Veille bibliographique #12 (juillet-Août 2019)

Quelques ouvrages parus durant l’été 2019.

Nous ouvrons cette liste par l’ouvrage d’une autrice que les habitué-e-s du séminaire connaissent bien, puisqu’il s’agit d’Aurore Koechlin qui assiste et intervient régulièrement les lundis soir :
Aurore Koechlin, La révolution féministe, Amsterdam, 2019, 176 p., 12 € [présentation en ligne]

La quatrième vague du féminisme a commencé : venue d’Amérique latine, portée par les combats contre les féminicides et pour la liberté des femmes à disposer de leur corps, amplifiée par le moment #MeToo, elle constitue aussi – surtout – un mouvement qui s’attaque à l’inégalité des rapports de production et de reproduction sous le capitalisme. Qui dépasse, sans les exclure, les revendications juridiques ou paritaires et repense l’ensemble de l’organisation sociale à partir des oppressions subies par les femmes et les minorités de genre.
Le féminisme est révolutionnaire ou il n’est pas : voilà la thèse soutenue par Aurore Koechlin, qui se propose d’abord de guider ses lectrices et lecteurs à travers l’histoire trop méconnue des différentes vagues féministes. Du MLF à l’intersectionnalité, de l’émergence d’un "féminisme d’État" au féminisme de la reproduction sociale, ce petit livre tire le bilan politique et intellectuel d’une quarantaine d’années de combats, repère leurs impasses, souligne leurs forces, pour contribuer aux luttes actuelles et à venir.

 

Alain Ruscio, Ho Chi Minh. Écrits et combats, préf. Joseph Andras, Le Temps des cerises, 2019, 388 p. 20 € [présentation en ligne]

Il y a cent façons d’exister, il n’y en a qu’une de vivre pleinement : contribuer au bonheur des siens. Cette maxime, le jeune Nguyen Tât Thanh, celui qui devant l’Histoire devint Ho Chi Minh (1890-1969), la fit sienne. Ho Chi Minh a parcouru, durant son existence, cent fois ce qu’un homme du commun parcourt. Il vécut une grande partie de cette existence dans la clandestinité, toujours dans le plus grand dénuement matériel, parfois dans la misère. Jusqu’à son retour au pays, en 1941 et à la proclamation de l’indépendance de son pays, le 2 septembre 1945. Qu’un "petit peuple", par la voix d’un inconnu (son nouveau pseudonyme, Ho Chi Minh, ne date que de 1942), osât défier la France, alors l’un des quatre Grands, que la notion même d’indépendance d’un peuple colonisé fût ainsi fièrement proclamée, dépassait l’entendement. Et pourtant… C’est ce "petit peuple" qui va montrer la voie à tous les damnés de la terre et va ouvrir une brèche qui ne se refermera plus, dans le système de domination du colonialisme français, puis de l’impérialisme mondial.
Alain Ruscio nous propose ici un voyage à travers les textes de Ho Chi Minh : articles, discours, lettres, poèmes… Docteur en histoire, chercheur indépendant, il a consacré l’essentiel de son travail de recherche, au colonialisme notamment en Indochine. Il a aussi republié au Temps des Cerises le texte de Ho Chi Minh Le procès de la colonisation française. »

 

Internationale situationniste, Adresse aux révolutionnaires d’Algérie, textes rassemblés et présentés par Nedjib Sidi Moussa, édition établie par Charles Jacquier, Libertalia, coll. poche, 2019, 118 p., 8 € [présentation en ligne]

