Conflictualités au travail : atelier de lecture (2018-2019)

Organisé par Chloé Biaggi (CMH-LEST), Anaïs Bonanno (Triangle-CSO), Juan Sebastian Carbonell (CMH), Cyrine Gardes (centre Georg Simmel),  Angelo Moro (CESAER), Quentin Schnapper (CESAER), Lucas Tranchant (CREST-CESAER)

Le séminaire aura lieu une fois par mois, le lundi soir, de 17h30 à 19h30, à Paris, sur le campus Jourdan à Paris (48 boulevard Jourdan), en salle R2-06.
Le séminaire est ouvert à tou.te.s, aucune inscription préalable n’est nécessaire.

Contact : sem.travail@gmail.com

* *

Ce séminaire se propose d’aborder les rapports sociaux de travail au prisme de l’analyse des formes de conflictualité traversant les entreprises. Il s’agit d’ouvrir un espace de discussion critique autour de notions centrales en sciences sociales du travail (conflits, consentement, résistances, etc.). L’idée du séminaire est d’analyser la conflictualité au sens large et dans des contextes variés, tant en termes de secteurs d’activité que de configurations syndicales.

Nous réfléchirons aux conflits les plus ouverts comme aux formes moins visibles de conflictualité (micro-conflits, déloyautés au travail,etc.), aux conflits opposant salariés et direction comme à ceux divisant la main-d’œuvre. La question des stratégies d’évitement et de domestication des conflits par les directions d’entreprise retiendra également notre attention. Si la focale portera principalement sur l’espace concret de l’entreprise, nous nous intéresserons également aux mécanismes de judiciarisation, c’est-à-dire de déplacement des conflits au travail dans l’arène judiciaire.

Le séminaire prend la forme d’un atelier de lecture : chaque séance est organisée autour d’un texte, classique ou contemporain, dont l’auteur-e est invité-e à venir débattre avec les participant-es.

Pour cette nouvelle année, trois thématiques centrales ont été retenues : les conflits dans le monde ouvrier, les restructurations et la gestion des conflits par les directions / les encadrements.

Programme

Jeudi 15 novembre : Vincent Gay (Paris 7, LCSP), Les délégués de chaîne de Citroën et Talbot : renouveau ou subversion des pratiques syndicales ?

Lundi 3 décembre : David Gaborieau (Université Paris Est – Lab’Urba), Le stigmate de l’ouvrier-robot dans les représentations et les critiques du travail déqualifié.

Lundi 11 février : Mélanie Guyonvarc’h (Université d’Évry, CPN), Les réactions des salariés face à la banalisation des licenciements : une adhésion sans attaches au travail.

Lundi 18 mars (exceptionnellement à 16h30-18h30) : Gabrielle Schütz (UVSQ PRINTEMPS), Mobiliser par l’affect : contraintes et ressources de l’encadrement intermédiaire de prestations de services peu qualifiés.

Lundi 8 avril : Clair Juilliet (UT2J, FRAMESPA), Stratégies patronales de discrimination de l’action syndicale dans une société nationalisée aéronautique (années 1960 et 1970).

Lundi 13 mai : Gaëtan Flocco (Université d’Évry, CPN), Les cadres d’entreprise : de la domination à la critique.

Lundi 27 mai : Maria Grecu (EHESS, CMH), Les recompositions des classes ouvrières en Roumanie après la chute du socialisme d’État.