Marx dans L’Anti-Œdipe

 par Damien Chapeau

lundi 25 février 2019

à 18h30, salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm 

Pier Paolo Pasolini, Œdipe roi (1967)


L’ Anti-Oedipe paraît être, parmi les livres de Gilles Deleuze, celui qui serait le plus inspiré par Marx – sans doute n’est-ce pas un hasard si c’est le premier qu’il co-écrivit avec Felix Guattari. On peut ainsi y trouver plus de 20 références directes et précises aux textes de Marx, celles-ci étant principalement issues des Grundrisse et du Capital. Or si nombre des auteurs cités dans cet ouvrage le sont de manière critique, tel que c’est notamment le cas pour Freud lui aussi cité 21 fois, on peut remarquer que les références à Marx y apparaissent le plus souvent présentées telles des évidences qui feraient dès lors office de principes pour la pensée pourtant singulière et souvent déroutante qui s’y développe : on pourra alors se demander si tel est effectivement le cas.

Dans cette perspective, nous commencerons par présenter cet ouvrage dans ses grandes lignes (problématiques) ainsi que certaines singularités de son langage et de sa conceptualité de base. Ceci, de façon à pouvoir aborder les passages qui concentrent le plus de références explicites et de discussion avec les principes de la philosophie et de l’économie de Marx, à savoir ceux qui se situent à la fin du troisième chapitre (sections 9 à 11), autour de ce qui est qualifié par les deux auteurs de « machine sociale capitaliste ». Nous essaierons alors d’élucider certains problèmes qu’ils soulèvent et leur manière d’y répondre, en particulier concernant les notions marxistes de baisse tendancielle du taux de profit et de lutte des classes.

Bibliographie indicative :