Adresse aux révolutionnaires d’Algérie et de tous les pays (et autres textes)
À l’heure où l’Algérie s’embrase, le présent recueil rassemble quelques-uns des textes situationnistes et post-situationnistes rédigés des années 1960 à nos jours par des auteurs injustement méconnus comme Mezioud Ouldamer. Bien que très minoritaire, ce courant internationaliste qui rejetait aussi bien les colonels que le soleil soviétique a produit des écrits qui méritent d’être rappelés et convoqués.
Comme l’écrit Nedjib Sidi Moussa, maître d’œuvre du présent ouvrage : "Certes, les membres de l’Internationale situationniste ainsi que ceux qui ont cherché à poursuivre cette expérience n’ont jamais eu le monopole de la critique sociale. Mais ils la formulèrent avec intransigeance, malgré quelques illusions ou en surestimant les potentialités subversives. Et, s’il apparaît périlleux de se placer au-dessus de leur radicalité, on ne peut cependant guère se situer en-dessous des sensibilités avec lesquelles ils ont dialogué ou polémiqué. Car il y a urgence à se réapproprier un tel legs sous peine de dilapidation. On ne combattra pas l’exploitation et l’aliénation – sous toutes leurs formes, des plus hideuses aux plus séduisantes – en écartant de nos luttes le jeu, l’amour, la camaraderie et la poésie."

 

Laurent Jeanpierre, In Girum. Les leçons politiques des ronds-points, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 192 p., 12 € [présentation en ligne]

In Girum imus nocte et consumimur igni . "Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes consumés par le feu." Qui aurait pu imaginer que cette locution latine, palindrome à l’origine incertaine, livrerait aujourd’hui la tonalité d’une vaste contestation et, au-delà, l’allégorie d’une époque ?
En novembre et décembre 2018, ont en effet surgi sur les ronds-points de France des dizaines de milliers de gilets jaunes. S’ils y ont brûlé des feux conjugués de leurs colères, de leurs espoirs et d’une implacable répression d’État, ils y ont aussi entamé une longue marche giratoire autour d’un autre foyer : celui d’une politique ancrée dans le local, où s’articuleraient autonomie, écologie et justice sociale. Une politique de la Commune, ou plutôt des communes, qui ne serait plus seulement une lubie d’anarchistes ou de révolutionnaires sans révolution, mais un appel auquel les mouvements sociaux du futur auront à répondre.
Pour en entendre d’ores et déjà la rumeur, il faut s’essayer à une lecture d’ensemble du soulèvement jaune. Comprendre comment une mobilisation imprévue a mis en crise les habitudes éculées de la lutte. Expliquer pourquoi ce mouvement s’est tenu à l’écart des idéologies, parvenant, en définitive, à politiser des groupes populaires et périurbains jusqu’alors réfractaires à la politique. Et finir par inscrire l’événement dans une série de protestations qui font des potentialités libératrices et démocratiques du "proche" un nouvel enjeu d’imagination politique.

 

Philippe Champy, Vers une nouvelle guerre scolaire. Quand les technocrates et les neuroscientifiques mettent la main sur l’Éducation nationale, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 320 p. 20 € [présentation en ligne]

« Sous la Ve République, l’unification de l’École, de la maternelle au bac, n’a pas mis fin à la ségrégation sociale et aux énormes écarts de réussite scolaire. Face à cette situation, les hauts responsables de droite et de gauche ont alterné des mesures contradictoires, rendant aléatoire la perspective d’une démocratisation de l’École. D’autant que, depuis les années 2000, une partie croissante des hauts technocrates de l’Éducation nationale s’est ralliée à l’agenda néolibéral. Ils mobilisent dans ce cadre le numérique et les neurosciences, présentés comme sources de modernisation, pour accentuer en réalité la pression sur les enseignants, rogner leurs autonomies professionnelles et leurs pouvoirs d’action.
C’est ce que démontre avec rigueur, dans cet essai remarquablement documenté, Philippe Champy, fin connaisseur du système scolaire. Il y analyse les origines de ce grand reformatage de l’École et, surtout, sa mise en œuvre par Jean-Michel Blanquer : les attaques contre la liberté pédagogique et les manuels scolaires, la mise sous tutelle du "numérique éducatif", les tentatives de marginalisation des auteurs et éditeurs scolaires, la prise de pouvoir larvée d’un pool de neurochercheurs prétendant dicter leurs méthodes pédagogiques aux enseignants, etc. Ce grand reformatage, qui maintient les privilèges élitaires en l’état, voire les renforce, s’accompagne d’une reprise en mains dirigiste et centralisatrice sans précédent. Il impose à tous les acteurs de l’École une prise de conscience et une réaction d’ampleur, face au risque avéré d’une nouvelle guerre scolaire. »

