Veille bibliographique #11 (juin 2019)

Quelques ouvrages parus en juin 2019.

Antonio Gramsci, Introduction à l’étude de la philosophie. Cahier de prison XI (1932-1933), Delga, coll. « Classiques », 2019, 19 € [présentation en ligne]

« L’élément populaire “sent”, mais il ne comprend ou ne sait pas toujours. L’élément intellectuel “sait”, mais il ne comprend pas toujours, et surtout il ne “sent” pas toujours. Les deux extrêmes sont par conséquent la pédanterie et le philistinisme d’un côté, la passion aveugle et le sectarisme de l’autre. Non que le pédant ne puisse être passionné, au contraire ; la pédanterie passionnée est tout aussi ridicule et dangereuse que le sectarisme et la démagogie les plus effrénés. L’erreur de l’intellectuel consiste à croire qu’il puisse “savoir” sans comprendre, et spécialement sans sentir, et sans être passionné (non seulement du savoir en soi, mais de l’objet de ce savoir), autrement dit cette erreur consiste à croire que l’intellectuel puisse être tel (et non un pur pédant) s’il est séparé et détaché du peuple-nation, c’est-à-dire sans sentir les passions élémentaires du peuple, en les comprenant, et donc les expliquant et les justifiant dans la situation historique déterminée, et en les rattachant dialectiquement aux lois de l’histoire, à une conception supérieure du monde élaborée scientifiquement et d’une façon cohérente : le “savoir” ; on ne fait pas de politique-histoire sans cette passion, c’est-à-dire sans ce lien sentimental entre les intellectuels et le peuple-nation. »

Edoardo Sanguineti, La conscience de classe. Comment adhère-t-on au matérialisme historique ?, trad. Iris Berger Peilon et Sarah Borderie, Asinamali, 2019, 96 p., 12 € [présentation en ligne]

« “Il n’existe pas de conscience de classe s’il n’existe pas de haine de classe. Cette expression est tellement démodée, tellement désuète, que c’est précisément pour cela qu’elle mérite que je m’y arrête un moment. Il est déplorable que quatre-vingt-dix-huit pour cent, si on veut faire preuve d’optimisme, des gens qui habitent cette planète n’aient pas de conscience de classe, et soient en réalité des prolétaires, ou des sous-prolétaires, ce qui est encore plus terrible et dangereux.”
Aujourd’hui plus que jamais, le culte du nouveau s’applique aussi au champ du savoir et l’information s’automutile de tout ce qui la précède. Victime elle aussi de l’obsolescence typique du savoir-marchandise, une expression si incommodante, dangereuse et actuelle que celle de « lutte des classes » a sombré dans l’oubli.
À travers un langage captivant et provoquant, Sanguineti revient donc nous parler de nouveau prolétariat, nous propose un guide en trompe-l’œil d’adhésion au matérialisme historique et, en revendiquant l’incroyable actualité de la pensée marxiste, nous invite à relire la conscience de classe comme un hymne à la connaissance. »

Alastair Hemmens, Ne travaillez jamais. La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord, préface d’Anselm Jappe, Crise & Critique, 2019, 330 p., 16 € [présentation en ligne]

 « Qu’est-ce que le travail ? Pourquoi travaillons-nous ? Depuis des temps immémoriaux, les réponses à ces questions, au sein de la gauche comme de la droite, ont été que le travail est à la fois une nécessité naturelle et, l’exploitation en moins, un bien social. On peut critiquer la manière dont il est géré, comment il est indemnisé et qui en profite le plus, mais jamais le travail lui-même, jamais le travail en tant que tel. Dans ce livre, Hemmens cherche à remettre en cause ces idées reçues. En s’appuyant sur le courant de la critique de la valeur issu de la théorie critique marxienne, l’auteur démontre que le capitalisme et sa crise finale ne peuvent être correctement compris que sous l’angle du caractère historiquement spécifique et socialement destructeur du travail. C’est dans ce contexte qu’il se livre à une analyse critique détaillée de la riche histoire des penseurs français qui, au cours des deux derniers siècles, ont contesté frontalement la forme travail :  du socialiste utopique Charles Fourier (1772-1837), qui a appelé à l’abolition de la séparation entre le travail et le jeu, au gendre rétif de Marx, Paul Lafargue (1842-1911), qui a appelé au droit à la paresse (1880) ; du père du surréalisme, André Breton (1896-1966), qui réclame une « guerre contre le travail », à bien sûr, Guy Debord (1931-1994), auteur du fameux graffiti, « Ne travaillez jamais ». Ce livre sera un point de référence crucial pour les débats contemporains sur le travail et ses origines. »

