Archives de catégorie : Billets

Veille bibliographique #26 (Rentrée 2021)

Nouvelle veille bibliographique avec des ouvrages parus avant l’été et à la rentrée 2021.

Liste co-réalisée avec la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris

 

Friedrich Engels et Karl Marx, Irlande, classe ouvrière et libération nationale,
textes réunis et présentés par Richard Poulin, Syllepse/Page 2/M éditeur, « Mille marxismes », 2021, 520 p., 25 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage présente, pour la première fois en langue française, l’ensemble des textes de Friedrich Engels et de Karl Marx consacrés à la question nationale irlandaise et ses rapports avec la révolution socialiste.
Pour Engels et Marx, la non-résolution de la question de l’oppression nationale des Irlandais expliquait en grande partie l’impuissance de la classe ouvrière anglaise à transformer les rapports sociaux et la question irlandaise nourrissait la réaction anglaise.
L’émancipation de la classe ouvrière de la nation dominante passait par la reconnaissance des droits politiques, sociaux et économiques de la nation opprimée. Et dans le cas irlandais, la défense du droit à l’indépendance nationale était la condition de l’émancipation de la classe ouvrière de la nation dominante. En effet, l’adoption de positions chauvines par le mouvement ouvrier entravait l’émancipation des classes ouvrières aussi bien celle de la nation dominante que celle de la nation dominée.
Friedrich Engels et Karl Marx ont lutté pour que l’Association internationale des travailleurs fasse sienne la lutte pour l’indépendance de l’Irlande. Pour eux, le combat pour le socialisme international passait par la lutte pour la libération nationale de l’Irlande et la fin de l’oppression nationale des Irlandais.
Alors que la question nationalitaire ébranle toujours l’Europe et d’autres continents, ces écrits constituent une contribution essentielle à une vision moderne et émancipatrice de la question nationale.

Friedrich Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique,
édition par Jean-Numa Ducange et Pierre-Henri Lagedamon, Éd. sociales, « GEME », 2021, 200 p., 15 €

[présentation en ligne]

Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880) est un des textes les plus connus et diffusés de Friedrich Engels. Pourtant, il n’existe aucune édition de référence faisant précisément le point sur le contexte de l’élaboration du texte, et sur les raisons de son extraordinaire postérité. La présente édition, préparée dans le cadre de la GEME, propose, outre une édition du texte avec des annotations précises, une introduction historique et scientifique, ainsi qu’une série d’annexes de documents du XIXe siècle permettant de mieux comprendre les multiples facettes des utopies de l’époque, utopies à propos desquelles Engels exprimait des critiques en vue de dépasser ce qu’il percevait comme une impasse politique.

Friedrich Engels, La guerre des paysans en Allemagne,
trad. Émile Bottigelli, introd. et appareil critique Rachel Renault, préf. Éric Vuillard, Éd. sociales, 2021, 220 p., 15 €

[présentation en ligne]

En 1525, les paysans de différentes régions de l’Allemagne se soulèvent, pour des raisons à la fois sociales, économiques et religieuses. Massive, leur révolte est pourtant bientôt écrasée dans le sang. L’ouvrage classique d’Engels livre le récit de cette révolte, cherchant ainsi à réactiver la mémoire des traditions révolutionnaires du peuple allemand. Écrit au lendemain de l’échec de la révolution de 1848, il propose aussi en creux une analyse des luttes du XIXe siècle.
Republié aujourd’hui avec la riche introduction de Rachel Renault, spécialiste du Saint Empire, et la préface du romancier Éric Vuillard, auteur de
La Guerre des pauvres, redonnent au texte d’Engels son amplitude et sa capacité à aider la compréhension des révoltes et leur histoire.

Karl Marx, La lutte des classes en France,
suivi de la préface à l’édition de 1895 de Friedrich Engels, L’Esprit du temps, « Textes essentiels », 2021, 194 p., 14 €.

[présentation en ligne]

Karl Marx et Friedrich Engels, en théoriciens de l’existence des classes et de la lutte qu’elles mènent, écrivent ce texte à un moment clef de l’histoire de France et de l’Europe. Aujourd’hui encore la pertinence de leur récit et de leurs analyses sont toujours d’actualité.
« Si la révolution de 1830, est le règne des banquiers, de l’aristocratie financière qui exclut les petites et moyennes bourgeoisies du pouvoir… celle de 1848 donne un nouveau rapport de classes. Désormais, c’est la fraternité qui commande, l’abolition imaginaire des rapports de classes… » et la bourgeoisie s’emparera du pouvoir au détriment des classes populaires.
Cet ouvrage – avec le Manifeste du parti communiste – avant Le Capital, est un des socles de la pensée marxiste.De 1848 à 1850, l’analyse de la Révolution en France par Marx et Engels trouve aujourd’hui des échos troublants avec la situation quasi insurrectionnelle que connaît la France du président Macron. Le retour au texte originel et le texte de présentation accompagne cette présente édition esquisse les grandes lignes d’une nouvelle définition de la lutte des classes en France, pays du peuple révolutionnaire par essence.

Friedrich Engels, L’origine de la famille, de la propriété et de l’État,
L’Esprit du temps, « Textes essentiels », 2021, 256 p., 15 €.

[présentation en ligne]

Friedrich Engels publie, en 1884, un an après la mort de Karl Marx, cet essai d’après les notes et les réflexions laissées par son coauteur sur les études anthropologiques des sociétés archaïques de Lewis Henry Morgan. Engels se réfère aussi au livre Le Droit maternel de Johann Jakob Bachofen.
Abordant les thèmes du patriarcat, du matriarcat et des héritages biologique et social, cet ouvrage retrouve à notre époque où les luttes de femmes ont pris un nouveau virage, un nouveau visage, toute sa pertinence. Le texte de Engels est au fondement même de la théorisation de l’État « marxiste ».
On peut considérer cet essai comme le premier ouvrage anthropologique « marxiste ». Lénine, en 1917, précisera: « […] J’espère que sur la question de l’État, vous lirez l’ouvrage d’Engels l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État. C’est une des œuvres maîtresses du socialisme moderne, où l’on peut faire confiance à chaque phrase, être sûr qu’elle n’a pas été écrite au petit bonheur, mais qu’elle s’appuie sur une énorme documentation historique et politique ». S’il fallait résumer ce livre par une phrase, ce serait « Marx et Engels considèrent les femmes comme la première classe opprimée »

Ludovic Hetzel, Commenter Le Capital. Livre 1,
Éd. sociales, « Les Éclairées », 2021, 1232 p., 40 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage est sans précédent en français. Il s’agit d’un commentaire suivi, paragraphe par paragraphe, du livre 1 du Capital de Karl Marx. Après avoir présenté la conception marxienne de la réalité et la méthode visant à l’étudier, l’ouvrage examine les concepts et problèmes proprement théoriques que soulève le texte de Marx, à chacune de ses étapes comme en sa cohérence globale. Chemin faisant, l’auteur discute les nombreux commentateurs du Capital, qui ont participé à lui donner son importance exceptionnelle dans l’histoire moderne. L’ouvrage de Ludovic Hetzel est un manuel très pratique, un instrument de premier ordre pour tout lecteur de Marx et d’abord pour les enseignants de terminales et de l’université.

Kohei Saïto, La nature contre le capital. L’écologie de Marx dans sa critique inachevée du capital,
trad. Gérard Billy, Syllepse, « Mille marxismes », 2021, 352 p., 25 €.

[présentation en ligne]

Ce livre s’efforce d’examiner les recherches de Marx dans le domaine des sciences de la nature dans le contexte de sa critique inachevée de l’économie politique, indépendamment de toute visée totalisatrice sur l’univers. Marx perçoit dans la destruction de l’environnement par le capital la possibilité́ que se forme une nouvelle subjectivité́ révolutionnaire exigeant un bouleversement radical du mode social de production pour réaliser l’épanouissement libre et durable de l’être humain. L’écologie de Marx n’est donc ni déterministe ni apocalyptique: elle milite pour que soit reconnu qu’il est stratégiquement fondamental d’endiguer le pouvoir du capital, pour pouvoir transformer le rapport humanité́-nature de façon à lui donner une configuration soutenable.
C’est ici que se situe le point nodal du projet « rouge » et « vert » du 21e siècle, sur lequel Marx a encore beaucoup à nous dire.

Ulysse Lojkine et Alice Vincent, Découvrir Luxemburg,
Éd. sociales, « Les Propédeutiques », 2021, 184 p., 10 €

[présentation en ligne]

Une introduction à l’œuvre de la théoricienne allemande et dirigeante de premier plan du mouvement ouvrier à travers une sélection de douze textes commentés qui présentent les débats et les conflits auxquels elle a pris part ainsi que les grands thèmes de sa pensée : l’impérialisme, la guerre, la démocratie, le nationalisme et le socialisme.

Alexandre Feron, Découvrir Beauvoir,
Éd. sociales, « Les Propédeutiques », 2021, 180 p., 10 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage entend offrir un accès à l’oeuvre de Simone de Beauvoir en présentant toutes les dimensions de son oeuvre, dont on redécouvre actuellement les aspects philosophiques.
À partir de douze extraits de ses textes, connus ou oubliés, ce Découvrir explore les différentes facettes de sa pensée, de ses premiers textes existentialistes à son essai tardif La Vieillesse, en passant bien sûr par Le Deuxième Sexe mais aussi par ses réflexions sur la justice à la Libération ou son dialogue continu avec le marxisme. L’occasion d’expliciter plusieurs thèmes qui travaillent son oeuvre : existentialisme, morale, justice, liberté, aliénation, oppression, rapport à la littérature.

Yohann Douet (éd.), « Une nouvelle conception du monde ». Gramsci et le marxisme,
Éd. sociales, « Les Éclairées », 2021, 184 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Ce livre rassemble des textes écrits par les plus grands spécialistes internationaux du révolutionnaire italien Antonio Gramsci. Ces études approfondies mettent en lumière des éléments fondamentaux de sa pensée qui, bien que forgés dans les geôles du fascisme, conservent une actualité pour notre époque, comme l’opposition entre communisme et populisme, les notions d’américanisme et de fordisme ou l’idée de crise d’hégémonie.
L’ouvrage montre ainsi la profonde originalité du marxisme ouvert de Gramsci, ou de sa « philosophie de la praxis », qui est tout entière orientée vers l’émancipation des subalternes et est indissociable de leurs luttes pour l’avènement d’un monde radicalement nouveau.
Avec les contributions de Yohann Douet, Fabio Frosini, Francesca Izzo, Domenico Losurdo, Pierre Musso, André Tosel et Giuseppe Vacca. Avec la participation de la Fondation Gabriel Péri.

Evgueni Preobrajensky, La nouvelle économique,
av.-pr. Michel Husson, préf. Pierre Naville, introd. Ernest Mandel, Syllepse/Page 2/M éditeur, « Mille marxismes », 2021, 380 p., 20 €.

