Tous les articles par adlc

Présentation de La situation de la classe laborieuse en Angleterre de F. Engels [1845]

par Marion Leclair

Lundi 27 janvier à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

https://i.pinimg.com/originals/2c/f4/e0/2cf4e0817542886901ebed5b6cc5f692.png

Cette séance ouvrira un nouveau cycle de lecture consacrée à l’œuvre d’Engels, dont on commémore en 2020 le bicentenaire. Elle sera consacrée à la Situation de la classe laborieuse en Angleterre, première œuvre d’envergure d’Engels, écrite en 1844-45 alors que celui-ci, âgé de 24 ans, travaille dans une usine textile de Manchester dont son père est l’un des propriétaires.
La séance présentera le contexte d’écriture de cette enquête ouvrière pionnière, en résumera brièvement les différentes sections, et tâchera de mettre en avant quelques points saillants de la Situation (genèse du capitalisme industriel, géographie urbaine de la lutte des classes, racialisation des travailleurs, essor des syndicats, histoire sociale et culturelle par le bas) qui rendent sa lecture aujourd’hui, indépendamment de la plongée qu’elle offre dans les bas-fonds du Manchester industriel, particulièrement intéressante.

L’exemplier de la séance est disponible ici : Engels, Situation de la classe laborieuse – Exemplier

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Veille bibliographique #17 (Décembre 2019)

Voici quelques parutions récentes de la fin d’année 2019.

 


Kolja Lindner (éd.)
Le dernier Marx
L’Asymétrie, coll. « Réverbération », 2019, 400 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Dans la dernière décennie de sa vie, Marx entame un vaste travail de recherche sur les sociétés pré-capitalistes, à travers notamment la lecture des grands anthropologues et historiens de son siècle tel Lewis Morgan. Le dernier Marx présente, pour la première fois en français, des traductions d'extraits des notes prises lors de ces recherches, ainsi que des textes les plus importants écrits à ce sujet par différents auteurs. On y découvre un Marx prêt à remettre en cause certains présupposés déterministes de sa pensée. Comme au siècle dernier on a redécouvert le jeune Marx, il faut redécouvrir le « dernier Marx », meilleur remède à toutes les orthodoxies qu'on a construit en son nom mais contre lui.

Les éditions de l’Asymétrie ont créé un site autour de l’ouvrage : https://editionsasymetrie.org/derniermarx/

 

 

Bruno Astarian et Robert Ferro
Le Ménage à trois de la lutte des classes. Classe moyenne salariée, prolétariat et capital
L’Asymétrie, coll. « Im Anfang war der Aufstand », 2019, 402 p., 17 €

[présentation en ligne]

 

De Oaxaca à Tel Aviv et Manhattan, de Téhéran à Paris, en Tunisie, en Égypte et plus récemment en Algérie, la classe moyenne salariée développe depuis quelques années des luttes massives, parfois violentes, contre l’État capitaliste. Alliée au prolétariat ou seule, elle fait la grève, manifeste, dresse des barricades, occupe des places pour défendre sa position et ses privilèges dans la société. Ces luttes ont rendu visible le fait qu’elle est une vraie classe, pas une vague couche intermédiaire entre prolétariat et bourgeoisie. C’est une classe qui incarne le travail intellectuel tel que le taylorisme et le fordisme l’ont historiquement séparé du travail manuel, lui donnant simultanément une fonction d’exécution et d’encadrement. Bénéficiaire d’un sursalaire qui lui permet de surconsommer et d’avoir des réserves, la classe moyenne salariée n’est pas destinée à se fondre spontanément dans le prolétariat sous l’effet de la crise, débarrassant ainsi la théorie d’une épineuse question. Car l’existence de cette classe, que Marx n’avait pas vraiment prévue, implique de préciser notre vision des rapports sociaux dans les pays développés et émergents : il faut passer du face à face prolétariat/capital à un ménage à trois… classes qui s’affrontent dans un ballet plus compliqué, où l’interclassisme est une figure récurrente. Le présent ouvrage fait une première exploration de cette complexité, et cherche à dégager la perspective communiste du maelström des luttes interclassistes qui se multiplient en ce début de 21e siècle.

 

 

Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret, Xavier Vigna (dir.)
Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine
La Découverte, coll. « Recherches », 2019, 456 p., 28 €

[présentation en ligne]



S’il est un spectre qui hante l’Europe des XIXe et XXe siècles, c’est bien celui de la classe ouvrière. En témoignent les innombrables enquêtes qui lui sont consacrées : elles disent combien la « question sociale », telle qu’elle s’invente avec l’industrialisation, est d’abord une inquiétude sur la condition ouvrière et son évolution. Ces mondes ouvriers, si prompts aux soulèvements, constituent une énigme que de multiples enquêtes visent à résoudre, le plus souvent pour conjurer une menace.

Ce livre propose un voyage étonnant à ses lecteurs en les conduisant, par les yeux des enquêteurs, dans les taudis de Manchester, les cités minières du Borinage ou les usines Mirafiori de Turin. Il éclaire d’un jour nouveau des figures illustres des sciences sociales : Frédéric Le Play, Max Weber ou Maurice Halbwachs ; mais il les fait aussi voisiner avec des artistes (Zola et les écrivains naturalistes, les cinéastes autour de Chris Marker) et avec des collectifs soudés par un engagement – féministes, jocistes ou révolutionnaires.

En explorant ce qui mêla indissociablement pratiques scientifiques et passions politiques, l’ouvrage offre une contribution originale à une histoire transnationale de l’Europe contemporaine.

 

 

Pierre Cours-Salies
À la prochaine… De Mai 68 aux Gilets jaunes
Syllepse, coll. « Utopie critique », 2019, 440 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

Que peut-il bien y avoir de commun entre Mai 68 et le mouvement des Gilets jaunes ?
Cinquante ans après, les objectifs mis en avant par les mouvements de contestation trouvent un écho dans le soulèvement des Gilets jaunes.
Le mouvement des Gilets jaunes s’inscrit dans la chaîne de mouvements populaires porteurs d’aspirations démocratiques radicales. De longue date, la protestation sociale est porteuse de préoccupations écologiques, de la demande de transformation radicale du travail, d’une volonté d’organisation collective des entreprises, des services publics et de la société, une autogestion généralisée, une démocratie démocratisée. Les mouvements populaires et les contestations radicales composent une sorte de projet, un espoir autant qu’un programme qui reste à écrire : Mai 68 est un arbre de la liberté comme le furent ceux plantés en 1793 en France.
Un livre qui permet de comprendre comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle : un espoir est à reconstruire en confrontant ces réflexions aux questions posées par les Gilets jaunes.

