séance 5 : De la Littérature-monde

 

Séance du vendredi 26 février 202

ENS, salle de conférence, 46 rue d’Ulm,14h-17h

 Cette séance autour de la littérature-monde se déroulera en deux temps :

Gabrielle Adjerad, Marianne Hillion, « Penser la littérature monde avec le matérialisme : l’approche du Warwick Research Collective »

Résumé :  La “littérature-monde” émerge dans un moment de crise majeure des études littéraires au milieu des années 1990 et peut tout d’abord être conçue comme un important changement de paradigme universitaire. Si sa naissance concorde avec la publication d’ouvrages clefs, elle se structure également autour d’institutions académiques comme le Journal of World Literature ou l’Institute of World Literature d’Harvard créé en 2008. Comme le rappelle bien Emily Apter, il s’agit initialement d’une remise en cause disciplinaire de la littérature comparée qui interroge ses présupposés eurocentriques au contact de concepts nouveaux forgés par la théorie postcoloniale, et élargit, de fait, son champ d’études. 

Le WReC (Warwick Research Collective) propose une rupture avec les théories précédentes de la littérature-monde. Ils reconnaissent à Moretti et à Casanova le fait de ne pas considérer la “littérature-monde” comme un canon ou une méthode de lecture mais comme un système fondé sur des inégalités (notamment entre centres, périphéries et semi périphéries). Cependant, ils s’attardent moins sur l’espace social de la littérature-monde en lui-même (et ses processus de marchandisation) que sur la manière dont cette littérature rend compte de la division internationale du travail, et plus spécifiquement le développement combiné et inégal (“combined and uneven development”) propre à la modernité capitaliste. 

Lors de cette séance, nous nous proposons de faire nôtres les questions posées par les auteurs du WReC : “what ‘world’ does world-literature demand be made visible? (…) what knowledge can it convey of the irreducibly conflictual terrain of interrelations that is the modern world-system?” (p.48) Nous nous attacherons à restituer leurs arguments (et les types de médiation (“encoding systems”) qu’ils mettent à jour) tout en soulignant les tensions et conflits que supposent le postulat de l’unité du système-monde.

Nous nous interrogerons notamment sur la question centrale des langues et de la traduction dans la conceptualisation de la littérature-monde. En restituant le débat qui oppose le WReC à Emily Apter, il s’agira notamment de repenser la notion de l’intraduisible en réfléchissant à la charge d’incommensurabilité et de dissymétrie que suppose l’échange linguistique entre les littératures du système-monde. Réduite à l’éloge d’un multilinguisme abstrait et quantifié par les auteurs du WReC, reposant sur la conception de la langue comme d’un fait neutre, la question centrale du refus de la traduction pourra être resituée dans une analyse matérialiste faisant droit aux effets de domination qu’elle suppose. 

De même, l’interrogation du paradigme “Occident/Orient” permet aux auteurs du WReC de ressaisir l’essence du long débat entre matérialisme et théorie postcoloniale. S’ils reconnaissent la nature cruciale des apports d’Edward Saïd quant à l’inextricabilité de la culture et de l’impérialisme, ils fustigent l’accent qu’il met sur la violence symbolique d’un Occident homogène au détriment d’une analyse des processus d’accumulation mondiaux. A l’aune des travaux de Gayatri Chakravorty Spivak sur la “politique de l’interprétation”, c’est l’unité même du système interprétatif du WReC que nous interrogerons. Effectivement, comme l’a montré Wallerstein lui-même, le capitalisme est fait de tensions idéologiques comme celle opposant l’universalisme bourgeois aux régimes de hiérarchisation et d’exclusion que sont le racisme et le sexisme. Comment l’analyse littéraire peut-elle faire droit à ces contradictions et aux différentes formes d’exploitation induites par une même hégémonie ? Sans céder au localisme ou à l’essentialisme culturel, nous nous inspirerons du travail de Spivak sur la subalterne et l’œuvre de Mahasweta Devi pour nous demander dans quelle mesure le paradigme narratif unitaire du WReC constitue une pierre de touche nécessaire mais non suffisante, générant des impensés matérialistes, comme sa propre position institutionnelle, et supposant une mise en crise par d’autres méthodologies matérialistes.

Dans quelle mesure l’analyse du WReC contient-elle sa propre mise en crise par d’autres méthodologies matérialistes afin de demeurer fidèle à leur analyse d’un système-monde conflictuel et pris dans l’Histoire?  Si les auteurs du WReC disent ne pas sombrer dans l’idéalisme du planétarisme ou de la traversée des frontières qu’ils attribuent à une frange utopiste de la littérature comparée, leur analyse n’évacue-t-elle pas trop rapidement la forme matérielle de la nation dans l’influence qu’elle exerce sur la littérature-monde ? Enfin, dans quelle mesure l’unité de l’approche système-monde n’a-t-elle pas pour destin disciplinaire la généralisation d’une forme d’universalisme fondé sur des méthodes statistiques et quantitatives ? 

Pau Bosch, « Une World Literature à l’Américaine. Lecture symptomale de la résurrection d’une notion »

Résumé : On peut effectuer une lecture symptomale de la résurrection de la catégorie de Weltliteratur au tournant des années 2000, marquées par la publication des « Conjectures on World Literature » de Franco Moretti et de La République mondiale des Lettres de Pascale Casanova. A cette période, on assiste également à son essor aux États-Unis sous l’égide de son plus féru défenseur, David Damrosch, qui, dans son What is World Literature ? (2003), en donne une série de définitions plutôt laxistes et consensuelles. Tout en la revendiquant comme nouveau paradigme pour les études littéraires, Damrosch vise à constituer les World Literature Studies comme une quasi-discipline universitaire, en particulier depuis son arrivée à Harvard en 2008 en qualité de président du département de Littérature Comparée et la création de l’Institute for World Literature en son sein.

Je me propose alors de lire l’essor du label « World Literature » – et les controverses qu’il ne manque pas d’engendrer – comme symptomatique d’une part de la crise de légitimité qui hante les humanités, et avec elles les études littéraires et le concept même de littérature, au moins depuis les fameux débats des années 90 autour du canon littéraire. D’autre part, l’entreprise savante que Damrosch promeut semble particulièrement adaptée au contexte institutionnel et socio-historique dans lequel les études littéraires luttent pour survivre : celui de l’université corporative et globale (que certains appellent « université de l’excellence ») au sein de la société du capitalisme tardif ou néolibéral (que certains appellent « société de l’information et de la connaissance »). 

BIBLIOGRAPHIE:

APTER, Emily. Against World Literature, on the Politics of Untranslatability. London, New-York : Verso, 2013.

CASANOVA, Pascale. La République mondiale des lettres. Paris: Le Seuil, 1999.

DAMROSCH, David. What is World Literature? Princeton: Princeton University Press, 2003.

MORETTI, Franco. « Conjectures on World Literature », New Left Review, Janvier-Février 2000.<https://newleftreview.org/issues/II1/articles/franco-moretti-conjectures-on-world-literature>

SPIVAK, Gayatri. In Other Worlds? Essays In Cultural Politics, New York, London: Methuen, 1987.    
« Rethinking comparativism », New Literary history 40:3 (2009): 609-626.

WALLERSTEIN, Immanuel, BALIBAR, Etienne. Race, Nation, Class: Ambiguous Identities, London: Verso, 1988.

WReC. Combined and Uneven Development, Towards a New Theory of World literature. Liverpool: Liverpool University Press, 2015.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search