[présentation en ligne]

Planification écologique, écosocialisme… autant de mots d’ordre qui remettent en cause le privilège de la classe dominante de décider par ses choix d’investissement de la trajectoire de toute une société. Autant de mots d’ordre qui s’opposent à la logique de la maximisation du profit qui a simultanément conduit à l’explosion des inégalités sociales et à la crise écologique. Autant de mots d’ordre qui appellent à repenser la place de la coordination des échanges économiques dans une société post-capitaliste et les relations coopératives entre les peuples du monde.
Dans cette perspective, le défi auquel nous faisons face aujourd’hui consiste à trouver un calcul économique en mesure d’incorporer correctement à la fois les besoins sociaux et les contraintes environnementales.
C’est à partir de ce double impératif que La nouvelle économique, l’ouvrage classique de l’économiste soviétique Evgueni Preobrajensky portant sur les débuts de la planification socialiste, s’avère un guide théorique d’une actualité frappante. Il s’agit là d’un ouvrage important, à la fois pour l’histoire de la transition (avortée) au socialisme après la révolution russe et comme première esquisse théorique d’un modèle de socialisme.
Michel Husson, Pierre Naville et Ernest Mandel situent l’ouvrage dans ce double contexte historique et théorique.

Paul Mattick, Les limites de l’intégration. L’homme unidimensionnel dans la société de classe,
trad. de l’anglais, préf. Gary Roth, Éditions Grevis, 2021, 155 p., 10 €.

[présentation en ligne]

En 1964 Marcuse publie L’homme unidimensionnel dans lequel il analyse les mutations de la consommation et la réalisation d’un consensus social-libéral épuisant la critique et les potentialités révolutionnaires : la classe ouvrière aurait été parfaitement intégrée au processus de stabilisation de la société de classe, déplaçant l’enjeu révolutionnaire vers les marginaux, la contre-culture et l’intelligentsia.
Paul Mattick, un des plus grands penseurs marxistes américain, y répond en montrant les limites de l’intégration prolétaire dans le capitalisme. Un texte de 1969 d’une actualité déconcertante au regard du soulèvement des Gilets Jaunes et des quartiers populaires.

Sandrine Aumercier, Le mur énergétique du capital. Contribution au problème des critères de dépassement du capitalisme du point de vue de la critique des technologies,
Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 339 p, 13 €.

[présentation en ligne]

À l’heure de la crise écologique, le dogme révolutionnaire de la « réappropriation des moyens de production » ne peut plus être affirmé innocemment. Moteur humain, moteur mécanique : ce sont là les bases de l’invention capitaliste du « travail ». La croyance en la substituabilité indéfinie d’une dépense d’énergie abstraite nourrit le développement technologique et entretient une relation ambivalente avec la thermodynamique. Une conception substantialiste de la valeur, telle que développée par Karl Marx et relue par Robert Kurz, permet de réinscrire le paradigme énergétique à l’intérieur de la forme sociale capitaliste et d’en expliciter la dynamique propre. Le rapport de composition organique du capital articule en effet étroitement le « travail mort » des machines et le « travail vivant » des humains. La crise énergétique et ses retombées écologiques constituent en ce sens le mur externe du métabolisme capitaliste, l’autre mur étant la création d’une humanité superflue.
L’abolition du travail abstrait ne pourrait donc que signifier la fin des technologies qui sont la « matérialisation adéquate » du capitalisme. Seule une exigence d’émancipation portée jusqu’à cette pointe pourrait à la fois cesser de consumer sans limites le monde matériel et offrir les bases sociales d’une réinvention des techniques et des activités libérées de la compulsion de valorisation.

Robert Kurz & Ernst Lohoff, Le fétiche de la lutte des classes. Thèses pour une démythologisation du marxisme,
trad. de l’allemand Wolfgang Kukulies, Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 104 p., 12 €.

[présentation en ligne]

Aucun principe du marxisme ne semble plus fondamental que la division de la société en classes sociales. La classe, l’intérêt de classe, la lutte des classes, l´histoire de la lutte des classes semblent constituer l’alpha et l’oméga de la théorie marxiste. Pourtant, l’œuvre principale de Marx ne s’intitule pas « La Classe » et ne commence pas par cette catégorie, mais plutôt par celles de la marchandise et de la forme-valeur. Et si Le Capital s’achève bien par la déduction systématique des classes, cette position révèle que les classes sont en fin de compte une catégorie secondaire et dérivée dans le riche appareillage théorique du Marx de la maturité : les classes sociales ont en fait un lien étroit avec la théorie du fétichisme de la marchandise. Or, quelles que soient ses variantes, le marxisme traditionnel a mis sens dessus dessous cette relation entre les catégories de base du capitalisme et leurs enveloppes sociologiques. Les classes ont été prises à tort pour des sujets dépourvus d’aprioris sociaux et semblaient alors subsumer l’ensemble des catégories reproductives du capital sous la raison dernière d’une subjectivité sociologique.
Dans un texte incisif et fondateur pour le renouveau de la gauche anticapitaliste, Robert Kurz et Ernst Lohoff prennent le parti de remettre sur pieds l´étincelante critique marxienne de l´économie politique dans son rapport aux classes sociales, à partir d´un commentaire précis de l´œuvre de la maturité de Marx, et ce, par-delà son travestissement en un sociologisme superficiel affirmatif et une métaphysique du sujet prolétarien révolutionnaire.

Benoît Bohy-Bunel, Contre Lordon. Anticapitalisme tronqué et spinozisme dans l’œuvre de Frédéric Lordon,
Crise & critique, « Au cœur des ténèbres », 2021, 218 p., 12 €.

[présentation en ligne]

On présente généralement Frédéric Lordon comme l’auteur d’une avancée théorique majeure pour refonder une gauche conséquente. Nous disposerions grâce à lui de moyens renouvelés d’interpréter le monde néolibéral et d’une stratégie politique pour en finir avec l’aménagement social-démocrate du capitalisme. Tel n’est pas l’avis de Benoît Bohy-Bunel qui, loin de tenir son œuvre pour la critique politique radicale qu’elle prétend être, la réfute ici sans appel, n’y voyant rien de plus qu’un anticapitalisme tronqué qui convient aux idéologies de crise populistes : une énième naturalisation de la politique et de l’Économie. De quoi Lordon est-il le nom ? Le drapeau en berne d’une réaction altercapitaliste à la crise, qui tente de réguler une nouvelle fois l’Économie et la politique de façon « plus humaine », grâce à un spinozisme se mettant au service d’un productivisme ontologique.
Se donnant pour ambition de présenter un panorama complet et critique des principales thèses d’un auteur à l’œuvre prolifique, Contre Lordon en appelle par là même à un renouveau de la lutte contre le capitalisme sur de tout autres fondements théoriques, présentant le « Marx ésotérique » comme la seule alternative porteuse.

Dominique Frager, Socialisme ou barbarie. L’aventure d’un groupe, (1946-1969),
Syllepse, « Utopie critique », 2021, 254 p., 17 €.

[présentation en ligne]

Cet ouvrage propose l’histoire de ce groupe singulier, Socialisme ou Barbarie, qui publiait une revue du même nom, et a marqué d’une empreinte durable et profonde l’histoire intellectuelle et politique française. Ce collectif se distingua notamment par une critique radicale de la bureaucratie et du stalinisme et, simultanément, par une critique tout aussi radicale du capitalisme occidental dans la perspective d’une autogestion de l’ensemble des domaines de la vie sociale. Le groupe, affirmant un marxisme antistalinien, s’attachera à développer une critique en actes de l’intelligentsia marxiste, des partis « communistes » et des avant-gardes révolutionnaires.
On peut également lire, dans certaines idées et pratiques de Socialisme ou Barbarie, une préfiguration des courants et débats qui animeront les années 1960 et 1970. De même, de nombreuses passerelles existeront entre ce groupe et le mouvement situationniste, ainsi qu’avec des animateurs du mouvement de Mai 68 comme Daniel Cohn-Bendit. Dominique Frager livre dans ces pages une histoire vivante de la genèse et du développement de ce collectif, de sa production théorique et de sa tentative de construction d’une nouvelle organisation politique. Il aborde les ardents débats qui le traversèrent, parfois jusqu’au déchirement, ainsi que les discussions et oppositions avec les autres intellectuels et courant politiques contemporain : Jean-Paul Sartre, Edgar Morin et la revue
Arguments, le Parti communiste français, la Nouvelle Gauche…
Témoin et acteur des dernières années de cette aventure, Dominique Frager a, en outre, eu accès aux archives de Socialisme ou Barbarie. Par ce livre, il entend contribuer à retracer l’histoire d’un groupe dont les idées et les pratiques, ainsi que l’influence, racontent tout un pan de l’histoire de la gauche radicale en France.

Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale,
L’Échappée, nouv. éd. poche, 2021, 240 p., 12 €.

[présentation en ligne]

En mai 1972, des bombes explosent aux quartiers généraux américains de Francfort et d’Heidelberg, endommageant des ordinateurs chargés d’assurer la logistique de l’armée américaine au Viêtnam et tuant des soldats. L’action est revendiquée par la RAF, groupe de lutte armée né dans le sillage du mouvement étudiant et décidé à attaquer le système impérialiste au cœur même des métropoles. Suivront d’autres actions dirigées contre la justice, la police, la presse, et des responsables politico-économiques. Voici l’histoire passionnante de cette fameuse Fraction armée rouge, ou « Bande à Baader » pour une certaine presse, élaborée à partir de la lecture critique de ses écrits et d’entretiens menés avec d’anciens militants, sympathisants et avocats. Un livre devenu la référence sur le sujet.

Mike Davis, Le monstre est parmi nous. Pandémies et autres fléaux du capitalisme,
trad. de l’anglais, Divergences, 2021, 196 p., 15 €.

[présentation en ligne]

La pandémie de coronavirus, loin d’être un événement isolé, s’inscrit dans une série qui a toutes les chances de se poursuivre. D’un côté, l’élevage industriel, la déforestation massive et l’industrie du fast-food créent les conditions idéales pour la transmission inter-espèces de nouveaux virus. De l’autre côté, les systèmes de santé font les frais de plusieurs décennies de coupes budgétaires. En replaçant la pandémie de Covid-19 dans le contexte des catastrophes virales antérieures, notamment de la grippe espagnole et de la grippe aviaire H5N1, Mike Davis retrace les manquements des gouvernements, expose les effets de la restructuration néolibérale sur les risques épidémiques, et montre comment l’appât du gain freine la recherche et la prévention. Le monstre est parmi nous constitue un excellent ouvrage pour comprendre les racines de la pandémie actuelle et de celles à venir.

Michel Kokoreff, La diagonale de la rage. Une histoire de la contestation sociale en France des années 1970 à nos jours,
Divergences, 2021, 316 p., 18 €.