 



Tristan Leonie
La révolution iranienne. Notes sur l’islam, les femmes et le prolétariat
Entremonde, coll. « Rupture », 2019, 264 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

L'Iran connaît en 1979 l'un des régimes les plus stables, prospères et répressifs du Moyen-Orient ; celui-ci s'effondre pourtant en quelques mois sous les coups d'une grève sauvage massive et d'émeutes urbaines incessantes. L'ayatollah Khomeyni arrive au pouvoir. Cette étude revient sur les causes d'une des plus grandes révoltes ouvrières du XXe siècle et met en lumière les mécanismes d'une protestation croissante, l'échec de la répression et l'effondrement de l'État.
Elle montre comment, antérieurement, les ayatollahs ont transformé la religion chiite en une idéologie politique moderne et comment une partie de la classe moyenne et intellectuelle l'a adoptée comme référence identitaire et subversive. Comment, également, le clergé chiite prend les rênes de la contestation pour en faire une "révolution islamique" et doit, la victoire acquise, affronter une seconde vague de grèves ouvrières ainsi qu'un mouvement de révolte des femmes dont le monde n'a jamais connu d'équivalent.
L'auteur aborde enfin les aveuglements d'une gauche française devant un soulèvement inédit et mène, en particulier, une critique sans concession des prises de position de Michel Foucault. Ce livre est aussi une réflexion qui, passant par la question de l'autonomie du prolétariat, de l'autogestion ou encore du genre, pose celle de la possibilité et des enjeux de la révolution sociale aujourd'hui, "seul espoir d'éviter un désastre écologique, un chaos capitaliste ou postcapitaliste".

 

 

 

Sylvia Faure et Daniel Thin (dir.)
S’en sortir malgré tout. Parcours en classes populaires
La Dispute, 2019, 158 p., 16 €

 

 

 

Face aux difficultés économiques, à la disqualification sociale, à la dégradation des conditions d'existence, comment les classes populaires font-elles pour « s'en sortir, malgré tout » ? Ce livre répond à cette question en examinant les conditions de la mobilisation de leurs ressources : soutiens relationnels, savoir-faire convertis en avantages dans une situation particulière, relations avec des acteurs institutionnels, ainsi que d'autres formes de « débrouille ». Tout en expliquant les limites et obstacles à l'amélioration durable des conditions d'existence des classes populaires, les auteurs montrent que ce qui fait ressource pour ces dernières est ancré dans des contextes locaux et dans des relations concrètes.
Cet ouvrage collectif s'appuie sur plusieurs enquêtes sociologiques centrées sur les sorties précoces de la scolarité, les jeunes des missions locales, l'accès au logement, les parcours scolaires au sein de familles nombreuses, le relogement dans les grands ensembles HLM, les associations de femmes de quartiers populaires et les jeunes en quête de mobilité par une professionnalisation dans le football. Il critique la notion aujourd'hui dominante de vulnérabilité qui passe sous silence les conditions objectives à l'origine des problèmes sociaux et tend à faire porter aux individus la responsabilité de leur situation. Il soutient que pour s'attaquer aux inégalités sociales et aux violences symboliques renforcées par les orientations politiques de ces dernières décennies, il faut commencer par comprendre les ressources et les initiatives des premiers concernés.

 

 


« Classe ! »
Mouvements. Des idées et des luttes, n° 100, La Découverte, 2019, 180 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

 

Classe ! Pour son vingtième anniversaire, à l’automne 2018, les Gilets jaunes offrent à Mouvements le sujet de son numéro 100, et trois auteurs nous proposent une nouvelle inspirée par cette révolte. Mouvements, née sous les auspices de la gauche plurielle et de la convergence entre courants familiers des rapports de classes, est portée par l’un des premiers collectifs qui privilégie les approches en termes de genre, de racisation, bref d’intersectionnalité. Le numéro 100 est l’occasion d’un retour sur les analyses publiées depuis 1998, notamment dans le numéro de 2003 consacré aux classes sociales. Comment développer aujourd’hui une analyse des rapports de classes qui soit intersectionnelle et soucieuse de justice environnementale ? Mouvements, ce sont aussi plusieurs générations, engagées à différents moments, avec des priorités différentes. La revue n’aurait pas la même histoire sans les éditions La Découverte : François Gèze livre son itinéraire. Et des ancien.nes témoignent sur le site de ce que la revue a signifié pour eux et elles.

 

 

 

« Valeur et capitalisme (1/2) »
Revue française de socioéconomie, n° 23, La Découverte, 2019, 288 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce dossier aborde la question de la valeur en l’inscrivant dans les rapports sociaux capitalistes. Il montre comment cette perspective modifie les distinctions classiques entre valeur, richesse et prix. Il donne à voir le renouveau et la fécondité des approches matérialistes de la valeur, qui redéfinissent la richesse comme le résultat d’une accumulation monétaire autorisée par des institutions et des règles particulières d’enrichissement, et les prix comme des anticipations de profits réalisables au sein du mode de production et d’échange capitaliste. Plus globalement, il analyse ainsi les processus de détermination de la valeur des choses comme façonnés par l’impératif de valorisation du capital qui constitue leur cadre historique contemporain.

En réinscrivant la question de la valeur dans des rapports sociaux, notamment les rapports de production capitalistes, les articles de ce dossier autorisent ainsi à penser les conditions sociopolitiques de la marchandisation des choses. En particulier, ils partagent une conception des modes d’attribution de la valeur comme étant encastrés et indissociables des processus plus larges de circulation et d’accumulation du capital. La valorisation y est décrite dans le cadre de rapports sociaux institutionnellement réglés, qui aboutissent d’un côté à la création de pôles de concentration de capital, et de l’autre, de pôles de dépossession.

 

 

José Carlos Mariátegui et la nation

par Jean-Ganesh Leblanc

Lundi 16 décembre à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

José Carlos Mariátegui (1894-1930) est souvent considéré comme le principal penseur marxiste latino-américain du XXe siècle. Situé dans une période de profonds changements du capitalisme, et dans une périphérie de l’économie mondiale, il s’attache à analyser de manière matérialiste la réalité qui s’offre à lui pour en tirer une stratégie révolutionnaire. Grand lecteur et volontiers éclectique dans ses références, il va proposer une relecture du Pérou à l’aune du marxisme qui sera profondément ancrée dans sa praxis de militant et d’intellectuel. Or penser le Pérou, c’est concevoir un cadre d’analyse et une stratégie à même d’intégrer les questions de « race » (l’exclusion des indigènes, des Chinois, des noirs), et de « nationalité ». Il s’engage sur une voie politique prêchant la réalisation d’un Pérou intégral et socialiste, affrontant tant les nationalistes partisans d’une hégémonie petite-bourgeoise qu’une IIIe Internationale déjà en partie stalinisée. La Nation socialiste comme projet pour le Pérou des années 1920 sera notre fil rouge.

