Veille bibliographique #1 (septembre-octobre 2018)

Quelques ouvrages parus ou à paraître en septembre-octobre 2018


Evgeny Pašukanis , La théorie générale du droit et le marxisme, L’asymétrie, coll. “Réverbération”, 2018, 300 p., 10€ [présentation en ligne] – sortie le 28 juin (rattrapage)

“Dans ce classique du marxisme paru en 1924 et considéré jusqu’à aujourd’hui comme la contribution la plus décisive sur le sujet générée par ce courant de pensée, le théoricien russe, et future victime des purges staliniennes, Evgeny Pašukanis réfute bien évidemment toutes les théories classiques concernant l’intemporalité et la neutralité du droit qu’il traite comme un phénomène historique propre au capitalisme et qui peut donc être dépassé en même temps que ce dernier. Mais contrairement à certains marxistes, il ne le cantonne pas non plus aux domaines de l’idéologie et de la « superstructure » et plutôt que de s’arrêter à son contenu, c’est la forme juridique elle même qu’il analyse et fait découler directement du rapport d’échange marchand. […] Cette réédition de la traduction de Jean-Marie Brohm est suivie d’une postface de Léon Loiseau : « Penser la réalité du droit avec E.B Pašukanis ».”

Vivek Chibber, La théorie postcoloniale et le spectre du capital, L’asymétrie, coll. “Sous les tropismes”, 2018, 400 p., 20€ [présentation en ligne] – sortie le 24 août (rattrapage)

La critique radicale mais très informée de la théorie postcoloniale que contient l’ouvrage de Vivek Chibber, professeur de sociologie à l’université de New York et notamment co-éditeur avec Robert Brenner de Catalyst : A Journal of Theory and Strategy (publié par le magazine Jacobin depuis 2017), n’a cessé de provoquer de nombreux débats depuis la parution de l’ouvrage en anglais en 2013. La parution de la traduction française, qui suit celle de Subaltern Studies. Une anthologie, s’accompagne d’ailleurs de la création par l’éditeur d’un site consacré aux Subaltern studies et aux débats post-coloniaux : https://subalternes.com/ ou https://editionsasymetrie.org/subaltern/.

Étienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, La découverte, 2018, 348 p., 14€ [présentation en ligne] – sortie le 6 septembre

Réimpression d’un ouvrage désormais classique, paru pour la première fois en 1988. “Ce livre est ensuite un dialogue entre deux auteurs, historien et philosophe, américain et français, chacun représentant à sa façon un courant et une expérience de rencontre entre la recherche théorique et l’activité militante au cours des trente dernières années. D’un texte à l’autre, les divergences se redistribuent, les convergences se dégagent en vue de l’analyse des conflits sociaux de demain, dans l’espace de la politique-monde où la crise de la forme nation s’accompagne de la flambée du nationalisme. Enfin ce livre est une tentative pour avancer sur les questions qui ont été traditionnellement les points faibles de la conception marxiste de l’histoire, et qui peuvent devenir les points forts de sa refonte, après Braudel, après Althusser l’espace du capitalisme périphérique, l’idéologie dominante.”

Henri Lefebvre, La proclamation de la Commune, 26 mars 1871, La Fabrique, 2018, 416 p., 20€ [présentation en ligne] – sortie le 12 septembre

“Récit des mois qui précèdent « l’affaire des canons », puis récit au jour le jour et heure par heure quand le rythme des événements s’accélère, La proclamation de la Commune brosse le portrait fascinant du Paris insurgé […]. Malgré son œuvre inaboutie, ses échecs militaires ou ses contradictions idéologiques, la Commune reste pour Henri Lefebvre un moment unique de « révolution totale », et son héritage est immense : transformation de la vie quotidienne, critique radicale de l’État et « suprême tentative de la ville pour s’ériger en mesure et norme de la réalité humaine », elle est aussi « la plus grande fête du siècle et des temps modernes ». Fête populaire et citadine bouleversant le temps, l’espace et les rapports sociaux, telle fut la forme spontanée du soulèvement des masses parisiennes qui donne son « style » à la Commune”. L’ouvrage de Henri Lefebvre, paru pour la première fois en 1965, est réédité avec un texte de 2008 de Daniel Bensaïd en avant-propos.

