D’Althusser à Spinoza

par Olivier Surel

lundi 18 décembre
salle 236 au 29 rue d’Ulm
à partir de 18h30

Dans cette intervention, nous réexaminerons dans le détail les trois caractères attribués à l’idéologie par Louis Althusser ainsi que leur extension spinoziste, à savoir :

(a) la réalité de l’idéologie en tant qu’elle est une production imaginaire ;
(b) l’inversion “interne” de l’idéologie ;
(c) le centre de l’idéologie, en l’espèce de l’illusion (de la liberté) du sujet.

S’agissant de (a), parler de réalité imaginaire de l’idéologie suppose ici, plus que de reconduire sur un mode comparatif les schèmes conceptuels marxien et psychanalytique, de revenir au texte spinoziste même, et d’aborder un volet capital de ce qui fait la richesse critique de son oeuvre pour quelques-uns de ses lecteurs marxistes au XXème siècle, à savoir le volet épistémologique traitant des mécanismes imaginatifs.

S’agissant de (b), la formulation est ici complexe : Spinoza permet en quelque sorte de prendre le contre-pied de toute théorie pour laquelle l’idéologie n’est précisément que le lieu d’une inversion du réel, réel dont il faudrait, au point de vue théorico-critique, exhiber les caractéristiques “non-idéologiques”, dans un geste d’inversion de l’inversion pour ainsi dire. Comme nous allons le voir, Spinoza peut permettre à la fois de conserver ce motif de l’inversion ainsi que le sens d’une composition en quelque mesure “arbitraire” de l’idéologie, mais d’une manière plus réaliste et articulée que chez Marx.

S’agissant de (c) enfin, c’est sur la reconceptualisation spinoziste de la “volonté libre” au sein de l’appendice du Livre I de l’Ethique qu’il faut se pencher. Si Spinoza ne mentionne pas en toutes lettres la question du sujet, il saisit bien son fondement dans la croyance commune relative à la liberté de la volonté, de sorte qu’elle apparaît (et là se trouve l’illusion) comme une exception au régime général de la détermination causale.

Une fois ces trois points explorés, nous conclurons sur le sens à donner à une “théorie générale” de l’idéologie en cadre post-althussérien, attendu que l’on puisse en trouver les indices dans l’articulation entre la théorie critique althussérienne et le rationalisme spinoziste.

Recommandations bibliographiques
Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État » (1970)
Spinoza, Éthique, I, Appendice
(1677)

revenir au programme 2017-2018