Tous les articles par adlc

Veille bibliographique #20 (Février-Mars 2020)

Voici quelques parutions récentes, de la deuxième moitié du mois de février et quelques-unes du début du mois de mars 2020.

 

Georg Lukács
Tolstoï
Les Éditions Critiques, 2020, 168 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Dans cet essai, publié en 1944 et traduit pour la première fois en français, Georg Lukács prolonge et approfondit ses réflexions sur le réalisme à travers l’œuvre littéraire de Léon Tolstoï.
Quelle place occupe Tolstoï au sein de la littérature mondiale ? Comment expliquer la portée universelle de ses personnages, figures dont nous nous sentons toujours si proches ? D’où vient le souffle épique de ses romans qui des champs de batailles napoléoniens aux salons de l’aristocratie russe de la fin du XIXe siècle nous plonge au cœur d’une société en plein bouleversement ?
À l’encontre des interprétations réactionnaires mais aussi progressistes Lukács démontre que Tolstoï est avant tout l’écrivain qui sut le mieux saisir les profondes contradictions qui tiraillaient la société russe de son temps et par là annonçait les révolutions du début du XXe siècle.

 

 

Slavoj Žižek
La révolution aux portes. Sur Lénine
Le Temps des cerises, 2020, 441 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

L'idée d'une réapparition de Lénine sur la scène intellectuelle et politique est de nature à provoquer un bruyant éclat de rire sarcastique. Marx, ça va... mais Lénine ? N'est-il pas responsable de la grande catastrophe qui a marqué le XXe siècle, s'interrogeront beaucoup ? Dans La Révolution aux portes, Slavoj Žižek situe les écrits de 1917 dans leur contexte historique, et son grand texte de postface s'attaque aux questions clefs pour lesquelles Lénine pourrait être revisité, dans notre ère de "capitalisme culturel".
Žižek est convaincu, quel que soit le sujet, - qu'il s'agisse de la crise annoncée du capitalisme, de la possibilité d'une violence rédemptrice ou de la fausseté de la tolérance libérale - que le temps de Lénine est revenu.

 

 

Daniel Bensaïd
Fragments radiophoniques
Éditions du Croquant, 2020, 204 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Au départ il s’agit d’un projet, diffusé sur la radio Fréquence Paris Plurielle (106,3 FM). Au cours de deux séances d’enregistrement en 2007 et 2008, Daniel Bensaïd se prête à un exercice radiophonique. Autour de 12 dates, souvent associées à des figures marquantes du mouvement ouvrier, il donne à entendre sa vision des évènements : Révolution d’octobre, guerre d’Espagne, assassinat de Lumumba, Chili 73... chute du mur de Berlin.
Ces 12 dates retracent un « court vingtième siècle », avec des choix nécessairement partiels et partiaux. On entend, ou plutôt on lit, certaines des principales analyses qui structurent la pensée de Daniel Bensaïd, mais aussi celle d’une partie de la gauche radicale en ce tout début de 21e siècle.
Exercice passionnant, Daniel Bensaïd y déploie un récit foisonnant de références et d’expériences personnelles. Lui, à qui « l’histoire a mordu la nuque » reste capable de nous embarquer avec autant d’érudition que de chaleur dans l’histoire et ses bifurcations pour penser la suite : « on entre dans une nouvelle étape, mais dans cette nouvelle étape, selon une formule qui m’est chère, on recommence par le milieu, on ne recommence pas à zéro ».
Pour poursuivre l’aventure, 10 ans après la disparition du militant philosophe, nous avons demandé à certains amis de réagir à ces enregistrements : entre héritage, dette intellectuelle et politique ils et elles nous disent comment continuer à penser nos luttes pour l’émancipation dans un monde qui a définitivement basculé dans un autre siècle.

 

 

Agustín García Calvo
Histoire contre tradition. Tradition contre Histoire
trad. par Manuel Martinez, La Tempête, 2020, 105 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

Dans cet essai d’une logique rigoureuse, Agustín García Calvo analyse le phénomène d’écrasement des traditions autonomes et collectives qu’opère le mouvement de l’histoire dans ses phases successives. La tradition s’incarne sous la forme d’une mémoire intuitive, pratique et créative, tandis que l’Histoire enracine son avancée par un mouvement d’abstraction de la vie. Le lecteur est ainsi convié à percevoir sensiblement, jusqu’en lui-même, la lutte dialectique entre la dynamique historique de destruction et les élans immémoriaux de vie et de résistance qui demeurent malgré tout.
Conjuguant pensée et poésie, cet ouvrage fait émerger une définition de la tradition dégagée de tout relent nationaliste et faisant écho aux luttes sociales et politiques actuelles.

 



Ivan Segré
L’Occident, les indigènes et nous
Amsterdam, 2020, 574 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

À partir des années 1980, l’idée s’est peu à peu imposée : le clivage politique fondamental ne serait pas de nature idéologique – opposant le capitalisme au socialisme – mais civilisationnel. Cette conception, formulée notamment par Samuel Huntington, divise le champ politique entre d’un côté les tenants d’une vision sécularisée des rapports entre les hommes et les sociétés – « l’Occident » –, et de l’autre les défenseurs d’une conception religieuse ou « indigène ». Or de manière paradoxale, elle semble également s’être imposée au sein de courants intellectuels et politiques qui, considérant que l’accroissement de la domination de l’homme sur la nature est indissociable de celle de l’homme sur l’homme, érigent la pratique indigène en figure principale de l’opposition à la logique du capitalisme.
Mais la perpétuation de la guerre et de la servitude dans l’histoire de l’humanité procède-t-elle vraiment de la diffusion des appareils conceptuels produits par l’Occident ?
Étudiant les déterminants des trois mouvements historiques que sont le développement du capitalisme, la colonisation des Amériques et la traite atlantique, Ivan Segré montre qu’il n’en est rien, et que seul le recours à des facteurs d’un autre ordre – les comportements économiques prédateurs et la xénophobie – rend intelligible le cours de l’histoire.

