Archives de catégorie : Séminaire “Lectures de Marx”

Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (5) – Introduction à la lecture de F. Engels, L’Origine de la famille, de la propriété privé et de l’État

Christophe Darmangeat
Lundi 19 février 2024 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

On ne saurait sous-estimer l’impact exercé par L’Origine de la famille, de la propriété et de l’État sur le courant marxiste. Cet ouvrage bref, écrit en quelques semaines après la mort de Marx, constituait en effet un apport théorique et politique majeur. À la lumière de l’anthropologie sociale naissante et des observations portant sur des sociétés non étatiques, l’ouvrage ouvrait à l’examen de la critique marxiste des champs entièrement nouveaux, tels ceux de la formation des structures familiales, des rapports de genre ou de l’émergence des classes sociales, et réexaminant la question de l’État au prisme de sa genèse.

Près de 150 ans après sa rédaction, que reste-t-il de L’Origine de la famille… ? En quoi ses analyses restent-elles actuelles ou, au contraire, apparaissent-elles comme dépassées au vu des progrès des connaissances ? Telles sont les questions auxquelles cette présentation s’efforcera de répondre.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Rapports de production et rapports de coordination dans l’analyse du capitalisme et du socialisme

Ulysse Lojkine
Lundi 12 février à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

Les concepts de rapports de production et de mode de production sont parmi les plus fondamentaux de la pensée de Marx. L’exposé rappellera le rôle qu’ils y jouent en insistant sur la thèse du primat de la production sur la circulation. Nous verrons les limites de cette thèse dans la théorie de l’exploitation et des crises du Capital, en insistant notamment sur les phénomènes d’exploitation indirecte, ce qui nous conduira à proposer de substituer les concepts de rapport et mode de coordination à ceux de rapport et mode de production. Nous revisiterons enfin certains débats du vingtième siècle sur le socialisme à la lumière de ces concepts.

Éléments bibliographiques :

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Faire de la politique, est-ce renoncer à la morale ? Les dilemmes de Sartre et Merleau-Ponty dans l’après-guerre 

Vues de la manifestation organisée par le P.C.F. contre la venue à Paris, le 28 mai 1952, du général américain Matthew Ridgway

Guilhem Mevel
Lundi 5 Février 2024 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

Dans son éloge funèbre en hommage à son ami de longue date, Sartre déplorait en 1961 l’inachèvement de sa relation personnelle et intellectuelle avec Merleau-Ponty, laissant derrière lui « une blessure indéfiniment irritée » au moment de sa mort brutale. Neuf années auparavant, en pleine Guerre de Corée et aux lendemains d’une manifestation interdite qui fut sévèrement réprimée, un article de Sartre publié dans les Temps modernes avait en effet provoqué la dissension puis la rupture entre les deux anciens normaliens. Générant au sein de la revue un intense débat avec Claude Lefort, disciple de Merleau-Ponty, « Les Communistes et la paix » posait le problème de l’émancipation prolétarienne dans sa situation concrète, opposant la résistance d’une classe au sein d’une organisation à sa potentielle massification dans l’atomisme aliénant de la société bourgeoise.

Dans une époque marquée par l’éclatement de la Guerre froide et la bipolarisation de l’espace politique, les deux philosophes français connaissent alors des parcours inverses vis-à-vis du marxisme et du communisme. À travers la relation entre Sartre et Merleau-Ponty surgit une interrogation permanente quant aux conditions de l’action politique et de l’intervention des intellectuels, mêlant les considérations « objectives » et contraintes du temps présent aux réflexions phénoménologiques et existentialistes sur la liberté, la temporalité, la figure d’autrui ou encore l’expérience. Cependant, nous nous proposons ici de remettre en cause l’interprétation de cette relation complexe à l’aune de la seule opposition entre décisionnisme subjectiviste et prudence attentiste, issue d’une mise en regard extérieure entre élaboration philosophique et prise de parti. Or, d’un point de vue marxiste, les controverses intellectuelles tout comme les questionnements les plus ontologiques sont toujours situés et traversés par les contradictions sociales données dans l’histoire.

Ainsi, en accordant une attention particulière au travail interne de l’œuvre en situation chez Sartre et Merleau-Ponty, il s’agira d’interroger la manière dont le marxisme met radicalement la philosophie à l’épreuve. En confrontant discours de vérité et incertitude stratégique de l’action politique, jugement et évènement, les ambigüités du rapport philosophique à la pratique exigent une certaine construction d’une représentation de l’histoire, tâche à laquelle Sartre et Merleau-Ponty s’attellent à contre-temps. C’est donc en partant des conceptions de l’histoire que nous pourrons donner une signification d’ensemble aux divergences politiques des deux co-fondateurs des Temps modernes, de la question de l’organisation jusqu’au rapport à l’U.R.S.S. En dialogue avec la théorie marxiste et munis d’une telle lecture attentive aux diverses couches de temporalité, nous nous demanderons à quoi la proposition d’un humanisme réaliste peut tenir.

Bibliographie et exemplier des textes :


Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle « Technologie et travail » (3) – La technocritique d’André Gorz

Céline Marty
Lundi 29 janvier 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

Cette présentation résulte d’une recherche doctorale soutenue en décembre 2023, je mets à disposition la thèse pour toute personne intéressée.

Les thèses d’André Gorz sur les métamorphoses du travail sont parfois connues, mais moins la technocritique dont elles résultent et qui alimente conjointement son écologie politique. Elle s’organise autour d’une question principale : dans quelle mesure les travailleurs et les usagers peuvent-ils reprendre du pouvoir sur les outils de production et de vie qui ont été conçus par le capitalisme pour leur ôter tout pouvoir et les assujettir ? La réappropriation des moyens de production est-elle possible en l’état ou implique-t-elle de subvertir voire de détruire toute l’organisation matérielle du procès de production capitaliste ? La technocritique montre l’inertie des outils et de l’organisation technique, qui rendent possibles, modèlent voire contraignent à certaines pratiques, quelle que soit l’intentionnalité du sujet qui en use.

Cette technocritique est porteuse de principes existentialistes-marxistes que Gorz a développés à partir de son double héritage sartrien et marxien, mais elle s’élabore et s’exprime en contact étroit avec l’opéraïsme italien, dont Gorz se rapproche, par sa double fonction éditoriale au Nouvel Observateur et aux Temps Modernes, à partir de la fin des années 1960, après avoir fréquenté les socialistes et marxistes italiens dissidents. Elle provient aussi d’échanges resserrés avec Herbert Marcuse et Ivan Illich à la même période. 

Cette réflexion articule sa philosophie du travail ainsi que son écologie politique, critique du productivisme, de ses finalités comme de ses outils, notamment énergétiques – fossiles et nucléaires. Par rapport à son premier idéal d’autogestion productive qui repose sur un usage émancipateur des transformations techniques comme la mécanisation, Gorz intègre ses obstacles matériels pour développer une technocritique écologique.

Bibliographie et exemplier de textes :

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (4) – Retour sur le mode de production asiatique

Lucie Rondeau du Noyer
Lundi 22 janvier 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

Après avoir été éclipsé entre la fin des années 1920 et le milieu des années 1950, le concept marxien de « mode de production asiatique » (MPA) devient abondamment discuté par les chercheuses et chercheurs en sciences humaines et sociales au tournant des années 1960. Dans cette séance, nous présenterons d’abord les contours et le contenu du corpus sur lequel s’appuie cette (re)découverte du MPA. Nous tenterons ensuite de rendre compte de l’enthousiasme qu’il a suscité chez des anthropologues et des historiens pourtant bien conscients que plusieurs décennies de recherches ethnologiques et archéologiques venaient remettre en cause une partie des intuitions et des affirmations marxiennes relatives au MPA.