Laurence De Cock, École, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 96 p., 9 € [présentation en ligne]

École est un mot doux qui nous promène entre le parfum de l’enfance et les charmes de la connaissance. Certains la rêvent sanctuarisée, protégée des violences du dehors. Mais c’est tout l’inverse, et c’est tant mieux, à condition d’accepter d’en débattre franchement, et de reposer sur ses bancs les termes d’une école résolument émancipatrice, donc définitivement politique.
« Notre société a tout à gagner à voir s’accomplir un vrai projet d’école démocratique. C’est aux plus dotés de prendre conscience de la carte qu’ils ont à jouer sur ce terrain. C’est à nous donc, nous dont les enfants ont le plus de chances de traverser l’école aussi facilement qu’une rue piétonnière, de considérer que c’est une opportunité de travailler entre les mêmes murs que des enfants moins chanceux. À nous encore de déjouer les pièges des classes de niveaux, des filières d’élites, des filons pour contourner la sectorisation des établissements. À nous aussi de batailler au côté des familles les plus socialement discriminées pour leurs droits à scolariser et accompagner leurs enfants.

 

Louise Michel, À mes frères, éd. Éric Fournier, Libertalia, coll. « La Petite littéraire », 2019, 176 p., 10 € [présentation en ligne]

Anthologie de textes poétiques et politiques.
"Le règne de la justice approche ; vous ne pourrez plus, vils criminels, donner des preuves de l’éclatant progrès dont vous êtes les champions : l’art de tuer ! La guerre sans trêve et sans pitié, nous vous la déclarons, au nom de ceux-là que vous torturez dans vos geôles […]. C’en est assez, l’heure de la vengeance a sonné. Oui, chacals, nous irons vous chercher dans vos palais."
Connaît-on vraiment l’intensité de l’engagement de Louise Michel (1830-1905) ? Les précédentes anthologies ont eu tendance à cloisonner la richesse et la diversité d’une expression révolutionnaire variée en sélectionnant des formats (poésie, roman, essai) ou en privilégiant son caractère littéraire – aujourd’hui si romantiquement anachronique. Tout en conservant cette diversité et ce souffle singulier, cette anthologie présente la "grande citoyenne" en action à travers un choix de textes souvent inédits. Celle-ci ne cesse de s’engager et de mobiliser en invoquant les spectres de la Commune ou en traçant des horizons radieux, en reliant entre elles les luttes du monde entier, appelant à l’émancipation des femmes, à la compassion parfois, à d’implacables colères populaires souvent.

 

Camillo Berneri, Contre le fascisme. Textes choisis (1923-1937), éd. établie par Miguel Chueca, Agone, coll. « Mémoires sociales », 2019, 384 p. 22 € [présentation en ligne]

 De l’Italie de l’après-guerre à l’Espagne de la guerre civile, Camillo Berneri (1897–1937) a lutté contre le fascisme jusqu’à son assassinat à Barcelone au cours des journées dramatiques de mai 1937. Commandé par l’urgence d’une époque de terreur, ce combat s’inscrit dans l’un des plus singuliers parcours du mouvement anarchiste de l’entre-deux-guerres. Rarement l’exigence de vérité et la recherche d’une action politique concrète auront été à ce point poursuivies ensemble. Intellectuel rigoureux, parfois même intransigeant, Berneri sut comme peu d’autres concilier l’objectif de transformation révolutionnaire et le pragmatisme dans la recherche des alliances, y compris au-delà du mouvement anarchiste. Avec son acharnement à bousculer les évidences et à dépasser les contradictions, sa pensée reste l’une des plus riches que cette période ait produites. Malgré sa vigueur et sa portée, son œuvre est pourtant encore très mal connue en France. La plupart des textes de ce recueil sont inédits en français.