 

 

François Gèze, Omar Benderra, Rafik Lebdjaoui, Salima Mellah (dir.)
Hirak en Algérie. L’invention d’un soulèvement
La Fabrique, 2020, 304 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

À partir du 22 février 2019, des millions d’Algériens ont occupé des mois durant, chaque vendredi, les villes du pays pour réclamer le départ du régime. Ce hirak (mouvement) est sans précédent historique : on n’a jamais vu la majorité de la population d’un pays manifester ainsi pacifiquement pendant des mois pour exiger une authentique démocratie.
Réunissant des contributions de journalistes et professionnels algériens ayant participé au mouvement, ainsi que celles de spécialistes du pays, algériens et français, ce livre rend compte de cette extraordinaire ébullition. Il montre en quoi les mots d’ordre du hirak ont révélé la remarquable lucidité du peuple : ils disent comment le régime est dirigé par une coupole mafieuse, réunissant autour du partage des circuits de corruption les chefs de l’armée et de la police politique, cachés derrière une façade politique civile sans aucune autonomie.
Après avoir rappelé les raisons profondes du soulèvement, les auteurs restituent ses multiples facettes, l’inventivité et l’humour des manifestants et manifestantes, la place essentielle des jeunes et des femmes ou la revendication centrale de parachever la libération nationale de 1962. Sans négliger le rôle de la presse et des réseaux sociaux, ni les réactions à la répression policière. Analysant enfin les effets du hirak au sein du pouvoir, ainsi que les réactions des grandes puissances, cet ouvrage apporte des clés essentielles pour comprendre l’un des plus puissants mouvements sociaux de l’histoire moderne.
Avec les contributions de Zineb Azouz, Houari Barti, Abdelghani Badi, Omar Benderra, Amine Bendjoudi, Hocine Dziri, José Garçon, François Gèze, Hadj Ghermoul, Rafik Lebdjaoui, Hocine Malti, Hassina Mechaï, Mohamed Mehdi, Salima Mellah, Ahmed Selmane, Habib Souaïdia.

 

 

Alain Bertho
Time over ? Le temps des soulèvements
Éditions du Croquant, 2020, 160 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

La catastrophe climatique a commencé. Ce désastre annoncé s’accompagne aujourd’hui d’un véritable effondrement politique de notre monde. Tout concourt à la course à l’abîme de l’Humanité : la folie aveugle des pouvoirs et de la finance, l’institutionnalisation de la corruption, l’explosion des inégalités et l’extrême brutalité des relations sociales, la désagrégation des États dans l’extension de la guerre et la destruction de la planète.
La logique prédatrice d’un capitalisme financier et numérisé emporte les États eux-mêmes. Les espoirs révolutionnaires du siècle dernier ont fait naufrage. La démocratie représentative est à la dérive. Grande est alors la tentation du sauve-qui-peut généralisé, qu’il soit individuel ou collectif, du populisme et de l’apartheid climatique. Chacun sait qu’il y a urgence.
Nous n’avons plus le temps d’attendre des décisions qu’aucun gouvernement ne prendra, plus le temps de construire patiemment des stratégies électorales sur des échéances pluriannuelles. L’enjeu d‘aujourd’hui n’est pas de sauver coûte que coûte la démocratie représentative mais de faire face ensemble, en commun, à l’apocalypse qui vient.
Cette urgence vitale est le moteur des soulèvements contemporains :  en 2019 en France avec les Gilets jaunes, au Chili, en Irak, au Liban, à Hong Kong, en Algérie, en Iran, en Équateur, au Pérou… Une autre fin du Monde est peut-être possible, celle d’une intervention directe des peuples dans les affaires du Monde et d’une démocratie radicale à la hauteur des défis de l’époque que nous vivons.

 

 

Jean-Louis Laville et Michèle Riot-Sarcey
Le réveil de l’utopie
Les Éditions de l’Atelier, 2020, 144 p., 13,90 €

[présentation en ligne]



Algérie, Soudan, Irak, Chili, Iran, Colombie, Liban, Hong Kong, France… Sous le ciel menaçant du dérèglement climatique, un vent de protestation s’est levé en divers endroits de la planète. Il a soulevé, sans parvenir à le déchirer, le voile de l’illusion du meilleur des mondes régi par le marché et habillé par une démocratie vidée de son sens. Une partie des habitants du globe s’est dressée contre la violence des pouvoirs et l’omnipotence de l’argent.
L’aspiration à l’émancipation renaît. Plutôt que d’apparaître comme un ailleurs inaccessible retiré dans le jardin des rêves, l’utopie a retrouvé la vigueur qui avait conduit les insurgé.es du XIXe siècle à s’en emparer pour se libérer de leurs chaînes.
Ce livre plaide pour que chacun.e d’entre nous se mette à l’écoute des pratiques émancipatrices qui, du Chiapas à Notre-Dame-des-Landes, des collectifs de Gilets jaunes aux places d’Alger et de Santiago, en passant par les associations et les lieux du travail, dessinent, dès aujourd’hui, le visage d’une démocratie réelle et toujours inachevée.

 

 

Jules Falquet
Imbrication. Femmes, races et classe dans les mouvements sociaux
Éditions du Croquant, 2020, 304 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Face à l’urgence actuelle de changer ce monde, comment lutter et avec qui ? Peut-on se battre comme femme sans trahir sa culture ? Comment s’organiser simultanément en tant que Noir·e et prolétaire ? Doit-on vraiment dénoncer à la fois le racisme, le capitalisme et le patriarcat ? Et surtout, quelles solidarités, quelles alliances construire, autour de quels projets ?
Imbrication décortique la complexité des identités, des loyautés et des intérêts de chacun-e dans les mouvements sociaux. L’ouvrage présente l’histoire de luttes guerrillères (Salvador), Indiennes-paysannes (mouvement zapatiste au Mexique) ou Noires (Brésil, République Dominicaine, USA), ainsi que les mouvements de femmes, féministes et lesbiens du continent.
Les femmes des Amériques et des Caraïbes nous tendent un miroir exceptionnel pour mieux comprendre « l’intersectionnalité » à un moment de foisonnement des luttes, parfois déroutant.
Partant du quotidien des mouvements pour parvenir à une véritable « science des opprimé·e·s », ce livre s’adresse aussi bien au public curieux qu’aux activistes et au monde de la recherche.

 



Matthieu Niango
Les gilets jaunes dans l’histoire
éditions Kimé, 2020, 104 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

 

Les gilets jaunes dans l’histoire défend une thèse radicale à propos d’un mouvement qui aura secoué la France et le monde pendant de longs mois : loin d’être une énième révolte du pouvoir d’achat, le soulèvement des gilets jaunes est la manifestation d’une crise politique planétaire, celle de la démocratie représentative. Les protagonistes de ce mouvement sans chef ont d’ailleurs conscience d’être au cœur d’un processus universel visant à faire passer l’humanité à une autre étape de son histoire : la démocratie plus directe, où les représentants céderaient toujours plus de pouvoir aux citoyennes et citoyens. Renouant avec la philosophie de l’histoire pratiquée par Kant, Hegel ou Marx, Les gilets jaunes dans l’histoire possède également une dimension militante : comment concrétiser l’aspiration de millions de femmes et d’hommes exaspérés par la confiscation du pouvoir par une minorité faisant voter des lois pour elle seule, et usant, de plus en plus ouvertement, de la force pour les faire respecter ? Comment mettre en accord la démocratie avec sa définition même : le pouvoir du peuple, pour le peuple, par le peuple, et ainsi nous rendre plus libres ? En faisant du mouvement des gilets jaunes le symptôme d’une crise politique et philosophique profonde, cet essai ambitieux adresse un message d’espoir à celles et ceux qui osent encore, avec raison, croire en l’avenir : prenons collectivement possession des moyens de la décision !