[présentation en ligne]

Des émeutes aux violences policières, des zones à défendre aux places occupées, des black blocs aux Gilets jaunes, de la viralité des réseaux à la rage de la rue, c’est tout l’espace de la contestation sociale qui s’est transformé radicalement ces dernières années. Et cela loin des formations politiques et syndicales, de leurs rites et folklores, dans une quête d’indépendance et d’auto-organisation bien fragile face au rouleau compresseur du néolibéralisme autoritaire. Ce livre retrace l’histoire de ces mouvements qui débordent le cadre de la politique traditionnelle, des années 1970 à nos jours. C’est l’histoire de la France « d’en bas », celle de ces hommes et ces femmes qui se soulèvent face aux diverses oppressions qu’ils subissent au quotidien, traçant une diagonale de la rage, des quartiers populaires jusqu’aux ronds-points.

Louis Poulhès, L’État contre les communistes 1938-1944,
Atlande, « Une autre histoire », 2021, 822 p., 19 €.

[présentation en ligne]

Vichy a-t-il institué une chasse aux communistes ? En fait, si le régime de Pétain l’a systématisé, elle a été mise en place par des gouvernements de la IIIe République finissante, issus du parlement qui avait porté au pouvoir le Front populaire ! Après le pacte germano-soviétique de 1939, une répression inédite s’est en effet abattue, avec successivement interdiction de la presse, dissolution des organisations, internements administratifs, déchéance des élus, les militants risquant également la peine de mort à partir d’avril 1940.
L’ouvrage démontre une continuité troublante dans la lutte de l’État contre les communistes entre deux régimes qu’en apparence tout oppose. Réussissant le tour de force de proposer un texte digne d’un roman vrai, vivant et précis, tout en s’appuyant sur une documentation phénoménale, Louis Poulhès brosse le tableau surprenant des appareils répressifs, des innovations juridiques, des parcours personnels impliqués dans la lutte de l’État, tant républicain que vichyste, contre les communistes.

Veille bibliographique #25 (Printemps 2021)

Après une longue interruption, nous reprenons notre activité de veille bibliographique : on commence par rattraper notre retard une liste d’ouvrages parus dans les premiers mois de 2021.

Liste établie par Patrick Bobulesco du Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris).


Friedrich Engels, Le rôle de la violence dans l’Histoire,
Le Temps des cerises, 2021, 233 p., 12 €

[Présentation en ligne]

Voici un classique de la littérature marxiste enfin réédité… Le Rôle de la violence dans l’Histoire. Concernant la philosophie de l’Histoire, la thèse centrale du professeur Dühring était que la violence politique était la cause première qui expliquait les événements historiques et notamment les faits économiques. Et non l’inverse. Engels lui répond avec érudition, clarté, pédagogie et ce sens de l’humour qui lui est propre. Reprenant la parabole, (répandue parmi les économistes de l’époque) de l’asservissement de Vendredi par Robinson Crusoé, d’après le roman de Daniel Defoe, qui avait connu un grand succès. Engels pose par exemple la question : si Crusoé a pu soumettre Vendredi grâce à la puissance de son épée, qui a fabriqué l’épée et qui l’a fournie à Robinson ? Pour lui, la violence n’explique pas l’histoire, mais l’histoire explique la violence. Qui peut penser que la violence ait disparu de notre paysage ? Les guerres sont là pour nous rappeler que la violence est toujours présente. Mais la réalité des luttes de classes nationales aussi. La brutalité de la répression policière, violence sans précédent depuis des décennies, et la revendication par certains de la légitimité de la « violence sociale », disent l’intérêt toujours réel qu’il y aurait à lire cet écrit.

Karl Marx, Friedrich Engels, Sur la Commune de Paris. Textes et controverses, précédé de Événement et stratégie révolutionnaire par Stathis Kouvélakis, Les Éditions sociales, « Les essentielles », 2021, 432 p., 20 €

[Présentation en ligne]

La Commune de Paris est une date-clé dans la pensée de Marx et d’Engels, à partir de laquelle ils reprennent le fil de leur réflexion politique interrompue depuis la défaite des révolutions de 1848, notamment sur les questions du pouvoir et de l’État.
Outre la brochure de Marx sur La Guerre civile en France, les deux adresses et les brouillons, ce livre présente les articles postérieurs de Marx et Engels, leurs interventions au Conseil général de l’Association internationale des travailleurs, leur correspondance, ainsi que les textes officiels de la Commune (décrets, manifestes, etc.). Figurent également les principales controverses (Bakounine, Kropotkine, Lefrançais, etc.).
Ce choix de textes exhaustif et inédit permet de découvrir de nombreux textes méconnus. Il est assorti d’un texte de Stathis Kouvélakis, Évènement et stratégie révolutionnaire dans lequel l’auteur confronte notamment les élaborations de Marx et d’Engels aux travaux des historien·nes et renouvelle ainsi les termes du débat sur l’héritage de la Commune de Paris à l’occasion du cent-cinquantenaire.

Georg Lukács, Raconter ou décrire ?,
trad. de l’allemand par Guillaume Fondu, Mandie Joulin, Gabriel Mahéo, Adrien Maufrais et Even Perchais, introd. Guillaume Fondu, éditions Critiques, 2021, 156 p., 14 €

[présentation en ligne]

Publié pour la première fois en 1937, Raconter ou Décrire ? est rapidement devenu un classique de la critique littéraire. Cette nouvelle traduction, accompagnée d’extraits de romans, permet de découvrir ou de redécouvrir ce chef-d’œuvre qui a su mettre en lumière les rapports complexes unissant littérature et politique et interroger la place de l’écrivain dans la société capitaliste.
Commençant son étude par une comparaison de deux extraits de
Nana de Zola et d’Anna Karénine de Tolstoï, Lukács montre comment l’isolement de l’écrivain de la vie sociale le contraint à une description désincarnée du réel.
Renvoyant dos à dos formalisme et naturalisme, il reconnaît chez les grands auteurs réalistes la capacité à saisir le mouvement véritable du processus vital, à puiser dans la matière riche et vivante du vécu pour redonner à l’individu son rôle agissant au sein des transformations sociales et historiques.

Christine Noël-Lemaître, Marx,
Ellipses, « Pas à pas », 2021, 192 p., 19,50 €

[présentation en ligne]

Comprendre la philosophie de Marx suppose de garder à l’esprit l’itinéraire intellectuel et social de celui qui est souvent présenté comme un prophète des temps modernes. Cet ouvrage propose de suivre cet itinéraire par lequel Karl Marx se libéra progressivement des multiples déterminismes issus de son époque comme de ses origines pour révolutionner conjointement la philosophie, l’économie et la théorie politique. Si nombreux sont les théoriciens ou les militants qui se sont réclamés du marxisme, à l’exception notable et paradoxale de Marx lui-même, la connaissance de la pensée marxienne implique en effet de se pencher sur son évolution historique et sur les multiples rapports que le philosophe entretint avec les penseurs de son temps. Cet ouvrage propose de redécouvrir l’évolution de la pensée d’un auteur dont l’existence entière fut vouée à la mise en œuvre d’un projet critique, visant à esquisser les conditions d’une libération des masses opprimées. Il s’agit de reconstituer la manière dont Marx a révolutionné la philosophie afin de libérer les citoyens du monde du carcan économique qui conditionne leur conscience même et de briser les chaines imposées par la vie.

Valérie Lefebvre-Faucher, Promenade sur Marx. Du côté des héroïnes,
éditions du Remue-Ménage, « Micro r-m », 2021, 80 p., 7 €

[présentation en ligne]

Avez-vous remarqué ce personnage en marge du cadre, dont on ne nous raconte pas l’histoire ? Une enquêtrice décide de suivre la piste des femmes entrevues dans les portraits de Marx. Ses antennes féministes remuent en direction de l’héritage marxien : tant de gloire virile recouvrant une pensée d’égalité, c’est louche. Quel risque courons-nous si nous nous intéressons aux femmes qui étaient là ? Une simple promenade qui, au final, chamboule tout.
Vous qui possédez Le petit Karl comme un catalogue d’outils à dégainer dans toutes les situations, que savez-vous de l’œuvre d’Eleanor Marx ? De l’influence de Jenny ou de Laura Marx? Camarades, quelqu’un vous a-t-il parlé d’elles pendant ces nombreuses années d’université ?

Hannah Arendt, Karl Marx,
trad. Françoise Bouillot, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 2021, 112 p., 8 €

[présentation en ligne]

Marx par Arendt : un petit livre crucial à l’heure des grandes inégalités, de la menace d’une précarité généralisée, et de la radicalisation des mouvements anticapitalistes. Sur la fin de sa vie, Arendt projetait un essai sur l’auteur du Capital ; elle n’eut pas le temps de le mener à bien ; ce texte, longtemps inédit, devait en constituer le coeur et faire le lien entre ses deux essais majeurs : Les origines du totalitarisme et Condition de l’homme moderne.

Matteo Vincenzo d’Alfonso, Pierre-François Moreau (dir.), Phénoménologie et marxisme. Perspectives historiques et legs théoriques,
ENS éditions, « La croisée des chemins », 2021, 264 p., 22 €

[présentation en ligne]

Les rapports entre marxisme et phénoménologie ont constitué un axe fondamental du débat culturel européen, dans les années 1960 et 1970. Dans la France de l’après-guerre, Sartre et Merleau-Ponty faisaient déjà référence, sur le plan de la fondation théorique, à la tradition phénoménologique de Husserl et de Heidegger, et sur le plan de l’engagement civil, au marxisme. Tran Duc Thao, élève de Merleau-Ponty, mettra en place dès 1951 une première synthèse de ces deux paradigmes dans son Phénoménologie et matérialisme dialectique. Onze années après, Jean-Toussaint Desanti reviendra sur l’exigence d’une convergence entre phénoménologie et marxisme. En Italie, puis en Allemagne, d’autres tentatives vont émerger. Ce volume a pour ambition de proposer une synthèse sur le sujet. Il vise également à promouvoir une première réflexion historique sur le courant philosophique qui, pendant au moins deux décennies, a occupé la scène intellectuelle, et à évaluer son héritage dans le débat contemporain.

Frédéric Lordon, Figures du communisme,
La Fabrique, 2021, 282 p., 13 €

[présentation en ligne]

Le capitalisme détruit les existences. Il les détruit même deux fois. D’abord d’angoisse et de précarité en remettant la survie matérielle des individus aux mains de deux maîtres fous : le « marché » et l’« emploi ». Ensuite en rendant la planète inhabitable : surchauffée, asphyxiante, et désormais pandémique. Il faut regarder ces faits bien en face et s’astreindre maintenant à un exercice de conséquence. 1/ Le capitalisme met en péril l’espèce humaine. 2/ En 40 ans de néolibéralisme, l’espace social-démocrate où se négociaient des « aménagements » dans le capitalisme a été fermé : ne reste plus que l’alternative de l’aggravation ou du renversement. 3/ Il ne faut pas douter que la minorité qui en tire avantage soit prête à tout pour se maintenir. 4/ Sortir du capitalisme a un nom : communisme.
Mais sortir du capitalisme demeure un impensable tant que le communisme demeure un infigurable. Car le communisme ne peut pas être désirable seulement de ce que le capitalisme devient odieux. Il doit l’être pour lui-même. Or, pour l’être, il doit se donner à voir, à imaginer : bref se donner des figures.
La fatalité historique du communisme est de n’avoir jamais eu lieu et pourtant d’avoir été grevé d’images désastreuses. À la place desquelles il faut mettre enfin des images de ce qu’il pourrait être lui, réellement.

