Gramsci et machiavel : le « prince moderne »

 

Mercredi 26 février 2020, École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, salle des Résistants (premier étage, escalier B), 18h-19h30.

Ouvert à toutes et à tous sans inscription.

Machiavel est omniprésent dans les Cahiers de prison. Karl Marx mis à part, aucun théoricien et politique n’est plus prisé par Gramsci que le penseur et diplomate florentin. L’œuvre, tant théorique que pratique, de ce dernier est élevée au rang de modèle pour la théorie de la praxis, et la traduction pratique de celle-ci. Gramsci en livre alors une interprétation aussi féconde pour la compréhension du Prince que pour l’élaboration, en d’autres temps, de sa propre pensée. Machiavel ne fut pas machiavélique – comment eût-il pu l’être, lui qui tenta d’offrir au peuple italien, au sein duquel il se rangea, la liberté en un État territorial national seul à même de détruire le pouvoir des seigneurs et des prêtres ?

La réflexion de Gramsci sur les thèses machiavéliennes s’inscrit dans l’effort en vue d’offrir une assise théorique au mouvement révolutionnaire issu de la révolution d’Octobre. D’un point de vue national, il s’agit de contrer la récupération de ces thèses que tentèrent les intellectuels fascistes. Ce lien, qu’on tentera de retracer, entre des politiques qu’éloignent plus de quatre siècles, est l’une des voies d’entrée  menant le plus directement à la théorie gramscienne de l’État, et de l’appropriation de celui-ci par les classes subalternes à la faveur de l’action du prince moderne.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search