Archives de catégorie : SLAC

Chantier 7e session. Espace littéraire

Vendredi 6 mai (15h30 – 17h30),  salle Ferdinand Berthier (U207), située dans le bâtiment Jaurès (au 29, rue d’Ulm).

Possibilité de suivre par zoom à partir de ce lien (code secret : 816372).

Gabrielle Adjerad, Quentin Fondu, Marianne Hillion, Mathilde Roussigné : À propos de l’espace littéraire.

Il est devenu commun, dans les études littéraires, de séparer la géographie de la littérature (étude des contextes spatiaux dans lesquels les œuvres sont produites), la géocritique (étude des représentations de l’espace dans les textes eux-mêmes) et enfin la géopoétique (étude des rapports entre l’espace et les formes littéraires). Il s’agira pourtant ici de s’intéresser à des travaux qui, dans une perspective matérialiste, tâchent d’articuler en permanence l’étude de l’espace dans la littérature et l’étude de la littérature dans l’espace, pour reprendre les mots de Franco Moretti.

Comme pour les séances précédentes, il s’agit pour nous de préparer la rédaction du manuel du SLAC, ici à partir de trois grandes questions qui se posent dès lors que l’on tâche, dans la recherche, de prendre en compte l’espace littéraire : comment situer un auteur ou une production dans un espace socio-spatial et que cela apporte-t-il à l’analyse des textes ? Comment faire de l’analyse des déterminants institutionnels une plus-value dans l’approche critique des textes ? Comment dépasser les impensés des catégories nationales ? La séance sera l’occasion de réfléchir à la forme pédagogique à donner à la présentation des outils théoriques mobilisés.

SÉANCE 1 : Critique de la critique littéraire

Séance du vendredi 18 octobre 2019, 14H-17H

ENS, salle Conférence, 46 rue d’Ulm, rez-de-chaussée à gauche

Lucile Dumont (CESSP, EHESS), « Sous la théorie, la critique ? Situation de la critique littéraire de la Libération à la fin des années 1950 »
L’émergence des approches théoriques de la littérature en France au tournant des années 1960 est souvent envisagée comme une rupture totale avec les approches de la littérature précédentes. Pourtant, on repère aisément des formes de continuité dans certaines méthodes d’analyse, et les promoteurs des approches théoriques se revendiquent eux-mêmes de certains de leurs prédécesseurs. Mais au-delà de ces généalogies intellectuelles, il est également important de comprendre quelles étaient les conditions sociales de possibilité pour l’émergence des approches théoriques : que signifie être un critique à la fin des années 1940 et au début des années 1950 ? Quelles sont alors les carrières et les trajectoires sociales typiques des critiques littéraires ? Quels sont les courants dominants dans le paysage des revues littéraires de l’époque ? Quid de la critique journalistique ? Autant de questions auxquelles cette présentation apportera des éléments de réponse pour mieux situer la théorie dans l’histoire de la critique.


Alice de Charentenay (Paris 1/CERCLL, Université d’Amiens), « Qu’est-ce que la sociocritique ? »
Le structuralisme, puis la sociologie de la littérature, la sociocritique ou l’analyse de discours se sont tour à tour revendiqués d’une approche politique et matérialiste des textes, de manière complémentaire ou concurrente. Afin de nous y retrouver dans ces différents courants, nous proposerons une rapide doxographie de ces différentes écoles, en nous demandant notamment quelles véritables frontières théoriques les séparent, et en faisant la part du contexte universitaire et des effets de distinctions qui ont pu contribuer à la multiplication de ces étiquettes.

Exemplier


Anaïs Goudmand (Université de Lausanne), « Un miroir tendu au critique : compte-rendu de Poétique de la critique littéraire de Florian Pennanech »
Florian Pennanech, dans Poétique de la critique littéraire. De la critique comme littérature, dernier né de la collection “Poétique” aux Éditions du Seuil (mai 2019), se propose de dresser l’éventail des opérations formelles déployées par les auteur.rice.s de critique littéraire. Ce projet s’avère aussi ambitieux que vertigineux puisqu’il offre un dispositif réflexif, englobant aussi bien les pratiques des auteur.rice.s historiques, depuis les commentateurs d’Homère jusqu’aux universitaires contemporains, que ses propres pratiques et, en miroir, celles de ses lecteur.rice.s, dont on peut raisonnablement supposer que la plupart se rattachent également de près ou de loin à la catégorie “critique littéraire”. Je me propose d’en faire la critique – ou, plus précisément, la “métamétamétacritque”, m’interrogeant sur les apports (et éventuellement sur les limites) d’une perspective résolument théoricienne, anhistorique et totalisante.