 

 

Christian Chavagneux
Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes
La Découverte, 2020, 300 p., 11,50 €

[présentation en ligne]

 

 

La finance a pris une place démesurée dans nos économies, et ses dérapages pèsent lourdement sur le bien-être des populations. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir sur les grandes crises du passé.
Ce livre enlevé fait le récit des plus exemplaires d’entre elles : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du XVIIe siècle ; la première bulle boursière dans la France du Régent ; la crise financière de 1907, qui a conduit à créer la banque centrale des États-Unis. Puis il revient de manière originale sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a imposé avec habileté les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité.
Se dessine ainsi une « économie politique des bulles », dans laquelle s’inscrivent parfaitement le dérapage des subprimes et la crise des dettes publiques en Europe. On comprend mieux alors les mécanismes à l’œuvre, mais aussi le rôle joué par les inégalités, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques.

 

 

Simon Lemoine
Découvrir Bourdieu
Les Éditions sociales, coll. « Les propédeutiques », 2020, 160 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Les concepts de Pierre Bourdieu font école tant et si bien qu’au-delà même de la sociologie critique, on les retrouve dans la littérature journalistique, dans les textes d’organisations, dans les discours politiques… Le livre de Simon Lemoine, docteur en philosophie, professeur de lycée, veut éclairer pour un public non savant les articulations principales d’une pensée qui s’est vouée à la connaissance des mouvements de la société. Comment les dominants dominent-ils ? La sociologie peut-elle servir à transformer les rapports de pouvoir, quelle est la puissance de la violence symbolique, qu’est-ce que l’habitus, la distinction, comment fonctionne la reproduction sociale ? Autant de questions qui animent ce « Découvrir » et en font une introduction essentielle à la sociologie de Bourdieu, et à la compréhension du présent.

 

 

Gerald Horne
Paul Robeson
(trad. de l’américain Joëlle Marelli), Otium, coll. « L’Autre Amérique », 2020, 344 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

En 2018, le Musée du quai Branly organisait une exposition dédiée à Paul Robeson. Mais comment expliquer que le paysage éditorial francophone n’ait pas consacré le moindre ouvrage à cette figure éminente de l’histoire africaine-américaine ?
Sa carrière artistique – acteur, chanteur, écrivain – et son activisme lui ont valu une reconnaissance et une notoriété sans équivalent. Ses combats et sa pensée ont fécondé des œuvre-vies aussi diverses que celle de James Baldwin, Harry Belafonte, Malcom X ou Nina Simone. Comment peut-il être voué aux oubliettes de l’histoire, à l’endroit même où le Klan et le Maccarthysme voulurent le reléguer ?

 



Frédéric Boccara, Denis Durand, Catherine Mills (coord.)
Les retraites : un bras de fer avec le capital
Delga, coll. « Actualité », 2020, 17 €

[présentation en ligne]

 

Ce livre s’inscrit dans une bataille historique contre la contre-réforme Macron de démantèlement de notre modèle social, et pour construire un nouvel âge des retraites et une nouvelle civilisation. Les auteurs dans leur diversité (spécialistes de la protection sociale, économistes, militants syndicaux, politiques, ou associatifs), donnent des arguments pour dénoncer l’arnaque et la dangerosité du projet Macron avec son acharnement à construire une société hyper-libérale. En même temps, cet ouvrage contribue à faire monter le débat sur des propositions alternatives.
Il met en son cœur la bataille du financement : une cotisation sur les revenus financiers, un développement des cotisations sociales avec une modulation du taux de cotisation, en liaison avec le développement de l’emploi et des salaires.
En appui à la formidable mobilisation populaire, il veut contribuer à un front d’action des forces populaires et progressistes en faisant monter les convergences pour une autre réforme cohérente et au niveau des défis actuels.
La bataille continue.

 

 

Nasser Mansouri-Guilani
Développer les services publics. Un combat d’avant-garde
Éditions du Croquant, 2020, 244 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Affaiblis par les politiques libérales, les services publics ne sont pas sans défauts ; mais ils réduisent les inégalités et renforcent le potentiel productif. Pourquoi alors vouloir les restreindre voire les supprimer, alors que leur amélioration figure parmi les premières préoccupations des citoyens ? Pour interdire le vrai débat ! Les libéraux tendent un piège et affirment que « si vous voulez payer moins d’impôts, il faut nous dire quels services publics supprimer ». Ce livre a pour but de démonter ce piège et d’illustrer qu’il est possible de développer des services publics de qualité.
Leur promotion est nécessaire pour faire face à la hausse des inégalités, au réchauffement climatique et pour engager un nouveau mode de développement qui respecte l’environnement et les êtres humains.
Les nouvelles technologies facilitent la tâche, à condition de changer notre conception de l’activité économique et de la libérer de la contrainte du taux de profit et de l’asservissement à l’univers de la marchandisation. De par leur caractère non marchand, les services publics ont toute leur place dans cette construction. C’est pourquoi les développer est un combat d’avant-garde.

 

 

Carolyn J. Eichner
Franchir les barricades. Les femmes dans la Commune de Paris
éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire de la France aux XIXe-XXe siècles », 2020, 320 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

Les femmes ont eu un rôle fondamental dans la Commune de Paris (1871). En examinant trois cheffes de file féminines du Paris révolutionnaire, l'ouvrage démontre l'influence des féminismes sur les événements sociaux et politiques de l’époque. Il met en évidence l’ampleur, la profondeur et l’impact des socialismes féministes communards bien au-delà de l’insurrection de 1871. En examinant la période du début des années 1860 à la fin du XIXe siècle, Carolyn J. Eichner étudie comment les femmes radicales développèrent les critiques du genre, de la classe sociale et des hiérarchies religieuses durant la période précédant immédiatement la Commune. Elle révèle comment ces idéologies ont émergé en une pluralité de socialismes féministes au sein de la révolution, et comment ces politiques variées ont influencé les relations de genre et de classe à la fin du XIXe siècle. L’auteure se concentre sur trois meneuses d’insurgés qui illustrent la multiplicité des socialismes féministes à la fois concurrents et complémentaires: André Léo, Elisabeth Dmitrieff et Paule Mink. Léo théorisait et enseignait par le biais du journalisme et de la fiction, Dmitrieff œuvrait à l’organisation du pouvoir institutionnel pour les femmes de la classe ouvrière, et Mink agitait les foules pour fonder un monde socialiste égalitaire. Chaque femme a tracé son propre chemin vers l’égalité des sexes et la justice sociale. Franchir les barricades étudie la vie et les stratégies divergentes de ces trois cheffes révolutionnaires fascinantes pour éclairer le rôle des femmes et de la politique du genre dans la Commune de Paris et son héritage.