Bibliographie indicative :

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle « Lénine » (1) – Lénine et le socialisme dans un seul pays : des « Thèses d’avril » à « Mieux vaut moins mais mieux »

Jean-Jacques Marie
Lundi 15 janvier 2023 à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

 

Dans le cadre de notre cycle organisé à l’occasion du centenaire de la mort de Lénine, le séminaire accueille ce lundi 15 janvier Jean-Jacques Marie, historien spécialiste de l’URSS et du trotskisme, pour une séance qui porte sur la dernière période de sa vie allant de 1917 à 1923.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

La transition du féodalisme au capitalisme en France

Armel Campagne
Lundi 8 janvier 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

 

La transition du féodalisme au capitalisme est l’un des débats historiographiques qui a fait couler le plus d’encre, tant en raison de ses implications théoriques que politiques. Néanmoins, force est de constater qu’il y a longtemps eu un consensus entre libéraux et marxistes sur l’essentiel, à savoir que le capitalisme serait progressivement né en Europe occidentale dans les interstices du féodalisme, porté par une bourgeoisie urbaine qui aurait finalement triomphé de l’aristocratie féodale dans une série de « révolutions bourgeoises ». 

Inspirés par Hegel et les historiens libéraux français de la Restauration, Marx et Engels ont eux aussi initialement adopté une vision de l’histoire comme progressant téléologiquement de stade en stade vers le capitalisme (puis, a contrario des libéraux, vers le socialisme et le communisme). Le marxisme fit ainsi de la bourgeoisie et du développement des forces productives les moteurs de l’histoire. De ce fait, le capitalisme fut pensé comme déjà présent de manière embryonnaire dans les villes d’Europe occidentale, n’attendant que le triomphe politique de la bourgeoisie pour se déchaîner. Pour le cas français, l’affaire semblait ainsi entendue parmi les historiens marxistes : le capitalisme, né dans les interstices du féodalisme et de l’absolutisme, aurait finalement triomphé avec la révolution bourgeoise de 1789. Le débat portait de ce fait essentiellement sur la nature de l’absolutisme français, parfois vu comme un instrument de l’aristocratie féodale, quelquefois comme une phase de transition nécessaire à l’émergence du capitalisme, voire comme déjà capitaliste. 

Mais les historiens du long Moyen-Âge et de l’économie d’Ancien Régime, en montrant la compatibilité du féodalisme et de l’absolutisme avec une économie marchande et monétarisée, les historiens révisionnistes, en indiquant la nature non-capitaliste de l’économie d’Ancien Régime et de la bourgeoisie révolutionnaire, et les marxistes politiques, en démontrant la nature non-capitaliste de l’industrie française jusqu’aux années 1860 et de l’agriculture française jusqu’aux années 1960, sont venus bousculer ces certitudes communes aux libéraux et aux marxistes. Partant de ces travaux, c’est à une reconstruction schématique d’inspiration marxiste politique de ce qu’a été la transition du féodalisme au capitalisme en France qu’Armel Campagne, doctorant en histoire à l’Institut universitaire européen de Florence et auteur de Le Capitalocène. Aux racines historiques du dérèglement climatique (Divergences, 2017), s’attellera dans cette séance.

Bibliographie sélective :

  • François Allisson et Nicolas Brisset, Aux origines du capitalisme : Robert Brenner et le marxisme politique, Lyon, ENS Éditions, 2023.
  • Robert Brenner, « Agrarian Class Structure and Economic Development in Pre-Industrial Europe », Past and Present, n° 70, février 1976, pp. 30-75.
  • George C. Comninel, Rethinking the French Revolution : Marxism and the Revisionist Challenge, Londres, Verso, 1987.
  • Jean-Yves Grenier, L’économie d’Ancien Régime, un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.
  • Alain Guerreau, « Avant le marché, les marchés : en Europe, XIIIe-XVIIIe siècle (note critique) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 56ᵉ année, n° 6, 2001, pp. 1129-1175.
  • Xavier Lafrance, The Making of Capitalism in France : Class Structures, Economic Development, the State and the Formation of the French Working Class, 1750-1914, Leyde, Brill, 2019.
  • Xavier Lafrance et Stephen Miller, The Transition to Capitalism in Modern France : Primitive Accumulation and Markets from the Old Regime to the post-WWII Era, Londres, Routledge, 2023.
  • Ellen Meiksins Wood, L’origine du capitalisme, Montréal, Lux, 2009.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Présentation de L’hégémonie et la révolution. Gramsci penseur politique

Yohann Douet
Lundi 18 décembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Lors de la séance du lundi 18 décembre, Yohann Douet présentera son livre, L’hégémonie et la révolution – Gramsci penseur politique, récemment publié aux éditions Amsterdam.

Il s’agira plus précisément d’étudier la stratégie politique et la perspective révolutionnaire élaborées par Gramsci. Sa pensée a été mobilisée, souvent en étant déformée, par les tenants des positions politiques les plus diverses. Sans même parler de son instrumentalisation par des figures d’extrême-droite et de droite, son œuvre a ainsi pu être interprétée en des sens social-démocrate, euro-communiste, populiste de gauche, libéral-démocrate, etc. La lecture ici présentée insistera au contraire sur la filiation entre la pensée gramscienne et le léninisme, tout en s’attachant à montrer que cette fidélité est profondément créatrice et non dogmatique. En effet, loin d’impliquer un rejet des éléments fondamentaux du léninisme et du bolchevisme (rôle décisif du parti révolutionnaire ; stratégie de double pouvoir fondée sur le renforcement des soviets face à l’État bourgeois ; politique d’alliance avec la paysannerie), les conceptions politiques et stratégiques fondamentales de Gramsci (vision du Parti comme Prince moderne ; guerre de position ; société civile et État intégral ; lutte hégémonique) en représentent bien plutôt un développement novateur et une traduction permettant de les actualiser dans un nouveau contexte socio-historique.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Sur l’œuvre de Paola Tabet : qu’est-ce qu’une femme pour les matérialistes ?

Lise Kayser et Leïla-Anne Ouitis

Lundi 11 décembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Comme on l’a vu lors d’un précédent exposé sur L’Origine, la division sexuelle du travail demeure inexpliquée par les pères du matérialisme historique. Ceux-ci restent prisonniers d’une naturalisation de la domination masculine : c’est parce que les femmes font des enfants qu’elles sont assignées à la reproduction de la force de travail. 

L’œuvre de Paola Tabet, anthropologue italienne et figure majeure du féminisme matérialiste, nous semble un apport essentiel pour penser l’oppression des femmes en dehors de tout substrat biologique. Ce qui implique de penser le genre d’abord comme un rapport social de domination antérieur à la division des sexes.  

Durant cette séance, nous allons présenter les trois principaux articles de Tabet afin d’élaborer pas à pas, une lecture entièrement sociale de la domination masculine et de la construction du groupe femme.

Avec « Les mains, les outils et les armes », nous allons voir que si la division sexuelle du travail existe dans toutes les sociétés, elle n’a rien de complémentaire mais elle est asymétrique et orientée par le monopole masculin des outils avancés et le sous-outillage des femmes. 

