Veille bibliographique #10 (Mai 2019)

Quelques ouvrages parus en mai 2019.

Michael Burawoy, Conversations avec Bourdieu, trad. J. S. Carbonell, U. Palheta, A. Perdoncin et Q. Ravelli, Amsterdam, 2019, 272 p., 19 € [présentation en ligne]

« Comment se perpétue la domination ? Comment les dominés peuvent-ils s’y soustraire ? Et comment les intellectuels peuvent-ils y contribuer ? Si les réponses apportées par Bourdieu ont fait de lui un classique des sciences sociales, les débats que suscitent ses travaux en France sont souvent pris dans une fausse alternative entre une option polémique qui rejette en bloc son analyse de la reproduction sociale et une lecture académique à tendance hagiographique, sinon strictement instrumentale.
Pour sortir de cette ornière, le sociologue Michael Burawoy confronte cette œuvre aux théories les plus ambitieuses qui lui disputent la compréhension de la domination de classe, du racisme et du patriarcat, mobilisant les apports de Gramsci sur l’hégémonie, de Freire sur la pédagogie, de Beauvoir sur la domination masculine ou encore de Fanon sur le colonialisme. Lecture originale autant qu’introduction magistrale, ces Conversations soulignent les omissions et les contradictions d’une œuvre qui théorise la domination sans penser l’émancipation. Elles posent ainsi les bases d’un nécessaire renouvellement de la sociologie critique. »

Jean-Numa Ducange , Marx à la plage. Le Capital dans un transat, Dunod, coll. « À la plage », 2019, 144 p., 15,90 € [présentation en ligne]

« Karl Marx est universellement connu pour ses théories sociales et économiques, notamment autour du capital. De nombreux mouvements révolutionnaires ont adopté sa pensée, le marxisme.
L’ouvrage de J.-N. Ducange reprend en les vulgarisant la pensée de Marx ainsi que son ouvrage majeur qui reste une référence : Le Capital. Il s’intéresse également à sa postérité et son influence de sa mort à nos jours. »

Elaine Mokhtefi, Alger, capitale de la révolution. De Fanon aux Black Panthers, La Fabrique, 2019, 288 p., 15 € [présentation en ligne]

« À partir de ses années parisiennes – en pleine guerre d’Algérie – et pendant deux décennies, la trajectoire d’Elaine Mokhtefi, jeune militante américaine, a épousé celle de la cause algérienne. Ce combat la mène à New York, au siège des Nations unies avec la délégation du FLN ; à Accra, aux côtés de Frantz Fanon pour le congrès de l’Assemblée mondiale de la jeunesse ; à Alger, enfin, où elle atterrit en 1962, quelques semaines après l’indépendance. Elle y restera jusqu’en 1974. Journaliste, interprète et organisatrice efficace, elle assiste, remplie d’espoir, aux premiers pas de la jeune république, accueille les Black Panthers en exil et participe à mettre sur pied le Festival panafricain d’Alger. Ses mémoires témoignent de l’effervescence des luttes anticoloniales des années 1960, vécue dans l’intimité des grandes figures de l’époque – Ben Bella, Castro, Eldridge Cleaver –, dans une ville qui a gagné avec sa liberté des allures de capitale de la révolution mondiale. Une histoire fascinante, qu’Elaine Mokhtefi raconte avec une passion et une conviction intactes. »

Christine Delphy et Diana Leonard, L’exploitation domestique, Syllepse, coll. « Féminismes et genre », 2019, 308 p., 23 € [présentation en ligne]