Juan Chingo, Gilets jaunes. Le soulèvement (Quand le trône a vacillé), Communard.e.s, 2019, 206 p., 12 € [présentation en ligne]

« Aussi éruptif et spontané soit-il, le soulèvement des Gilets jaunes est loin d’être un éclair dans un ciel serein, comme le démontre Juan Chingo tout au long de ce livre qui remonte à l’élection d’Emmanuel Macron, en mai 2017. Alors que l’illusion d’un Macron « Jupiter » était relayée par la majorité des médias, des analystes et des courants politiques, y compris à l’extrême gauche, Juan Chingo saisit les contradictions et les faiblesses qui se cachent derrière cette image de force. Il montre comment Macron, qui parvient à asséner des coups importants au monde du travail et à la jeunesse lors de sa première année de mandat, a essentiellement pu compter sur la fragmentation politique de ses opposants de droite comme de gauche, et sur la compromission des directions des principales centrales syndicales et du mouvement ouvrier. L’auteur expose en quoi Macron est le résultat de tendances larvées à la crise organique du capitalisme hexagonal tout autant qu’une tentative de les résoudre en s’appuyant sur la crise des médiations traditionnelles avec lesquelles les classes dominantes ont dirigé sous la Ve République pour tenter de consolider un bloc bourgeois qui dépasse l’ancien bipartisme. Mais le macronisme est traversé de part en part de contradictions structurelles, si bien que bien avant le 17 novembre Juan Chingo insistait déjà sur les éléments fondamentalement instables de la situation politique, après l’affaire Benalla et la crise gouvernementale de la rentrée 2018, et ce alors même que Macron avait réussi à imposer une défaite aux cheminots et à la jeunesse au printemps 2018.
Que le mouvement rebondisse ou pas au cours de l’été, la question n’est pas là. Depuis plus de six mois, les Gilets jaunes bouleversent les plans de Macron et font preuve d’une détermination et d’une colère comme il n’en avait plus été donné à voir depuis longtemps. De ce point de vue le mouvement des Gilets jaunes possède d’ores et déjà une portée historique, tant du point de vue de la peur qu’il a suscité du côté de la bourgeoisie qui s’était convaincue que le spectre de la révolution avait disparu, que de celui du mouvement ouvrier, ankylosé par le rôle joué par ses directions officielles et bureaucratiques ces dernières décennies, et qui a beaucoup à tirer de l’expérience des Gilets jaunes. »

Sandro Mezzadra et Brett Neilson, La frontière comme méthode ou la multiplication du travail, trad. Julien Guazzini, l’Asymétrie, coll. « La cause est l’effet », 2019, 470 p., 20 € [présentation en ligne]

« On a coutume de dire, pour s’en féliciter ou le déplorer, que les frontières seraient en train de s’estomper et de disparaître. A rebours de ces lieux commun, ce livre démontre qu’au contraire les frontières prolifèrent dans le monde actuel et ce, sous des formes et selon des configurations mouvantes, et en constante réinvention, au fil des flux de capitaux, de marchandises et de personnes qu’elles articulent, mais aussi au rythme des luttes qui les environnent et les bousculent. Sandro Mezzadra et Brett Neilson proposent ici un nouveau paradigme qui décloisonne disciplines et théories pour comprendre comment les frontières sont devenues le laboratoire des mutations du capitalisme et de l’État. »

Beverly J. Silver, Forces du travail. Les conflits ouvriers et la globalisation depuis 1870, trad. Julien Guazzini, l’Asymétrie, coll. « la cause est l’effet » [présentation en ligne]

Disponible cet été au format pdf sur le site https://editionsasymetrie.org/frontieres/category/forces-du-travail-beverly-j-silver/ en complément de la publication papier de La Frontière comme méthode ou la multiplication du travail.