Puis, avec « Fertilité naturelle, reproduction forcée », nous mettrons en évidence que si l’ovulation est un processus naturel, la procréation elle ne l’est pas : il faut plutôt la penser comme un énorme dispositif de contrainte à l’hétérosexualité, socialement instituée. Voire comme un travail.

Enfin, avec « La grande arnaque », nous montrerons que les femmes étant structurellement dépossédées, elles sont ce groupe qui est porté à utiliser la sexualité comme monnaie d’échange. De ce point de vue, l’argent et la sexualité sont finalement second au regard de la dimension sexuée de l’échange, c’est-à-dire du rapport social ou les hommes limitent l’accès des femmes aux ressources nécessaires.

L’œuvre de Paola Tabet est une contribution essentielle pour penser l’appropriation des femmes dans tous les modes de production et la révolution communiste comme abolition conjointe du genre et des classes.

Bibliographie : 

  • Christine Delphy, L’ennemi principal. 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse, 1997.
  • Christine Delphy, L’ennemi principal. 2, Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001.
  • Friedrich Engels, L’origine de la Famille de la propriété et de l’État, Bruxelles, Tribord, 2012.
  • Jules Falquet, « La combinatoire straight. Race, classe, sexe et économie politique : analyses matérialistes et décoloniales », Cahiers du Genre, HS n° 4, mars 2016, p. 73-96.
  • Silvia Federici, Caliban et la Sorcière. femmes, corps et accumulation primitive, Paris, Entremonde et Senonevero, 2014.
  • Maurice Godelier, La production des Grands Hommes, Paris, Fayard, 1982.
  • Maya Gonzalez et Jeanne Neton, Logique du genre, Marseille-Paris-Genève, Sans Soleil, coll. « V », 2022.
  • Colette Guillaumin, « Pratique du pouvoir et idée de Nature. L’appropriation des femmes », in Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de nature, Paris, iXe, 2016.
  • Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton de Gruyter, 2002.
  • Bronislaw Malinowski, Les Argonautes du Pacifique occidental, trad. André et Simonne Devyver, Paris, Gallimard, 1989.
  • Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique 2. Usage, déréliction et résilience des femmes, Paris, La Dispute, coll. « Le Genre du monde », 2014.
  • George P. Murdock et Caterina Provost, « Factors in the Division of Labor by Sex : a Cross-Cultural Analysis », Ethnology, vol. 12, n° 2, p. 203-225.
  • Paola Tabet, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 1998.
  • Paola Tabet, La grande arnaque, Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, trad. Josée Contréras, Paris, L’Harmattan, coll. « Bibliothèque du féminisme », 2004.
  • Paola Tabet, Les doigts coupés. Une anthropologie féministe, trad. de l’italien, Paris, La Dispute, 2018.
  • Alain Testart, « La question de l’évolutionnisme dans l’anthropologie sociale », Revue française de sociologie, n° 33, 1992, p. 155-187.
  • T C, « Distinction de genres, programmatisme et communisation », Théorie Communiste, n° 23, mai 2010, p. 99-128.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (3) – Retour à « l’autre transition » : des sociétés germaniques anciennes au féodalisme

Dessin à la plume réhaussé de jaune représentant le denariato ou « affranchissement par le denier »
Paris, BnF, ms. Latin 4787. Lois salique, Alamane et ripuaire, fol. 95v.
France du Nord, IXe siècle, peut-être une copie d’un original du VIIe siècle ?

Bastien Paulin Verdier
Lundi 4 décembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Cet exposé vise à analyser trois textes de Friedrich Engels : « La Marche», 1883 ; « Sur l’histoire des anciens germains », 1884 ; et « L’époque franque », 1884. Ces trois textes ont été réunis par Maurice Godelier dans son recueil de textes de Marx et Engels Sur les sociétés précapitalistes (1970, rééd. 2022) et vise à documenter un mode de production particulier reposant sur le système de « Marche » germanique. 

Il s’agira dans un premier temps de comprendre le schéma historique qu’esquisse Engels dans ces trois textes, et replacer leur écriture dans leur contexte historique. Une seconde partie s’occupera de critiquer radicalement l’existence même de la « Marche » germanique à l’aide de l’historien français contemporain de Friedrich Engels, Numa-Denis Fustel de Coulanges, tout en soulignant les mérites de la méthode du matérialisme historique qui sous-tend ces trois textes. Enfin, nous tenterons de revenir et actualiser quelques problèmes historiques importants soulevés par Engels : la dynamique des sociétés antiques hors des sociétés gréco-romaines, les transitions entre modes de productions, en particulier du point de vue agraire : des sociétés anciennes vers des sociétés féodales et du féodalisme vers le capitalisme. 

Textes commentés :

  • Friedrich Engels, « La Marche », 1883 ; rééd. anglaise dans Socialisme utopique et socialisme scientifique, 1892.
  • Friedrich Engels, « Sur l’histoire des anciens germains », in L’origine de la famille, 1884.
  • Friedrich Engels, « L’époque franque », in L’origine de la famille, 1884.

Sources

  • Tacite, La Germanie. L’origine et le pays des Germains, trad. Patrick Voisin, Paris, Arléa, 2011.
  • César, Commentaires sur la guerre des Gaules, VI, 22, trad. L.-A. Constans, Paris, Belles Lettres, 1972.

Bibliographie :

  • Solal Abélès et Blaise Dufal (dir.), « Retour à l’horizon : historiographie du féodalisme », L’Atelier du Centre de recherche historique, n°27, 2023, plus particulièrement :
    • Ludolf Kuchenbuch, « Marx et le féodalisme. Sur le développement du concept de féodalisme dans l’œuvre de Karl Marx » (trad. A. Guerreau).
    • Alain Guerreau, « Rapport entre le passage de l’antiquité au féodalisme et développement des forces productives dans la même période », tapuscrit d’une intervention au colloque Zur Problem des Feudalismus in Europa tenu à Trèves du 7 au 10 mai 1981.
  • Jérôme Baschet, La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, Flammarion, coll. « Champs histoire », 2018 (1ère éd. 2006).
  • Gary Blank, « Rethinking the “Other Transition”: Towards an Alternative Marxist Explanation », Science & Society, vol. 77, n° 2, 2013, pp. 153-178.
  • Monique Bourin et Pascual Martínez Sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, plus particulièrement : 
    • Joseph Morsel, « Le prélèvement seigneurial est-il soluble dans les Weistümer ? Appréhension franconiennes (1200-1400) », pp. 155-210.
    • Julien Demade, « Les « corvées » en Haute-Allemagne. Du rapport de production au symbole de domination (XIe-XIVe siècles) », pp. 337-363.
  • Monique Bourin et Pascual Martínez Sopena (éd.), Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Les mots, les temps, les lieux, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, plus particulièrement :
    • Joseph Morsel, « À la recherche des préambules de chartes de franchises dans l’Empire », pp. 275-309.
    • Julien Demade, « Troisième partie : Temps et lieux du prélèvement seigneurial. Propos introductifs », pp. 313-320 et « Du prélèvement à la ponction : Temps du prélèvement et marché des denrées », pp. 321-342.
  • Magali Coumert, La loi salique. Retour aux manuscrits, Turnhout, Brepols, 2023.
  • Numa-Denis Fustel de Coulanges, « Le problème des origines de la propriété foncière », Revue des questions historiques, vol. 45, 1889, pp. 349-439.
  • Numa-Denis Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, tome IV, L’alleu et le domaine rural à l’époque mérovingienne, Paris, Hachette, 1889, plus particulièrement le chapitre 5 : « Est-il vrai que les Francs aient pratiqué la communauté de village ? », pp. 171-198.
  • Alain Guerreau, « Fustel de Coulanges médiéviste », Revue historique, vol. 275, 1986, pp. 381-406.
  • Alain Guerreau, Le féodalisme, un horizon théorique, Paris, Le Sycomore, 1980.
  • Alain Guerreau, L’avenir d’un passé incertain. Quelle histoire du Moyen Âge au XXIe siècle ?, Paris, éd. du Seuil, 2001.
  • Juan-José Larrea, « L’autre visage du manse. Actes de la pratique et structures agraires dans la vallée du Rhin moyen au VIIIe siècle », Frühmittelalterliche Studien, n°46, 2012, pp. 41-98.
  • Malcom Todd, Les Germains. Aux frontières de l’empire romain (100 av. J.-C.à 300 ap. J.-C.), trad. Claire Sorel, Paris, Armand Colin, coll. « Civilisations », 1990 (1ère éd. britannique 1975).
  • Chris Wickham, « The Other Transition: From the Ancient World to Feudalism » Past & Present, vol. 103, 1984, pp. 3-36.
  • Chris Wickham, Framing the Early Middle Ages. Europe and the Mediterranean, 400-800, Oxford, Oxford University Press, 2005.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle « Technologie et travail » (2) – Marx et la question des machines