 

Anna Louise Strong, L’Espagne en armes, éditions Critiques, 2019, 168 p., 15 € [présentation en ligne]

C’est en 1937 qu’Anna Louise Strong rédigea L’Espagne en armes pour témoigner de la réalité de la guerre civile espagnole auprès de ses compatriotes américains. De Barcelone à Valence, et jusqu’aux tranchées défendant Madrid contre l’armée fasciste, rien n’échappe à cette journaliste hors du commun qui nous plonge au cœur de la révolution sociale lancée par le Front populaire réunissant socialistes, anarchistes et communistes contre les forces réactionnaires. Au fil de ses rencontres, l’auteur nous livre des portraits de personnalités de premier plan comme Malraux ou La Pasionaria, mais aussi ceux d’hommes et de femmes anonymes portés par un héroïsme spontané. Nous découvrons ainsi un peuple espagnol animé d’un optimisme à toute épreuve, d’un humour indéfectible et conscient que ce combat n’est que le prélude d’une guerre prête à engloutir l’Europe.
Anna Louise Strong (1885-1970), journaliste américaine, auteure de nombreux livres et articles sur les révolutions et mouvements de libérations du XXe siècle.

 

Amaury Catel, Le traducteur et le démiurge. Hermann Ewerbeck, un communiste allemand à Paris (1841-1860), préf. Christophe Prochasson, édition Arbre bleu, coll. « Gauches d’ici et d’ailleurs », 2019, 275 p., 28 € [présentation en ligne]

Médecin de formation et hégélien de conviction, August Hermann Ewerbeck (1816-1860) fait partie des nombreux démocrates allemands qui, au début des années 1840, voient dans la France une alliée révolutionnaire nécessaire à la réalisation de leurs espérances politiques. Exilé à Paris en 1841, il devient membre dirigeant de la Ligue des Justes, société secrète communiste pour laquelle il assume des fonctions de théoricien et d’enseignant. Homme lige de Karl Marx et Friedrich Engels, proche d’Étienne Cabet et de Pierre-Joseph Proudhon, familier de toutes les tendances du socialisme français, il joue durant près de dix ans un rôle considérable d’intermédiaire entre gauches française et allemande.
C’est ce rôle longtemps méconnu que le présent livre s’efforce d’exhumer, en prenant pour fil conducteur l’activité polymorphe de traducteur d’Ewerbeck, auteur de sept ouvrages qui sont ici étudiés dans leur ensemble pour la première fois. À travers les premières traductions commentées de textes de Feuerbach et Marx en français, le lecteur découvre une tentative pionnière d’importation de l’hégélianisme et du marxisme en France. Il suit pas à pas sa réception contrastée, signature d’un échec aussi fécond que fondateur.
Essai d’histoire intellectuelle au croisement de la biographie, de l’histoire sociale de l’exil et de l’histoire des traductions, ce livre replace la figure d’Hermann Ewerbeck parmi les grands interprètes francophones de l’Allemagne au XIXe siècle.

 

Danielle Bleitrach, Le temps retrouvé d’une communiste. Mémoires, Delga, 2019, 400 p., 25 € [présentation en ligne]