 

 

Jérémie Lefranc
Cravirola. Une expérimentation politique alliant vie et travail
Éditions du Commun, coll. « Culture des précédents », 2020, 172 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

La coopérative Cravirola a marqué toutes les personnes qui l’ont côtoyée et plus largement les milieux militants du début des années 2000. Ses membres se sont posés comme enjeu politique de vivre et travailler autrement et ont choisi comme moyen la coopérative, la paysannerie et la ruralité́. Jérémie Lefranc nous livre ici son expérience au sein de cette communauté de vie et de travail. Nous suivons sur dix années la vie quotidienne d’un collectif, rythmée par les activités, les chantiers, les relations en interne comme au voisinage en passant par les questions financières et les choix stratégiques. L’auteur nous embarque dans un récit ancré dans une réalité qui nous est tout autant familière que singulière.

Au niveau médiatique et grand public, les expérimentations autogestionnaires et les vies en communauté sont associées à l’après Mai 68. En les reléguant à une période bien définie du passé, nous condamnons ce type d’expériences au statut d’archive et à une bulle temporelle de possibles révolus. Ce texte permet de rappeler le caractère actuel de nombreuses expérimentations autogestionnaires et par la même nourrit et documente la nécessité de repenser nos relations aux autres, à notre environnement et notre rapport à un monde libéral, capitaliste et fini.

[Le pdf du livre est disponible en téléchargement sur le site de l’éditeur]

 

 

« Vive les communes : Des ronds-points au municipalisme »
Mouvements. Des idées et des luttes
La Découverte, n°101, printemps 2020, 180 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

Le mouvement des Gilets jaunes a remis la question démocratique au cœur du débat public : du RIC à l’Assemblée des assemblées, cette lutte a exprimé une volonté de reconquête de la souveraineté populaire. Comment ces aspirations ont-elles travaillé les pratiques démocratiques du mouvement ? Ont-elles contribué à repenser le « local » comme un espace politique à investir ? Les élections municipales peuvent-elles constituer un débouché ? Cette actualité vient interpeller des expérimentations qui se déroulent aux quatre coins du monde depuis des décennies, du municipalisme au communalisme, qui dégagent d’autres façons d’envisager la répartition du pouvoir à l’échelle locale.

 

 

 

Joan Robinson, Essai sur l’économie de Marx

par Ulysse Lojkine

Lundi 9 mars à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

Résultat de recherche d'images pour "joan robinson essay on marxian economics"

En 1942, quelques années après la parution de la Théorie générale de Keynes, dont elle a participé à l’élaboration, Joan Robinson publie son bref Essai sur l’économie de Marx, qui vise à traduire dans un langage commun les conceptions du Capital, de Keynes et de l’orthodoxie désormais en recul. Je présenterai d’abord le contexte intellectuel de l’émergence des idées keynésiennes. Je chercherai ensuite à résumer le propos de l’ouvrage, en insistant sur le déplacement de la contradiction principale du capitalisme, de la baisse tendancielle du taux de profit à l’insuffisance structurelle (et non contingente) de la demande effective. Je citerai ensuite certains travaux de post-keynésiens contemporains qui actualisent cette conception.

Bibliographie

– Joan Robinson, Essai sur l’économie de Marx, Dunod, Paris, 1971 [1942] – le texte original est en ligne ici

– Geoffrey Harcourt et Prue Kerr, Joan Robinson, Macmillan, 2009, chap. 4 – “Marx in Robinson’s argument”

– Engelbert Stockhammer, « Rising inequality as a root cause of the present crisis », Cambridge journal of economics, 2012, en ligne ici

Merleau-Ponty et Sartre : la « conscience de classe » dans la phénoménologie française

par Damien Chapeau

Lundi 2 mars à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )


On a souvent tendance à classer les œuvres de Sartre et sans doute encore plus celles de Merleau-Ponty dans la catégorie – quelque peu ésotérique et synonyme de complication – de « phénoménologie ». Cela nous amène peut-être à oublier à quel point la pensée de Marx a pu être au cœur de leur réflexion tant à l’un qu’à l’autre. C’est ainsi que, si l’on connaît la fameuse sentence sartrienne selon laquelle le marxisme serait « l’horizon indépassable de notre temps », l’on sait peut-être un peu moins que, déjà une quinzaine d’années auparavant, à peine sa Phénoménologie de la perception achevée, Merleau-Ponty pouvait lui même écrire (en 1946), dans la revue des Temps modernes : « considéré de près, le marxisme n’est pas une hypothèse quelconque, remplaçable par une autre, c’est le simple énoncé des conditions sans lesquelles il n’y aura pas d’humanité au sens d’une relation réciproque entre les hommes, ni de rationalité dans l’histoire. En ce sens, ce n’est pas une philosophie de l’histoire, c’est la philosophie de l’histoire, et y renoncer, c’est faire une croix sur la raison historique. » [republié dans Humanisme et terreur]

Dans cette présentation, nous essayerons de voir comment, déjà pour le « premier » Merleau-Ponty, autrement dit dès sa Phénoménologie de la perception, le dialogue serré qu’il établit avec le Sartre de L’être et le néant, et sa réflexion sur les possibilités d’une philosophie de l’histoire, l’amènent à reprendre de manière singulière la plupart des notions cardinales du marxisme, et la manière dont il pourra ainsi clore sa réflexion « phénoménologique » – celle d’une philosophie de l’expérience consciente – en se confrontant singulièrement au problème de la conscience de classe et des possibilités de libérations collectives en terme de révolution.

 Exemplier pour la séance

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Idéologie et Science dans la philosophie marxiste : la lecture d’Althusser

par Étienne Lecoffre

Lundi 24 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/1106/files/2014/11/Capture-Althusser-801-672x372.png

Durant cette séance, nous nous intéresserons à une lecture de Marx des plus contemporaine : celle d’Althusser. Nous prendrons ici et tout au long de notre exposé le pari d’affirmer que, 30 ans après sa disparition et plus de 40 ans après sa fugue du paysage de la philosophie française, le travail théorique de Louis Althusser demeure aussi pertinent qu’il n’a été rendu obscur.
La séance se présentera alors comme un travail de synthèse de la production d’Althusser, entamée en 1965 dans Pour Marx et Lire le Capital et qui s’arrêtera, dans cet exposé, à la publication des “Appareils Idéologiques d’État”, en 1970. Cette période, que nous essaierons d’éclairer des feux de l’histoire de la philosophie, mérite selon nous une attention particulière, en ce qu’elle fut la plus prolifique de l’auteur et surtout la plus radicale. C’est aussi la période avec laquelle il tentera le plus de rompre, à travers plusieurs auto-critiques, sans jamais s’en séparer réellement : une période théoriciste, illustrée notamment par son opposition au marxisme humaniste proposé par le Parti Communiste Français, et incarnée par la « coupure épistémologique ».

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Veille bibliographique #19 (Février 2020-1)

Voici quelques parutions récentes, principalement du début du mois de février 2020.

