Le féodalisme japonais et la transition au capitalisme

par Vincent Berthelier

Dessin du commodore Matthew Perry qui réclama l’ouverture des ports japonais en 1853

Résumé

Lors de cette séance nous nous pencherons sur le cas particulier du Japon, et de sa transition au capitalisme. Le Japon est en effet le seul pays non-occidental à avoir effectué une transition au capitalisme pour ainsi dire de lui-même, et sans processus de colonisation. Nous verrons donc s’il est susceptible d’illustrer un passage du mode de production féodal au capitalisme confirmant le déroulement historique schématisé par le marxisme traditionnel, ou s’il faut faire la part d’autres facteurs historiques pour comprendre cette transition.

Ces notes sont une simple ébauche, il ne s’agit pas d’une publication académique. Elles peuvent contenir des fautes, des insuffisances ou des erreurs d’interprétation. Je recevrai volontiers toute remarque à ce sujet.

Bibliographie :

L’article de Bernard Bernier, « La transition au Japon ».

Francine Hérail (dir.), L’Histoire du Japon, des origines à nos jours, Hermann, coll. «  histoire », 2009.

Pierre-François Souyri, Histoire du Japon médiéval : le monde à l’envers, Perrin, coll. « tempus », 2013.

Ne manquez pas l’occasion de vous replonger dans les classiques du cinéma japonais. Le magnifique film Ran d’Akira Kurosawa, adaptation du Roi Lear, illustre bien les troubles de l’ère des guerriers (du XIIe au XVIe siècle) qui, à l’instar de l’univers shakespearien, était vue comme un « monde à l’envers ».

Seppukku de Masaki Kobayashi illustre quant à lui les débuts de l’ère Edo, période de centralisation du pouvoir, comparable à certains égards à notre Ancien régime. L’époque voit augmenter le nombre de samouraïs sans maître, en raison de la rigidification de leur statut.

Un clan de guerriers pendant la guerre de Boshin (1868)