Séance 6 : Sociologie du déclinisme en littérature

Vendredi 22 mars, 9h-12h, pavillon Pasteur

Hubert Robert – Peintres

Félicité de Rivasson (Université Grenoble Alpes) : “L’obsession de la décadence dans l’œuvre bretonne de Paul Féval (1816-1887)”

Résumé : Pour le romancier Paul Féval, comme pour ses amis de la « Renaissance bretonne », le constat du déclin des traditions bretonnes va de pair avec la nécessité et l’urgence de leur sauvetage, qu’il se propose d’effectuer par le biais du roman-feuilleton.

Pierre-Élie Pichot (Sorbonne Nouvelle Paris 3) : “L’Âge d’or dans la poésie française de la Renaissance : utopie et autonomie du champ littéraire”

Résumé : Chez les poètes renaissants, l’imitation du mythe ovidien de l’âge d’or perdu contredit la nécessité alimentaire de louer la prospérité des royaumes dont les Princes sont leurs mécènes.

Vincent Berthelier (Université de la Sorbonne) : “Frustration ou privilèges : brève réflexion sur le statut social des déclinistes du XXe siècle”

Résumé : les discours du déclin tenus par les écrivains français du XXe siècle sont à la fois le symptôme d’une dévaluation sociale de la littérature et une stratégie active pour défendre ou gagner une place dans le champ littéraire.



[L’intervention d’Alice Jacquelin est malheureusement annulée.]

Alice Jacquelin (Université de Poitiers) : “P.K. Dewdney et Pierric Guittaut : le déclinisme d’extrême-droite et d’extrême-gauche dans le polar contemporain. Quelles postures politiques pour quels imaginaires ?”

Résumé : Chez les auteurs français contemporains de “rural noir”, le cadre des marges rurales et des campagnes déclinantes forge des imaginaires politiquement très engagés et propose des représentations divergentes d’un certain “retour à la terre”.