 

Jacques Rancière
Le temps du paysage. Aux origines de la révolution esthétique
La Fabrique, 2020, 144 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

 

En 1790, Kant introduit l’art des jardins dans les Beaux- Arts et les scènes de la nature déchaînée dans la philosophie. La même année, Wordsworth lit les signes de la révolution sur les routes et les rivières de la campagne française tandis que Burke dénonce ces révolutionnaires niveleurs qui appliquent à la société la symétrie des jardins à la française. Le paysage est ainsi bien plus qu’un spectacle qui charme les yeux ou élève l’âme. Il est une forme d’unité de la diversité sensible qui bouleverse les règles de l’art et métaphorise l’harmonie ou le désordre des communautés humaines. À travers un siècle de débats sur l’art du paysage, Jacques Rancière poursuit son enquête sur cette révolution des formes de l’expérience sensible qui unit et excède les bouleversements de l’esthétique et ceux de la politique.

 

 

Étienne Balibar
Histoire interminable. D’un siècle l’autre. Écrits I
La Découverte, 2020, 308 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce volume – le premier des six recueils qui composent cette série d’Écrits d’Étienne Balibar – réunit des essais et des textes d’intervention à caractère historique, philosophique et politique, pour certains inédits, rédigés entre 1995 et 2019. Ils ont en commun de chercher à éclairer le passage d’un siècle l’autre et d’affronter la question de la « fin de l’histoire », en référence, d’une part, à l’achèvement de la mondialisation capitaliste et, de l’autre, à l’altération de notre environnement biologique et planétaire, qui a atteint le point de non-retour à la fin du XXe siècle mais demeure en partie indéterminé dans ses conséquences sociales et civilisationnelles.
Dans cette perspective, il faut arriver à penser philosophiquement un écart entre des « futurs passés » et des « nécessités contingentes », non pas de façon purement spéculative, mais en combinant d’une façon toujours singulière la mémoire et l’analyse : repérant des traces événementielles déterminantes pour notre institution de la politique (la « Grande Guerre », la révolution d’Octobre, l’insurrection de Mai 68) ; décrivant des frontières essentiellement contestées entre Orient et Occident, Nord et Sud, dans notre espace commun méditerranéen (France-Algérie, Israël-Palestine) ; conjecturant les formes et les objectifs d’une gouvernementalité stratégique, qui devrait se préoccuper simultanément de grandes régulations planétaires institutionnelles et parier sur la capacité d’invention et de rupture des insurrections locales.
Une politique d’après la politique, à laquelle conviendront peut-être encore les noms de démocratie, de socialisme et d’internationalisme.

 

 

Étienne Balibar
Passions du concept. Épistémologie, théologie et politique. Écrits II
La Découverte, 2020, 276 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce deuxième volume des Écrits d’Étienne Balibar est constitué de neuf études à caractère philosophique portant sur des auteurs classiques ou contemporains (Canguilhem, Badiou, Pascal, Machiavel, Marx, Foucault et Althusser, d’autres encore) et traversant les questions du savoir scientifique, de la « prise de parti » politique et de son incidence sur la connaissance, du statut de la théorie entre spéculation théologique et interprétation de l’actualité.
Rédigées entre 1994 et 2016, ces études illustrent le passage de l’auteur d’une épistémologie historique et critique, dont la question centrale avait été celle de l’articulation entre l’idéologie et la science, à une phénoménologie des énonciations de la vérité, dont le caractère intrinsèquement conflictuel, ouvert sur les « réquisitions » de la conjoncture, implique des interférences constantes entre la recherche de l’intelligibilité, le moment inéluctable de la décision et la répétition des grandes traditions spéculatives. Ces deux types de recherches, apparemment incompatibles, partagent une même passion du concept, qui est commune à tous les auteurs commentés.
Distribuées en trois constellations thématiques, les lectures proposées s’organisent autour de formulations symptomatiques dont on documente à chaque fois les trajectoires d’un auteur à l’autre : histoire de la vérité, point d’hérésie, idéologie scientifique. Elles débouchent sur l’esquisse d’une problématique de l’ascension polémique (par opposition à l’« ascension sémantique » des logiciens) à laquelle donnent lieu les confrontations théoriques en révélant dans l’actualité leurs enjeux de principe.

 

 

Bernard Peloille
Les agents intellectuels de la production capitaliste
Inclinaison, 2020, 202 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

 

Sur la base d'une thèse soutenue en 1977, sous la direction de l'historien Pierre Vilar, l'étude de Bernard Peloille (1944-2019) porte sur la place sociale spécifique qu'occupent les ingénieurs et techniciens dans le capitalisme.
En conformité avec les principes théoriques mis en œuvre dans le Capital de Marx, l'analyse s'inscrit en faux contre les thèses portant sur l'intégration des cadres techniques à la classe ouvrière, comme sur la thématique de la "nouvelle classe ouvrière", plus particulièrement développées dans les décennies post 68.

 



Robert Kurz
L’industrie culturelle au XXIe siècle. De l’actualité du concept d’Adorno et Horkheimer
(trad. de Wolfgang Kukulies), Crise & Critique, 2020, 150 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

Qu’y aurait-il de mal dans l’industrialisation de la culture ? N’y trouve-t-on pas des potentiels de liberté et de progrès pouvant être utilisés par tout le monde ? Versée dans les arcanes du monde médiatique, la gauche postmoderne, culturelle et « pop », se croyait bien au-delà d’une pensée jugée « désuète » qui serait celle du prétendu « pessimisme culturel » de la Théorie critique. Depuis, ce milieu a pris de l’âge et risque de devenir lui-même conservateur. C’est précisément du fait de cette situation, qu’il est intéressant de jeter un autre regard sur le concept d’industrie culturelle et sur les reproches postmodernes qu’il a suscités.
En se penchant sur la publicité, l’économie du savoir, l’internet, les réseaux sociaux, la culture de la gratuité, l’épuisement des ressources culturelles et la virtualisation de la réalité quotidienne, Robert Kurz montre toute l’actualité de ce concept à l’ère du capitalisme de crise et nous invite à revenir à une analyse critique de l’industrialisation et de la marchandisation de la culture.

 

 

Roberto Casella
Batailles et principes pour une politique communiste
(trad. de l’italien), Science marxiste, 2020, 276 p., 20 €

 

 

