Le droit de propriété chez Marx et chez Hegel

par Monique David-Ménard

lundi 15 avril 2019

à 18h30, salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm 

« Karel Marx », Jan Svankmajer

Dans les articles parus dans la Gazette rhénane en 1842 sur le vol de bois, Marx lutte contre le nouveau régime de la propriété qui s’instaure au milieu du 19è siècle : droit d’user et d’abuser d’une chose. Il affirme aussi que « la pauvreté » reconnaît dans le bois mort son exclusion d’un nouveau type des rapports sociaux dont le droit est l’instaurateur. Il demande  si les « sauvages de Cuba » colonisés par les Espagnols et  transportés à la Diète au 19è siècle,  n’auraient pas tenu le bois pour le fétiche des Rhénans : un dieu qu’il convient d’honorer par des cérémonies avant de le jeter, comme ils le firent pour l’or, à la mer.  Ce raccourci anthropologique n’est-il qu’une fleur de style d’un polémiste ou bien faut-il donner un statut théorique à la manière dont Marx, en 1842, traite de ce qui unifie les rapports sociaux en les inscrivant dans les règnes animal, végétal, inanimé. Dans l’instauration du droit capitaliste de la propriété comme rapport d’une volonté à des choses, ne s’agit-il pas d’un animisme de l’inanimé, repérable dès lors aussi dans ce que Hegel nomme « le droit abstrait » ?

Monique David-Ménard est psychanalyste et philosophe. Directrice de recherches honoraire à l’Université Paris-Diderot. Elle a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages au croisement entre la psychanalyse et la philosophie, et son prochain ouvrage, qui paraîtra l’année prochaine, analyse Le Rôle oublié de l’animisme dans les rapports sociaux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search