André Boetto
Lundi 27 novembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

La pensée de Marx a été souvent associée à une forme de glorification du progrès technique voire de « déterminisme technologique ». Dans cette séance nous proposons de mettre à l’épreuve la validité de cette thèse en retraçant dans ses lignes générales l’évolution du rapport de Marx à la technique des années 1840 jusqu’au Capital.

Dans un premier temps nous essayerons d’introduire à la problématique générale de la technique chez Marx et de restituer les liens entre sa pensée de la technique et le contexte historique formé par la Machinery Question (question des machines), à savoir le débat social, politique et intellectuel autour de l’impact de la mécanisation de l’industrie sur la vie et sur l’emploi des travailleurs avec lequel Marx s’était largement familiarisé dès son séjour à Paris en 1844.

Le rapport de Marx à l’œuvre du chimiste Andrew Ure va nous servir ensuite de fil conducteur pour suivre l’élaboration des réponses à la question des machines par Marx dans son œuvre de la maturité à partir des Grundrisse. Nous verrons notamment que ce n’est que par sa confrontation critique tardive avec Ure dans les années 1860 que Marx parvient à prendre ses distances de manière décisive à l’égard du discours dominant sur les machines et à esquisser une théorie originale de l’évolution technique sous le capitalisme.

Bibliographie indicative :

Sur Marx :

  • Bruce Bimber, « Karl Marx and the Three Faces of Technological Determinism », Social Studies of Science, vol. 20, n° 2, 1990, pp. 333-351.
  • Michael Heinrich, « The ‘Fragment on Machines’ », in Riccardo Bellofiore et al. (éd.), In Marx’s Laboratory, Leyde, Brill, 2013, pp. 195-212.
  • Heinz D. Kurz, « Marx on Technological Change », in Riccardo Bellofiore (éd.), Marxian Economics : A Reappraisal, vol. 2, Londres, Palgrave Macmillan, 1998, pp. 119-138.
  • Hans-Peter Müller (éd.), Die technologisch-historischen Exzerpte, Francfort/Berlin/Vienne, Ullstein, 1982 ; Karl Marx über Maschinerie, Kapital und industrielle Revolution, Opladen, Westdeutscher, 1992.
  • Jürgen Rojahn, « The Emergence of a Theory », Rethinking Marxism, vol. 14, n° 4, 2002, pp. 29-46.
  • Regina Roth, « Marx on Technical Change in the Critical Edition », The European Journal of the History of Thought, vol. 17, n° 5, 2010, pp. 1223-1251.
  • Paul M. Sweezy, « The Law of the Falling Tendency of the Rate of Profit », in Four Lectures on Marxism, New York/Londres, Monthly Review Press, 1981, pp. 46-54.
  • Rainer Winkelmann (éd.), Exzerpte über Arbeitsteilung, Maschinerie und Industrie, Francfort/Berlin/Vienne, Ullstein, 1982.

Sur la mécanisation et la révolution industrielle :

  • Maxine Berg, The Machinery Question and the Making of Political Economy 1815-1848, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 ; The Age of Manufactures, 1700-1820 (2e éd.), Londres, Routledge, 1994.
  • Steve Edwards, « Factory and Fantasy in Andrew Ure », Journal of Design History, vol. 14, n° 1, 2001, pp. 17-33.
  • John Habakkuk, American and British Technology in the Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1962.
  • François Jarrige, Technocritiques, Paris, La Découverte, 2014.
  • Kim Moody, « High Tech, Low Growth », Historical Materialism, vol. 26, n° 4, 2018, pp. 3-34.
  • Nathan Rosenberg, Perspectives on Technology, Cambridge, Cambridge University Press, 1976.
  • Raphael Samuel, « Workshop of the World », History Workshop, n° 3, 1977, pp. 6-72.
  • Simon Schaffer, « Les machines calculatrices de Babbage et le “factory system” », Réseaux, vol. 13, n° 69, 1995, pp. 159-191.
  • Richard van den Berg, « Of Machines and Capital », Liège, Conférence de l’ESHET, 2023.
  • Andrew Zimmerman, « The Ideology of the Machine and the Spirit of the Factory », Cultural Critique, n° 37, 1997, pp. 5-29.

Texte de la séance :

Retour au calendrier

Derrida lecteur de Marx

 Don McCullin, Early Shift – West Hartlepool Steelworks, County Durham, England – 1963

Alix Stéphan
Lundi 20 novembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Il est assez connu que Derrida s’est intéressé, sur le tard, à Marx en publiant en 1993 Spectres de Marx sous-titré L’État de la dette, le travail du deuil et la nouvelle Internationale. Mais ce texte n’est pas son coup d’essai : déjà dans les années 1970 Derrida, alors collègue intrigué d’Althusser à l’ENS, s’est appliqué à commenter des textes de Marx (tout particulièrement la thèse XI des Thèses sur Feuerbach lors de son séminaire “Théorie et Pratique”) ou encore de Gramsci, et n’a pas eu peur de faire référence à Lénine ou de reconnaître l’influence de Tran Duc Thao. On peut alors se demander ce qui a captivé Derrida dans les textes marxistes, lui qui est surtout connu pour son attachement à Husserl et Heidegger. Il faudra donc prendre au sérieux cette interrogation de Derrida : « Quel esprit du marxisme ? » ou encore plus précisément « Comment Marx lui-même a-t-il traité le fantôme, le concept de fantôme, de spectre ou de revenant ? ».

Je me concentrerai ici sur les commentaires directs que Derrida fait de certains textes de Marx (le 18 Brumaire, L’Idéologie allemande, Le Capital…) dans divers ouvrages au cours de sa carrière, pour voir comment Derrida lit Marx et quel héritage explicite de Marx existe dans la réflexion de Derrida. Je me pencherai sur des grands concepts repris et commentés par Derrida, comme celui de marchandise, d’idéologie ou encore de révolution, mais aussi sur l’exploitation de références littéraires communes (tout particulièrement Shakespeare) leur permettant une conceptualisation conjointe.

