Séance 1 : Qu’est-ce qu’une détermination en littérature ?

Présentation du SLAC : histoire, programme, principes

Jordi Brahamcha-Marin (Le Mans Université)

Enjeux philosophiques du concept de détermination

Alix Bouffard (université de Strasbourg)

Si une approche matérialiste de la littérature consiste à prendre en compte l’existence de déterminations (historiques, sociales, économiques, etc.) marquant les textes littéraires, et invalide une étude internaliste de son objet, une telle approche conduit-elle nécessairement à une conception « réductionniste » de la littérature ? Ou encore, quel rapport et quelle différence est-il possible de faire entre « matérialisme », « déterminisme », « mécanisme » et « réductionnisme », lorsqu’on parle de littérature ? Afin de clarifier les termes et les enjeux philosophiques d’une réflexion sur la question de la détermination en littérature, nous expliciterons le sens de ces différents concepts, pour ensuite présenter l’origine du modèle « base/superstructure » chez Marx et Engels, un modèle qui a largement nourri les débats sur le statut des productions intellectuelles en général et de la littérature en particulier.

Sur le concept de détermination chez Raymond Williams

Marion Leclair (université de Cergy-Pontoise)

Pour Raymond Williams (1921-1988), pionnier des cultural studies en Grande-Bretagne, qui défend dès Culture and Society en 1958 la nécessité d’une approche de la littérature comme fait social, c’est l’inadéquation du modèle base/superstructure à l’étude des œuvres qui explique la résistance de la critique littéraire anglo-saxonne à la théorie marxiste. Lorsque Williams se rapproche du marxisme au début des années 1970, il s’efforce, dans une série d’articles publiés dans la New Left Review puis dans Keywords (1976) et Marxism and Literature (1977), de retravailler ce modèle pour repenser la question de la détermination en littérature.

Un exemple : les réalistes et la question politique, 1850-1900

Alice de Charentenay (université Paris 1)

Après 1848 et l’échec de la République, la figure de Lamartine apparaît comme un repoussoir et le projet de transformation sociale que portaient les romantiques ne semble plus qu’une « illusion lyrique » qui a fait long feu. L’alliance d’un projet esthétique et d’un projet politique se retrouve paradoxalement chez ses adversaires : ce sont les apolitiques comme Flaubert et les romanciers de droite comme les Goncourt qui élaborent un réalisme plus proche des questions sociales, tandis que les militants de gauche (Champfleury…) sont moins innovants ou plus marqués par une forme d’idéalisme abstrait (Zola).