L’efficacité sociale du théâtre (12 avril 2016) : appel à communications

Pour le 31 mars 2016

Engagé depuis le début de l’année dans une réflexion sur les effets sociaux de la littérature, le Séminaire littéraire des Armes de la critique organise le 12 avril 2016 (ENS Ulm, 45 rue d’Ulm, 9h30-12h30) une séance spécifique sur les effets sociaux du théâtre. Ce genre, en effet, a pu se voir investi d’une fonction tribunitienne, propagandiste ou militante particulière : on pense par exemple, et en vrac, à la vocation édifiante des moralités médiévales, aux réflexions théoriques de Hugo ou de Brecht, mais aussi à des expérimentations plus avant-gardistes (théâtre de l’opprimé, etc.). On sait en outre que les pouvoirs se méfient parfois davantage des spectacles dramatiques que de la littérature écrite (la censure théâtrale, en France, a longtemps été plus sévère que la censure des productions écrites), et que ce genre jugé dangereux a pu susciter de sévères réactions contre lui (Rousseau…). Cette place particulière du théâtre dans la constellation des genres littéraires tient-elle à un pouvoir suggestif ou persuasif propre à la représentation ? Ou à la dimension nécessairement sociale du spectacle théâtral, qui suppose un public, donc une foule rassemblée ? Il est intéressant d’analyser dans cette optique les arguments théoriques sur la puissance du théâtre, mais nous voudrions aussi et surtout nous intéresser, au-delà des discours apologétiques ou condamnateurs, à l’impact social réel du théâtre sur son public : dispose-t-on d’études (sociologiques, psychologiques…) ou de témoignages permettant de mesurer l’impact social des pièces, ou d’une pièce particulière, et de confirmer ou d’infirmer de cette manière les pouvoirs qu’on attribue au théâtre ?

Toutes les propositions se rattachant à une ou plusieurs problématiques ci-dessus sont les bienvenues (nul besoin d’être universitaire pour en envoyer une !), qu’elles concernent une ou plusieurs études de cas (sans limitation temporelle, géographique ou linguistique) ou qu’elles proposent des éléments de réflexion théorique. Si le sujet vous intéresse, nous vous invitons à envoyer un courriel à jordi.brahamcha@univ-lemans.fr, avant le 31 mars 2016 (réponse de notre part le 3 avril au plus tard), contenant un bref résumé de votre intervention.

Les communications, selon leur nombre, dureront de vingt à trente minutes, et pourront être publiées sur le site du séminaire (http://adlc.hypotheses.org/seminaires/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-slac-2015-2016).