Tous les articles par adlc

SÉANCE 1 : Critique de la critique littéraire

Séance du vendredi 18 octobre 2019, 14H-17H

ENS, salle Conférence, 46 rue d’Ulm, rez-de-chaussée à gauche

Lucile Dumont (CESSP, EHESS), « Sous la théorie, la critique ? Situation de la critique littéraire de la Libération à la fin des années 1950 »
L’émergence des approches théoriques de la littérature en France au tournant des années 1960 est souvent envisagée comme une rupture totale avec les approches de la littérature précédentes. Pourtant, on repère aisément des formes de continuité dans certaines méthodes d’analyse, et les promoteurs des approches théoriques se revendiquent eux-mêmes de certains de leurs prédécesseurs. Mais au-delà de ces généalogies intellectuelles, il est également important de comprendre quelles étaient les conditions sociales de possibilité pour l’émergence des approches théoriques : que signifie être un critique à la fin des années 1940 et au début des années 1950 ? Quelles sont alors les carrières et les trajectoires sociales typiques des critiques littéraires ? Quels sont les courants dominants dans le paysage des revues littéraires de l’époque ? Quid de la critique journalistique ? Autant de questions auxquelles cette présentation apportera des éléments de réponse pour mieux situer la théorie dans l’histoire de la critique.


Alice de Charentenay (Paris 1/CERCLL, Université d’Amiens), « Qu’est-ce que la sociocritique ? »
Le structuralisme, puis la sociologie de la littérature, la sociocritique ou l’analyse de discours se sont tour à tour revendiqués d’une approche politique et matérialiste des textes, de manière complémentaire ou concurrente. Afin de nous y retrouver dans ces différents courants, nous proposerons une rapide doxographie de ces différentes écoles, en nous demandant notamment quelles véritables frontières théoriques les séparent, et en faisant la part du contexte universitaire et des effets de distinctions qui ont pu contribuer à la multiplication de ces étiquettes.


Anaïs Goudmand (Université de Lausanne), « Un miroir tendu au critique : compte-rendu de Poétique de la critique littéraire de Florian Pennanech »
Florian Pennanech, dans Poétique de la critique littéraire. De la critique comme littérature, dernier né de la collection “Poétique” aux Éditions du Seuil (mai 2019), se propose de dresser l’éventail des opérations formelles déployées par les auteur.rice.s de critique littéraire. Ce projet s’avère aussi ambitieux que vertigineux puisqu’il offre un dispositif réflexif, englobant aussi bien les pratiques des auteur.rice.s historiques, depuis les commentateurs d’Homère jusqu’aux universitaires contemporains, que ses propres pratiques et, en miroir, celles de ses lecteur.rice.s, dont on peut raisonnablement supposer que la plupart se rattachent également de près ou de loin à la catégorie “critique littéraire”. Je me propose d’en faire la critique – ou, plus précisément, la “métamétamétacritque”, m’interrogeant sur les apports (et éventuellement sur les limites) d’une perspective résolument théoricienne, anhistorique et totalisante.

Lundi 9 janvier 2017

Marx et les utopistes : Robert Owen (1771-1858)

 (Marion Leclair)

Robert Owen (1771-1858) est, avec Fourier et Saint-Simon, un des trois grands utopistes que Marx et Engels, tout en reconnaissant leur rôle de précurseurs, opposent au socialisme scientifique ; et c’est encore principalement comme socialiste utopique qu’Owen reste connu aujourd’hui. Pourtant, comme réformateur social converti par la pratique à l’anti-capitalisme militant, puis comme chef-de-file réticent du mouvement coopératif et d’un “Grand syndicat national unifié”, ou comme champion de l’éducation “rationnelle” à travers un réseau de “maisons de la science”, Owen a aussi contribué au développement d’institutions très concrètes à travers lesquelles, en grande partie malgré lui, la classe ouvrière anglaise a pu se doter de structures et d’une culture propres. Il constitue à ce titre, pour l’historien marxiste E. P. Thompson, un jalon essentiel dans la formation de celle-ci, alors même qu’Owen incarne aussi, par son refus de la lutte des classes, ses efforts en termes de législation sociale et sa défense des coopératives, un socialisme plus modéré dont se sont revendiqués la société Fabienne au début du vingtième siècle et, plus récemment, le New Labour de Tony Blair. L’exposé retracera dans ses grandes lignes vie d’Owen et la constitution progressive de ses théories économiques, avant de présenter les principales critiques que lui adressèrent Marx et Engels puis de tenter de montrer l’influence durable et paradoxale qu’il a exercée sur le socialisme britannique.

Bibliographie indicative:

Owen, Robert. A New View of Society (1813-1816)

(Trad. française Nouvelle Vision de la Société, 2012, Atelier Création Libertaire)

—. Report to the County of New Lanark (1820)

Engels, Friedrich. Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880)

Thompson, Edward Palmer. La Formation de la classe ouvrière anglaise (1963)

Claeys, Gregory. Citizens and saints: Politics and anti-politics in early British socialism (1989)

Dupuis, Serge. Robert Owen: socialiste utopique (1991)

Siméon, Ophélie. « Robert Owen, père du socialisme britannique ? », La vie des idées (2012).

http://www.laviedesidees.fr/Robert-Owen-pere-du-socialisme.html

—. « Entre utopie et père du socialisme : réception de Robert Owen en Grande-Bretagne », Lien social et Politiques 72 (2014).

https://www.erudit.org/revue/lsp/2014/v/n72/1027204ar.pdf

Lundi 5 décembre 2016

Ellen Meiksins Wood

 

woo

Cette séance sera pour le séminaire l’occasion de rendre hommage à une grande figure marxiste du monde anglo-saxon, Ellen Meiksins Wood (1942 -2016), en contribuant à faire connaître ses travaux – dont certains ont fait l’objet de traductions françaises – dans le monde francophone et notamment français.

Représentante, avec R. Brenner par exemple, du “marxisme politique”, E. Meiksins Wood a cherché dans ses travaux à poursuivre la perspective marxiste d’une compréhension des dynamiques sociales en termes de classes, insistant sur la dimension heuristique du terme. On cherchera au cours de cette séance à présenter trois volets de l’œuvre de E. Meiksins Wood, tous trois témoignant d’une fidélité réelle aux principes marxistes mais également d’une volonté de les mettre au travail: Y. Douet exposera brièvement les grands traits du “marxisme politique” et leur traduction par E. Meiksins Wood dans ses travaux visant à la compréhension des trajectoires historiques du capitalisme; G. Fondu se penchera sur les livres et articles d’histoire des idées politiques, lesquels se proposent d’écrire une histoire marxiste, et donc contextuelle, de la philosophie politique tout en échappant à l’écueil du réductionnisme; enfin, A. Podvrsic et J.S. Carbonell resitueront l’usage par E. Meiksins Wood du concept de “classe” dans le domaine politique, alors marqué dans le monde anglo-saxon par lescontroverses avec le post-marxisme et le post-modernisme.

La séance aura lieu de 18H à 20H, en salle 235A (29 rue d’Ulm, 2e étage). Elle est ouverte à toutes et à tous.