Romain Descendre, Jean-Claude Zancarini (dir.), La France d’Antonio Gramsci,
ENS éditions, 2021, 278 p., 34 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage propose une analyse inédite de la place et de la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la formation et la réflexion d’Antonio Gramsci. Gramsci pense la France, son histoire, sa politique et sa culture, mais son intention vise bien au-delà. La France lui sert à penser l’Italie et sa place dans un « monde grand et terrible », bouleversé par la Grande Guerre, la révolution russe, l’émergence des fascismes, les débuts de l’hégémonie des États-Unis. Constitué d’allers et retours permanents entre la France, point de comparaison plus que modèle, l’Italie et le monde, ce volume examine à partir des textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – certains de ses concepts les plus importants, à l’instar du jacobinisme ou du national-populaire et plusieurs de ses thématiques historiques, des Lumières à la Révolution française. Le livre explore aussi le volet politique et culturel de la pensée de Gramsci, lorsqu’il s’intéresse à l’Action française et à la pensée de Charles Maurras, au coup d’État manqué du général Boulanger ou aux épisodes de l’affaire Dreyfus. Mais en définitive, c’est bien toujours une double perspective, indissociablement européenne et internationaliste, qui est sous-jacente à cette « France de Gramsci ».

Raniero Panzieri, Le marxisme comme expérience. Écrits,
suivi d’un texte de Danilo Montaldi, trad. de l’italien Léa Nicolas-Teboul, préf. Ubaldo Faldini, Eterotopia, « Rhizome », 2021, 136 p., 14 €

[présentation en ligne

Raniero Panzieri est une des figures les plus significatives du renouveau de la pensée marxiste. Par sa « fonction socratique », comme l’ont dit certains philosophes, il a contribué à un renouveau, tant théorique que pratique. Panzieri a proposé une réorientation radicale de l’analyse marxienne, sans se contenter de calquer les traditions idéologiques du mouvement ouvrier qui ont dominé le XXe siècle, et surtout l’après-guerre.
Les textes publiés dans les
Quaderni Rossi (Cahiers rouges), « Plus-value et planification. Notes de lecture en marges du Capital » et « Sur l’usage capitaliste des machines dans le néo-capitalisme », s’avèrent, en ce sens, fondamentaux. Rassemblés dans ce recueil à côté d’autres interventions, ils permettent de reconstituer tout un pan original et inventif de la pensée marxiste, à même de rendre compte des conditions matérielles du développement capitaliste et d’en restituer la portée, en le considérant comme un processus de transition pour ainsi dire « ouvert » et orientable – socialement et politiquement – vers un dépassement du capitalisme même.  Ce sont les deux textes que nous avons cités plus hauts qui attirent notre attention, aujourd’hui encore, dans une société marquée par le mythe de l’usine 4.0., sur ce nœud entre machines, technologie, science et innovation, nœud qui renvoie toujours à des rapports de pouvoir particuliers et historiquement déterminés. Cette attention s’incarne dans la recherche militante de Panzieri, à la fois passionnée et d’une grande rigueur théorique, en lien avec de nouvelles formes d’exploitation qui ne cessent de faire appel à la sensibilité, aux affects, au langage ou à l’intelligence. C’est dans ce contexte qu’il faut inscrire l’ensemble des observations critiques de Panzieri, en particulier sur l’usage capitaliste des technologies et des « machines », pour contribuer à cette tâche plus urgente que jamais   le véritable renouveau d’une critique radicale, tout à la fois pratique et théorique, des manifestations contemporaines de l’exploitation capitaliste.

Kostas Papaïoannou, La masse et l’Histoire. Théorie générale de la masse révolutionnaire,
trad. du grec et préf. Benakis Matsas, Eterotopia, « Rhizome », 2021, 160 p., 16 €

[présentation en ligne]

En ce début de XXIe siècle, on découvre dans les archives du philosophe Kostas Papaïoannou un livre perdu qui gisait là depuis plus d’un demi-siècle. Le manuscrit, qui s’intitule « La Masse et l’Histoire. Théorie générale de la masse révolutionnaire », date du début des années cinquante, son auteur alors n’a même pas trente ans. En 2003, il paraît en grec sous le titre Masse et Histoire.
Dans l’« Histoire universelle », le jeune Papaïoannou reconnaît la masse révolutionnaire comme un acteur irréductible à tous les sujets (peuple de citoyens, prolétariat, femmes, minorités) et à tous les partages (le politique, le social, l’esthétique) que nous connaissons dans notre modernité. Catégorie qualitative et non point quantitative, la masse révolutionnaire se présente comme un dispositif esthétique et politique, notamment comme une « théâtrocratie » selon le terme péjoratif dont Platon a affublé la démocratie athénienne. C’est qu’en effet l’institution démocratique et l’expérience tragique ont partie liée. La présence de la masse dans la vie sociale est l’indice qui permet de déterminer sa pauvreté ou, au contraire, sa richesse en monde. Ainsi l’« Histoire universelle » peut-elle être revisitée à la lumière de la masse : son irruption, son plein épanouissement ou son escamotage. À l’instar de l’opticien qu’est Spinoza, Papaïoannou fabrique des verres et crée une perspective philosophique et sociologique qui fait apparaître le monde sous un jour nouveau.
La Masse et l’Histoire est un texte intempestif. À sa lecture, on est confronté à une radicalité qui tranche avec l’hégémonie actuelle d’une idéologie foncièrement agoraphobe. Cette expérience philosophique nous pousse à soulever la question de la « masse révolutionnaire » et de sa « théâtrocratie » dans le capitalisme tardif.

Abdallah Saaf, Écrits marxistes sur le Maroc (1860-1925). K. Marx, F. Engels, R. Luxemburg, IIIe Internationale,
Eddif Maroc, 2020, 18 €

Les textes de Marx et d’Engels, de Rosa Luxembourg et de la Troisième Internationale rassemblés dans le présent recueil recèlent un intérêt historique certain. Il s’agit de pages, puisées dans le récit national, rapportées à travers des regards autres que ceux émanant de documents et d’archives nationaux, mais aussi de représentations relativement expressives des écrits marxistes à propos des univers extra européens.
Ces textes présentent aussi un intérêt en ce qu’ils informent sur les perceptions, de la gauche occidentale, projetées sur le Maroc de longue date. L’ouvrage reprend ces écrits des fondateurs du marxisme et de leurs successeurs, les situe, les contextualise, les explicite et les interroge.

Nils Andersson, Le capitalisme, c’est la guerre.Des guerres asymétriques de 1990 à 2020, à celles de haute intensité demain,
postf. Daria ImaginR, Terrasses éditions, 2021, 148 p., 11,50 €

[présentation en ligne]

Avec ce livre, Nils Andersson nous propose une analyse fine et implacable du capitalisme du réel, et de sa nature première   la guerre. Et il ne s’agit pas ici de revenir sur les « guerres du passé », ou d’un énième souvenir facilement aseptisé des guerres, mais bel et bien d’une étude ne laissant aucun doute sur la réalité factuelle et idéologique des dernières décennies qui nous concernent directement, dont nous sommes contemporain.e.s, et qui ont porté la violence impérialiste et la guerre partout, de l’Irak à la Bosnie, de la Somalie au Mali. Produit d’un long travail d’enquête à la croisée du journalisme critique et de l’expérience d’un engagement politique anti-impérialiste directement héritier des luttes de décolonisation de la deuxième moitié du 20e siècle, cet ouvrage décortique l’infamie des doctrines impérialistes et capitalistes qui n’ont cessé de faire du monde un vaste champ de bataille en vantant les mérites d’un Occident soi-disant « pacifié ». Plus que jamais il réaffirme cette exigence morale et politique que Jaurès et Käthe Kollwitz poursuivirent en leur temps : Nie Wieder Krieg, « Plus jamais la guerre » tout en proposant une analyse du futur proche de ce qu’annoncent les nouveaux rapports de pouvoir mondiaux et les doctrines militaires modernes.

Édouard Jourdain, Théologie du capital,
PUF, « Perspectives critiques », 2021, 192 p., 17 €

[présentation en ligne]

Rien de plus mondain, rien de plus séculier, rien de plus rationnel, en apparence, que l’économie. Et s’il ne s’agissait que d’une illusion ? Repoussant les évidences faciles d’une vulgate économique devenue idéologie par défaut du contemporain, Édouard Jourdain propose dans Théologie du capital de dresser la carte des liens qui existent entre les concepts économiques les mieux établis et leur origine dans les grands débats théologiques ayant émaillé l’histoire de l’Occident. De la propriété à la comptabilité, de l’idée de marché à celle d’intérêt, de la conception qu’on s’y fait du travail aux rêves cybernétiques qui en hantent les derniers développements, tous les concepts de l’économie moderne sont des concepts théologiques sécularisés. À l’heure où le modèle capitaliste chancelle sur ses bases, comprendre d’où proviennent les modèles intellectuels qui lui ont donné naissance représente une tâche plus urgente que jamais – car c’est de cette compréhension que pourra naître, peut-être, notre émancipation véritable par rapport à eux. C’est cette tâche que Théologie du capital affronte, en un geste aussi panoramique qu’érudit.

Silvia Federici, Une guerre mondiale contre les femmes. Des chasses aux sorcières au féminicide,
trad. de l’anglais Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2021, 176 p., 15 €

[présentation en ligne]

La violence sexiste est plus que jamais sous les projecteurs. Pour Silvia Federici, ces meurtres, tortures et viols ne sont ni des accidents de l’histoire ni le reflet d’un patriarcat millénaire. À la fin du Moyen Âge, la condamnation pour sorcellerie devient la pièce maîtresse d’un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l’État, l’Église et les puissances économiques. Des instruments de torture comme la « bride à mégères » à la dévalorisation systématique des savoir-faire ancestraux rattachés aux femmes, tous les moyens sont bons pour contenir la menace contre l’ordre capitaliste naissant qu’elles incarnent. Prolongeant ses analyses à la mondialisation néolibérale actuelle, en s’appuyant notamment sur l’exemple de la privatisation des terres en Afrique, Federici montre que la vague de violence à laquelle nous assistons aujourd’hui met en jeu des mécanismes très similaires. Par cette brève histoire de la violence sexiste de la grande chasse aux sorcières européenne jusqu’à nos jours, elle nous raconte aussi un « pouvoir des femmes » sans cesse réinventé par de nouvelles pratiques, de nouveaux savoirs et de nouvelles solidarités.