En août 1979, il y a plus de quarante ans, Casella écrit "L'imposture écologique" pour établir quelques points de repère face au succès des idéologies qui commençaient à se propager. Il fait référence à Marx et Engels quand ils affirment que la société bourgeoise, par son caractère intrinsèque, déséquilibre le rapport naturel entre l'activité de l'homme et la terre. Pour cette raison, affirme Casella, "se limiter à voir le saccage de la terre que le développement du capitalisme porte avec lui signifie ne pas comprendre la réalité, penser à un développement capitaliste "respectueux de la nature" signifie créer des illusions pour soi et pour les autres, c'est faire l'apologie du capitalisme tel qu'il est réellement". 
La solution ne peut être que dans le communisme. Casella poursuit : "C'est entre les mains de la révolution prolétarienne que réside la possibilité d'accomplir le saut historique, de passer du chaos de la production pour la production à la production selon un plan, élaboré avec la conscience scientifique de vivre au "sein de la nature"." Tel est l'horizon des batailles et principes pour une politique communiste, en particulier la bataille pour l'autonomie et l'unité de classe des travailleurs contre toute idéologie bourgeoise, contre toute division nationale, ethnique et religieuse.
Marx écrit dans La Sainte famille que "si l'homme est formé par les circonstances, il faut former les circonstances humainement", parce que "ce qui importe, c'est que l'intérêt privé de l'homme se confonde avec l'intérêt humain". Le capitalisme n'est pas la société qui peut faire coïncider l'intérêt privé et l'intérêt humain. C'est une société qui ne peut pas apporter de réponse aux grands besoins et aux grandes questions sur la condition humaine et sur la vie.
Nous vivons le paradoxe de métropoles impérialistes mûres, où la richesse et le bien-être sont accompagnés de "l'hiver démographique", avec des berceaux de plus en plus vides. La conception communiste n'est pas une perspective individuelle, mais celle du genre humain tout entier. Être communiste signifie lutter pour la "civilisation de la vie", signifie lutter pour unifier notre espèce qui est, encore aujourd'hui, divisée en classes. C'est une bataille pluri-générationnelle qui regarde vers l'avenir.

 

 

Abdullah Öcalan
La Révolution communaliste. Écrits de prison
Libertalia, 2020,256 p., 10 €

[présentation en ligne]



« L’État-nation a été l’outil fondamental qui a rendu possible l’hégémonie capitaliste. J’ai donc tâché de prouver que le socialisme et l’anticapitalisme […] ne peuvent s’établir sur la base du modèle étatique. »
Depuis 2013, le Rojava mobilise l’attention d’une partie de la gauche de transformation sociale. Piégé entre les dictatures régionales et les puissances impérialistes internationales, ce modeste territoire à majorité kurde, situé au nord de la Syrie, tente de proposer un nouveau modèle révolutionnaire : confédéral, communal, pluriculturel, séculier, écologique et soucieux de l’égalité entre les sexes. Si la bataille de Kobané contre Daech a fait connaître les combattant·es kurdes, on néglige trop souvent la doctrine politique qui les anime.
Abdullah Öcalan, cofondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en est, depuis sa prison turque, le principal artisan. Cet ouvrage, le premier en langue française, donne à découvrir – et donc à discuter – la théorie du mouvement révolutionnaire kurde tel qu’il s’avance en Turquie, en Syrie, en Irak et en Iran. Et entend proposer une résolution de l’historique « question kurde ».
Né en 1949 au sud-est de la Turquie, Abdullah Öcalan est l’un des plus anciens prisonniers politiques au monde. Arrêté en 1999, il purge une condamnation à perpétuité. Acteur-clé du conflit, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages.

 

 

Samuel Hayat
Démocratie
Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 96 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

 

À quoi sert le mot démocratie – ou plutôt à qui sert-il ? Dans cet essai incisif, il s’agit de redonner toute sa force au mot, en mettant en lumière les différents plans sur lesquels se joue le combat autour de la démocratie entre les puissants et le peuple, afin d’éclairer ce qui fait démocratie.
« Le parti, le syndicat, le mouvement, l’organisation, le groupe affinitaire, l’association, aucune forme n’est prémunie de la captation oligarchique, mais aucune n’y est non plus condamnée. La démocratie est le pouvoir d’un peuple qui ne cesse de se reconstruire dans l’expérience collective d’un refus d’être gouverné. Ce refus préfigure un temps nouveau, celui du gouvernement du peuple et de la fin de la domination sociale. Adhérer à la démocratie au sens fort suppose de l’effectuer, c’est-à-dire de prendre parti, sans garantie de victoire. Là est le sujet collectif que cette compréhension de la démocratie construit : un nous partisan, fondé sur un commun attachement à la démocratie réelle, cette forme de gouvernement et de société qui repose sur la capacité de n’importe qui à prendre parti, pour mettre en échec collectivement les relations de pouvoir qui nous enserrent. Là est le pari de la démocratie, la condition pour que s’effectue, de manière toujours différente et inattendue, le pouvoir du peuple. »

 

 

Guillaume Mazeau
Histoire
Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 104 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

 

Aujourd’hui, l’histoire est partout. Divertissement, outil de connaissance, elle est aussi devenue un formidable enjeu de pouvoir, inspirant de nombreuses instrumentalisations et appropriations. Face à ceux qui affirment qu’il n’y aurait qu’un sens de l’histoire, que l’histoire serait fermée et que nous serions incapables d’en rouvrir les portes, il faut au contraire assumer l’histoire comme une activité critique et partagée de la vie sociale. Dire cela, ce n’est ni l’affaiblir ni surestimer ses pouvoirs. C’est au contraire, et à la condition expresse de respecter quelques règles, se donner les moyens de lutter contre toutes les formes de dépossession.
« Face aux nuages qui s’épaississent, la responsabilité des historiens d’aujourd’hui consiste à ne pas se payer de mots : nous ne sommes ni en 1940, ni en 1919, ni dans les années 1930, pas plus que la fin du monde ou le fascisme ne sont des fatalités. Mais pour donner une chance à l’histoire dans le travail d’émancipation collective qui permettra, peut-être, de forger d’autres futurs, pour défendre l’utilité sociale de la science aussi, il faut aussi qu’ils acceptent de prendre une part active à l’histoire commune. Et partager avec leurs contemporains ce qu’ils devraient mieux savoir que quiconque : qu’il y a toujours des raisons d’espérer. »

 



Silvia Federici, Maud Simonet, Morgane Merteuil, Morgane Kuehni
Travail gratuit et grèves féministes
Entremonde, coll. « A6 », 2020, 100 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

Le 14 juin 2019 a eu lieu, en Suisse, la deuxième grève nationale des femmes. Ces quatre textes s'inscrivent dans ce contexte. L'invisibilisation du travail reproductif et gratuit fournit par les femmes est une des raisons de la colère qui s'exprime aujourd'hui. Les quatre textes regroupés dans cet ouvrage mettent en lumière l'enjeu de ce travail pour les luttes féministes actuelles. Quels sont les usages de la grève hors du travail marchand ? Comment mener une grève du travail domestique, du travail gratuit ou du travail du sexe ? Une grève permet-elle de valoriser/visibiliser ce travail tout en le contestant ? Peut-on lutter contre le patriarcat sans lutter contre le capitalisme ?

 

 

Angela Davis
Femmes, Race et Classe
(trad. Dominique Taffin et le collectif de traduction des éditions des femmes), Des femmes, 2020 [1983], 336 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

Réédition en poche.
Dans Femmes, Race et Classe, Angela Davis, historienne et militante, développe une analyse critique des liens parfois conflictuels ayant existé au cours des XIXe et XXe siècles entre féminisme et luttes d’émancipation du peuple noir. Elle démontre que les luttes ont porté leurs fruits à chaque fois qu’elles ont été solidaires. Se refusant à mettre en concurrence les différents éléments constitutifs de sa propre identité, elle affirme que les oppressions spécifiques doivent être articulées à égalité pour dépasser les contradictions et mener un combat global contre le système capitaliste au fondement de toutes les exploitations.
Cet essai dense et fondateur, écrit en 1980, trouve aujourd’hui une actualité centrale avec les débats contemporains sur le féminisme dit « intersectionnel ».

