaires politiques, avant de cibler peu à peu tous les citoyens. De la loi « contre les menées anarchistes » au XIXe siècle, aux lois « anticasseurs » et « antiterroristes » d’aujourd’hui, ce sont là autant d’indices des scélératesses législatives.

 

Nicolas Poirier, Cornelius Castoriadis, du chaos naît la création, Le Bord de l’eau, coll. « La bibliothèque du MAUSS », 2019, 112 p., 14 € [présentation en ligne]
On reconnaît en Castoriadis l'un des principaux penseurs politiques alternatifs contemporains, toujours actuel. Mais on connaît sans doute moins le lien étroit qui existe entre ses analyses politiques et ses prises de position philosophiques. Or, elles s'éclairent réciproquement. Le refus de subordonner la raison pratique à la raison théorique permet à Castoriadis de penser l'idée de création. Sa rupture avec Marx, auquel il reproche son ontologie déterministe, l'amène à repenser l'émancipation politique et sociale à partir de la notion d'imaginaire créateur. Pour bien comprendre cette notion, il faut la confronter avec les conceptions de l'imagination défendues notamment par la phénoménologie, particulièrement Sartre et Husserl. Elle débouche sur le concept de chaos, dont il ressort que l'action humaine repose sur un désordre pour une part irréductible, ce qui explique qu'on ne puisse fonder celle-ci, pas plus que la démocratie, en référence à une légitimité indiscutable.

Cherchant à tisser un lien entre la pensée, l'œuvre et la vie d'un homme engagé dans son temps, ce livre trace un parcours à travers les thèmes centraux de la pensée philosophique et politique de Castoriadis, qu'il met en rapport avec d'autres approches contemporaines : Maurice Merleau-Ponty, Claude Lefort, Richard Rorty, Vincent Descombes, ou encore Michel Foucault à propos de l'éthique du sujet. Un chapitre est également consacré à la place de l'exil dans la vie et la pensée de Castorjadis.

L'idée originale défendue dans ce livre, inspirée de Castoriadis, est que si les institutions doivent canaliser le désordre inhérent à la vie sociale et politique, elles doivent aussi se laisser travailler par lui dans la perspective de la création historique.

 

Fondation Copernic (dir.), Manuel indocile de sciences sociales. Pour des savoirs résistants, La Découverte, 2019, 700 p., 25 € [présentation en ligne]
Ce livre alimente en indocilités, ravitaille en savoirs résistants. Sans jargon, ni dogme, ni abstraction, il fournit mille arguments contre les fausses évidences, partout répétées, qui célèbrent le marché libéré (soi-disant efficace pour tous et la planète), la mondialisation telle qu'elle est (soi-disant heureuse), les chefs de toutes sortes, le mérite scolaire, la « bonne santé » des démocraties (trop faiblement démocratiques)... Ce livre lève les silences ou les censures sur les mécanismes qui produisent, reproduisent les discriminations, les pollutions, l'exploitation au travail, la transmission des capitaux, le mépris des mondes populaires, les « racisations », l'hétéronormalité, les souffrances animales, les nourritures qui tuent, la marchandisation, la ruine organisée des services publics, des protections sociales, et le « chacun seul » qui s'ensuit...

Ce manuel indocile fourmille d'exemples issus des sciences sociales - l'histoire, l'économie, l'ethnologie, la sociologie, les sciences politiques, etc. Et montre comment l'ordre du monde que l'histoire a produit, notre histoire peut le défaire. Plus de 100 contributeurs : des sociologues, des économistes, des politistes, des historiens, des professeurs de lycée, des acteurs du mouvement social. Et plus de 100 sujets abordés, qui questionnent les « vérités » toutes faites, en montrant qui les produit, comment et pourquoi.
 
« L’anarchisme, cet autre socialisme », Actuel Marx n° 66, PUF, 2019, 210 p., 25 € [présentation en ligne]
Les discussions classiques sur la subversion des formes de gouvernement étatique traversent aujourd’hui l’ensemble des sciences sociales. De ce foisonnement d’enquêtes et de propositions, ressort le sentiment d’une vitalité renouvelée de la pensée libertaire.

L’objectif de ce dossier est de rouvrir la question du rapport de l’anarchisme au socialisme. Longtemps cantonné aux débats de Marx et Bakounine, la situation de l’anarchisme par rapport aux socialismes a cristallisé maintes apories politiques. Pour dépasser ces querelles figées, les contributeurs de ce dossier partagent l’hypothèse que l’anarchisme appartient à la famille des socialismes, qu’il en spécifie certains traits et se singularise par son approche originale de l’individu et du pouvoir. C’est pourquoi elles se concentrent sur le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, séquence de vives tensions politiques et intellectuelles au cours duquel les socialismes et l’anarchisme ont connu des formes de rapprochement intenses, comme des oppositions frontales.

L’enjeu est de saisir tout à la fois la singularité des propositions anarchistes par rapport aux autres formes de pensées socialistes et critiques (et tout particulièrement le marxisme) et de signaler la façon dont la pensée libertaire, loin d’être un continent intellectuel isolé, s’est transformée en une matrice de concepts, de pratiques et de références pour des luttes ou des projets très divers. Ce dossier entend donner ainsi à voir la pensée libertaire comme un élément constitutif des grands projets émancipateurs issus des Lumières.