Jacques Girault, Jean-Louis Robert, Le congrès de Tours. Lire la Résolution présentée par le comité de la Troisième internationale et par la fraction Cachin-Frossard,
Le Temps des cerises, 2021, 203 p., 15 €

[présentation en ligne]

Tours, 30 décembre 1920, Paul Vaillant-Couturier lit l’acte de naissance du Parti socialiste (Section française de l’Internationale communiste), bientôt Parti communiste français. La scission du socialisme français, rassemblé en un seul parti depuis 1905, est consommée. À dater de ce jour, deux organisations, et bientôt deux courants politiques entrent en concurrence. Pour les deux partis, les années de reconstruction confirmeront, accentueront ou inverseront les choix de Tours. La scission ne prend effet que par la pratique politique et sociale. Cette scission, aux origines multiples, cristallise la contradiction contenue dans le couple réforme-révolution, par l’émergence de deux forces politiques, de deux modes de pensée, de deux cultures.
Si des mutations sensibles, en particulier depuis 1989, ont largement modifié le champ politique, les débats portés par le congrès de Tours permettent de comprendre la résurgence de cassures profondes au sein du mouvement social et progressiste en France et dans le monde. Le choix de textes, qui restitue la richesse des discussions de l’année 1920 au sein du socialisme français, ne concerne pas seulement les historiens. Il intéressera tout autant ceux qui s’interrogent au présent sur la politique. Il permet en effet de mieux comprendre, cent ans plus tard, certains débats actuels en éclairant leur dimension historique essentielle.

Sabu Kohso, Radiations et révolution. Capitalisme apocalyptique et luttes pour la vie au Japon,
trad. de l’anglais Philippe Blouin, Divergences, 2021, 260 p., 18 €

[présentation en ligne]

Des villages côtiers emportés par un tsunami, des réacteurs qui crachent des champignons atomiques, des populations déplacées par milliers, un quotidien hanté par la peur du becquerel : voilà ce que fut le désastre nucléaire de Fukushima au Japon. Radiations et révolution s’intéresse à la portée à la fois nationale, géopolitique et historique de cet événement. Pour Sabu Kohso, la catastrophe est à replacer dans le contexte d’un conflit entre la marche destructrice de l’économie mondiale, et les forces humaines et terrestres qui tentent de survivre et vivre. L’écrivain japonais réussit le tour de force de porter les mémoires de ces « vies-en-lutte », tout en retraçant les dynamiques politiques qui ont lié le destin du pays à l’énergie atomique dans les années d’après-guerre. Selon lui, l’Anthropocène est l’âge de la radiation : radiations nucléaires et irradiation des luttes. Un âge où il ne s’agit plus seulement de savoir Que faire ? mais aussi Comment vivre ?

Origines et défaite de l’internationalisme en Chine. 1919-1927,
anthologie, Science marxiste, 2021, 560 p., 20 €

[présentation en ligne]

Il a fallu un siècle pour que la Chine réalise sa métamorphose économique et sociale ; pays semi-colonial au début du XXe siècle, pays de jeune capitalisme dans les années 1960, puissance émergente de l’impérialisme aujourd’hui. L’histoire de la Chine durant les cent dernières années est l’histoire de ce passage. Hier elle subissait l’invasion des capitaux et des produits bon marché de l’Occident, aujourd’hui elle envahit le globe de ses produits et exporte ses capitaux dans les cinq continents. Hier l’Occident brisa les murailles érigées pour isoler l’Empire céleste, aujourd’hui c’est l’Occident qui doit faire face à des tentations répétées de protectionnisme contre les exportations modernes de la Chine. Hier la Chine fut une proie de l’impérialisme, aujourd’hui elle réclame sa place à la table du partage du monde. On tente à présent d’ensevelir sous une épaisse couche d’oubli le souvenir du puissant mouvement ouvrier qui secoua les villes chinoises de 1925 à 1927. À l’époque, la classe ouvrière n’avait pas la force du nombre ; aujourd’hui la masse des salariés s’est énormément accrue. Si le développement du capitalisme s’accompagne inévitablement de la lutte économique, ces salariés trouveront dans la meilleure tradition syndicale et politique des premières générations d’ouvriers les raisons d’un engagement internationaliste.

 

 

 

Veille bibliographique – Cent-cinquantenaire de la Commune

A l’occasion du cent-cinquantenaire de la Commune, la librairie Le point du jour propose une sélection d’ouvrages, plus ou moins récents, sur cet événement historique.

Karl Marx, Friedrich Engels, Sur la Commune de Paris. Textes et controverses, précédé de Événement et stratégie révolutionnaire par Stathis Kouvélakis, Les Éditions sociales, « Les essentielles », 2021, 432 p., 20 €

[Présentation en ligne]

Édith Thomas, Les « pétroleuses », Gallimard, nouv. éd. préf. et enrichie par Chloé Leprince, « Folio histoire », 2021, 400 p., 9,20 €

[Présentation en ligne]

Lucien Descaves, Philémon, vieux de la vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour [1913], La Découverte, 2020, 348 p., 22 €

[Présentation en ligne]

Alix Payen, C’est la nuit surtout que le combat devient furieux. Une ambulancière de la Commune, 1871, écrits rassemblée et présentés par Michèle Audin, Libertalia, 2020, 128 p., 8 €

[Présentation en ligne]

Eugène Varlin. Ouvrier relieur, 1839-1871, écrits rassemblée et présentés par Michèle Audin, Libertalia, 2019, 488 p., 18 €

[Présentation en ligne]

Patrick Le Tréhondat, Christian Mahieux (éd.), La Commune au jour le jour. Le Journal officiel de la Commune de Paris (20 mars-24 mai 1871), Syllepse, « Histoire : enjeux et débats », 2021, 136 p., 10 €

[Présentation en ligne]

La Commune des écrivains. Paris 1871, vivre et écrire l’insurrection, anthologie établie par Alice de Charentenay et Jordi Brahamcha-Marin, Gallimard, « Folio classique », 2021, 800 p., 10,90 €

[Présentation en ligne]

Éléonore Reverzy (éd.), Témoigner pour Paris. Récits du Siège et de la Commune, 1870-1871. Anthologie, Kimé, « Détours littéraires », 2021, 588 p., 30 €

[Présentation en ligne]

Michel Cordillot (dir.), La Commune de Paris 1871. Les acteurs, l’événement, les lieux, éditions de l’Atelier, 2021, 1440 p., 34,50 €

[Présentation en ligne]

Prosper-Olivier Lissagaray, Histoire de la Commune de 1871, préf. Jacques Rougerie, nouv. éd., éditions du Détour, « Le Devenir du passé », 2018, 616 p., 26 €

[Présentation en ligne]

Prosper-Olivier Lissagaray, Les huit journées de mai derrière les barricades, éditions Critiques, 2018, 254 p., 12 €

[Présentation en ligne]

Paul Lidsky, Les écrivains contre la Commune, suivi de Des artistes pour la Commune, La Découverte, « La Découverte-poche », 2021, 240 p., 12 €

[Présentation en ligne]

Jean Baptiste Thomas, Découvrir la Commune de Paris, Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2021, 200 p., 10 €

[Présentation en ligne]

Jacques Rougerie, La Commune de 1871, PUF, « Que sais-je ? », nouv. éd., 2021, 128 p., 9 €

[Présentation en ligne]

Robert P. Tombs, La guerre contre Paris. 1871 : l’armée met fin à la Commune, trad. de l’anglais Jean-Pierre Ricard, Flammarion, « Champs histoire », 2021, 480 p., 12 €

[Présentation en ligne]

Jean-Luc Vézinet, La Commune de 1871. Le printemps parisien, préf. Roland Foissac, Un autre regard, 2021, 116 p., 14 €

[Présentation en ligne]

Marc César, Laure Godineau (dir.), La Commune de 1871. Une relecture, Créaphis, « Silex », 2e éd. augm., 2020, 592 p., 27 €

[Présentation en ligne]

Henri Lefebvre, La proclamation de la Commune. 26 mars 1871, La Fabrique, nouv. éd., 2018, 416 p., 20 €

[Présentation en ligne]

Michèle Audin, La Semaine sanglante. Mai 1871, légendes et comptes, Libertalia, 2021, 264 p., 10 €

[Présentation en ligne]

Ludivine Bantigny, La Commune au présent. Une correspondance par-delà le temps, La Découverte, 2021, 400 p., 22 €

[Présentation en ligne]

Quentin Deluermoz, Commune(s) 1870-1871. Une traversée des mondes au XIXe siècle, Le Seuil, « L’Univers historique », 2020, 448 p., 25 €

[Présentation en ligne]

Jean-François Dupeyron, Commun-Commune (1871), Kimé, « Philosophie en cours », 2021, 406 p., 29 €

[Présentation en ligne]

Roger Martelli, Commune 1871. La révolution impromptue, Arcane 17, 2021, 200 p., 18 €

[Présentation en ligne]

Jacques Rougerie, Eugène Varlin. Aux origines du mouvement ouvrier, éditions du Détour, « Le Devenir du passé », 2019, 224 p., 19,90 €

[Présentation en ligne]

Julien Chuzeville, Léo Frankel. Communard sans frontières, Libertalia, 2021, 280 p., 15 €

[Présentation en ligne]

Joseph Kerbaul, Nathalie Le Mel. Une communarde bretonne révolutionnaire et féministe, Le Temps des cerises, nouv. éd., 2021, 168 p., 12 €

 

Laure Godineau, La Commune de 1871 expliquée en images, Le Seuil, 2021, 160 p., 29 €

[Présentation en ligne]

Éloi Valat, Dessiner la Commune, Bleu autour, 2021, 120 p., 13 €

[Présentation en ligne]

Jean-Louis Robert, Carole Trébor, Nicolas Gobbi, Rouges estampes. Une enquête pendant la Commune de Paris, Steinkis, 2021, 128 p., 19 €

[Présentation en ligne]

Raphaël Meyssan, Les damnés de la Commune, Delcourt, 3 vol., 2017-2019, 144+144+176 p., 23,95 € chaque

[Présentation en ligne]

Dugudus, Hugo Rousselle, Nous la Commune : 18 mars 1871-28 mai 1871, préf. Alain Gesgon, introd. Mathilde Larrère, auto-édité par Dugudus, 2021, 132 p., ill. 32 €

[Présentation en ligne]

Josef Ulla, Paris 1871, l’histoire en marche. 21 circuits pédestres sur les traces de la Commune, éditions libertaires, 2020, 360 p., 35 €

[Présentation en ligne]

« La Commune est vivante », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 148, 2021, 17 €

[Numéro en ligne]

 

 

 

Veille bibliographique #24 (novembre 2020)

Au moment de la réouverture des librairies, nous reprenons notre veille bibliographique avec des ouvrages parus lors de ces dernières semaines. 

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Marx
postf. Lucien Sève, Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 144 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Est-il encore besoin de découvrir Marx ? Comme souvent, ce qui semble su comme une sorte d’évidence est en réalité mal connu. Ce qui s’applique particulièrement à Marx tant le rapport à son œuvre fut l’occasion de grandes passions, de belles actions et de méfaits terribles. Marx n’en finit pas d’interpeller ceux qui s’essaient à penser nos sociétés et leurs mouvements, les actions humaines et leurs effets.

