Grundrisse – Une Logique du capital ? Hegel dans les Grundrisse

par Paul Guerpillon

lundi 17 décembre 2018

à 18h30, salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm

Karl Marx, The Grundrisse (trad. David McLellan), New York, Harper & Row, 1971
De façon manifeste, c’est très largement dans le vocabulaire de la dialectique hégélienne que Marx produit, dans les Grundrisse, sa théorie du capital. Il s’agira donc, lors de cette séance, de poursuivre notre lecture des Grundrisse en essayant d’interroger et de mesurer le statut de la référence à Hegel dans le texte – en particulier dans la première section du « chapitre du capital » : « Le procès de production du capital ».

Loin de se réduire à une simple ornementation rhétorique, il nous paraît que la Logique de Hegel constitue pour Marx le cadre de pensée à l’intérieur duquel il engendre dialectiquement, à partir des contradictions de la monnaie, un concept organique de capital compris comme « sujet vivant ». C’est d’abord cette genèse qu’il s’agira de reconstituer.

À la lumière de cet éclairage hégélien, il nous faudra alors interroger la façon dont Marx présente dans les Grundrisse sa théorie de la valeur-travail et de la survaleur, en essayant de présenter et de discuter la lecture hégélienne qu’a proposée Henri Denis : y a-t-il dans les Grundrisse, ainsi que le croit ce dernier, une tension irrésolue entre deux théories du capital incompatibles ? Marx retombe-t-il, avec sa théorie de la valeur-travail, en-deçà d’une compréhension authentiquement dialectique du capital ?


Karl Marx, Manuscrits de 1857-1858 dits « Grundrisse » (trad. Jean-Pierre Lefebvre), Les Éditions sociales, Paris, 2011 [réimpression de l’édition 1980], 930 p., 40 € 



Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search