Louis Althusser, Que faire ?, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 2018, 144 p., 14€ [présentation en ligne] – sortie le 19 septembre

“Que faire ? Telle est la question que se posa Lénine en 1901, alors qu’il éprouvait des doutes sur la capacité révolutionnaire du monde ouvrier russe. Soixante-dix-sept ans plus tard, Louis Althusser décide de se l’adresser aussi. Confronté au reflux de Mai 68 et aux renoncements successifs du Parti communiste, il souhaite offrir à ses lecteurs un bref vade-mecum pour la révolution à venir. Un vade-mecum ramassé et tranchant, brillant et nerveux, tout entier tourné vers un objectif : parvenir à organiser la lutte de la classe ouvrière, de telle sorte qu’elle puisse l’emporter sur la classe bourgeoise. Pour Althusser, c’est l’occasion d’une critique virtuose des écrits d’Antonio Gramsci et de l’eurocommunisme, qui séduisent alors de nombreux marxistes. Mais c’est surtout l’opportunité de tenter de dire, en quelques pages, ce qu’il n’avait pas réussi à énoncer ailleurs : quelles conditions concrètes il faut satisfaire pour qu’enfin la révolution ait lieu. Laissé inachevé, il est publié ici pour la première fois.”

Dionys Mascolo, Le communisme, Révolution et communication ou la dialectique des valeurs et des besoins, Lignes/IMEC, 2018, 648 p., 27€ [présentation en ligne] – sortie le 19 septembre

Nouvelle édition de cet ouvrage paru pour la première fois en 1953. Proche de Marguerite Duras et Robert Antelme, avec qui il forme le noyau dur du “groupe de la rue Saint-Benoît”, Dionys Mascolo est exclu avec ses deux ami-e-s du Parti communiste en 1950. Il ne renonce pas pour autant à penser le communisme, depuis l’extérieur du parti. “De quel « communisme » ce livre parle-t-il ? Pour dire vite, ou simplement, on proposera, au choix : un communisme surréaliste (surréalisant) ; un communisme littéraire ou, enfin, un communisme de pensée, libertaire, lesquels s’inspirent de Breton et de Bataille (pour une fois associés) et inspireront grandement Blanchot”.

Alain Badiou, L’immanence des vérités (L’être et l’événement, 3), Fayard, coll. “Ouvertures”, 2018, 724 p., 30€. [présentation en ligne] – sortie le 26 septembre

“Le socle philosophique de l’œuvre multiforme d’Alain Badiou (théâtre, romans, essais esthétiques ou politiques, éloges, polémiques…) est déposé dans trois grands livres, qui constituent une sorte de saga métaphysique : L’être et l’événement (1988), Logiques des mondes (2006) et enfin L’Immanence des vérités, auquel il travaille depuis une quinzaine d’années. Après avoir étudié vérités et sujets du point de vue de la théorie de l’être, après avoir rendu raison de ce que cette universalité des vérités et de leurs sujets peut se plier aux règles de l’apparaître dans un monde particulier, ce troisième volume aborde une question redoutable : d’où peut se soutenir que les vérités sont absolues, c’est-à-dire non seulement opposées à toute interprétation empiriste, mais encore garanties contre toute construction transcendantale ? […] Depuis sa naissance, la tâche de la philosophie ne tient qu’à ceci : créer, dans les conditions de son temps, le savoir de la possibilité existentielle du vrai.”

Karl Marx, Michael Löwy, Pier Paolo Poggio, Maximilien Rubel, Le dernier Marx. Communisme en devenir, Étérotopia, coll. “Rhizome”, 2018, 80 p., 12€. [présentation en ligne] – sortie le 3 octobre

L’ouvrage contient 4 textes : Michael Löwy, “La commune rurale russe : Marx et Engels, communistes romantiques ?” ; Pier Paolo Poggio, “Marx, marxiste hérétique” ; Maximilien Rubel, “Marx et l’avenir social de la Russie” ; Karl Marx, “La commune rurale et les perspectives révolutionnaires en russie (1877-1881)”.
Présentation du livre par Michael Löwy, Isabelle Garo et Tiziana Villani au Lieu Dit le samedi 13 octobre à 16h30 (6, rue Sorbier, 75020 Paris : métro L2 Ménilmontant ou L3 Gambetta – bus 96)