Bibliographie :

  • Christian Arnsperger, et al., « Autour des écrits de Jacques Derrida sur l’argent », in Marcel Drach (éd.), L’argent, La Découverte, 2004, pp. 201-232.
  • Christian Boissinot, « Questions et réponses – Spectre de Marx. Entretien avec Jacques Derrida », Laval théologique et philosophique, vol. 50, n° 3, octobre 1994, pp. 619–627.
  • Jacques Derrida, Point de suspension – Entretiens, Éditions Galilée, 1992.
  • Jacques Derrida, Spectres de Marx, Éditions Galilée, 1993.
  • Jacques Derrida, Moscou aller-retour, Éditions de l’aube, 1995.
  • Jacques Derrida, Marc Guillaume, Marx en jeu, Descartes & Cie, 1997.
  • Jacques Derrida, et al., Ghostly demarcations: a symposium on Jacques Derrida’s “Specters of Marx”, Verso, 1999.
  • Jacques Derrida, Politique et amitié – Entretiens avec Michael Sprinker sur Marx et Althusser, Galilée, 2011.
  • Jacques Derrida, Théorie et pratique, Éditions Galilée, 2017.
  • Friedrich Engels et Karl Marx, L’Idéologie allemande, trad. Henri Auger, Gilbert Badia, Jean Baudrillard et Renée Cartelle, Éditions Sociales, 2012.
  • Friedrich Engels et Karl Marx, Manifeste du parti communiste, trad. Emile Bottigelli, Flammarion, 1998.
  • Karl Marx, Le Capital. Livre I, trad. Jean-Pierre Lefebvre, PUF, 1993.
  • Karl Marx, Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, trad. Grégoire Chamayou, Flammarion, 2007.
  • Karl Marx, Contribution à l’économie politique, trad. Guillaume Fondu et Jean Quétier, Éditions Sociales, 2014.
  • Karl Marx, Thèses sur Feuerbach, in Friedrich Engels et Karl Marx, L’idéologie allemande. Première partie : Feuerbach, trad. Renée Cartelle et Gilbert Badia, Éditions sociales, 1952 (disponible sur marxists.org).
  • Thomas C. Mercier, « Pas de course. Notes piquées sur le séminaire “GREPH. Le concept de l’idéologie chez les idéologues français” (1974-1975) », Philosophiques, vol. 47, n° 2, automne 2020, pp. 289–31.

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Cycle de lecture sur les sociétés précapitalistes (2) – « Des débris qui nous entourent de toutes parts »

Nicolas Eyguesier
Lundi 13 novembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Nous traiterons dans cet exposé des sociétés pré-capitalistes chez Marx, en commençant par une revue du sujet dans les écrits marxiens, depuis les articles sur l’Inde du New York Tribune jusqu’aux ethnological notebooks du crépuscule. On s’arrêtera ensuite sur la traduction française du Capital et la question de la “voie russe”. On verra que Marx, est passé d’une conception unilinéaire à une conception multilinéaire, pour reprendre les termes de Kevin B. Anderson. Passage difficile. Très difficile. On conclura rapidement par quelques considérations sur la paysannerie russe au début du XXe siècle.

Bibliographie :

  • Kevin B. Anderson, Marx aux antipodes. Nations, ethnicité et sociétés non-occidentales, Paris, Syllepses, 2015 [2010].
  • Ettore Cinnella, L’Altro Marx, Pise, Della Porta Editori, 2019 [2014].
  • Paul Guillibert, Terre et Capital. Pour un communisme du vivant, Paris, Amsterdam, 2021.
  • Karl Marx et Friedrich Engels, Écrits sur le tsarisme et la commune russe, Cahiers de l’ISEA, III, n°7, juillet 1969.
  • Karl Marx et Friedrich Engels, Lettres sur « Le Capital », Paris, Éditions Sociales, 1964.
  • Karl Marx et Friedrich Engels, Sur les sociétés précapitalistes. Nouvelle édition augmentée. Textes et présentation par Maurice Godelier, Paris, Éditions sociales, 2022 [1970].
  • Maximilien Rubel, « Karl Marx et le socialisme populiste russe », La Revue socialiste, n°11, mai 1947, p. 544-559.
  • Maxime Kovalevski, « Le passage historique de la propriété collective à la propriété individuelle », Annales de l’Institut International de Sociologie, vol. II, Paris, 1986.
  • Gareth Stedman Jones, Karl Marx, Greatness and Illusion, Cambridge (Mass.), Belknap Press of Harvard University Press, 2016.
  • Teodor Shanin, « Le dernier Marx : dieux et artisan », dans Kolja Lindner et Éditions de l’Asymétrie (éds.), Le Dernier Marx, Toulouse, l’Asymétrie, 2019 [1983].
  • Carlos Taibo, Marx y Rusia. Un ensayo sobre el Marx tardío, Madrid, Catarata, 2022.
  • James D. White, Marx and Russia. The fate of a doctrine, Londres, Bloomsberg, 2019.

Retour au calendrier

Sur le marxisme géographique et urbain

Stefan Kipfer
Lundi 6 novembre 2023 à 18h30

Salle Cavaillès, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Ce lundi 6 novembre, Stefan Kipfer, géographe, politiste et professeur à York University (Toronto), proposera au séminaire Lectures de Marx une intervention sur les questions de marxisme géographique et urbain.

Bibliographie récente de Stefan Kipfer :

Enregistrement de la séance :

Retour au calendrier

Veille bibliographie #31 (automne 2023)

Nouvelle veille bibliographique avec des parutions récentes.

Liste réalisée avec la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

Friedrich Engels,  Karl Marx, Manifeste du parti communiste,
préf. Éric Vuillard, introd. Isabelle Garo, Éd. Sociales, 2023, 140 p., 10 €.

[présentation en ligne]

Dans cette édition, le Manifeste est préfacé par l’écrivain Éric Vuillard, introduit par la philosophe Isabelle Garo et accompagné de toutes les préfaces au texte d’Engels et de Marx. 

Karl Marx, Sur le parti révolutionnaire. Précédé de L’adieu aux sectes. Marx, théoricien du parti par Jean Quétier,
Éd. Sociales, « Les essentielles », 2023, 640 p., 30 €.

[présentation en ligne]

Généralement méconnu voire tout simplement nié, l’apport de Karl Marx à la théorie du parti révolutionnaire est pourtant plus que significatif. La question du parti constitue même une clé de compréhension décisive pour l’ensemble de son œuvre. En l’absence d’ouvrage systématique dans lequel l’auteur aurait exposé ses vues sur la question, il est cependant nécessaire, pour reconstituer cette théorie, de puiser dans de nombreux textes au statut très varié (correspondance, procès-verbaux de réunion, etc.).
Cette anthologie, qui contient de nombreux extraits peu connus du public français, souvent présentés dans une traduction nouvelle, a précisément pour vocation de rassembler ces différents documents dans un même volume, en proposant un parcours à la fois chronologique et thématique. Elle est précédée d’une longue introduction de Jean Quétier, fondée sur l’idée d’une transformation fondamentale de la théorie du parti de Marx entre les années 1840 et les années 1860. Au modèle du « parti dans le parti », développé dans le Manifeste du parti communiste, succède ainsi celui du parti de classe conçu comme l’antidote à toutes les logiques sectaires.