 

 

Katia Genel, Jean-Baptiste Vuillerod & Lucie Wezel (dir.)
Retour vers la nature ? Questions Féministes
Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2020, 192 p., 25,30 €

[présentation en ligne]

 

Le lien entre la question de la nature et le féminisme est au centre de nombreux travaux actuels, l'ouvrage est cependant le premier à donner un aperçu d'ensemble des diverses manières de lier les deux.
Comment penser le lien entre féminisme, nature et domination, d'un point de vue pratique et théorique, aujourd'hui ? Si le féminisme a souvent pensé ce lien dans la perspective d'une critique de la naturalisation de la domination, les mouvements écoféministes, qui revalorisent l'idée et la valeur de la nature, liant ainsi les luttes féministes et les luttes écologiques ou animales, ainsi que les féminismes matérialistes, qui insistent sur la domination des corps constitutive du capitalisme, permettent de repenser ce lien à nouveaux frais. Les auteurs se proposent de donner un aperçu des diverses manières de penser cette jonction et rend possible une réflexion collective sur ces débats politiques actuels.
Avec un texte inédit de Rosewitha Scholz (traduit par Clotilde Nouët et Salima Naït Ahmed), une intellectuelle d'envergure internationale encore peu connue en France.
Avec les contributions de : Audrey Benoit, Veronica Ciantelli, Thomas Crespo, Katia Genel, Paul Guillibert, Mona Gérardin-Laverge, Clotilde Nouët, Jean-Baptiste Vuillerod, Lucie Wezel.

 

 

Abir Kréfa, Amélie Le Renard
Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb
Amsterdam, coll. « Contreparties », 2020, 184 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

D’après le stéréotype, les femmes vivant au Maghreb et au Moyen-Orient sont opprimées par une religion patriarcale et des traditions ancestrales. Ce petit livre donne à voir une réalité, ou, plutôt, des réalités différentes.
Loin d’être un tabou, les droits et modes de vie des femmes constituent dans cette région une question centrale depuis le XIXe siècle, où, dans des situations de domination coloniale ou impériale, de multiples formes de prédation économique, d’exploitation et de guerre ont bouleversé les rapports de genre. L’ouvrage analyse les résistances opposées par ces femmes, qu’elles soient rurales ou urbaines, des classes populaires ou lettrées. Il met en lumière leurs usages diversifiés de l’islam, mais aussi leurs mobilisations pour l’emploi, contre les colonialismes, les guerres et les occupations – ou, plus récemment, à la faveur des révolutions, les luttes contre le racisme et l’oppression des minorités sexuelles et de genre. Encastrés dans des histoires politiques, sociales et économiques singulières, les transformations et mouvements liés aux rapports de genre représentent un enjeu essentiel pour le Maghreb et le Moyen-Orient du XXIe siècle.

 



Silvio Marra et Françoise Thirionet
Moi, Silvio de Clabecq, militant ouvrier
Agone, coll. « Mémoire sociales », 2020, 160 p., 12 €

[présentation en ligne]



Aux Forges de Clabecq, usine sidérurgique située près de Bruxelles, pour Silvio et ses collègues, le quotidien, c’est d’abord le combat contre les attitudes de résignation et de peur. Rapidement élu délégué syndical en charge des questions d’hygiène et de sécurité, Silvio témoigne de trente ans de luttes pour améliorer les conditions de travail et pour empêcher la fermeture annoncée du site.
Son mandat syndical, Silvio le voit comme un moyen de faire vivre l’« esprit de Clabecq ». Pour mener leurs combats, c’est sur leurs propres forces et sur leur connaissance de leur métier que les ouvriers de Clabecq s’appuient. Quitte à mettre de côté l’appareil syndical sitôt qu’il déclare ne plus rien pouvoir pour eux. Par sa confiance jamais démentie dans le potentiel émancipateur de sa classe, Silvio donne une leçon salvatrice d’optimisme militant.

 

 

Fernando Rosas
L’Art de durer. Le fascisme au Portugal
(trad. par Clara Domingues), Les Éditions sociales, coll. « Histoire », 2020, 346 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

Comment et pourquoi la dictature fasciste portugaise a-t-elle pu s’installer dans une république naissante au milieu des années 1920 et durer pendant près d’un demi-siècle alors qu’elle s’est écroulée dans l’allégresse quasi-générale de la révolution des Œillets en 1974 ?
C’est à cette question essentielle que s’applique Fernando Rosas, universitaire et homme politique, emprisonné pendant la dictature, l’un des fondateurs de la nouvelle histoire contemporaine portugaise. Son livre analyse et explique les décisions, les procédures et les institutions inventées par Salazar dans le processus de prise de pouvoir et montre comment il a su et pu conserver ce pouvoir, vaincre les oppositions, faire taire son propre camp, établir des équilibres pérennes, bâillonner son peuple en usant à l’intérieur d’une violence qu’on qualifierait aujourd’hui de « basse intensité ».
Cet Art de durer est une formidable introduction à l’histoire du Portugal et du même coup une réflexion très actuelle sur la capacité des formations autoritaires, hier certes mais aussi dans notre présent, à s’emparer et à garder le pouvoir.

 


Franck Gaudichaud, Jeffrey R Webber, Massimo Modonesi
Fin de partie ? Amérique latine : les expériences progressistes dans l’impasse (1998-2019)
Syllepse, Coll. « Coyoacán », 2020, 200 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

Depuis 1998 et l’élection d’Hugo Chávez, plusieurs pays de l’Amérique latine ont connu ce qui a été parfois qualifié de « tournant à gauche ». Cet élan a alors incarné un espoir de transformation sociale et de construction de diverses expériences post-néolibérales aux accents anti-impérialistes : « révolution bolivarienne » au Venezuela, « révolution citoyenne » en Équateur, État plurinational en Bolivie, nouvelle politique avec Lula et le Parti des travailleurs au Brésil.
L’époque était au changement, la « longue nuit néolibérale » semblait prendre fin ou tout du moins s’estomper, fruit d’une période d’intenses mobilisations populaires et de nombreuses révoltes sociales. Les inégalités sociales et la pauvreté reculaient, Washington perdait du terrain, alors que la participation de celles et ceux d’« en bas » progressait. Plus de vingt ans après l’ouverture de ce cycle, la région est pourtant entrée de nouveau dans une zone de fortes turbulences et incertitudes, tandis que le bilan des gouvernements « progressistes », au-delà de leur diversité, est très largement contrasté. Capitalisme d’État et crise économique, colonisation des imaginaires de gauche par des logiques gestionnaires, approfondissement de modèles économiques basés sur le saccage des biens communs, consolidation de leaderships charismatiques, dérives autoritaires, corruption et rupture avec les mouvements sociaux : les problèmes se sont accumulés.
En parallèle, la réorganisation des droites sociales, politiques et religieuses, la montée des extrêmes droites, la multiplication des défaites électorales, mais aussi des coups d’État parlementaires, sont désormais un fait majeur. L’immense crise au Venezuela et l’ascension de Jair Bolsonaro au Brésil sont deux exemples de cette dangereuse conjoncture. Faire le bilan d’un cycle débuté dans l’espoir et qui s’achève dans la violence est fondamental pour comprendre l’Amérique latine actuelle. Alors que la « patrie de Bolívar » est partagée entre menaces réactionnaires ou impériales, nouvelles espérances émancipatrices et fuite en avant des gouvernements dits progressistes, ce livre vient nous proposer un éclairage original indispensable.