« Refondant les études sur le travail à partir d’un cadre historique et mondial, Beverly Silver s’appuie dans ce livre de 2003 sur une importante base de données et d’études des conflits dépendants du travail à travers le monde pour montrer comment les mouvements ouvriers locaux ont été liés à des processus politiques, économiques et sociaux en cours à l’échelle mondiale depuis la fin du XIXe siècle. Grâce à une analyse empirique approfondie des industries globales sélectionnées, elle démontre comment les principaux lieux de troubles ouvriers ont changé d’un pays à l’autre en même temps que les changements dans la localisation géographique de la production. Elle montre comment les principaux lieux de troubles du travail ont évolué au fil du temps, parallèlement à la montée ou la décroissance de nouveaux secteurs avancés du développement capitaliste et démontre que les mouvements de main-d’œuvre ont été profondément intégrés (à la fois comme cause et comme effet) dans la dynamique politique mondiale. Le livre se conclut sur l’exploration des formes probables que prendront les mouvements ouvriers émergents au XXIe siècle. »

Stuart Hall, Identités et cultures 2. Politiques des différences, trad. Florian Vörös et Aurélien Blanchard, Amsterdam, 2019 [2013], 400 p., 20 € [présentation en ligne]

« Ce second volume d’anthologie des textes de Stuart Hall – pionnier des cultural studies et figure majeure de la pensée critique – porte sur les conditions d’émergence de la différence et en interroge les usages politiques. Il rend compte des processus de formation et transformation des identités, démontant les mécanismes de racialisation et exposant les ressorts de la politique identitaire. Foncièrement constructivistes, intersectionnels avant la lettre, ces écrits donnent à penser le caractère contextuel et instable de toute identité et les modalités d’articulation des rapports sociaux. S’ils soulignent avec force ce qui dans l’expérience subjective déjoue les assignations, ils interrogent aussi la persistance du racisme et sa dimension structurelle. L’originalité des textes de Hall sur le racisme réside dans une approche profondément matérialiste, mais qui prend en considération la dimension discursive de la production des « différences ». Aussi étudie-t-il le rôle joué par la représentation médiatique dans la constitution de l’idéologie raciste, autant que l’importance des résistances à l’ordre visuel dominant qui régule l’apparition des groupes minorisés.
La nouvelle édition de ce recueil propose deux textes supplémentaires, ainsi qu’une préface inédite dans laquelle Maxime Cervulle propose une analyse critique des différentes conceptualisations du racisme qui ont parcouru l’œuvre de Stuart Hall et le champ des cultural studies. »

Sebastian Haffner, La Commune de Paris / Die Pariser Kommune, édition bilingue, trad. Pierre Rusch, Éditions de Fallois/Edition Europolis, 2019, 120 p., 15 € [présentation en ligne]

« Le court essai qu’Haffner a consacré à la Commune de Paris occupe une place singulière dans son œuvre. C’est le regard d’un grand intellectuel allemand sur la plus grande tragédie sociale du XIXe siècle en France. Que trouve-t-on dans ce texte ?
Non pas une nouvelle histoire de la Commune mais une réflexion approfondie sur sa signification et ses répercussions. Les faits essentiels sont rappelés sans rien omettre de la barbarie versaillaise ni de la répression judiciaire qui en a prolongé les effets.
Mais Haffner évoque également les idées “communardes” qui allaient plus tard être reprises dans la législation sociale. Il s’attache à montrer l’attitude évolutive de Marx d’abord très sévère pour l’aventurisme du soulèvement populaire spontané avant de reprendre le flambeau de la Commune assassinée dans La Guerre civile en France, flambeau qui sera repris à son compte par Lénine.
Historiquement, conclut Haffner, la Commune est certes une page de l’Histoire de France mais l’opprobre qui s’attache encore au souvenir de son écrasement en fait un mythe universel. En une formule qui rappelle le début du Manifeste communiste il écrit : “Les spectres des fusillés continuent de se battre aujourd’hui encore. Ils hantent toutes les révolutions du XXe siècle.” »

Samuel Bamford, La Vie d’un radical anglais au temps de Peterloo, trad. Laurent Bury, coll. « Histoire », Les Éditions sociales, 2019, 400 p., 25 € [présentation en ligne]