Danielle Bleitrach, une communiste que le hasard mêla à la plupart des événements du XXe siècle, du nazisme à la résistance héroïque cubaine en passant par la guerre d’Algérie et les vicissitudes du programme commun, s’est lancée ici dans une sorte de tapisserie avec ses nœuds événementiels, sa trame, l’Histoire et sa chaîne, les joies et les souffrances d’une femme. Dirigeante du PCF, écrivain, universitaire, qui traversa divers continents pour y guider des étudiants de sociologie autant que pour participer aux combats révolutionnaires, Danielle Bleitrach est une intellectuelle qui a choisi de ne plus être la domestique des puissants mais de participer aux côtés de la classe ouvrière, des exploités du tiers monde à la compréhension-transformation du monde. Ses origines juives et prolétariennes l’ont conduite tout naturellement au communisme, mais tout aussi essentiel fut le fait d’être une femme souhaitant rompre avec des siècles de subordination et libérer le droit d’aimer. Elle dit avec une totale franchise les ombres et lumières de l’épopée qu’elle eut la chance de vivre, trace des portraits et révèle les coulisses de l’Histoire.
Le cri singulier devient alors l’écho de millions de voix anonymes qui aimèrent la vie à en mourir, désintéressés, chevaleresques, ils agissaient partout pour rendre la vie des plus humbles meilleure, pour l’émancipation du genre humain : les communistes, de l’usine à l’université luttaient et l’air en devenait respirable, la vie meilleure, ils étaient un rempart face aux exploiteurs, à ceux qui prétendent écraser les autres. Ce "temps retrouvé d’une communiste" pose plus de questions qu’il n’en résout. Pourtant il exprime une conviction : les problèmes demeurent, le capitalisme ne s’est pas amélioré, la bataille gagnée sur le communisme n’a été la victoire de personne, tout le monde y a perdu, les révoltes se multiplient, la planète réclame grâce, une nouvelle génération surgit, alors que faire ?

 

Daniel Zamora et Mitchell Dean, Le dernier homme et la fin de la révolution. Foucault après Mai 68, Lux, coll. « Futur proche », 2019, 232 p., 16 € [présentation en ligne]

La dernière décennie de Michel Foucault a coïncidé avec l’agonie des espoirs de transformation sociale qui avaient marqué l’après-guerre. Face à cette "fin de la révolution", le philosophe a tenté de réinventer la manière dont nous pensons la politique et la résistance, ce que sa génération n’avait, jugeait-il, pas réussi à faire. C’est dans cette perspective qu’il s’est intéressé au néolibéralisme en tant qu’outil permettant de repenser les fondements conceptuels de la gauche et d’imaginer une gouvernementalité plus tolérante aux expérimentations sociales, ouvrant un espace aux pratiques minoritaires et à une plus grande autonomie du sujet vis-à-vis de lui-même. Le moyen, en somme, de réaliser le projet énoncé à la fin de sa vie, celui de n’être "pas tellement gouverné". Et c’est ainsi que, dans sa quête d’une "gouvernementalité de gauche", Foucault a anticipé et contribué, en quelque sorte, au façonnement de la situation politique contemporaine.

 

Pierre Chastenet, Introduction à Jacques Ellul, La Découverte, coll. « Repères », 2019, 128 p., 10 € [présentation en ligne]

"Penser globalement, agir localement." À tort ou à raison, on a fait de Jacques Ellul (1912-1994) l’inventeur de cette formule rassembleuse qui, associée à son combat pour la protection de la nature et à sa critique du technocapitalisme, a contribué à son statut d’icône écologiste. Ce livre expose l’itinéraire singulier de celui qui se définissait comme un "intellectuel actif". Il résume et met en perspective ses analyses dans six domaines principaux : la technique, l’information-propagande, la politique, la révolution, l’écologie et la théologie, avec la liberté pour toile de fond. Il a pour ambition de donner un panorama complet des principales thèses d’un auteur à l’œuvre prolifique et dont l’actualité confirme le caractère prophétique.

 

Pierre Dockès, Le capitalisme et ses rythmes, quatre siècles en perspective. Tome II : Splendeurs et misère de la croissance, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque de l’économiste », 2019, 1390 p., 58 € [présentation en ligne]

Le capitalisme a été bouleversé, les théories également. Ce deuxième volume analyse cette grande transformation. Au-delà des jeux pervers de la finance, l’ouvrage interroge les ressorts profonds d’un régime économique qui produit l’instabilité, stagnation et inégalités. Comment rendre ce monde vivable ?