Les notes de Jean-Ganesh Leblanc sur sa séance

Indications bibliographiques :

  • Mariategui, J.C., « Aniversario y Balance », 1928, in Mariategui, J. C., Ideologia y Politica. « Polemica finita », ibid.
  • Mariategui, J.C., « Punto de vista antiimperialista » et « El problema de las Razas en América Latina » in La Correpondencia Sudaméricana, 1929, Buenos Aires.
  • Mariategui, J.C., Sept Essais d’interprétation de la Réalité Péruvienne, Paris, Maspero, 1969
  • Mariategui, J.C., Défense du Marxisme, Paris, Delga, 2014
  • Mariategui, J.C., Historia de la Crisis mundial, Amauta, 1986.

Le Manifeste du Parti communiste et la question des origines du capitalisme

par Damien Chapeau et Loïc Bonin

Lundi 2 décembre à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

Dans le cadre de notre cycle de lecture « Marx 1847-1949 », nous présenterons une séance en deux temps sur Le manifeste du parti communiste, publié par K. Marx et F. Engels en 1848.

Dans un premier temps Damien présentera Le manifeste du parti communiste, le texte et ses principales articulations.

Loïc reviendra ensuite sur la question centrale du début du capitalisme qu’évoque le Manifeste et plusieurs autres ouvrages de Marx : Si Marx acte la nécessité d’organiser une contestation a l’ampleur du système économique qui se déploie sous ses yeux et des effets qu’il produit, peut-on trouver une date de début au capitalisme ? Marx lui-même se pencha sur cette question dans plusieurs de ces textes. (Chapitre 23 et 24 du Capital, Sur la question juive). Les enclosures, ou tout du moins la transformation de la ruralité semble jouer un rôle clef. L’accumulation primitive vient-elle de là ? D’autres auteurs ont insisté sur le colonialisme comme système d’accumulation premier permettant une reconversion des capitaux, issus de la traite négrière et du commerce en Amérique du Sud, dans l’industrie naissante. D’autres auteures féministes et marxistes ont travaillé sur la mise en disponibilité des femmes pour le travail reproductif comme système nécessaire à l’exploitation des masses ouvrières, toute production sous-tendant reproduction. Peut-on alors réellement trouver une date de début au capitalisme ?

Indications bibliographiques

  • Delphy Christine, L’ennemi principal, tome 1, Syllepse, 1997.
  • Durand Cecile, Le capital fictif, comment la finance s’approprie notre avenir, les prairies ordinaires, 2014.
  • Fredereci Sylvia, Le capitalitalisme patriarcal, ed. La Fabrique, 2019
  • Harvey David, New Imperialism, Oxford University Press, 2003, Chapter 4 “Accumulation by Dispossession”.
  • Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti Communiste, Sciences marxistes, 1999.
  • Marx Karl, Le Capital, Livre I, Chapitre 23 et 24, Folio, 2008.
  • Marx Karl, Sur la question juive, la fabrique, 2006.
  • Ravelli Quentin, « Le capitalisme a-t-il une date de naissance ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019

Veille bibliographique #16 (novembre 2019)

 

Traduire Le Capital. Une correspondance inédite entre Karl Marx, Friedrich Engels et Maurice Lachâtre
(
présent. et annot. François Gaudin)
Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, 196 p., 19 €

[présentation en ligne]

 

Automne 1871, Charles Longuet, gendre de Marx, propose à l'éditeur Maurice Lachâtre (1814-1900) d'éditer la traduction française du Capital. L’auteur vivait à Londres, le traducteur à Bordeaux, la librairie parisienne de Lachâtre serait bientôt mise sous séquestre. Le livre fut commercialisé par livraisons et sa réalisation fut un véritable feuilleton. Cette correspondance inédite entre Maurice Lachâtre, Karl Marx, Engels et leurs collaborateurs permet de découvrir les personnages, parfois méconnus, qui participèrent à cette aventure. On suit l’avancement du travail, on mesure la rigueur éditoriale maintenue en dépit des circonstances, tout en assistant aux échanges des correspondants sur les événements politiques et leurs drames intimes. Pendant la préparation de ce livre, l’éditeur dut fuir l’Espagne pour la Belgique, puis, chassé de Belgique, se réfugia en Suisse, tandis que Marx affrontait les maladies, les deuils et reprenait la traduction sous l’œil vigilant de l’éditeur, tout en poursuivant son inlassable activité politique. Au bout du compte, Marx considérera que cette édition, qui aura pris trois ans, était d’une qualité supérieure à la version originale.

 

Rosa Luxemburg
L’accumulation du capital. Contribution à l’explication économique de l’impérialisme
(trad. par Marcel Ollivier et Irène Petit revue par Marie Boudoussier)
Agone/Smolny, 2019, 768 p., 28 €

[présentation en ligne]

« Le capitalisme tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes économiques, n’en supportant aucune à côté de lui. Et pourtant il est en même temps la première forme économique incapable de subsister seule, à l’aide de son seul milieu. Ayant tendance à devenir une forme mondiale, il se brise à sa propre incapacité d’être cette forme mondiale. Il offre l’exemple d’une contradiction historique qui, à un certain degré de développement, ne peut être résolue que par l’application des principes du socialisme, c’est-à-dire par une forme économique qui est par définition une forme mondiale harmonieuse, fondée sur la satisfaction des besoins de l’humanité travailleuse. »

Ouvrage majeur de Rosa Luxemburg, écrit en 1913, L’Accumulation du capital est le premier texte de l’économie politique marxiste à formuler une théorie d’ensemble de l’impérialisme. En montrant la nécessité inscrite au cœur du mode de production capitaliste de s’étendre à l’échelle du monde en asservissant des territoires non capitalistes et leurs populations, il éclaire les mécanismes qui allaient bientôt déclencher la grande guerre pour le repartage du monde.

Avec une préface de Guillaume Fondu et Ulysse Lojkine, et une postface de Mylène Gaulard et Loren Goldner.

 

 

 

Gian Giacomo Cavicchioli, Emilio Gianni
1919 L’Internationale communiste. 100 ans, 100 militants du parti mondial
Éditions Science marxiste, 2019, 358 p., ill., 10 €

 

