La reproduction du capital : chaînes de valeurs vs. schémas de reproduction

 par Sterenn Lebayle

lundi 11 mars 2019

à 18h30, salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm 

Une pensée économique souvent intuitive considère production et consommation comme deux pôles opposés de l’activité économique, dont le volume devrait correspondre pour éviter les crises. Cette approche dominée par la contrainte des débouchés, nous l’appelons : « approche en chaîne de valeur ». A rebours de celle-ci, la théorie marxiste nous enseigne que production et consommation ne sont pas des activités antagoniques mais bien souvent les revers du même phénomène. Au cours de cette séance, nous verrons donc de quelle manière la logique des fameux « schémas de reproduction du capital » de Marx permet d’envisager un modèle d’accumulation pour lequel la question des débouchés n’est pas centrale. En outre, les schémas contribuent à souligner les mécanismes par lesquels les tendances classiques du capital s’expriment : augmentation du niveau de vie & du taux d’exploitation, alourdissement de la composition organique & baisse du taux de profit. 


L’objectif de la séance est de comprendre la manière par laquelle le capital produit, réalise et surtout accumule la valeur. Ces propositions permettront d’engager une réflexion critique, à la fois sur les débats classiques issus des « schémas » (théories sous-consommationniste des crises, théorie de l’impérialisme de Rosa Luxemburg) et sur les implications en termes de pérennité du capital et de nature du conflit de classe. 

Bibliographie indicative :

  • Karl Marx, Chapitre XIII du Livre 2 du Capital (« L’accumulation et la reproduction élargie »)
  • Paul Mattick, Chapitre 8 de Marx et Keynes (« La réalisation de la plus-value »)


 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search