Quelles approches matérialistes pour la littérature contemporaine ?

Vendredi 24 mai, 9h-12h, pavillon Pasteur

Johan Faerber (enseignant, critique et éditeur) : Présentation de son ouvrage Après la littérature. Écrire le contemporain

Résumé :La littérature est morte. Du moins est-ce le constat que martèlent tous ceux pour qui la culture du contemporain serait décadente. Et s’ils avaient raison ? Si la littérature était morte ? Si elle était plutôt en train de vivre une vie nouvelle, une vie après la mort ? Telle est la question que Johan Faerber a voulu prendre au sérieux dans cet essai électrique. Se plongeant dans la diversité affolante des œuvres et des auteurs d’aujourd’hui, il redistribue la totalité des critères de grandeur, des règles d’interprétation, de l’attirail conceptuel avec lequel nous avions l’habitude de les lire pour nous permettre d’appréhender cet âge de la post-littérature. Jonglant avec virtuosité du plus populaire au plus avant-gardiste, de la poésie au roman, de la francophonie au reste du monde, il dresse ainsi le portrait d’une époque nouvelle de la littérature, où celle-ci s’avère plus utile, plus urgente, mais aussi plus politique que jamais. La littérature est morte ? Vive la littérature !

Mathilde Roussigné (Université de Paris 8 / EHESS) : Retour au réel ? Discours de savoir ? La littérature contemporaine au miroir des parti pris universitaires

Résumé : La multiplication des travaux s’intéressant aux rapports de la littérature contemporaine au réel, au terrain ou encore aux sciences humaines et sociales est à réinscrire dans le cadre plus large d’un renouvellement d’objets et d’approches dans les études littéraires dont les causes restent souvent impensées. On tâchera de déconstruire, ou du moins de contextualiser l’émergence et la récurrence de quelques discours de la discipline littéraire : littérature transitive, dialogue avec les sciences humaines, fait et communication littéraires, se présentant comme de nouveaux objets d’études, sont autant de symptômes d’une redéfinition des partages disciplinaires.

Aurore Labadie (Université de Paris 3) : Approches matérialistes du roman d’entreprise

Résumé : Le tournant des années 1980 est marqué par l’avènement d’une importante littérature soucieuse de réfléchir les récentes mutations du monde du travail, et plus spécifiquement de sa structure privilégiée, l’entreprise privée. Cette littérature, en prise avec son contexte de production, s’appuie sur ces transformations qui forment un véritable vivier formel pour les écrivains, politiquement impliqués.

Françoise Cahen (Université de Paris 3) : Qu’est-ce que le réalisme des réseaux ?

Résumé : L’expression est empruntée à James Bridle : les réseaux sociaux numériques sont le lieu de l’écriture actuellement et ils racontent le monde en train de se faire.