Jean Quétier, Le travail de parti de Marx. Intervenir dans les organisations ouvrières,
Éd. de la Sorbonne, « La philosophie à l’œuvre », 2023, 320 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Entre la philosophie et l'histoire, cet ouvrage étudie l'activité déployée par Marx au sein des structures militantes dans lesquelles il est successivement intervenu. Il interprète les différentes traces de cette activité, en particulier les procès-verbaux des réunions auxquelles Marx a participé et la correspondance qu'il a entretenue avec de nombreux dirigeants ouvriers. L'analyse de ces documents montre qu'à ses yeux les partis ne constituaient pas de simples caisses de résonance, dont la vocation première aurait été d'accroître la diffusion d'idées élaborées en amont, de façon solitaire, mais qu'ils faisaient au contraire figure de véritables laboratoires théoriques. Ainsi apparaît la distinction entre parti et secte, le premier étant compris comme une forme saine, la seconde comme une modalité pathologique de l'organisation de classe. Marx pense en effet le parti comme une structure démocratique dont le discours s'élabore de façon collective et en lien étroit avec la pratique réelle du mouvement ouvrier.
De ce point de vue, la logique partisane s'oppose nécessairement à la pratique sectaire, vestige anachronique du temps des sociétés secrètes, qui se caractérise par sa croyance aux recettes miracles et sa tendance au culte du chef charismatique.

Louis Janover & Maximilien Rubel, Armée – Guerre – Nation. Lexique Marx (III),
Smolny, 2023, 120 p., 8 €.

[présentation en ligne]

Le Lexique Marx que Louis Janover et Maximilien Rubel publient entre 1978 et 1985 dans la revue Études de marxologie s’ouvre, avec les entrées de ce volume, à la délicate question militaire. Qu’il s’agisse de l’articulation entre l’organisation de l’armée et l’organisation sociale, de l’autonomisation de l’État par rapport à la société, ou encore de la place de la guerre dans la construction des nations ou d’un éventuel surgissement révolutionnaire, la pensée de Marx, parfois dissociée de celle d’Engels sur ces sujets, est saisie encore une fois avec la même méthode historique et exploratoire par les auteurs de ce Lexique tissé de matériaux de première main.  
 

Guillaume Fondu, Que faire de Lénine ?,
Éditions Critiques, 2023, 202 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Dès les premiers jours d’octobre 1917, Lénine va incarner la révolution russe, aux yeux de ses admirateurs comme de ses adversaires. Au plus fort de la guerre froide jusqu’à nos jours cette figure révolutionnaire va susciter des regards sans nuance : génie politique et chef d’orchestre de la révolution pour les uns, agitateur machiavélique et dirigeant sanguinaire pour les autres. Écartant aussi bien la légende noire que la légende dorée, Guillaume Fondu confronte les réflexions et les choix politiques du leader bolchevique aux positions de ses camarades et adversaires sur les mêmes questions. Lénine est ainsi replacé au cœur du contexte historique dans lequel il s’est formé, a élaboré ses conceptions de la lutte politique et a œuvré à la révolution.
Grâce à cette approche originale, cet ouvrage bouscule non seulement des idées reçues renouvelant notre compréhension de ce personnage historique mais il nous permet aussi de questionner les pratiques militantes et les stratégies politiques contemporaines.

Nikolaï Soukhanov, Carnets de la Révolution russe, Tome 1 : La victoire était entre nos mains  (février-juin 1917), Tome 2 : Au milieu du feu et de la poudre (juillet-octobre 1917),
trad. du russe Guillaume Fondu, postf. Guillaume Fondu et Éric Sevault, Smolny, 2023, 896 + 864 p., 237 ill., 32 + 32 €.

[présentation en ligne]

Rédigés entre 1918 et 1921, de mémoire, dans un style alerte, les Carnets de la Révolution russe offrent un témoignage captivant sur l’ensemble des événements de 1917. Présent à Pétersbourg de février à octobre, Nikolaï Soukhanov, l’un des fondateurs du Soviet de la capitale, est un observateur privilégié de la vague révolutionnaire. Menchevik internationaliste, introduit auprès des nombreux partis socialistes, il rend compte de l’intérieur des diverses forces politiques en présence. Cet ouvrage n’est donc pas une simple chronique : Soukhanov, en militant, tâche de se situer au sein des événements, d’en dégager les possibles et d’évaluer d’un œil critique les positions des différents protagonistes de la révolution.
Traduits pour la première fois en langue française dans leur intégralité, les sept livres des Carnets de Soukhanov doivent retrouver la place qui leur revient, celle d’une des principales sources de l’histoire de la Révolution russe à Pétersbourg en 1917. L’édition critique de ces mémoires permet de découvrir une vision alternative inédite, ouverte et dynamique, de la Révolution russe et de ses suites.

Julius Dickmann, Pour une autocritique du marxisme. Œuvres complètes (1917-1936),
trad. de l’allemand Didier Debord & Robert Ferro, introd. Robert Ferro & Jérôme Lamy, Smolny, 2023, 496p., 25 €.

[présentation en ligne]

 

L’œuvre écrite de Julius Dickmann est non seulement un témoignage des crises, des guerres et des révolutions de la première moitié du XXe siècle mais, aussi et surtout, un legs offert à l’avenir par l’un des francs-tireurs les plus singuliers du marxisme. Aussi riche que méconnue, cette œuvre comprend des articles d’intervention dans l’actualité politique autrichienne et allemande d’alors, des essais de théorie marxienne et des correspondances avec d’autres marxistes hétérodoxes tels que Boris Souvarine, Lucien Laurat ou Karl Korsch. Ce volume, rendant enfin disponible en français l'œuvre complète de Dickmann, éclaire la pensée d’un des précurseurs de l’éco-socialisme. 

Harry Braverman, Travail et capitalisme monopoliste,
préf. Sebastian Carbonell, Éd. Sociales, « Les essentielles »,  2023, 416 p., 26 €.

[présentation en ligne]

Travail et capitalisme monopoliste est l’une des principales tentatives d’étude critique du travail. En s’appuyant sur sa lecture de l’œuvre de Karl Marx et sur son expérience personnelle en tant qu’ouvrier de l’industrie, Harry Braverman propose une reconstruction historique de l’organisation capitaliste du travail, notamment des moyens techniques et organisationnels mis en place pour dépasser les obstacles à l’accumulation des profits.
Publié initialement en 1974 et traduit en français en 1976 aux éditions Maspero, Travail et capitalisme monopoliste a connu une postérité importante. Les analyses de Braverman font aujourd’hui l’objet d’un intérêt renouvelé face à la crise du travail que connaissent les sociétés contemporaines et aux débats sur le sens du travail ou sur le changement technologique.
Cette nouvelle édition est accompagnée de deux textes de Braverman, inédits en français et traduits par Lucie Rondeau du Noyer. 