 

Valérie Bertrand, Cynthia A. Bouton, Florence Gauthier, David Hunt, Guy-Robert Ikni, Edward Palmer Thompson, La guerre du blé au XVIIIe siècle. La critique populaire de la liberté économique, études rassemblées et présentées par Florence Gauthier et Guy-Robert Ikni, Kimé, 2019, 330 p., 28 € [présentation en ligne]

Réédition chez Kimé.
Tout comme le droit et la politique, l’économie est une science morale : ce qui s’est soudain obscurci lorsqu’une nouvelle politique économique chercha à imposer la sienne dans le secteur de la production et du marché des subsistances. La Guerre du blé, au XVIIIe siècle, fut l’expression de cette lutte entre deux morales : l’ancienne établissait un prix accessible à tous, la nouvelle un prix spéculatif, dépassant les revenus d’une importante partie de la société.
En Angleterre, le grand historien Edward P. Thompson découvrit les formes de résistance du peuple, mourant de faim devant des monceaux de blé, et nomma ce qui l’animait : économie morale du peuple. En France, la Guerre du blé fut une des causes de la Révolution de 1789, mais c’est précisément la révolution qui permit d’inaugurer une expérience d’économie politique populaire, dont le principe du droit à l’existence et aux moyens de la préserver imposait ces limites à l’économique. En Angleterre, le gouvernement dut combattre la Révolution française, car elle y ravivait une grande espérance et, de 1795 à 1830, il prépara la "révolution industrielle" en écrasant la résistance populaire, ajoutant à la souffrance de la destruction des protections du travail celle de la répression d’une révolution sociale avortée.
Cette histoire, qui remet en lumière l’économie morale démasquant l’instauration d’un homo economicus dépouillé de son humanité, se révèle le fruit d’une vaste culture populaire, que l’on retrouve partout dans le monde et dans des périodes historiques aussi anciennes que récentes : elle nous parle la langue sensible d’un humanisme universel qui cherche à se reconstituer, en commun.

 

Arnaud Delalande, Grégory Mardon, Hubert Prolongeau, Le travail m’a tué, Futuropolis, 2019, 120 p. 19 € [présentation en ligne]

Jeune ingénieur, Carlos Pérez se fait embaucher en 1988 par une grande marque automobile. Son rêve d’enfant se réalise. Il monte peu à peu les échelons, se marie, attend un premier enfant… Sa vie se complique dès lors que la société emménage dans un nouveau lieu, à l’opposé de la banlieue où il vient d’emménager. Une nouvelle génération de cadres arrive avec la nouvelle direction et la machine à broyer se met en marche. On l’envoie suivre le travail d’une usine en Argentine, pour mieux confier la suite de sa mission à un autre cadre. Lui, devra aller en Roumanie, abandonnant provisoirement femme et enfants. Les réunions inutiles se chevauchent, sa hiérarchie devient humiliante, inhumaine. À bout, harcelé moralement, Carlos va commettre l’irréparable.

(Le récit d’Hubert Prolongeau et Arnaud Delalande - le dessin est de Grégory Mardon - raconte en fait, sous forme de fiction, le système de management mis en place à tous les niveaux de la hiérarchie qui, en 2006, a poussé Antonio B. (premier d’une trop longue série de victimes) à se jeter du 5e étage du technocentre de Renault.)

 

« Internationalisme au féminin. De la guerre d’Espagne au Rojava. », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 141, 2019, 200 p., 17 €. [présentation en ligne]

Interroger l'internationalisme par le féminin. Collègues égales et camarades. Aux combats sans armes, femmes espagnoles dans les rangs de la France combattante. Des néerlandaises engagées dans le terrorisme transnational des années 1970. Présences, revenances et rejeux espagnols dans l'internationalisme combattant féminin au Rojava.

Avec des articles de : Anne Jollet, Édouard Sill, Renée Lugschitz, Diego Gaspar Celaya, Seran De Leede, Thomas Kadelbach, Irene Cacopardi, Jean-Louis Robert, etc.