Lire le Capital en sociologue (2) – De la journée de travail aux temporalités sociales

par Juan Sebastian Carbonell

lundi 6 mai 2019

à 18h30, salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm 

En choisissant d’étudier la journée de travail, Marx s’emploie à critiquer l’illusion d’un temps unifié : alors que la journée de travail semble être homogène, linéaire et continue, elle est en réalité scindée en deux, entre le temps de travail nécessaire à la reproduction de la force de travail et le surtravail. Cependant, l’évolution du temps de travail de la moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours a montré que l’on peut penser le temps de travail selon plusieurs cadres temporels : la journée, la semaine, l’année, ou même sur l’échelle d’une vie. Aussitôt abordée dans cette perspective, le cadre proposé par Marx pour étudier le temps de travail est débordé par une approche en terme de temporalités sociales. Lors de cette séance, nous reviendrons tout d’abord sur la manière dont Marx aborde la question du temps de travail, notamment à partir de la journée de travail, afin de l’inscrire dans le mouvement d’émergence d’un temps industriel. Puis nous reviendrons sur différentes manières dont le cadre temporel décrit par Marx semble débordé par les transformations du capitalisme depuis les années 1980.



Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search