« Le constat est implacable : le partage des tâches domestiques n’existe pas. Il ne s’agit pas, nous disent Christine Delphy et Diana Leonard, du seul produit d’une mauvaise volonté des hommes qui profitent de ce travail gratuit, mais plus fondamentalement d’un système d’exploitation et d’oppression qui dépasse les relations affectives que peuvent entretenir les individus concernés : le patriarcat, et dans le patriarcat, le mariage, y compris le concubinage et le pacsage.
Celui-ci s’incarne concrètement dans une exploitation domestique – qui ne s’applique pas seulement au travail dit « ménager » – dont les autrices s’attachent à dévoiler les mécanismes dans cet ouvrage où la lectrice ou le lecteur ne manqueront pas de reconnaître leurs propres moments de vie quotidienne.
Les autrices proposent ici une nouvelle approche radicale de la subordination des femmes dans les sociétés occidentales focalisée sur la famille, en tant que système économique. Elles révèlent que celle-ci constitue en réalité un système de rapports de production dont les hommes sont les artisans – politiques, juristes et autres gouvernants – et les bénéficiaires – tous les autres. Ce sont la structure hiérarchique et les rapports de production entre les membres de la famille qui sont ici mis à jour. Pour les autrices, la subordination des femmes constitue un cas particulier d’exploitation économique qui ne réduit pas au capitalisme dominant dans nos sociétés. Exploitation domestique et exploitation capitaliste ne peuvent se confondre même si l’un et l’autre doivent être renversés.
Ouvrage de référence du féminisme matérialiste, L’Exploitation domestique est publié ici pour la première fois en français. »

Henry Bernstein, L’agriculture à l’ère de la mondialisation. Transformations agraires et dynamiques de classes, trad. de l’anglais et préf. Edouard Morena, éditions Critiques, 2019, 204 p., 15 € [présentation en ligne]

« Quel point commun entre un villageois pauvre et sans terre du Bangladesh, l’agriculture américaine hautement capitalisée, un couple d’exploitants tanzaniens destinant leur récolte à l’exportation et les grandes exploitations brésiliennes ? Peut-on vraiment les réunir sous le terme « agriculteur » sans passer à côté des rapports réels de domination et de la façon dont s’organise l’activité agricole au sein de notre économie mondialisée ?
Cet ouvrage, d’une clarté remarquable, est une référence incontournable pour comprendre les différents rapports formant les dynamiques et les luttes de classes au sein du monde agricole actuel : rapports de pouvoir, de genre, d’exploitation, rapports Nord/Sud. Alliant une approche historique, une explication des concepts clés et de nombreux cas concrets à travers le monde, ce livre est une lecture indispensable pour tous ceux souhaitant comprendre le monde agricole pour mieux le transformer. »

Pierre Odin, Pwofitasyon. Luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2019, 320 p., 22 € [présentation en ligne]

« Lorsque survinrent, au début de l’année 2009, de vastes mouvements de grève générale contre la vie chère à l’appel du Liyannaj Kont Pwofitasyon en Guadeloupe et du Kolectif 5-Févrié en Martinique, nombreuses furent les réactions d’étonnement face à la radicalité, l’ampleur et la durée de ces deux mobilisations. Que pouvait-il donc y avoir de si intolérable dans la cherté de la vie pour que, par milliers, les Antillais cessent le travail, descendent dans la rue et occupent les places ? Peu comprenaient, de l’extérieur, la volonté farouche de quelques organisations de travailleurs venues dénoncer la pwofitasyon, cette « exploitation outrancière, capitaliste et colonialiste », en exhibant publiquement les rouages les plus secrets de la machine qui semblait s’être alors enrayée.
S’appuyant sur une enquête sociologique et historique mêlant entretiens, observations de terrain et travail dans les archives, cet ouvrage revient sur le rôle du syndicalisme dans les mobilisations en Guadeloupe et en Martinique, depuis la période tumultueuse des luttes révolutionnaires et anticolonialistes des années 1960-1970 jusqu’à nos jours, et sur la grève générale de l’hiver 2009, moment demeuré ouvert à tous les possibles. »

Julien Vignet, « Égoïste point ne seras », Esquisse d’une histoire sociale de l’associationnisme, Noir et rouge, 2019, 146 p., 15 € [présentation en ligne]

