Séance 6 : Sociologie du déclinisme en littérature (appel à communication)

Appel à communication pour le 5 février

La séance aura lieu le 22 mars 2019 de 9h à 12h, à l’ENS Ulm (salle Séminaire du pavillon Pasteur, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris). Comme d’habitude, elle est ouverte à toutes et à tous.

Dans son histoire de la France républicaine, Michel Winock conclut ainsi le chapitre qu’il consacre à Charles Maurras :

En ce sens, l’Action française est un moment particulier d’une plus longue histoire. Elle participe de cette compassion narcissique pour la part de nous-même, part maudite si l’on veut, qui a perdu le monde d’hier, le monde de son enfance, et qui se retrouve dans le bruit et la fureur des temps nouveaux et incertains[1].

L’obsession de la décadence, de la perte des valeurs, de l’effondrement à venir des civilisations, semble certes resurgir opiniâtrement dans des contextes pourtant fort différents[2]. Sommes-nous tenus pour autant de l’analyser selon des catégories anthropologiques ou psychologiques anhistoriques, comme la manifestation d’une tendance universelle à revenir en arrière et à craindre l’avenir, à l’œuvre chez Juvénal comme chez Éric Zemmour ? La sixième séance de notre séminaire s’intéressera, plutôt qu’au seul contenu des textes et qu’aux similitudes d’opinion, aux conditions matérielles et sociologiques qui détermineraient une telle attitude.

Nous prendrons donc pour objet ce phénomène, que d’autres critiques ont nommé « vision crépusculaire du monde », « antimodernité », « discours réactionnaire » ou « néo-réactionnaire »[3], et que nous pourrons appeler synthétiquement déclinisme en littérature, c’est-à-dire la tendance, chez les écrivains, à diagnostiquer, par tous les moyens qui sont les leurs (essais, fictions, journaux, poésie, etc.), un déclin et une décadence du monde littéraire ou de la société en général ; diagnostic qui peut les faire aspirer à un retour à l’ordre et à la grandeur (réaction, restauration, fascisme, voire révolution communiste contre la décadence bourgeoise). Les interrogations qui donneront lieu aux communications peuvent être de plusieurs ordres :

Le déclinisme est-il une réaction individuelle ou collective à une position de marginalité ou à un déclassement (comme ce serait le cas de Rebatet[4], ou du personnage de Marcel Aymé,  le collaborateur  Maxime Loin[5]) ? Ou au contraire une stratégie pour conserver une position dominante en fermant le champ littéraire aux nouveaux entrants (l’attitude de Chardonne et Morand face aux jeunes Hussards[6]) ? Le déclinisme est-il une réaction des écrivains face à l’importance sociale décroissante de la littérature[7] ? L’approche sociologique des phénomènes littéraires ne met-elle pas en cause au contraire la posture littéraire « à contre courant » des déclinistes, en montrant les soutiens médiatiques dont ils peuvent bénéficier[8] ?

Les propositions de communication (2500-3000 signes) seront accompagnées d’une brève notice biographique. Le séminaire demande aux communications de répondre à une méthodologie matérialiste, c’est-à-dire de tenir compte de la matérialité du texte, de ses conditions sociales et historiques de production, ou de sa réception effective. Les communications ne sont pas soumises à des restrictions de lieu ou de période. Chaque communication durera environ 25 minutes, sera suivie d’une discussion et pourra donner lieu à une publication sur notre site (https://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-6e-annee-2018-2019). Le séminaire est ouvert à tout·e intervenant·e, y compris non-universitaire.

Propositions à envoyer à v.berthelier (arobase) hotmail.fr avant le 5 février. Une réponse sera donnée avant le 10 février.


[1] Michel Winock, La France républicaine : histoire politique XIXe-XXIe siècle, Paris, le Grand livre du mois, 2017, p. 987.

[2] Pierre Guiral, « Les écrivains et la notion de décadence de 1870 à 1914 », Romantisme, vol. 13, no 42, 1983, p. 9-22 ; Juliette Rennes, « L’argument de la décadence dans les pamphlets d’extrême droite des années 1930 », Mots. Les langages du politique, vol. 58, no 1, 1999, p. 152-164.

[3] Respectivement chez Marc Angenot, La parole pamphlétaire : contribution à la typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982 ; Antoine Compagnon, Les antimodernes : de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2016 et Pascal Durand et Sarah Sindaco, Le discours néo-réactionnaire : transgressions conservatrices, Paris, CNRS éditions, 2015.

[4] Robert Belot, « Critique fasciste de la raison réactionnaire : Lucien Rebatet contre Charles Maurras », Mil neuf cent : Revue d’histoire intellectuelle, vol. 9, no 1, 1991, p. 55.

[5] Marcel Aymé, Uranus, Paris, Gallimard, 1948.

[6] François Dufay, Le soufre et le moisi : la droite littéraire après 1945 Chardonne, Morand et les hussards, Paris, Perrin, 2010.

[7] Gisèle Sapiro, Les écrivains et la politique en France, de l’affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie, Paris, Seuil, 2018, p. 362, sur la rivalité avec les sciences sociales.

[8] Voir Ivan Jaffrin, « L’affaire Richard Millet ou la critique radicale de la société multiculturelle. Analyse et mise en perspective d’un scandale littéraire, 12 ans après l’affaire Renaud Camus », COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature, 31 octobre 2015.