Quels enseignements peut-on tirer de ces années héroïques et tragiques, de ces combats qui décidèrent du destin de la Révolution internationale commencée en 1917 en Russie ? Premièrement, cette tentative fut défaite, parce que l’assaut d’Octobre resta isolé après l’échec de la révolution en Allemagne. Grâce à la stratégie de Lénine et des bolcheviks, le prolétariat international avait mis fin, sur le front russe, à la boucherie industrialisée de la Première Guerre mondiale impérialiste ; privé de cette boussole, il fut livré, sans pouvoir réagir, au massacre démultiplié du second conflit mondial. Deuxièmement, après la nouvelle guerre mondiale et l’ignominie du partage impérialiste de Yalta, s’ensuivit un cycle colossal de développement capitaliste, dans les vieilles et les nouvelles régions du marché mondial. C’est précisément ce développement, avec l’irruption de l’Asie et de la Chine, qui est une démonstration éclatante de la justesse de la stratégie de Lénine, malgré la défaite des années 1920. D’un côté, deux milliards de salariés, de l’autre, une poignée de puissances impérialistes en lutte pour le partage des marchés ; le développement inégal conduit les vieilles puissances de l’ordre atlantique, l’Amérique et l’Europe, au déclin, et fait émerger de nouveaux concurrents en Asie, la Chine et l’Inde. C’est un développement gigantesque aux contradictions gigantesques. Le système des États de l’impérialisme n’est pas en mesure de maintenir l’ordre mondial ; les crises et la rupture de l’ordre seront la brèche pour la stratégie du prolétariat révolutionnaire, comme il y a environ cent ans dans l’assaut d’Octobre et dans l’épopée de l’Internationale. Troisièmement, la course contre la montre de 1919 enseigne que le parti-stratégie doit être construit et enraciné auparavant, durant les longues années de la contre-révolution. Reconstruire, homme par homme, une conscience internationaliste, enraciner un parti sur le modèle bolchevique au cœur de l’impérialisme européen : c’est la tâche inédite, c’est notre bataille à l’ordre du jour. C’est la leçon ultime de l’Internationale communiste.

 

 

Alain Bihr
Le premier âge du capitalisme 1415-1763, tome 3 : Un premier monde capitaliste
Syllepse/Page2, Coll. « Histoire : enjeux et débats », 2019, 1500 p., 45 €

[présentation en ligne]



Concluant sa somme sur le premier âge du capitalisme, Alain Bihr explore dans les deux volumes du troisième tome la constitution d’un premier monde capitaliste. Il en traverse les différents cercles, en partant de son centre et en progressant vers ses marges. Ainsi sont examinées les différentes puissances d’Europe occidentale qui ont été, tour à tour, motrices de l’expansion outre-mer.

Saisir les avantages respectifs dont ces puissances ont successivement tiré parti renvoie à leurs relations conflictuelles et aux rapports de force entre les ordres et classes qui les constituent. La Grande-Bretagne, s’appuyant sur les Provinces-Unies et les acquis de sa révolution bourgeoise, finit par en sortir victorieuse, au détriment de la France.

L’auteur revient également sur le statut semi-périphérique et la forte hétérogénéité des États d’Europe baltique, centrale, orientale et méditerranéenne qui, cause et effet à la fois, ne peuvent prendre part à l’expansion européenne. Toutefois, certaines d’entre elles (la Savoie, la Prusse, la Russie) pourront réunir des conditions leur permettant, par la suite, de jouer dans la « cour des grands ».

L’ouvrage examine enfin les principales forces sociales marginales, affectées par l’expansion européenne mais encore capables d’y résister et, dès lors, de se développer selon leur logique propre. Ce qui explique à la fois pourquoi le capitalisme n’a pas pu naître dans la Chine des Ming et des Qing, en dépit de ses atouts évidents, et pourquoi, en se fermant, le Japon féodal a au contraire préparé les conditions de son rapide rattrapage capitaliste à l’époque Meiji.

Alain Bihr renouvelle et enrichit, grâce aux acquis historiographiques les plus récents, les intuitions et les analyses qui ont jalonné l’histoire du développement capitaliste. La dimension narrative et descriptive n’est pas le moindre atout de ce travail.

 



Roswitha Scholz
Le sexe du capitalisme. « Masculinité » et « féminité » comme piliers du patriarcat producteur de marchandises
(
trad. de l’allemand)
Crise & Critique, 2019, 400 p., 18 €

[présentation en ligne]



Avec son théorème de la « valeur-dissociation », Roswitha Scholz propose une critique féministe du patriarcat capitaliste au-delà du progressisme politique, du marxisme traditionnel et de tous les développements postmodernes.

Elle effectue une critique radicale de la modernité comprise comme patriarcat producteur de marchandises, ce qui la conduit à refuser de se laisser enfermer aussi bien dans la croyance en un progrès immanent de la modernité, que dans les « contradictions secondaires », l’essentialisme naturalisant ou le différentialisme post-structuraliste.

Les essais rassemblés dans ce volume mènent une discussion critique de divers courants et auteures féministes - de Judith Butler, Nancy Fraser et Maria Mies à Silvia Federici - afin d’analyser l’essence de la modernité comme totalité sociale brisée, où les deux pôles de la « valeur » et de la « dissociation » reproduisent le rapport patriarcal du masculin et du féminin jusque dans la barbarisation postmoderne et l’effondrement du patriarcat producteur de marchandises. Ce dernier, déjà entamé, n´aura aucune portée émancipatrice.

Roswitha Scholz est, aux côtés de Robert Kurz et des membres de la revue Exit !, l’une des principales théoriciennes en Allemagne du courant de la critique de la valeur-dissociation (Wert-Abspaltungskritik). Elle s’attache à théoriser le lien entre capitalisme et patriarcat moderne ainsi que les métamorphoses de ce patriarcat, et à dépasser les féminismes de l’égalité et de la différence, comme les féminismes intersectionnels, déconstructionnistes, matérialistes, écoféministes ou de la « lutte des classes ».

 

 

Mario Tronti
De l’esprit libre
(
trad. de l’italien par A. Savona)
Éditions la Tempête, 2019, 325 p., 19 €

[présentation en ligne]

 

 

Vaste et érudit commentaire sur la modernité, notamment sur le vingtième siècle, cet ouvrage mélancolique et poétique de Mario Tronti dresse le bilan des échecs des expériences du siècle passé. Alors qu’aujourd’hui on peut dire que la liberté de pensée est garantie, il n’est accordé aucune pensée de la liberté. Le capital a conquis le monde entier, et il est parvenu à conquérir l’homme lui-même.

Œuvre de lutte et traité de philosophie politique, De l’esprit libre est aussi et avant tout un chef-d’œuvre de résistance : une œuvre composée de fragments, car "on ne peut plus penser et écrire qu’en fragments, le monde d’hier ayant éclaté en mille morceaux."

 

 

 

Jackie Wang
Capitalisme carcéral
(
préface de Didier Fassin)
Éditions Divergences, 2019, 350 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

Jackie Wang examine les techniques d’incarcération contemporaines apparues dans les années 1990 aux Etats-Unis, illustrant divers aspects du continuum carcéral comme la biopolitique de la délinquance juvénile, la police prédatrice, la gouvernance cybernétique et le maintien de l’ordre algorithmique.

Pour Wang le capitalisme carcéral fait autant usage d’une violence directe - police et incarcération - qu’indirecte en s’appuyant notamment sur un système prédateur de prêts. Alors que ces techniques de gouvernance impliquent souvent l’emprisonnement physique et l’exécution par l’État des personnes racisées, ces nouveaux modes carcéraux se répandent "dehors", au sein de la société.

