Lundi 19 juin 2017

Lecture du Capital : Section VII, chap. 24 («La prétendue accumulation initiale») et 25 (« La théorie moderne de la colonisation »)

(Marlène Rosano-Grange)

La dernière séance aura pour objet les chapitres de fin du livre I du Capital, c’est-dire « la prétendue « accumulation initiale » » et « la théorie moderne de la colonisation ». Dans ces parties, Marx révèle le secret des origines historiques du capitalisme : « la destruction de la propriété privée fondée sur le travail personnel, c’est-à-dire l’expropriation du travailleur » (1993, 868). A rebours de l’interprétation libérale, il décrit l’extrême violence des forces sociales à l’œuvre dans ce processus, des enclosures à la colonisation. Les différentes interprétations de ces pages par les théoriciens du système-monde et les marxistes politiques seront brièvement exposées, voire dépassées. Ces chapitres sont aussi l’occasion de revenir sur la conception de l’histoire de Marx et plus globalement sur la dialectique marxiste.

La séance aura lieu de 18h à 20h en salle Théodule Ribot, au rez-de-chaussée à gauche du 29 rue d’Ulm.