Découvrir Marx, c’est laisser de côté les formules et les simplifications pour se confronter directement aux écrits de l’auteur. Cet ouvrage, accessible à tous, présente, explique et commente douze textes de Karl Marx, douze textes utiles à la compréhension du monde moderne dont il fut l’un des grands annonciateurs et des plus subtils critiques. (nouv. éd.)

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Engels
Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 144 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

L’objet de ce livre n’est pas d’opposer Friedrich Engels à Karl Marx mais de faire apparaître la singularité du premier, son autonomie en quelque sorte. Et de l’extraire un moment de ce « Marx-Engels » infligé aux deux amis par une postérité qui leur a certes fait pire. Les douze textes ici rassemblés abordent, entre autres, La question du mariage, le rôle de la violence, le suffrage universel, la religion, la nature de la causalité historique. L’origine du chômage ou le dépérissement de l’État… Ils révèlent ainsi un homme profondément de son temps et engagé non seulement dans les révolutions sociales et politiques mais aussi dans les débats philosophiques, curieux des bouleversements scientifiques et culturels de son époque, ouvert à un monde déjà mondialisé. Chaque texte, à la manière de la collection, est présenté, mis dans son contexte et commenté, proposant au lecteur des pistes pour aller plus loin. (nouv. éd.)

 

 

 

Florian Gulli, Jean Quétier
Découvrir Gramsci
Les Éditions sociales, « Les propédeutiques », 2020, 140 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

La pensée d'Antonio Gramsci, mort dans les prisons fascistes est, depuis plusieurs décennies, devenue incontournable au sein de la théorie politique. Certains de ses concepts, notamment ceux d'hégémonie et de guerre de position, ont fait l'objet de réappropriations très diverses, en dehors même du cadre « marxiste » dans lequel ils avaient été élaborés.

À travers le commentaire de douze extraits issus aussi bien des Cahiers de prison que de textes de jeunesse, ce volume brasse des thématiques variées et entend offrir un panorama de la pensée de celui qui fut à la fois l'un des fondateurs du Parti communiste d'Italie et l'un des philosophes les plus innovants du XXe siècle.

 

 

Vladimir Ilitch Lénine
Que faire ? Les questions brûlantes de notre mouvement
av.-pr. Jacques Steiwer, Samsa éditions, 2020, 300 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

Dans cet essai, paru en 1902, Lénine explique que la classe ouvrière ne deviendra pas spontanément révolutionnaire simplement par des luttes économiques pour leurs salaires ou pour la réduction du temps de travail. Il développe aussi que les marxistes doivent, avant tout, former un parti politique ou une « avant-garde » révolutionnaire qui diffusera ensuite les idées marxistes parmi les travailleurs.

À sa publication, le livre de Lénine va précipiter la scission du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR) avec, d’un côté, les bolcheviks et, de l’autre, les mencheviks.

Lénine s’en prend notamment aux positions des terroristes de la Svoboda, qui croient en l’action ponctuelle violente, parce qu’il s’agirait d’une tactique d’excitation des masses. Lénine pense, au contraire, que la stratégie révolutionnaire doit se réaliser par un long et patient travail d’organisation. Selon lui, les « économistes » et les « terroristes » ont en commun de tout miser sur une « spontanéité des masses », ce qu’il considère dès lors comme de l’opportunisme.

Lénine critique le travail « artisanal » des révolutionnaires de l’époque, ainsi que la dispersion des cercles ouvriers, peu efficaces pour résister à la répression tsariste. Lénine croit en la création d’un parti révolutionnaire centralisé, constitué de « révolutionnaires de profession » autour d’un journal de haut niveau considéré comme un organisateur collectif.

 

 

Léon Trotsky
Cours nouveau
N
ouv. trad. Pierre Laffitte rev. et corr. Léna Razina, Les Bons caractères, « Classiques », 2020, 172 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

 

Les ennemis les plus irréductibles du stalinisme vinrent notamment des rangs du parti bolchévique qui avait dirigé la révolution d’octobre 1917. Dès 1923, ils formèrent l’Opposition de gauche pour combattre la bureaucratie qui gangrénait le parti et l’appareil d’État de la Russie soviétique. Ces textes et articles écrits, réunis et publiés par Léon Trotsky lui-même en décembre 1923 sous le titre Cours nouveau, témoignent de son combat pour s’opposer à la bureaucratie, tant sur le plan du fonctionnement du parti communiste, que sur celui des problèmes économiques.

 

 

Lucien Sève
Interventions
P
réf. Isabelle Garo et Jean Quétier, La Dispute, 2020, 208 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

L’œuvre de Lucien Sève, disparu en mars 2020 à l'âge de 93 ans, est immense et plurielle. Du communisme à la psychologie, de l'éducation à la bioéthique, nombreux sont les domaines dans lesquels ce philosophe, qui s'appuyait de façon vivante et créative sur ce qu'il nommait la "pensée-Marx", a apporté une décisive contribution. Étrangère à toute recherche purement académique, sa réflexion revêtait le caractère d'une intervention dans des luttes ou des débats en cours. Ce choix de textes brefs, articles ou communications publiques, jamais rassemblés jusqu'ici sous forme de livre, vise à faire découvrir à un large public l'ensemble de sa pensée et de son parcours, des années 1950 jusqu'à aujourd'hui.

 

 

Theodor W. Adorno, Max Horkheimer
Vers un nouveau Manifeste
Trad. de l’allemand Katia Genel et Agnès Grivaux, La Tempête, 2020, 80 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Vers un nouveau manifeste montre Theodor W. Adorno et Max Horkheimer dans un échange d’idées unique, animé et fluide. Ce livre est un compte rendu de leurs discussions pendant trois semaines au printemps 1956, qui constituent une mise au point sur la possibilité – ou l’impossibilité ? – d’actualiser les analyses marxistes, notamment celles du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels. Dans ce dialogue à bâtons rompus, souvent expérimental, Adorno et Horkheimer approfondissent des questionnements cruciaux de leur travail : le rapport entre la théorie et la pratique, la question de la libération du travail, le problème de l’industrie de la culture et des loisirs. Un exemple passionnant de philosophie en action et une réflexion sur le passage possible – et ses difficultés – vers un nouveau monde.

 


José Carlos Mariátegui
Ni calque ni copie. Le marxisme hétérodoxe de J. C. Mariátegui
Anthologie présentée par Michael Löwy, trad. de l’espagnol Luis Dapelo, Delga, « Amériques », 2020, 337 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

José Carlos Mariátegui est non seulement le plus important et le plus inventif des marxistes latino-américains, mais aussi un penseur dont l’œuvre, par sa force et son originalité, a une portée universelle. Son marxisme hérétique présente des affinités profondes avec quelques-uns des grands auteurs du marxisme occidental — Gramsci, Lukács ou Walter Benjamin. Le socialisme selon Mariátegui s’inscrit au coeur d’une tentative de réenchantement du monde par l’action révolutionnaire. La proposition la plus hardie et hérétique de Mariátegui, celle qui soulèvera les plus grandes controverses, est celle qui résulte du passage de ses analyses historiques sur le « communisme inca » et de ses observations anthropologiques sur la survivance des pratiques collectivistes à une stratégie politique qui fait des communautés indigènes le point de départ d’une voie socialiste propre aux pays indo-américains. Que ce soit dans le domaine de la philosophie ou de la stratégie politique, de la culture ou de la question agraire, de l’histoire ou de l’éthique, l’œuvre de Mariátegui est entièrement traversée par un puissant souffle romantique-révolutionnaire, qui donne à sa conception marxiste du monde sa qualité unique et sa force spirituelle visionnaire.

 

 

David Harvey
Les limites du capital
Trad. de l’anglais Nicolas Vieillescazes, préf. Cédric Durand, Amsterdam, 2020, 640 p., 28€

[présentation en ligne]

 

Fruit d’une décennie de recherches, Les Limites du capital propose une théorie générale du capitalisme dans le prolongement des travaux économiques de Marx. Le géographe David Harvey nous guide à travers la production, la distribution, la consommation, explique la marchandise, la monnaie, la valeur, souligne le rôle du crédit et de la finance, les conflits entre le capital et le travail, entre le capital et l’État, entre les capitalistes eux-mêmes.
Au fil de cette analyse minutieuse du fonctionnement du système capitaliste se dégage une compréhension inédite des crises qui le traversent sans cesse. Non seulement celles-ci sont inévitables, mais elles ne peuvent être surmontées qu’en trouvant des « solutions spatiales », en réorientant les flux de capital et de force de travail vers de nouveaux secteurs et de nouveaux lieux. Au passage, elles détruisent des vies et des territoires, parfois dans des guerres sanglantes. Harvey dissipe le brouillard de mystifications qui enveloppe l’économie pour livrer un enseignement implacable : les espaces où nous évoluons sont façonnés par la logique capitaliste de la valeur. Ce travail internationalement reconnu constitue un outil indispensable pour saisir la complexité vertigineuse de notre monde.

 



Alain Bihr et Michel Husson
Thomas Piketty, une critique illusoire du capital
Syllepse, coll. « Arguments et mouvements », 2020, 196 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Dans le premier chapitre du Capital, Marx caractérise l’économie vulgaire en ces termes : elle « se contente des apparences […] et se borne à élever pédantesquement en système et à proclamer comme vérités éternelles les illusions dont le bourgeois aime à peupler son monde à lui, le meilleur des mondes possibles ». Et ce tout simplement parce qu’elle ne parvient pas ou renonce même à « pénétrer l’ensemble réel et intime des rapports de production dans la société bourgeoise ».
Or, de même qu’il existe ainsi une apologie vulgaire du capitalisme, il en existe une critique non moins illusoire. Même ignorance radicale des rapports capitalistes de production, même fascination exercée par leurs apparences fétichistes (la marchandise, l’argent, la comptabilité nationale et ses instruments statistiques, etc.), même volonté d’en rendre compte en termes de pseudo-lois transhistoriques, même enfermement dans le cadre d’une idéologie sacralisant la propriété privée, la liberté d’entreprendre et l’égalité réduite à sa dimension juridique, qui limite du même coup ses propositions de réforme à des mesures de redistribution des revenus et de la propriété.
C’est à démontrer que Thomas Piketty en reste au niveau de cette critique illusoire que cet ouvrage s’emploie, tout en développant en contrepoint les éléments d’une critique radicale.

 

 

Benjamin Bürbaumer
Le souverain et le marché. Théories contemporaines de l’impérialisme
Amsterdam, 2020, 220 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

De la Première Guerre mondiale à la montée des tensions entre la Chine et les États-Unis, en passant par la guerre d’Irak, la manière dont les conflits entre États, qu’ils soient armés ou non, s’articulent aux développements successifs du système capitaliste a constitué un problème crucial pour la pensée révolutionnaire. L’enjeu de toute théorie de l’impérialisme est d’y répondre. Ce livre propose une plongée dans les controverses au fil desquelles cette notion a été forgée et son sens disputé, en vue d’éclairer certains des grands débats stratégiques qui animent le camp de l’émancipation.
Les États modernes sont-ils voués à demeurer sous la domination de l’un d’entre eux ? Ou bien assiste-t-on à l’émergence d’une coalition supranationale qui organise le capitalisme au niveau mondial ? Et comment la permanence de souverainetés territoriales interfère-t-elle avec la dynamique du capital ? Autant de questions dont Benjamin Bürbaumer retrace la généalogie, livrant par là une contribution décisive à la théorie marxiste des relations internationales.