« L’associationnisme est le premier socialisme, celui des partageux.
Il revendiquait l’auto-organisation et la solidarité entre égaux. À l’âge d’or de l’associationnisme, lors de la révolution de 1848, va succéder un premier infléchissement par la répression et par un encadrement via le paternalisme et la philosophie bourgeoise de la philanthropie. La construction de l’État social va finir de dissoudre ce socialisme antiautoritaire, après que nombre de socialistes se sont rangés du côté de la prise de pouvoir de l’appareil d’État. L’associationnisme va toutefois ressurgir ici et là, réinventé, notamment chez les anarchistes. Le rapport à l’histoire s’est lentement effacé. Comme si rien aupa-ravant n’avait existé comme rébellions, expérimentations sociales et luttes d’émancipation, comme si nous n’étions pas en partie les héritiers et héritières de celles-ci. C’est un bout de cette histoire qui est tenté d’être raconté, parce que nous ne pouvons pas laisser l’histoire aux vainqueurs. Non par seul goût pour les études sociales, mais du fait que cette histoire peut permettre de s’approprier et d’éclairer nos luttes d’aujourd’hui. Face au développement des ravages capitalistes et industriels, il n’y a pas à chercher aveuglément la réédition des exploits des partageux. Les conditions ne sont plus les mêmes. Ils ont de toute façon échoué à renverser le « vieux monde » qui, à l’époque, était encore jeune. Pour autant, ils peuvent encore inspirer des pratiques et des intentions. Cet ouvrage est donc aussi une proposition, sous le signe d’un pari. »

André Gorz, Penser l’avenir. Entretien avec François Noudelmann, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 128 p., 10 € [présentation en ligne]

« Penseur singulier, inspiré notamment par Jean-Paul Sartre, André Gorz (1923-2007) pose sans relâche la question fondamentale du sens de la vie et du travail, maintenant le cap sur la liberté et l’émancipation du sujet. Existentialiste, marxiste atypique, anticapitaliste, il est aussi l’un des premiers artisans de l’écologie politique.
Au fil du temps, ses réflexions ont porté sur l’aliénation de l’homme contemporain, la question du travail à l’époque de l’automatisation, la libération de la vie tandis que s’imposaient l’urgence écologique et la nécessaire décroissance, la précarité et le dépassement du salariat. Une pensée audacieuse qui refuse le conformisme et le confort de positions établies pour explorer de nouveaux champs et rendre à l’humain toute sa place.
En 2005, François Noudelmann a mené un long entretien avec le philosophe, pour partie diffusé sur France Culture. Penser l’avenir restitue la totalité de ces échanges qui revisitent le parcours de Gorz, et offrent une introduction accessible à son œuvre. »

Willy Gianinazzi, André Gorz, une vie, La Découverte, coll. « La Découverte Poche », 2019 [2016], 456 p., 13 € [présentation en ligne]

Sortie en poche de l’ouvrage paru en 2016.
« Cette première biographie d’André Gorz (1923-2007) retrace le parcours de l’un des penseurs les plus clairvoyants de la critique du capitalisme contemporain. Né Gerhart Hirsch à Vienne, ce « métis inauthentique », existentialiste, autodidacte, qui pose la question fondamentale du sens de la vie et du travail, explore de nouveaux territoires théoriques. Anticapitaliste, il est très proche de l’extrême gauche italienne et incarne l’esprit de 68. Il est aussi l’un des premiers artisans de l’écologie politique et de la décroissance. Une pensée en mouvement, au service de l’autonomie, du temps libéré, de l’activité créatrice et du bien-vivre. L’intellectuel André Gorz, rédacteur aux Temps modernes, se double du journaliste qui signe Michel Bosquet dans L’Express avant de participer à la fondation du Nouvel Observateur. Cette biographie d’une figure singulière revisite aussi un demi-siècle de vie intellectuelle et politique, un voyage au cours duquel on croise Sartre et Beauvoir, mais aussi Marcuse, Castro, Cohn-Bendit, Illich, Guattari, Negri et bien d’autres. Au-delà de ses poignants récits autobiographiques – Le Traître (1958) et Lettre à D. (2006) –, qui témoignent de sa profonde humanité, André Gorz offre une boussole précieuse à tous ceux qui croient qu’un autre monde reste possible. »