Jean-Jacques Lecercle, Histoire de mots et lutte de langues,
Éd. Sociales, « Les irrégulières », 2023, 152 p., 10 €

[présentation en ligne]

À travers deux interventions inédites (dont une conférence donnée dans le cadre du séminaire Lectures de Marx), complétées par un entretien avec le philosophe, l’ouvrage donne à voir l’apport crucial du marxisme à l’analyse des textes, déclinée en deux gestes complémentaires : exhumer, à même les mots, les luttes de classe qui y sont sédimentées, au moyen d’une socio-linguistique historique qui pense le langage dans et comme histoire, retracer les vies d’une œuvre (Frankenstein et Dracula) au-delà de la conjoncture qui l’a produite – le devenir-mythe qui l’arrache à l’histoire, et la dégradation en archétype qui permet sa mobilisation idéologique dans un nouveau contexte. La lecture marxiste des textes devient, du même coup, une arme pour l’analyse marxiste des situations, tant toute lutte politique est une lutte linguistique. 

François Allisson et Nicolas Brisset, Aux origines du capitalisme. Robert Brenner et le marxisme  politique,
ENS éditions, « Feuillets, économie politique moderne », 2023, 200 p., 24 €.

[présentation en ligne]

Comment et quand le monde a-t-il basculé dans ce système que l'on appelle « capitalisme » ? C’est dans cette discussion que s’inscrit le Brenner Debate, du nom de l’historien américain Robert Brenner. À l’origine de ce débat important parmi les historiennes et historiens du capitalisme, les travaux de Robert Brenner ont exercé une influence majeure sur le développement de la pensée marxiste à partir des années 1970.
Dans une première partie, François Allisson et Nicolas Brisset retracent et contextualisent les principales étapes de ce débat ayant mené aux travaux de Robert Brenner. Les auteurs montrent ainsi que la manière d’aborder l’histoire du capitalisme est intimement liée au regard que l’on porte sur ce système économique. Une seconde partie propose la traduction inédite d’un article de Robert Brenner paru en 2007, « Propriété et progrès : quand Adam Smith faisait fausse route », qui constitue, de l’aveu même de son auteur, la version définitive de son argument développé en 1976.
Cet ouvrage est une porte d’entrée sur la pensée d’un économiste méconnu dans l’espace francophone, qui pourtant mérite, au regard de son importance dans l’historiographie anglo-saxonne, toute notre attention.

Robert Kurz, La montée aux cieux de l’argent. Limites structurelles à la valorisation du capital, capitalisme de casino et crise financière globale,
trad. de l’allemand Matthieu Galtier,  Crise & Critique, « Au cœur des ténèbres », 2023, 147 p., 13 €.

[présentation en ligne]

Dix ans avant l’éclatement de la crise mondiale de 2008, un observateur et théoricien caustique du nom de Robert Kurz a refroidi l’euphorie générale des années 1990, affirmant que si l’été sibérien du boom capitaliste de l’après-guerre avait déjà été de courte durée, l’ère suivante du « capitalisme de casino » des années 1990-2000 serait encore plus brève. Car le capitalisme n’est pas l’« éternel retour du même », une succession de périodes de prospérité et de crises passagères. La croissance virtuelle depuis quarante ans fondée sur la multiplication du capital fictif dans le secteur financier n’a aucune valeur réelle, elle a certes rendu possible l’explosion du crédit et un endettement généralisé des économies mondiales, mais ceux-ci ne peuvent se poursuivre indéfiniment. À l’aune de l’une des principales théories contemporaines de la crise reposant sur le concept de « borne interne du capital », l’auteur analyse aussi bien la logique du capital global que sa trajectoire historique et rend les outils de la pensée marxienne aptes à rétablir le lien logique entre la gigantesque bulle des marchés financiers, la dette croissante des États et des entreprises et la crise plus générale du capitalisme. 

Cedric Robinson, Marxisme noir. La genèse de la tradition radicale noire,
trad. Selim Nadi et Sophie Coudray, préf. Selim Nadi, Entremonde, 2023, 664 p., 39 €.

[présentation en ligne]

Dans ce classique de la pensée radicale noire enfin traduit en français, Cedric Robinson entreprend d’écrire une histoire intellectuelle du radicalisme noir. Bien que ce livre soit surtout resté dans la postérité pour la thèse du « capitalisme racial » qu’il y développe, Robinson revient, avec une érudition impressionnante, sur les origines intra-européennes du racialisme, ainsi que sur les origines européennes du marxisme avant de s’attarder sur le développement de l’histoire africaine et les débuts de l’esclavage transatlantique. Enfin, il étudie minutieusement trois figures majeures de la tradition radicale noire : W.E.B. Du Bois, C.L.R. James et le romancier Richard Wright. 

Just In Monday, La double nature du racisme. Sur le mythe de la société en crise,
trad. de l’allemand Memphis Krickeberg, Crise & Critique, « Au cœur des ténèbres », 2023, 278 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Le concept de racisme postcolonial et décolonial présente des limites lorsqu’il s’agit de saisir des évolutions du racisme qui ne correspondent pas au racisme colonial. La disciplinarisation liée au travail, la coercition homogénéisante dans le cadre de l’État-nation et l’auto-racialisation en rapport avec la productivité, ne se prêtent-elles pas aussi à des explications de l’émergence du racisme, par exemple lorsque celui-ci se manifeste à l’encontre de populations minoritaires dans des régions situées en dehors de l’Occident ou à l’encontre de populations situées en dehors des métropoles, qui n’ont jamais été colonisées, ou dont les ancêtres ne l’ont jamais été ?
La profonde originalité de la démarche de JustIn Monday, est de nous inviter à reprendre des problèmes laissés irrésolus au sein de la théorie antiraciste du racisme en repensant les articulations de la double nature du racisme : outre des images stéréotypées de l’étranger, il comprend également des images de soi en tant que race (une auto-racialisation) dans lesquelles sont formulées des affirmations sur la manière dont le lien entre les individus et la société moderne est ou devrait être constitué. L’« idée de race » n’est alors ni un plan ni un « instrument de domination », mais toujours un mythe qui entre en jeu lorsqu’il faut défendre son propre ordre social en crise.
 

David Harvey, Chroniques anticapitalistes,
essai trad. de l’anglais (États-Unis) Laurent Bury, Zulma, 2023, 304 p., 22,50 €.

[présentation en ligne]

La gestion de la pandémie et l’attentisme climatique ont révélé l’irrationalité des solutions néolibérales face à la crise globale. En dix-neuf chroniques thématiques, David Harvey nous montre comment le système capitaliste, « trop gros pour faire faillite, mais trop monstrueux pour survivre », tente aujourd’hui d’éviter l’effondrement en mobilisant les banques centrales, en s’appropriant la richesse collective par la dette, ou en s’alliant aux forces réactionnaires et aux nationalistes.
Tout en renouvelant les outils et les concepts de Marx – le syndrome de la croissance, les valeurs d’usage et d’échange, le consumérisme ou l’aliénation –, David Harvey s’empare des questions politiques et sociales les plus urgentes et envisage les voies concrètes de transformation de la société. Il dégage des alternatives face à l’explosion des inégalités sociales et au réchauffement climatique : réorienter l’État, les flux du capital, la force de travail et les nouvelles technologies serait ainsi le premier impératif progressiste de notre temps.

Yohann Douet, Découvrir Machiavel,
Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2023, 184 p., 10 €

[présentation en ligne]

Les textes de Nicolas Machiavel (1469-1527) rassemblés ici explorent ses principales conceptions sur : la centralité des rapports de force en politique, le rapport entre la virtù et la fortune, l’action du Prince et la nécessité de saisir les occasions historiques, la libération d’une nation opprimée, l’exigence de maintenir l’État et celle de fonder le pouvoir sur le peuple, la puissance des apparences, l’utilisation politique de la morale et de la religion, la désunion entre le peuple et les grands, la différence entre les bons conflits sociaux et les mauvais, ou encore le lien complexe entre égalité sociale et liberté politique.