 


Nicola Massimo De Feo
Contre la révolution politique. Netchaïev, Bakounine, Dostoïevski
Trad. de l’italien et av.-pr. Julien Alavena, postf. Marcello Tarì, Divergences, « Cybernétique », 2020, 112 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

Nicola Massimo De Feo (1939-2002) a la particularité d’opérer une réconciliation des traditions marxiste et anarchiste au regard des expériences dont les années 1970 italiennes et allemandes étaient porteuses. Dans cet ouvrage, la reprise de la séquence de l’anarchisme russe l’amène à penser à nouveaux frais la question de la prise de pouvoir révolutionnaire en un temps où elle apparaissait déjà de moins en moins désirable. Surtout, en confrontant les conspirations de cette époque avec leur figuration chez Dostoïevski, il aborde de front les ambiguïtés théoriques et pratiques du processus destituant dans la tradition de l’autonomie.

 


Francesco Caddeo
Sartre antihumaniste. Antisubjectivisme, marxisme critique, postcolonialisme
L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2020, 200 p., 20,50 €

[présentation en ligne]

 

 

Sartre et ses interventions politiques et philosophiques ont été associés mécaniquement à l'humanisme universaliste. Au contraire, l'exploration de ses textes nous fournit des éléments pour quitter une culture universaliste obsolète et éviter toute dérive identitaire et nationaliste. En se débarrassant de toute forme d'essentialisme, la pensée de Sartre montre son actualité dans plusieurs domaines (déconstruction de l'individu, philosophie de la rareté naturelle, rapports avec le marxisme philosophique, postcolonialisme) et nous fait réfléchir d'une manière critique dans un monde traversé par des obscurantismes de toute sorte.

 



Patrick Tort
Capitalisme ou civilisation
Entretiens avec Michel Joli, Fabien Ollier et Clément Paradis, Gruppen éditions, 2020, 140 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Patrick Tort analyse dans ces trois entretiens les enjeux majeurs d'une crise de civilisation qui chaque jour frappe plus violemment notre humanité. Idéologie, technologie, écologie, capitalisme et transhumanisme sont autant de sujets qu'il s'attache ici à éclairer méthodiquement pour établir ce que pourrait être une nouvelle éthique du civilisé : le capitalisme ne guérira pas la misère du monde car il a besoin de la misère du monde. De cette évidence, les révoltes d'aujourd'hui doivent être ré-instruites. Arrêtons d'espérer. Commençons à vouloir.

 

 

Françoise Vergès
Une théorie féministe de la violence. Pour une politique antiraciste de la protection
La Fabrique, 2020, 192 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Le langage officiel à propos de l’égalité hommes-femmes est un répertoire de violences : harcèlement, viol, maltraitance, féminicide.
Ces mots désignent une cruelle réalité. Mais n’en dissimulent-ils pas une autre, celle des violences commises avec la complicité de l’État ? Dans cet ouvrage, Françoise Vergès dénonce le tournant sécuritaire de la lutte contre le sexisme. En se focalisant sur des « hommes violents », on omet d’interroger les sources de cette violence. Pour l’autrice, cela ne fait aucun doute : le capitalisme racial, les populismes ultra-conservateurs, l’écrasement du Sud par les guerres et les pillages impérialistes, les millions d’exilé•es, l’escalade carcérale, mettent les masculinités au service d’une politique de mort. Contre l’air du temps, Françoise Vergès nous enjoint de refuser l’obsession punitive de l’État, au profit d’une justice réparatrice.

 

 

Anselm Jappe
Béton. Arme de construction massive du capitalisme
L’Échappée, « Pour en finir avec », 2020, 200 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

Le béton incarne la logique capitaliste. Il est le côté concret de l’abstraction marchande. Comme elle, il annule toutes les différences et est à peu près toujours le même. Produit de manière industrielle et en quantité astronomique, avec des conséquences écologiques et sanitaires désastreuses, il a étendu son emprise au monde entier en assassinant les archi-tectures traditionnelles et en homogénéisant par sa présence tous les lieux. Monotonie du matériau, monotonie des constru¬ctions que l’on bâtit en série selon quelques modèles de base, à la durée de vie fortement limitée, conformément au règne de l’obsolescence programmée. En transformant définitivement le bâtiment en marchandise, ce matériau contribue à créer un monde où nous ne nous retrouvons plus nous-mêmes.

 


Jason W. Moore
Le capitalisme dans la toile de la vie. Écologie et accumulation du capital
Trad. de l’anglais Robert Ferro, L’Asymétrie, « La cause est l’effet », 2020, 424 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Comment relier les diverses crises qui rythment ce début de XXIe siècle ? C’est de cette interrogation que part Jason W. Moore, historien de l'environnement, dans Le capitalisme dans la toile de la vie, Écologie et accumulation du capital où il propose une nouvelle synthèse critique s’appuyant sur diverses traditions théoriques (écologie, marxisme, féminisme) et sur une dialectique rénovée permettant d’aller au-delà des polarisations classiques entre l’homme et la nature.
En dressant un panorama historique et intellectuel des dynamiques qui convergent vers le faisceau de crises actuelles, ce texte ouvre de nombreuses pistes pour penser l’émancipation d’une humanité saisie comme « humanité dans la nature ».

 

 

Zetkin Collective
Fascisme fossile. L’extrême droite, l’énergie, le climat
Coord. Andreas Malm, trad. de l’anglais Lise Benoist, La Fabrique, 2020, 368 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

L’élévation des températures et la montée de l’extrême droite forment deux menaces chaque jour plus pressantes. Or leur combinaison est explosive. Ce livre est une première tentative de penser ensemble les deux phénomènes. Qu’ont dit, écrit et fait les partis nationalistes en matière d’écologie et de climat durant les deux dernières décennies ? Devant l’abondance de preuves scientifiques, ils ont nié le réchauffement et se sont placés en défenseurs de l’industrie fossile. Dans son ensemble, l’extrême droite abhorre les éoliennes, s’oppose aux accords climatiques et nourrit de théories conspirationnistes sa détestation des mouvements écologistes. Même quand elle se revendique d’un « nationalisme vert », ses positions restent en toutes circonstances déterminées par la défense du territoire et son obsession de l’immigration.
L’état des lieux se double d’une fascinante enquête historique : dans les archives du fascisme classique, où les écrits de Marinetti et Jünger autant que les réalisations du Troisième Reich et de Mussolini témoignent d’une passion pour les énergies fossiles indissociable de leurs projets guerriers ; mais également au cœur de la civilisation occidentale où elles ont été une pierre angulaire de la domination blanche du monde moderne. Ce sont, disent les auteurs, ces articulations anciennes entre la race et l’énergie qui ressurgissent aujourd’hui dans une période de crise.

 

 

 

Donatella Di Cesare
Un virus souverain. L’asphyxie capitaliste
Trad. de l’italien Étienne Dobenesque, La Fabrique, 2020, 112 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Du gouvernement des experts à l’état d’exception, de la démocratie immunitaire à la hantise du complot, de la distance physique imposée au contrôle électronique des corps   le virus a changé nos existences sans que l’on sache encore ce qui en restera à l’avenir. Ce qui est sûr, c’est qu’il a révélé la façon dont la logique immunitaire exclut les plus pauvres, les plus vulnérables. Ainsi, le virus et les modalités inventées pour le combattre ont mis en évidence la cruauté du capitalisme. Pour s’en sortir, il faudra rien de moins que l’invention d’un nouveau mode d’exister en commun.

 

 

Anicet Le Pors
La trace
La Dispute, 2020, 224 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Anicet Le Pors est l’un des ministres communistes dans le gouvernement de Mitterrand, en 1981, où il est chargé de la Fonction publique et des Réformes administratives. Il n’a jamais fait de la politique un métier s’il en a exercé successivement plusieurs : ingénieur, économiste, sénateur et conseiller général des Hauts-de-Seine, puis membre du Conseil d’État et juge à la Cour nationale du droit d’asile.
C’est La Trace que reprend ici l’auteur développant ses réflexions sur ses thèmes fondamentaux d’une recomposition politique : laïcité, socialisme, communisme, propriété publique, institutions, citoyenneté, droit d’asile, service public dans une situation de crise qu’il analyse comme une métamorphose.

 

 

Guillaume Roubaud-Quashie
100 ans de Parti communiste français
Collab. Valère Staraselski, préf. Fabien Roussel, postf. Claude Mazauric, Le Cherche midi, 2020, 232 p., ill., 25 €

 

Force politique incontournable de l'histoire de France, qu'il a marquée de son empreinte, le PCF représente plus encore : une formation investie, tout au long de sa tumultueuse histoire, par des centaines de milliers de femmes, d'hommes, de Français et d'étrangers, d'ouvriers et d'intellectuels. Faisant largement participer les couches populaires aux responsabilités, de la mairie au gouvernement, ce parti deviendra un initiateur et un acteur sans équivalent de la vie sociale, économique et culturelle française.
Une trentaine de jeunes chercheurs, historiens pour la plupart, proposent un regard neuf sur ces cent années. À distance des batailles idéologiques homériques et politiques partisanes, ils offrent une vue inédite de cette aventure à la fois mondiale et très française. Richement illustré l'ouvrage parcourt moments cruciaux et aspects inattendus, comme une entrée dans l'histoire du siècle.

 

Renaud Faroux, Yolande Rasle
Libres comme l’art. 100 ans d’histoire entre les artistes et le PCF
Préf. Pierre Laurent, Éditions de l’Atelier, 2020, 256 p., ill., 36,90 €

[présentation en ligne]

 

En cent ans d’existence, le Parti communiste français a toujours entretenu des liens étroits avec les avant-gardes artis-tiques et culturelles. Mais si certains peintres sont bien connus pour leur engagement avec le parti, tels Pablo Picasso ou Fernand Léger, d’autres, comme Giacometti, Henri Matisse, André Masson, etc., ont aussi cultivé des relations avec lui, à divers degrés, qu’ils aient été militants, sympathisants ou observateurs critiques. En témoignent les formi-dables collections d’œuvres offertes au parti et déposées depuis dans divers musées. 
À l’occasion du centenaire du Parti communiste français, et pour annoncer l’exposition qui se tiendra au printemps 2021, ce livre d’art raconte cette histoire à la fois politique, sociale et artistique à travers la reproduction d’œuvres emblématiques et les éclairages de Yolande Rasle et Renaud Faroux. Il permet de redécouvrir des artistes majeurs que le marché minore ou dont l’histoire obère la part d’engagement sans laquelle leur œuvre perd une part de son sens. Avec plus de 150 œuvres ainsi rassemblées, cet ouvrage présente un parcours totalement inédit et incarne un message toujours actuel : d’un siècle à l’autre, l’art nous change et change le monde.