Anne Steiner, Les En-dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle Époque »,  L’Échappée, nouvelle édition, 2019 [2007], 288 p., 19 € [présentation en ligne]

Nouvelle édition revue et augmentée.
« Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des « en-dehors ». Refusant de se soumettre à l’ordre social dominant, ils rejettent aussi tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques. Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation collective.
Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres aux classes populaires, les conduit à inventer d’autres relations entre hommes et femmes, entre adultes et enfants, et à développer un art de vivre transgressif. Leur refus du salariat les conduit à expérimenter la vie en communauté et à inventer d’autres modes de consommation, mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme – dont le périple tragique de la « bande à Bonnot » est la plus célèbre illustration.
En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean, arrivée à Paris à l’âge de seize ans, devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours sert de fil conducteur à ce passionnant récit. À ses côtés, nous découvrons tous les acteurs de cette épopée anarcho-individualiste qui ont expérimenté ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans cent ans qu’il faut vivre en anarchiste ». Exigence que plus d’un paya de sa liberté et même de sa vie. »

Aragon, Un jour du monde (chroniques de Ce soir). 2e partie : 1939 jusqu’au pacte germano-soviétique, Delga, Annales de la Société des amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, 2019, 465 p., 22 € [présentation en ligne]

Aragon n’est pas seulement un poète et un romancier, il est aussi un journaliste et on ne saurait véritablement l’apprécier dans toutes ses dimensions sans avoir pris connaissance de ses articles de journaux. Ceux qui ont été publiés dans Ce soir sous le titre Un jour du monde à partir de septembre 1938 ont une importance particulière parce qu’ils donnent son point de vue sur une période capitale, celle qui mène à la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient jusqu’à présent disponibles seulement dans les bibliothèques spécialisées. Les Annales les présentent. Ce numéro reproduit les textes de 1939, jusqu’à l’interdiction de Ce soir à la suite du pacte germano-soviétique, en août 1939.

Myrtille, giménologue, Les chemins du communisme libertaire en Espagne : 1868-1937. T. 3 : (Nouveaux) Enseignements de la révolution espagnole. Juillet 1936-septembre 1937, éd. Divergences, coll. « Imaginaires subversifs », 2019, 260 p., 15 € [présentation en ligne]

« “Jusqu’à quel point le mouvement révolutionnaire fut il responsable de sa propre défaite ?” demandait Vernon Richards en 1953. Dans l’Espagne de 1936, que restait-il du projet communiste libertaire après le 19 juillet quand en le propulsant en Catalogne, en Aragon et en pays valencien, un certain nombre de militants de la CNT-FAI se rendirent compte qu’ils agissaient à contre-courant de leur organisation ? Comment parler encore de sortie du capitalisme quand un syndicat anarcho-syndicaliste « collectivise » le secteur productif sous l’égide de l’État, incite la classe ouvrière à s’adapter « au panorama économico-industriel du monde », et repousse aux calendes grecques l’abolition du salariat ? »

Kenneth Rexroth, Le communalisme. Les communautés affinitaires et dissidentes, des origines jusqu’au XXe siècle, trad. de l’anglais (États-Unis) Hervé Denès, L’Insomniaque, 2019, 320 p., ill., 22 € [présentation en ligne]

