Le socialisme de marché et la question de la justice

par Ulysse Lojkine et Paul Verger

Lundi 12 février 2018

salle 236, 29 rue d’Ulm

Au cours des années 1920 et 1930, un débat agite les économistes au sujet de la possibilité d’un système socialiste : niée par les libéraux autrichiens von Mises et Hayek, elle est défendue par Lange et Lerner sous la forme originale d’une proposition nouvelle, le socialisme de marché. Sur le plan pratique, il s’agit d’un système où les moyens de production seraient collectivisés sans que les décisions particulières soient l’objet d’un plan centralisé. Sur le plan théorique, il s’agit de reconnaître à la théorie néoclassique de l’équilibre des marchés une validité universelle en la dissociant du capitalisme.

Nous présenterons dans un premier temps le déroulement de ces débats, puis nous nous interrogerons sur le contenu normatif du socialisme de marché : dans un contexte de rareté, la question de savoir qui a contribué à la formation de la production sociale est centrale lorsqu’on se demande comment la partager. Nous verrons qu’il est orienté par deux objectifs : l’allocation rationnelle des ressources et la souveraineté du consommateur.

Bibliographie
– l’article qui initie le débat : Ludwig von Mises, « La comptabilité dans la société socialiste » [Die Wirtschaftsrechnung im sozialistischen Gemeinwesen] http://herve.dequengo.free.fr/Mises/Articles/CERS.htm
– l’anthologie du débat d’un point de vue libéral par Friedrich Hayek, Collectivist economic planning, 1935. http://libgen.io/book/index.php?md5=6E8E72ECF46F141537121358BE3A9408
– l’anthologie des réponses socialistes par Benjamin Lippincott, On the economic theory of socialism, 1948. Outre l’article classique de Lange, l’introduction de Lippincott est une bonne synthèse du débat d’un point de vue socialiste.  https://archive.org/details/in.ernet.dli.2015.29667