« Manchester, 16 août 1819. Quelque 60 000 personnes, hommes, femmes et enfants, surtout des ouvrières et ouvriers du textile, sont rassemblées pacifiquement pour des réformes démocratiques. À peine le meeting a-t-il commencé que la troupe charge et sabre la foule, tuant 15 personnes et en blessant plus de 600 : c’est le massacre de Peterloo. Le tisserand Samuel Bamford (1788-1872) avait conduit les habitants de sa ville jusqu’au rassemblement. Dans ses mémoires, il a laissé le récit le plus saisissant de l’événement qui nous soit parvenu. Il raconte d’une plume alerte son engagement dans l’agitation radicale entre 1816 et 1821, une époque de récession économique et de crise politique. Bamford emmène ses lecteurs dans les tavernes pour des réunions radicales, dans les prisons et sur les routes du pays qu’il traverse à pied. Il nous fait rencontrer les radicaux célèbres de l’époque, mais aussi une foule d’anonymes des classes populaires.
Ces mémoires exceptionnels, publiés entre 1839 et 1842, “une lecture essentielle pour tout Anglais”, selon l’historien E.P. Thompson, paraissent en français pour la première fois. »

Flora Tristan, L’émancipation de la femme ou Le testament de la Paria, Manucius, coll. « Lieux d’Utopies », 2019, 114 p., 10 € [présentation en ligne]

 « Est-ce que l’intelligence suprême a pu lancer le soleil dans l’espace et ordonner la marche merveilleuse des sphères pour que des êtres à gros ventre et à figure sans génie brocantent entre eux les produits de la terre, y compris les hommes, afin de parvenir à manger seuls, à avoir seuls des maisons et des vêtements, à jouir seuls enfin, non pas de la pensée, mais du pouvoir d’étouffer la pensée !
Vous n’avez pas le droit, Madame, de réclamer l’émancipation de la femme, m’ont dit ces hommes.
Quoi ! parce que je n’ai ni état dans le monde, ni considération parmi les gens comme vous ; parce que je suis froissée, brisée à chaque pas ; parce que je crie sans qu’on daigne m’entendre ; parce que je dévore mes larmes ; parce que je m’arme de toute l’énergie d’un légitime orgueil contre les lâches qui m’écrasent, je serai la seule qui n’aurai pas le droit de me plaindre ! »

Le Premier mai dans l’histoire du mouvement ouvrier. Anthologie, Éditions Science marxiste, 2019, 494 p., 10 € [présentation en ligne]

«Le Premier mai est né comme journée de lutte des prolétaires contre les capitalistes. Et ce, avant tout, dans ses origines historiques : le grand affrontement de classe qui se déroula à Chicago en mai 1886, réprimé, dans le paradis démocratique des Etats-Unis, par la république bourgeoise par excellence. Puis dans son développement, généralisé par la IIe Internationale en 1889 en tant que journée de lutte internationale pour la réduction ” par voie légale ” du temps de travail.
A travers les décennies et les continents, le Premier mai est devenu une tradition de classe, construite, conquise et imposée par la lutte, au-delà des divisions nationales, ethniques ou religieuses. Le Premier mai témoigne de ce que la lutte pour l’émancipation de la classe ouvrière n’est pas un problème national, mais un problème social. Partout où le mode de production capitaliste a pénétré, c’est-à-dire aujourd’hui le monde entier, le prolétariat s’est développé et a inévitablement mené sa lutte.
Le Premier mai est devenu une régularité politique de cette lutte internationale. Le livre de parti que nous présentons, enrichi de nouveaux matériaux pour la première édition française, en offre un échantillon toujours actuel. […]
Il est crucial que le Premier mai continue de transmettre la pratique internationaliste au sein de la classe et devienne une tradition aussi pour les nouveaux travailleurs immigrés, qui continueront à alimenter les strates profondes du prolétariat métropolitain, mais ce n’est pas suffisant.
L’internationalisme militant est le seul antidote pour ne pas finir à la remorque aussi bien des idéologies des populistes nationaux que de celles de l’européisme. L’enracinement du parti léniniste en Europe est la tâche à l’ordre du jour. Amener et reconstruire l’internationalisme dans le troisième millénaire est la bataille militante des communistes. C’est l’actualité du Premier mai rouge et prolétarien. »