 

 

Audrey Benoit
Trouble dans la matière, Pour une épistémologie matérialiste du sexe
Éditions de la Sorbonne, coll. « Philosophie pratiques », 2019, 360 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

La différence sexuelle de l'homme et de la femme est-elle un simple fait physiologique, ou bien également un effet des normes sociales ? En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler soutient que la catégorie de « sexe » ne se contente pas de décrire une différence naturelle entre l’homme et la femme, mais contribue à la produire, par la répétition des normes du genre dans les discours et les pratiques sociales. Pour déconstruire ces catégories naturalisantes (« homme » et « femme »), Butler inscrit sa critique du sexisme dans une critique plus globale de l’hétérosexisme, c’est-à-dire de l’injonction sociale à l’hétérosexualité. Trouble dans la matière s’ouvre sur le contexte polémique de la réception de Judith Butler en France, dans les cercles où l’on reproche aux études de genre de semer le trouble dans la lutte des classes. En mettant au jour la dimension matérialiste de la thèse butlerienne de la construction discursive du sexe, l’ouvrage interroge en retour la fécondité de son analyse du pouvoir des mots pour la critique sociale d’inspiration marxiste. En explorant la postérité singulière de Marx, d’Althusser à Foucault, au prisme de l’épistémologie de Canguilhem, Audrey Benoit fait de la construction discursive du « sexe » le point de départ d’une réflexion générale sur la production de la réalité sociale par les discours qui prétendent la décrire. Elle propose ainsi des éléments pour une épistémologie matérialiste qui considère le pouvoir du discours de produire et de transformer la réalité sociale.

 

 

Joana Desplat-Roger, Jean-Baptiste Vuillerod et Lucie Wezel (dir.)
Adorno contre son temps
Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « La croisée des chemins », 2019, 284 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Une pensée nouvelle n’est pas là pour réjouir, elle est là pour déranger. Cela, Adorno le savait, lui qui, à l’été 1966, écrivait : « L’auteur s’attend aux résistances auxquelles la Dialectique négative s’expose. »

Par un paradoxe assumé, Adorno affirme que la philosophie fait preuve de sa plus grande actualité au moment même où elle est la plus intempestive, c’est-à-dire lorsqu’elle n’esquive pas le difficile combat promis à qui veut critiquer les positions établies. Issu d’un colloque tenu à Nanterre en mars 2017, l’ouvrage collectif Adorno contre son temps propose de revisiter l’œuvre du philosophe à la lumière de ce pas de côté qu’elle a toujours su faire pour échapper à la pensée dominante de son temps. Il s’agit par là de tracer une transversale à même de parcourir ses différents aspects, de la philosophie à l’esthétique, et de la sociologie à la politique. Un parcours qui revient aussi à interroger l’actualité de la pensée adornienne, car en tant que penseur contre son temps, il se pourrait qu’Adorno soit aussi un penseur pour notre temps, et que les combats d’hier fassent encore sens aujourd’hui.

Avec les contributions de Lucie Wezel, Alain Patrick Olivier, Claire Pagès, Aurélia Peyrical, Joana Desplat-Roger, Christophe David, Christian Béthune, Anne Boissière, Gilles Moutot, Jean-Baptiste Vuillerod, Agnès Grivaux, Robin Celikates, Emmanuel Renault, Olivier Voirol.

 



James C. Scott
La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne
Amsterdam, 2019, 432 p., 22 €

[présentation en ligne]



Reparution, avec une préface de Ludivine Bantigny.

À trop s’intéresser au discours public des dominants et des dominés, au détriment de leur discours « caché », par définition difficilement saisissable, on risque de ne pas même apercevoir la résistance effectivement opposée par les subalternes. Il y a là un véritable défi épistémologique pour les analystes du monde social et des situations de domination. Derrière le masque de la subordination et l’écran du consensus et de l’apparente harmonie sociale couve ce que James C. Scott nomme l’« infra-politique des subalternes » : la politique souterraine des dominés.

Dans toutes les situations de domination, même les plus extrêmes, ces derniers continuent, de façon dissimulée, à contester le discours et les pouvoirs dominants, à imaginer un ordre social différent. Fondé sur l’analyse de sociétés dans lesquelles il n’existe pas d’espace public où contester légitimement l’ordre existant, ce livre désormais classique offre des outils théoriques précieux pour celles et ceux qui cherchent à éclairer les formes subjectives de la vie sociale et les expériences de domination, d’exploitation et de répression.

 

 

David Graeber
Les Pirates des Lumières ou la véritable histoire de Libertalia
Libertalia, 2019, 240 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

De 1989 à 1991, David Graeber accomplit une étude de terrain ethnographique à Madagascar. Il en tira sa thèse de doctorat sur la magie, l’esclavage et la politique dans la Grande Île. Lors de ce séjour, il découvrit l’existence d’un groupe ethnique formé des descendants métissés des nombreux pirates qui s’y étaient installés au début du XVIIIe siècle : les Zana-Malata.

Il entreprit des recherches historiques sur cette population, ébaucha sur le sujet un essai. Ce n’est que dernièrement qu’il s’est décidé à finaliser cet écrit et à le faire éditer. Il y fait la lumière sur l’utopie pirate baptisée « Libertalia » par Daniel Defoe.

Décryptant la mythologie propre aux légendes pirates et comparant d’un œil critique les rares documents probants, l’auteur avance de très plausibles hypothèses sur l’impact qu’eurent les flibustiers et leurs descendants sur la culture et la politique malgache au siècle des Lumières – mais aussi sur l’influence qu’eurent les récits de pirates et les pratiques proto-démocratiques, voire libertaires, sur les penseurs desdites Lumières.

Il en résulte un récit lumineux et passionnant, doublé d’une réflexion stimulante sur la nature et les origines de l’idéologie marchande, du colonialisme et de l’européocentrisme.

 

 

Federico Tarragoni
L’esprit démocratique du populisme
La découverte, coll. « L’horizon des possibles », 2019, 372 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Et si la nature du populisme nous échappait encore ? L’actualité politique voit ce mot ressurgir régulièrement, mais, au-delà de sa charge polémique, que désigne-t-il exactement ? Depuis trente ans, les médias ressassent les mêmes poncifs : le populisme serait démagogique et autoritaire ; ni de droite ni de gauche, mais essentiellement xénophobe et nationaliste ; il menacerait nos démocraties, comme jadis le totalitarisme. Ce qu’il s’agit, au fond, de faire via cette instrumentalisation quotidienne, c’est de discréditer l’idée d’une démocratie alternative, hors des institutions établies, et de dénier au peuple une capacité propre à faire de la politique.

Il convient donc de reconstruire ce concept fourre-tout sur de nouvelles bases. De le débarrasser des jugements normatifs, de cartographier ses expériences historiques fondatrices et de le rapporter au contexte politique qui l’a vu émerger comme phénomène à part entière, l’Amérique latine. S’en dégage une découverte fondamentale : le populisme n’a rien à voir avec la démagogie, le nationalisme et le totalitarisme. C’est une idéologie, radicalement démocratique, de crise des démocraties représentatives libérales, qui possède ses propres logiques et contradictions internes.