 

 

Annie Lacroix-Riz
Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants, 1939-1949
Delga, 2020, 340 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

L’unité a assuré, depuis la fondation du syndicalisme, la puissance et la cohésion de la classe ouvrière et des salariés. Elle fut la cible permanente du patronat national et de l’État à son service, secondés, à l’ère impérialiste, par leurs homologues allemands et américains : ces derniers, investisseurs de capitaux à l’étranger, avaient aussi besoin d’écraser les salaires, donc d’abattre la résistance ouvrière en en divisant les forces. Le camp patronal, unifié lui, trouva d’emblée d’efficaces alliés contre les syndicalistes combatifs dans les éléments réformistes, majoritaires dans les pays du « centre » impérialiste. L’intervention étrangère se développa pendant les années 1930, où le Reich allemand organisa, y compris parmi les salariés, la non-résistance à son invasion puis à son exploitation directe des ressources des pays visés. Elle se déploya pendant la guerre, où les États-Unis préparèrent leur installation définitive en Europe en tout domaine, sphère syndicale incluse. Une gigantesque corruption du syndicalisme « modéré » en assura le succès : témoignent ici d’une situation générale les exemples français, britannique et allemand.

 

 

Jean-Jacques Cadet
Le marxisme haïtien. Marxisme et anticolonialisme en Haïti (1946-1986)
Delga, « Amériques », 2020, 430 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

Le premier marxiste en Haïti est Jacques Roumain (1907-1944), l’auteur du célèbre roman Gouverneurs de la rosée et fondateur du premier Parti communiste haïtien. Il assume ses convictions communistes et ne cesse de mobiliser la figure de Marx pour interpréter la réalité de son pays. Cette migration du marxisme, d’origine européenne, vers la société postcoloniale haïtienne appelle à une prudence épistémique afin d’éviter le piège de l’eurocentrisme. Étant mort très jeune à 37 ans, Roumain n’a pas eu la possibilité de développer et d’approfondir son projet de marxisme anticolonial. Mais suite aux mouvements de 1946, les marxistes haïtiens se lancent dans une revalorisation analytique des œuvres de Jacques Roumain en soulignant la richesse des points esquissés. Ils conceptualisent les dialogues entre marxisme, négritude et dépendantisme, dans une optique de relecture de la thématique coloniale tout en fondant leur regard épistémique sur l’idéal de la Révolution haïtienne de 1804 et sur les travaux des intellectuels haïtiens de la fin du XIXe siècle. Six penseurs marxistes ont été choisis en fonction de leur popularité, de leur niveau d’analyse et de leur implication idéologico-politique : Étienne Charlier, Jacques Stephen Alexis (Jacques La Colère), René Depestre, Gérard Pierre-Charles, Yves Montas (Jean Luc) et Michel Hector (Jean-Jacques Doubout).

 

 

 

« Abolissons le travail ! »
Crise & critique, Jaggernaut n° 3, 2020, 300 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

 

Non le travail n’est pas une nécessité naturelle, éternelle, qui aurait toujours existé, c’est une forme sociale négative et destructrice de l’agir, dont l’avènement est concomitant de celui du capitalisme et qui fait abstraction de tous les contenus concrets des activités hétérogènes pour mieux les réduire à la forme vide de contenu d’une simple dépense abs-traite d’énergie humaine – le travail abstrait – qui se représente sous la forme de l’argent. Le travail n’a toujours été que le support vivant de l’automouvement de l’argent, alias, le rapport-capital. Qui veut se débarrasser du capital doit commencer par se débarrasser du travail. 
Sous différents angles - historique, théorique, féministe, psychanalytique, littéraire ou anthropologique - ce numéro explore et scrute l’horizon d’une nouvelle critique catégorielle du travail dans la théorie critique et les mouvements sociaux.
Avec des textes de Clément Homs, Robert Kurz, Nuno Machado, Norbert Trenkle, Álvaro Briales, Sandrine Aumercier, Michel Lory, Nuno Machado et Ivan Recio.

 

 

SÉANCE 1 : Critique de la critique littéraire

Séance du vendredi 18 octobre 2019, 14H-17H

ENS, salle Conférence, 46 rue d’Ulm, rez-de-chaussée à gauche

Lucile Dumont (CESSP, EHESS), « Sous la théorie, la critique ? Situation de la critique littéraire de la Libération à la fin des années 1950 »
L’émergence des approches théoriques de la littérature en France au tournant des années 1960 est souvent envisagée comme une rupture totale avec les approches de la littérature précédentes. Pourtant, on repère aisément des formes de continuité dans certaines méthodes d’analyse, et les promoteurs des approches théoriques se revendiquent eux-mêmes de certains de leurs prédécesseurs. Mais au-delà de ces généalogies intellectuelles, il est également important de comprendre quelles étaient les conditions sociales de possibilité pour l’émergence des approches théoriques : que signifie être un critique à la fin des années 1940 et au début des années 1950 ? Quelles sont alors les carrières et les trajectoires sociales typiques des critiques littéraires ? Quels sont les courants dominants dans le paysage des revues littéraires de l’époque ? Quid de la critique journalistique ? Autant de questions auxquelles cette présentation apportera des éléments de réponse pour mieux situer la théorie dans l’histoire de la critique.


Alice de Charentenay (Paris 1/CERCLL, Université d’Amiens), « Qu’est-ce que la sociocritique ? »
Le structuralisme, puis la sociologie de la littérature, la sociocritique ou l’analyse de discours se sont tour à tour revendiqués d’une approche politique et matérialiste des textes, de manière complémentaire ou concurrente. Afin de nous y retrouver dans ces différents courants, nous proposerons une rapide doxographie de ces différentes écoles, en nous demandant notamment quelles véritables frontières théoriques les séparent, et en faisant la part du contexte universitaire et des effets de distinctions qui ont pu contribuer à la multiplication de ces étiquettes.

Exemplier


Anaïs Goudmand (Université de Lausanne), « Un miroir tendu au critique : compte-rendu de Poétique de la critique littéraire de Florian Pennanech »
Florian Pennanech, dans Poétique de la critique littéraire. De la critique comme littérature, dernier né de la collection “Poétique” aux Éditions du Seuil (mai 2019), se propose de dresser l’éventail des opérations formelles déployées par les auteur.rice.s de critique littéraire. Ce projet s’avère aussi ambitieux que vertigineux puisqu’il offre un dispositif réflexif, englobant aussi bien les pratiques des auteur.rice.s historiques, depuis les commentateurs d’Homère jusqu’aux universitaires contemporains, que ses propres pratiques et, en miroir, celles de ses lecteur.rice.s, dont on peut raisonnablement supposer que la plupart se rattachent également de près ou de loin à la catégorie “critique littéraire”. Je me propose d’en faire la critique – ou, plus précisément, la “métamétamétacritque”, m’interrogeant sur les apports (et éventuellement sur les limites) d’une perspective résolument théoricienne, anhistorique et totalisante.

Lundi 9 janvier 2017

Marx et les utopistes : Robert Owen (1771-1858)

 (Marion Leclair)

Robert Owen (1771-1858) est, avec Fourier et Saint-Simon, un des trois grands utopistes que Marx et Engels, tout en reconnaissant leur rôle de précurseurs, opposent au socialisme scientifique ; et c’est encore principalement comme socialiste utopique qu’Owen reste connu aujourd’hui. Pourtant, comme réformateur social converti par la pratique à l’anti-capitalisme militant, puis comme chef-de-file réticent du mouvement coopératif et d’un “Grand syndicat national unifié”, ou comme champion de l’éducation “rationnelle” à travers un réseau de “maisons de la science”, Owen a aussi contribué au développement d’institutions très concrètes à travers lesquelles, en grande partie malgré lui, la classe ouvrière anglaise a pu se doter de structures et d’une culture propres. Il constitue à ce titre, pour l’historien marxiste E. P. Thompson, un jalon essentiel dans la formation de celle-ci, alors même qu’Owen incarne aussi, par son refus de la lutte des classes, ses efforts en termes de législation sociale et sa défense des coopératives, un socialisme plus modéré dont se sont revendiqués la société Fabienne au début du vingtième siècle et, plus récemment, le New Labour de Tony Blair. L’exposé retracera dans ses grandes lignes vie d’Owen et la constitution progressive de ses théories économiques, avant de présenter les principales critiques que lui adressèrent Marx et Engels puis de tenter de montrer l’influence durable et paradoxale qu’il a exercée sur le socialisme britannique.

Bibliographie indicative:

Owen, Robert. A New View of Society (1813-1816)

(Trad. française Nouvelle Vision de la Société, 2012, Atelier Création Libertaire)

—. Report to the County of New Lanark (1820)

Engels, Friedrich. Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880)

Thompson, Edward Palmer. La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963)

Claeys, Gregory. Citizens and saints: Politics and anti-politics in early British socialism (1989)

Dupuis, Serge. Robert Owen: socialiste utopique (1991)

Siméon, Ophélie. « Robert Owen, père du socialisme britannique ? », La vie des idées (2012).

http://www.laviedesidees.fr/Robert-Owen-pere-du-socialisme.html

—. « Entre utopie et père du socialisme : réception de Robert Owen en Grande-Bretagne », Lien social et Politiques 72 (2014).

https://www.erudit.org/revue/lsp/2014/v/n72/1027204ar.pdf

Lundi 5 décembre 2016

Ellen Meiksins Wood

 

woo

Cette séance sera pour le séminaire l’occasion de rendre hommage à une grande figure marxiste du monde anglo-saxon, Ellen Meiksins Wood (1942 -2016), en contribuant à faire connaître ses travaux – dont certains ont fait l’objet de traductions françaises – dans le monde francophone et notamment français.

Représentante, avec R. Brenner par exemple, du “marxisme politique”, E. Meiksins Wood a cherché dans ses travaux à poursuivre la perspective marxiste d’une compréhension des dynamiques sociales en termes de classes, insistant sur la dimension heuristique du terme. On cherchera au cours de cette séance à présenter trois volets de l’œuvre de E. Meiksins Wood, tous trois témoignant d’une fidélité réelle aux principes marxistes mais également d’une volonté de les mettre au travail: Y. Douet exposera brièvement les grands traits du “marxisme politique” et leur traduction par E. Meiksins Wood dans ses travaux visant à la compréhension des trajectoires historiques du capitalisme; G. Fondu se penchera sur les livres et articles d’histoire des idées politiques, lesquels se proposent d’écrire une histoire marxiste, et donc contextuelle, de la philosophie politique tout en échappant à l’écueil du réductionnisme; enfin, A. Podvrsic et J.S. Carbonell resitueront l’usage par E. Meiksins Wood du concept de “classe” dans le domaine politique, alors marqué dans le monde anglo-saxon par lescontroverses avec le post-marxisme et le post-modernisme.

La séance aura lieu de 18H à 20H, en salle 235A (29 rue d’Ulm, 2e étage). Elle est ouverte à toutes et à tous.