Tom Thomas, En finir avec les nationalismes,
Éditions Critiques, 2023, 180 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Dans un contexte d’affrontements géopolitiques majeurs et de difficultés économiques grandissantes, nous voyons ressurgir des discours et des politiques nationalistes. Mais une souveraineté nationale restaurée, un État fort ou un protectionnisme social voire écologique sont-ils de véritables solutions à la crise généralisée qui se forme sous nos yeux ?
Tom Thomas montre que la nation n’est jamais qu’une forme historique transitoire servant de supplément d’âme à une société bourgeoise dominée par l’individualisme des rapports marchands. Si certaines luttes de libération nationale ont pu par le passé servir la lutte de classe, le capitalisme mondialisé rend désormais illusoire toute possibilité d’émancipation dans le cadre de la nation. Face aux catastrophes économiques et écologiques en cours, tout nationalisme, qu’il vienne des élites ou du peuple, demeurera une impasse et interdira toute voie vers le socialisme.

Marion Labeÿ, Victor Fay (1903-1991). Itinéraire d’un marxiste hétérodoxe au sein du mouvement ouvrier français,
Éd. du Croquant, « Dossiers et documents de l’ITS », 2023, 282 p., 22 €.

[présentation en ligne]

Inconnu du grand public, même au sein du milieu universitaire, Ladislas Faygenbaum dit Victor Fay, d’origine polonaise mais naturalisé français, est pour beaucoup de militants et d’historiens du mouvement ouvrier une “légende”. Marion Labeÿ, docteure en histoire contemporaine, retrace dans cet ouvrage l’itinéraire fascinant de cet acteur discret de l’histoire du mouvement ouvrier français et européen au XXe siècle, qui a été tour à tour responsable de la formation des cadres du Parti communiste français, opposant communiste puis militant à la gauche de la SFIO, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, protagoniste de la fondation du Parti socialiste autonome puis du Parti socialiste unifié… Journaliste, enseignant et théoricien marxiste, antistalinien et anticolonialiste, Victor Fay fut avant tout un militant qui passa toute sa vie à rechercher, inlassablement, les voies possibles d’accès au socialisme. Cette première biographie de Victor Fay rend hommage à cette mémoire critique du mouvement social européen.  

Jean-François Fayet, Karl Radek (1885-1939). Une biographie politique,
nouv. éd. ill., Smolny, 2023, 736 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Né en Galicie autrichienne en 1885, assassiné en déportation en 1939, Karl Radek fut l’enfant terrible de l’Internationale socialiste, puis une éminente figure de l’Internationale communiste, avant de devenir le conseiller personnel de Staline en politique étrangère et de disparaître finalement de la scène politique après une prestation ambiguë d’accusé-accusateur au deuxième Procès de Moscou en janvier 1937.
L’histoire de cet internationaliste incisif, de ce virtuose de la presse à l’humour et au cynisme légendaires, de ce paria devenu vice-commissaire du peuple, incarne, au-delà de son itinéraire personnel, le naufrage soviétique.
 

Ludivine Bantigny, Quentin Deluermoz, Boris Gobille, Laurent Jeanpierre, Eugénia Palieraki (dir.), Une histoire globale des révolutions,
La Découverte, « SH/Histoire-monde », 2023, 1200 p., 36,90 €

[présentation en ligne]

"La révolution est terminée." À la fin du siècle dernier, la formule a fait date. Mais rien n'était plus faux. Il suffit, pour s'en convaincre, de déplacer le regard hors des régions occidentales, à Tunis, Alger, Hong Kong ou Téhéran. Étendre dans l'espace mais aussi dans le temps, bien avant le XVIIIe siècle, l'enquête sur les révolutions, en montrer les dynamiques transnationales, les échos, les reprises, les "modèles" comme les singularités, telle est l'ambition de cette histoire globale. 
Rédigés par des spécialistes du monde entier, ses chapitres explorent la richesse de l'histoire révolutionnaire, mettent en lumière des révolutions moins connues et arpentent des géographies inédites traversant tous les continents. La Révolution française, les révolutions atlantiques et le Printemps des peuples côtoient les révoltes anticoloniales indiennes, les mouvements populaires de Corée ou du Japon et les grands soulèvements latino-américains ; les Révolutions russe et chinoise ne font pas oublier les révolutions d'indépendance, notamment africaines, ni les rébellions multiples qui émaillent un monde en perpétuelle effervescence. 
Affranchie de ses bornes classiques, l'archive révolutionnaire livre des interrogations neuves et des recherches fructueuses. Le rôle de la spiritualité et de la religion, des empires et des nationalismes, de l'économie et de l'État, de l'environnement et du climat, est ainsi exposé à des lumières plus vives, tout comme les protagonistes, notamment les femmes, la paysannerie, le monde ouvrier... Et dès lors, comment passe-t-on à l'acte ? Comment vivent, dans l'extraordinaire des jours de soulèvement, celles et ceux qui y participent ? 

Jean-Numa Ducange et Jean Quétier (dir.), « Marxismes est-allemands », Actuel Marx, n° 74, PUF, 2023, 240 p., 25 €.

[présentation en ligne]

 

 

Pendant quarante ans, le régime de la République démocratie allemande (RDA) s’est réclamé officiellement du marxisme. Au-delà de l’idéologie officielle répétitive et fossilisée, il a existé de multiples marxismes et lectures de Marx. Celles-ci ont été totalement marginalisées puis oubliées après la chute du mur de Berlin. Ce numéro d’Actuel Marx exhume ces recherches méconnues, particulièrement en France. On découvrira des aspects novateurs que l’on attendrait pourtant pas dans une Allemagne de l’Est souvent résumée à ses formes oppressives et autoritaires (recherches sur Marx, histoire économique, réflexions écologiques, mouvements des femmes…). 

« Avec et au-delà de Marx », Jaggernaut, n° 5, Crise & Critique, 2023, 318 p., 16 €.

[présentation en ligne]

Dans cette cinquième livraison de la revue, on trouvera un dossier donnant à voir le chantier théorique permanent que constitue la nouvelle critique du patriarcat producteur de marchandises : une histoire des origines de la revue allemande Krisis entre 1966 et 1992, un manifeste pour une transformation de la critique anticapitaliste, un article de Robert Kurz cherchant à pousser plus loin une « révolution théorique inachevée », toute une série d’échanges critiques autour de la théorie et de l’analyse des formes multiples prises par la crise contemporaine, de la financiarisation à l’inflation mondiale, en passant par la pandémie de la Covid et l’interprétation que l’on peut avoir de la guerre en Ukraine. Sandrine Aumercier revient quant à elle, sur l’aporie des études de genre et leur distinction entre sexe et genre, qui entretient une confusion elle-même naturaliste entre la forme sexuée des rapports sociaux d’une société donnée et la reproduction sexuée elle-même. 

Olivier Neveux (dir.), « Les théâtres de Marx », Théâtre/Public, n° 248, Éd. Théâtrales, 2023, 144 p., 16,90 €.

[présentation en ligne]

Le dossier de ce numéro de Théâtre/Public explore, exemples à l’appui, quelques-unes des façons dont Marx (sa figure, sa pensée, son spectre) a pu hier, et peut encore aujourd’hui, animer la création théâtrale.