L’enjeu de cette redéfinition est de taille : mieux comprendre les nouveaux conflits sociaux qui se saisissent de l’opposition peuple vs élite et sont en train de transformer profondément nos démocraties.

 

 

Christian de Montlibert
Résistances au néolibéralisme
éditions du Croquant, coll. « Dynamiques socio-économiques », 2019, 342 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Les dirigeants de l’économie capitaliste s’efforcent depuis quarante ans de saper les bases d’un système social de sécurité face aux aléas de l’existence.

Les luttes sociales ont permis de construire un ensemble de mesures dont une propriété collective pour faire face aux risques maladie et vieillesse, un droit au travail, mais aussi un droit du travail protecteur des salarié·e·s, des revenus assurés pour les plus démunis, une protection contre le licenciement et le chômage, une politique du logement, etc. Certes, le système était insuffisant, inégalitaire, mais il n’en a pas moins permis une amélioration des conditions d’existence. Tout ceci est mis à mal. Les salarié·e·s par leurs luttes ont enrayé le processus de destruction ; ils ont obligé les gouvernements à revenir sur des mesures prévues, ou, au moins, à composer. Pour en finir avec ces résistances et imposer enfin l’utopie néolibérale d’individus cherchant à maximiser leurs intérêts, celle d’une société, en somme, sans collectifs et sans solidarités, il reste aux dominants à modeler les consciences en transformant les systèmes éducatifs et si cela ne suffit pas à susciter la peur. C’est cela que ce livre décrit.

 

 

Hugo Harari-Karmadec
Le classement de Shanghai. L’université marchandisée
Le Bord de l’eau, coll. « L’économie encastrée », 2019, 168 p., 19,80 €

[présentation en ligne]



« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l'enseignement supérieur… » « Ce n'est pas aux étudiants d'évaluer les enseignants… », « Les universitaires n'aiment pas qu'on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l'Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités...) ? Une vielle habitude d'enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l'enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l'Université. Pour produire du capital humain et s'insérer dans l'économie de la connaissance, l'Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c'est parce qu'ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d'enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s'étend bien au-delà de l'Université, de l'hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l'arme de la quantification comme instrument d'émancipation.

 

 

Olivier Masclet, Séverine Misset, Tristan Poullaouec (dir.)
La France d’en bas ? Idées reçues sur les classes populaires
Le Cavalier bleu, 2019, 200 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

On entend souvent que la société française se serait « moyennisée », provoquant la disparition pure et simple des classes populaires qui, soit auraient accédé à la classe moyenne, soit auraient été rétrogradées parmi les « pauvres »…

Or, si les classes populaires ont effectivement changé depuis la désindustrialisation des années 1970, elles continuent bel et bien d’exister et les idées reçues à leur sujet ne manquent pas. Reléguées dans la France périphérique, les classes populaires se vautreraient dans la consommation de masse, s’abêtiraient devant la télé et le foot, seraient réac, sexistes, racistes, voteraient pour l’extrême droite et auraient pour rêve ultime l’achat de leur pavillon…

Cet ouvrage, écrit par les meilleurs chercheurs et chercheuses, dépasse ces clichés et dresse un portrait documenté de ces classes populaires qui subissent de plein fouet la montée des inégalités.

Ont contribué à cet ouvrage : Thomas Amossé, Anne-Marie Arborio, Christelle Avril, Stéphane Beaud, Marie Cartier, Violaine Girard, Anne Lambert, Marie-Hélène Lechien, Marie-Clémence Le Pape, Olivier Masclet, Gérard Mauger, Séverine Misset, Gilles Moreau, Dominique Pasquier, Camille Peugny, Tristan Poullaouec, Fanny Renard, Olivier Schwartz et Jean-Pierre Terrail.

 

 

Sophie Béroud, Élyane Bressol, Jérôme Pélisse et Michel Pigenet (dir.)
La CGT (1975-1995). Un syndicalisme à l’épreuve des crises,
éditions Arbre bleu, Coll. « Le corps social », 2019, 536 p., 27 €
[présentation en ligne]

 

 

Cet ouvrage vient à son heure, celle qu’autorise le recul du temps, sinon la résolution des problèmes posés au syndicalisme. La période 1975-1995, difficile pour le mouvement syndical français, fut catastrophique pour la CGT. L’histoire de la Confédération ne manque pas d’épisodes douloureux, voire tragiques. Jamais les revers et les reculs ne s’étaient toutefois prolongés aussi longtemps.

Fruit de la coopération de spécialistes reconnus et de jeunes chercheurs – historiens, sociologues, politistes – ainsi que de syndicalistes, l’ouvrage interroge la manière dont la CGT a traversé ces deux décennies. Au fil des chapitres, la quarantaine d’auteurs réunis offre une exploration inédite de l’organisation et de ses militants, observés du Bureau confédéral aux échelons les plus élémentaires et dans les contextes les plus variés.

 

 

 

 

Marie-Hélène Dumas
Sylvia Pankhurst. Féministe, anticolonialiste, révolutionnaire
Libertalia, 2019, 216 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Artiste, journaliste, féministe, communiste de gauche, anticolonialiste et antifasciste, Sylvia Pankhurst (1882-1960) a œuvré toute sa vie en faveur de l’émancipation.

Figure du mouvement des suffragettes avec sa mère Emmeline et sa sœur Christabel, elle affronte de nombreux séjours en prison. En 1914, elle délaisse les salons progressistes pour les rues misérables d’East London. Elle dirige alors le plus important journal antiguerre d’Angleterre, transforme des pubs en crèches, crée des restaurants à prix coûtant et des cliniques pédiatriques. Camarade d’Emma Goldman, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, Alexandra Kollontaï et Angelica Balabanova, militante de la IIIe Internationale, elle contribue à la fondation du Parti communiste britannique avant d’en être exclue parce qu’elle refuse de suivre la ligne. Elle se consacre ensuite à la lutte contre la montée du fascisme et soutient le peuple éthiopien face à Mussolini.

En reliant l’émancipation des femmes à celle des classes laborieuses et des peuples colonisés, Sylvia Pankhurst annonce la pensée intersectionnelle d’aujourd’hui.

Première biographie en français.

 

 

Lucien Descaves
Philémon, Vieux de la Vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour
La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 348 p., 22 €

[présentation en ligne]



Publié pour la première fois en 1913, Philémon, Vieux de la Vieille est un livre aussi insolite que précieux. Et résolument hybride, conformément à la volonté de son auteur, Lucien Descaves. Se parant d’atours romanesques, Philémon se révèle en effet un authentique livre d’histoire, dans l’acception la plus exigeante du terme. Durant une décennie, Descaves a minutieusement compulsé les documents de toutes natures (archives, manuscrits, correspondances, journaux) mais, surtout, interrogé patiemment les survivants de la Commune, préférant à la froideur du papier la chaleur du témoignage oral.