“Les communautés affinitaires dissidentes remontent à la plus haute antiquité. C’est leur histoire tumultueuse que Kenneth Rexroth relate dans ce livre, publié aux États-Unis en 1974, au soir de sa vie de poète et d’en-dehors.
Les millénaristes du Moyen Âge et de la Renaissance puis les communautés utopiennes des deux derniers siècles ont incarné la quête optimiste, du partage des ressources et des émois, inspirée par le rejet de l’ordre établi. Ces courants très divers – ascétiques ou orgiaques, mystiques ou « matérialistes » – constituent une tendance historique constante que Rexroth nomme le communalisme.
Ce récit montre comment une foi teintée de messianisme a continué d’imprégner les tentatives de mise en commun, même quand elles étaient laïques et « scientifiques » – comme celle des fouriéristes, icariens et autres anarchistes, à une époque où la révolution ne semblait pas impossible. Rexroth évoque aussi longuement les communautés affinitaires qui se sont formées aux États-Unis jusqu’en 1974. “

Patrick Tort, L’intelligence des limites. Essai sur le concept d’hypertélie, Gruppen, 2019, 220 p., 25 € [présentation en ligne]

« Dans la langue des naturalistes, on nomme hypertélie le développement d’une partie anatomique ou d’un caractère au-delà de son niveau optimal d’utilité. […] De telles structures, en continuant de grandir bien plus que ne le requérait leur fonction initiale, seraient devenues « monstrueuses » et nuisibles à leurs détenteurs par une sorte d’inertie de croissance handicapante, désadaptative, et tendanciellement fatale à la survie de l’espèce lors d’un changement ultérieur de ses conditions de vie.
Contre de trop rapides commentaires qui concluaient au caractère « non darwinien » du concept d’hypertélie et, de là, à son inanité, Patrick Tort démontre son origine darwinienne dans la théorie de la sélection sexuelle et en tire un instrument puissant pour penser la naissance bio-éthologique du symbolique comme surcharge de l’apparence dans le champ de la séduction, et pour modéliser les conséquences dévastatrices du dogme d’une croissance sans limite, propre au capitalisme contemporain. »
[Recension de Lilian Truchon dans L’Humanité]

Revue Jaggernaut, « Anticapitalisme tronqué et populisme transversal », n° 1, éditions Crise & Critique, 2019, 430 p., 16 € [présentation en ligne]

« Jaggernaut est à l’origine le nom du char processionnel de la déesse hindoue Vichnou. « Le culte de Jaggernaut », écrit Marx, « comprenait un rituel très pompeux et donnait lieu à un déchaînement du fanatisme qui se manifestait par des suicides et des mutilations volontaires. Les jours de grandes fêtes religieuses, des fidèles se jetaient sous les roues du char portant la statue de Vichnou-Jaggernaut ». Une métaphore, que Marx va employer à plusieurs reprises en parlant des êtres humains jetés « sous les roues du Jaggernaut capitaliste », afin de pointer la dimension sacrificielle, fétichiste  et destructrice du capitalisme. Se voulant une passerelle entre les mondes germanophone, lusophone et francophone, Jaggernaut constitue la première revue en langue française liée aux courants internationaux de la « critique de la valeur » et de la « critique de la valeur-dissociation ». Inspirée par Marx mais sans s’y limiter, la critique de la valeur-dissociation procède d’une critique radicale du travail et de l’argent, de la marchandise et de la valeur marchande, de l’Etat et du patriarcat, du sujet moderne et des idéologies de crise. Les articles de Jaggernaut – originaux ou traduits – analysent autant les problèmes théoriques de fond que les formes concrètes de la crise de la société. Animée par un collectif d’auteurs et de traducteurs, cette revue comprend un dossier sur une thématique d’actualité et un “Varia”. »
Articles de Norbert Trenkle, Mark Loeffler, Clément Homs, William Loveluck, Roswitha Scholz, Anselm Jappe, Robert Kurz, Karl-Heinz Lewed, Benoît Bohy-Bunel, Frederico Lyra de Carvalho.