Frédéric Lordon, La condition anarchique. Affects et institutions de la valeur, Seuil, coll. “L’Ordre philosophique”, 2018, 288 p., 20€. [présentation en ligne] – sortie le 4 octobre

“Disons les choses d’emblée : la condition anarchique ici n’a rien à voir avec l’anarchisme qui intéresse la théorie politique. Lue étymologiquement, comme absence de fondement, an-arkhé, elle est le concept central d’une axiologie générale et critique. Générale parce qu’elle prend au sérieux qu’on parle de « valeur » à propos de choses aussi différentes que l’économie, la morale, l’esthétique, ou toutes les formes de grandeur, et qu’elle en cherche le principe commun. Critique parce qu’elle établit l’absence de valeur des valeurs, et pose alors la question de savoir comment tient une société qui ne tient à rien.  Aux deux questions, une même réponse : les affects collectifs. Ce sont les affects qui font la valeur dans tous les ordres de valeur. Ce sont les affects qui soutiennent la valeur là où il n’y a aucun ancrage. Dans la condition anarchique, la société n’a que ses propres passions pour s’aider à méconnaître qu’elle ne vit jamais que suspendue à elle-même.” 

Slavoj Zizek, L’actualité du Manifeste du parti communiste, Fayard, 2018, 96 p., 12€. [présentation en ligne] – sortie le 10 octobre

“Faut-il ranger le Manifeste du parti communiste parmi les documents qui jettent un regard éclairant sur le passé, et rien de plus ? Dans un paradoxe proprement dialectique, même les impasses et les échecs du communisme du XXe siècle, clairement fondés sur les limites du Manifeste, témoignent de l’actualité de ce texte : la solution marxiste classique a échoué, mais le problème demeure. Le communisme, aujourd’hui, n’est pas le nom d’une solution mais celui d’un problème, celui des communs dans toutes leurs dimensions : les communs de la nature, menacés par la pollution et l’exploitation ; les communs biogénétiques – le transhumanisme devient une perspective réaliste ; nos communs culturels, au premier rang desquels le langage, nos outils de communication et d’éducation, mais aussi les infrastructures ; et, last but not least, les communs comme espace universel de l’humanité, un espace dont personne ne devrait être exclu.”

Karl Marx, Manuscrits de 1857-1858, dits « Grundrisse », Les Éditions sociales, coll. “Les essentielles”, 2011, 930 p., 40€, réimpression en cours. [présentation en ligne] – sortie le 15 octobre

Les “manuscrits de 1857-1858”, plus connu sous le nom de « Grundrisse » pour Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie [Fondements à la critique de l’économie politique], désigne un ensemble de cahiers non publiés du vivant de Marx, écrits quelques années avant la publication de la Contribution à la critique de l’économie politique (1859) et du Livre I du Capital (1867). Nouvelle réimpression photonumérique de l’édition Jean-Pierre Lefebvre parue en 1980.Karl Marx, Manuscrits de 1857-1858, dits « Grundrisse », Les Éditions sociales, coll. “Les essentielles”, 2011, 930 p., 40€, réimpression en cours, sortie le 15 octobre 2018.

David Harvey, Géographie de la domination. Capitalisme et production de l’espace, Amsterdam, 2018, 15€ [présentation en ligne] – sortie le 19 octobre

Nouvelle édition en poche de l’ouvrage paru en 2008 aux Prairies ordinaires : nouvelle préface de Cécile Gintrac et trois textes inédits : un article développant le concept central de la théorie de Harvey, celui de « fix spatial », un autre consacré au renouvellement permanent des formes culturelles et des styles de vie, et enfin, une brillante relecture géographique du Manifeste du parti communiste.

Pour rappel :
Antonio Negri, Travail vivant contre capital, « Les propédeutiques », Les Éditions sociales, “les propédeutiques”, 2018, 145 p., 10€ [présentation en ligne] ;
Karl Marx, Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel
, Les Éditions sociales, « GEME », 2018, 348 p., 18 € [présentation en ligne] ;
Friedrich Engels, Écrits de jeunesse
, tome 2, Manchester, 1842-1844, Les Éditions sociales, « GEME », 2018, 360 p., 28 € [présentation en ligne]