Sensible et loyal, Descaves a tenu à rendre hommage à ces hommes et femmes qui ont vu et fait la dernière des révolutions françaises et dans l’intimité desquels il a vécu. Il en résulte une œuvre vivante sur leurs années d’exil et leur difficile retour, où percent la tendresse et l’affection de l’auteur, où affleure en maints endroits une émotion à la fois sobre et juste. Nul mieux que lui n’a su restituer plus fidèlement ce que fut un communard, figure éminemment attachante et bien différente de la caricature anachronique peuplant notre imaginaire collectif.

Rares sont les ouvrages qui allient l’exactitude historique à l’agrément que procure la lecture d’un bon roman. Assurément, Philémon est de ceux-là.

 

 

Harry T. Dickinson et Pascal Dupuy
Le Temps des cannibales. La Révolution française vue des îles britanniques
Vendémiaire, 2019, 468 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Sans-culottes assoiffés de sang, jacobins sans foi ni loi, scènes de violences paroxystiques, mais aussi exigences de réformes radicales, engouement pour les droits de l’homme et désir d’égalité : dès 1789, en Grande-Bretagne, les événements révolutionnaires fascinent. Cet attrait, qui se transforme pour beaucoup en une répulsion absolue, va se traduire par des débats aussi bien politiques que philosophiques autour des idéaux venus de France. Une avalanche de caricatures et de pamphlets en offre un témoignage enflammé, de même que toute une culture de l’image et de l’écrit, qui, de Dickens à aujourd’hui, irriguera une représentation sombre et dramatique de cette période charnière de notre histoire.

L’influence de la Révolution outre-Manche ne s’est pourtant pas arrêtée aux polémiques et à la contemplation. Sur tout le territoire du royaume, mais surtout en Écosse et en Irlande, les événements de France ont déclenché des réactions profondes, menant parfois les opposants à la couronne d’Angleterre au bord de l’insurrection, voire de la sécession. En réalité, 1789 a bouleversé l’ensemble de la société britannique, l’obligeant à se positionner, de manière radicale et identitaire, vis-à-vis d’un voisin qu’elle avait appris, depuis un siècle, à admirer autant qu’à redouter.

 

 

Claire Auzias (dir.)
Un Paris révolutionnaire. Émeutes, subversions, colères
Les Éditions libertaires, 2019, 416 p., ill., 35 €

[présentation en ligne]

 

Paris ce n'est pas que la Tour Eiffel ou le musée du Louvre. C'est aussi le peuple de Paris qui s'est maintes fois révolté contre la tyrannie du moment. C'est une pépinière de révoltés et de révolutionnaires en tout genre. Des célèbres comme des peu connus.

Ce livre est une sorte de guide touristique de l’insurrection, magnifiquement illustré, revisitant tous les arrondissements de Paris à l'aune de ces révoltes et de ces révolutionnaires. Pour connaître le vrai Paris, celui du peuple, ce livre est un outil essentiel.

 

 

 

 

 

 

 


Revue Savoir/Agir
n° 48 « Les classes sociales en question (1) »
n° 49 « Les classes sociales en question (2) »
éditions du Croquant, 10 €

[présentation en ligne : n°48 et n°49]

Marx et ses héritiers avaient fixé les traits distinctifs d’une approche « classiste » de la société : effort pour appréhender la société de manière globale, rôle primordial accordé aux critères économiques, conception hiérarchique, relationnelle et antagonique des classes.

Assimilée et retravaillée, cette approche a nourri la sociologie, en dehors même de la tradition marxiste, et fortement imprégné les discours sur le monde social jusque dans les années 1970. Si, pour de multiples raisons, le concept de classe sociale a ensuite perdu sa centralité, les approches en termes de classes semblent aujourd’hui retrouver droit de cité.

C’est à ce « retour des classes sociales » dans le discours sociologique que ce numéro aimerait contribuer en proposant un ensemble de contributions mobilisant ou discutant l’outil « classe » et l’approche « classiste ».

 

 

La nation chez Gramsci

par Nathan Sperber

Lundi 2 décembre à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

Résultat de recherche d'images pour "carta risorgimento""

Cette séance abordera la place accordée à la nation dans la pensée de Gramsci. Dans un premier temps, l’action politique de Gramsci avant son emprisonnement sera évoquée, faisant voir la réflexion qu’elle entraîne chez lui sur les rapports à nouer entre échelles régionale, nationale et internationale dans le cadre de la stratégie révolutionnaire. Certains aspects du traitement réservé à la nation dans les Cahiers de Prison seront ensuite examinés, allant du concept de « national-populaire » à la dimension nationale sous-jacente à la guerre de position et à la formation de l’hégémonie. Le rapport de Gramsci à la nation sera ensuite brièvement mis en regard de celui entretenu par d’autres penseurs et courants dans le marxisme du XXe siècle. Enfin, l’actualité de la perspective gramscienne sur la nation sera interrogée, en particulier au vu de l’écho dont Gramsci semble bénéficier aujourd’hui au sein de nouveaux mouvements politiques contestataires non-marxistes ayant en commun de vouloir infléchir le sens donné à la nation, tels que Podemos ou La France insoumise.

Indications bibliographiques

  • Antonio Gramsci, Cahiers de Prison, cinq volumes, Gallimard, Paris, 1978-1996
  • Antonio Grasmci, « Quelques thèmes de la question méridionale », in Ecrits politiqes III, 1923-1926, Gallimard, Paris, 1980
  • Romain Descendre, « Le concept de ‘national-populaire' », Chroniques italiennes, 2018
  • Fabio Frosini, « Nation-peuple et nation-rhétorique, les dilemmes du fascisme et la question de la démocratie dans les Cahiers de Prison d’Antonio Gramsci », in Marie-Claire Caloz-Tschopp et al. (dir.), Rosa Luxemburg, Antonio Gramsci actuels, Kimé, Paris, 2018.

Travail salarié et capital

par Loïc Bonin et Ulysse Lojkine
lundi 25 novembre 2019
à 18h30, salle Celan, 45 rue d’Ulm

 

Résultat de recherche d'images pour "class struggle""

Dans le cadre de notre cycle de lecture des œuvres de Marx écrites entre 1847 et 1849, nous présenterons cette semaine ‘Travail salarié et capital’. Brochure publiée en 1849 à partir de conférences prononcées à Bruxelles en 1847, il s’agit d’un des premiers textes d’économie politique de Marx. Il y est encore à la recherche de certains concepts, mais a déjà mis le doigt sur son objet, la dynamique interne du rapport entre capital et travail.

Nous présenterons d’abord le texte section par section. Puis nous reviendrons, à la lumière des données historiques, sur les thèses défendues dans les deux dernières sections concernant la baisse de la part des salaires, et leur actualité.

Le texte est disponible en ligne ici : https://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/12/km18471230.htm

Retour au programme du séminaire par ici

SÉANCE 1 : Critique de la critique littéraire

Séance du vendredi 18 octobre 2019, 14H-17H

ENS, salle Conférence, 46 rue d’Ulm, rez-de-chaussée à gauche

Lucile Dumont (CESSP, EHESS), « Sous la théorie, la critique ? Situation de la critique littéraire de la Libération à la fin des années 1950 »
L’émergence des approches théoriques de la littérature en France au tournant des années 1960 est souvent envisagée comme une rupture totale avec les approches de la littérature précédentes. Pourtant, on repère aisément des formes de continuité dans certaines méthodes d’analyse, et les promoteurs des approches théoriques se revendiquent eux-mêmes de certains de leurs prédécesseurs. Mais au-delà de ces généalogies intellectuelles, il est également important de comprendre quelles étaient les conditions sociales de possibilité pour l’émergence des approches théoriques : que signifie être un critique à la fin des années 1940 et au début des années 1950 ? Quelles sont alors les carrières et les trajectoires sociales typiques des critiques littéraires ? Quels sont les courants dominants dans le paysage des revues littéraires de l’époque ? Quid de la critique journalistique ? Autant de questions auxquelles cette présentation apportera des éléments de réponse pour mieux situer la théorie dans l’histoire de la critique.


Alice de Charentenay (Paris 1/CERCLL, Université d’Amiens), « Qu’est-ce que la sociocritique ? »
Le structuralisme, puis la sociologie de la littérature, la sociocritique ou l’analyse de discours se sont tour à tour revendiqués d’une approche politique et matérialiste des textes, de manière complémentaire ou concurrente. Afin de nous y retrouver dans ces différents courants, nous proposerons une rapide doxographie de ces différentes écoles, en nous demandant notamment quelles véritables frontières théoriques les séparent, et en faisant la part du contexte universitaire et des effets de distinctions qui ont pu contribuer à la multiplication de ces étiquettes.

Exemplier


Anaïs Goudmand (Université de Lausanne), « Un miroir tendu au critique : compte-rendu de Poétique de la critique littéraire de Florian Pennanech »
Florian Pennanech, dans Poétique de la critique littéraire. De la critique comme littérature, dernier né de la collection « Poétique » aux Éditions du Seuil (mai 2019), se propose de dresser l’éventail des opérations formelles déployées par les auteur.rice.s de critique littéraire. Ce projet s’avère aussi ambitieux que vertigineux puisqu’il offre un dispositif réflexif, englobant aussi bien les pratiques des auteur.rice.s historiques, depuis les commentateurs d’Homère jusqu’aux universitaires contemporains, que ses propres pratiques et, en miroir, celles de ses lecteur.rice.s, dont on peut raisonnablement supposer que la plupart se rattachent également de près ou de loin à la catégorie « critique littéraire ». Je me propose d’en faire la critique – ou, plus précisément, la « métamétamétacritque », m’interrogeant sur les apports (et éventuellement sur les limites) d’une perspective résolument théoricienne, anhistorique et totalisante.

Lundi 9 janvier 2017

Marx et les utopistes : Robert Owen (1771-1858)

 (Marion Leclair)

Robert Owen (1771-1858) est, avec Fourier et Saint-Simon, un des trois grands utopistes que Marx et Engels, tout en reconnaissant leur rôle de précurseurs, opposent au socialisme scientifique ; et c’est encore principalement comme socialiste utopique qu’Owen reste connu aujourd’hui. Pourtant, comme réformateur social converti par la pratique à l’anti-capitalisme militant, puis comme chef-de-file réticent du mouvement coopératif et d’un « Grand syndicat national unifié », ou comme champion de l’éducation « rationnelle » à travers un réseau de « maisons de la science », Owen a aussi contribué au développement d’institutions très concrètes à travers lesquelles, en grande partie malgré lui, la classe ouvrière anglaise a pu se doter de structures et d’une culture propres. Il constitue à ce titre, pour l’historien marxiste E. P. Thompson, un jalon essentiel dans la formation de celle-ci, alors même qu’Owen incarne aussi, par son refus de la lutte des classes, ses efforts en termes de législation sociale et sa défense des coopératives, un socialisme plus modéré dont se sont revendiqués la société Fabienne au début du vingtième siècle et, plus récemment, le New Labour de Tony Blair. L’exposé retracera dans ses grandes lignes vie d’Owen et la constitution progressive de ses théories économiques, avant de présenter les principales critiques que lui adressèrent Marx et Engels puis de tenter de montrer l’influence durable et paradoxale qu’il a exercée sur le socialisme britannique.

Bibliographie indicative:

Owen, Robert. A New View of Society (1813-1816)

(Trad. française Nouvelle Vision de la Société, 2012, Atelier Création Libertaire)

—. Report to the County of New Lanark (1820)

Engels, Friedrich. Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880)

Thompson, Edward Palmer. La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963)

Claeys, Gregory. Citizens and saints: Politics and anti-politics in early British socialism (1989)

Dupuis, Serge. Robert Owen: socialiste utopique (1991)

Siméon, Ophélie. « Robert Owen, père du socialisme britannique ? », La vie des idées (2012).

http://www.laviedesidees.fr/Robert-Owen-pere-du-socialisme.html

—. « Entre utopie et père du socialisme : réception de Robert Owen en Grande-Bretagne », Lien social et Politiques 72 (2014).

https://www.erudit.org/revue/lsp/2014/v/n72/1027204ar.pdf

Lundi 5 décembre 2016

Ellen Meiksins Wood

 

woo

Cette séance sera pour le séminaire l’occasion de rendre hommage à une grande figure marxiste du monde anglo-saxon, Ellen Meiksins Wood (1942 -2016), en contribuant à faire connaître ses travaux – dont certains ont fait l’objet de traductions françaises – dans le monde francophone et notamment français.

Représentante, avec R. Brenner par exemple, du « marxisme politique », E. Meiksins Wood a cherché dans ses travaux à poursuivre la perspective marxiste d’une compréhension des dynamiques sociales en termes de classes, insistant sur la dimension heuristique du terme. On cherchera au cours de cette séance à présenter trois volets de l’œuvre de E. Meiksins Wood, tous trois témoignant d’une fidélité réelle aux principes marxistes mais également d’une volonté de les mettre au travail: Y. Douet exposera brièvement les grands traits du « marxisme politique » et leur traduction par E. Meiksins Wood dans ses travaux visant à la compréhension des trajectoires historiques du capitalisme; G. Fondu se penchera sur les livres et articles d’histoire des idées politiques, lesquels se proposent d’écrire une histoire marxiste, et donc contextuelle, de la philosophie politique tout en échappant à l’écueil du réductionnisme; enfin, A. Podvrsic et J.S. Carbonell resitueront l’usage par E. Meiksins Wood du concept de « classe » dans le domaine politique, alors marqué dans le monde anglo-saxon par lescontroverses avec le post-marxisme et le post-modernisme.

La séance aura lieu de 18H à 20H, en salle 235A (29 rue d’Ulm, 2e étage). Elle est ouverte à toutes et à tous.