 

 

Thomas Posado et Jean-Baptiste Thomas
Révolutions à Cuba 1868-2018
Syllepse, coll. « Avant-première », 2020, 200 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

Que reste-t-il de la révolution ? Ou, plutôt, que reste-t-il des révolutions ? Ancrée à quelques encablures seulement des côtes de l'Empire, Cuba charrie en effet avec elle une histoire riche en soulèvements, insurrections et transformations. L'épopée castriste et la révolution qui s'ensuit, aussi centrales soient-elles, ne sauraient occulter les processus sociaux et politiques antérieurs qui plongent leurs racines dans la lutte contre le colonialisme espagnol puis contre la mise sous tutelle de l'île par les États-Unis.
En interrogeant le passé pour mieux éclairer le présent et les contradictions actuelles du système cubain confronté à un regain de tensions avec Washington depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump, les auteurs proposent une brève histoire populaire de Cuba, analysant, au fil des chapitres, les épisodes les plus marquants qu'a connus la plus grande île de la Caraïbe de 1868 à nos jours.

 

 


Claude Mazauric
Gracchus Babeuf
Le Temps des cerises, 2020, 350 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

De quoi, François-Noël Babeuf, que l'histoire connaît sous le nom de "Gracchus Babeuf", né en Picardie en 1760, devenu parisien peu après 1789, condamné à mort et exécuté en 1797, est-il devenu l'incarnation, le symbole ou l'annonce ? En quoi sa vie, ses écrits, son action ont-ils préfiguré l'histoire des entreprises révolutionnaires des dix-neuvième et vingtième siècles consacrées à la recherche du "bonheur commun" ? C'est à permettre aux lecteurs d'en juger par eux-mêmes qu'est consacré ce grand volume destiné à faire connaître la pensée, les écrits mais aussi l'action militante de Babeuf.
Celui dont on a trop souvent dit que la pensée et l'action incarnaient une première forme historique de "communisme", appartient d'abord à son temps : celui de la Révolution française comme moment central de la transition au monde contemporain. Babeuf n'eut en effet de cesse de se servir du levier de la démocratie politique et des luttes populaires qui ont fait irruption en France à partir de 1789, pour tenter d'imposer plus d'égalité vraie et de justice distributive dans l'ordre social.
Les "sources" de l'histoire personnelle et publique de Babeuf, et celles de sa pensée, telle qu'il l'exprime dans son journal Le Tribun du peuple, sont particulièrement nombreuses et diverses : en se laissant porter par l'émotion que suscite leur lecture, en s'interrogeant sur la signification des mots et le sens des actes dont ils indiquent la portée, la lectrice ou le lecteur d'aujourd'hui découvrira la fécondité et la signification profonde du projet collectif de transformation de la société de classes dont Babeuf, en son temps, fut à la fois l'âme et le protagoniste majeur.
Claude Mazauric, depuis plus d'un demi-siècle spécialiste averti de cette figure essentielle de l'histoire sociale, intègre dans cet ouvrage renouvelé et recomposé, l'écho des dernières données documentaires et le fruit des recherches internationales les plus récentes. Il le fait avec précision, une parfaite maîtrise du sujet et de l'époque, et la passion communicative d'un homme qui est un spécialiste reconnu de l'histoire de la Révolution française.

 

 

« Écrire l’histoire des révolutions : un engagement »
Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n°144, 2020, 104 p., 17 €

[présentation en ligne]

 

 

 

Socialisme, utopisme et féminisme dans la pensée de Flora Tristan

par Luz Ascárate

Lundi 17 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

https://resources.manuelweb.belin.education/03580484_esp1/03580484_esp1_seq14/Images/03580484_esp1_seq14-208-i0002_contain_780.jpg
Chema Madoz, Arbol nube


« [N]i saint-simonienne, ni fouriériste, ni owénienne » (Flora Tristan, Promenades dans Londres, Paris, Belloye, 1840, p. 355), même si socialiste, utopiste, féministe (précurseure du mouvement lorsque le titre n’existait pas encore) et enquêteuse de la classe ouvrière, Flora Tristan, née à Paris de père péruvien et mère française, apparaît comme une figure historique, dont le parcours politique et philosophique ranime d’un même coup plusieurs défis de la démocratie contemporaine. Étrangère, pauvre, ouvrière et femme, à une époque – la première moitié du XIXème siècle – où la société n’avait pas encore donné de voix à ses autres, Flora Tristan offre une pensée politique qu’on peut à juste titre qualifier d’u-topia (non lieu) : la pensée propre d’une paria. Mais son utopie est loin de la fuite du réel ou de l’intellectualisme des mouvances socialistes qu’elle critique à son époque. Scientifique sociale aussi bien que religieuse et mystique, son internationalisme humanitaire anime sa défense d’une classe ouvrière unie dans une même lutte contre l’injustice morale et juridique. Elle est déjà engagée dans la tâche de réveiller la conscience de classe au travers d’une idée non populiste d’union ouvrière à l’époque où Marx était encore un démocrate libéral. Notre hypothèse est que la pensée de Flora Tristan nous permet de mettre en question les options dichotomiques de la théorie politique et sociale contemporaine. Sa pensée propre d’une paria, en s’inscrivant dans la généalogie des idées politiques qui rend possible cette démocratie, et en permettant d’actualiser ses critiques, offre les fondements d’une politique engagée et située dans l’écart paradoxal des distinctions corrélatives, comme homme-femme, empirisme-mysticisme, généalogie-normativité, individuel-collectif, réel-imaginaire, national-international, universalité-particularité, réel-possible, théorie-pratique. Dans cette présentation, nous chercherons donc à situer la pensée de Flora Tristan dans une généalogie utopiste, à prétention normative, des idées politiques qui ont fondé la démocratie représentative.

Indications bibliographiques

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Veille bibliographique #18 (Janvier 2020)

Voici quelques parutions récentes du début d’année 2020.

 

Friedrich Engels
L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État
Les Balustres, 2019, 358 p., 17,50 €

[présentation en ligne]

 

 

Friedrich Engels, né en 1820 en Allemagne et fils d'un industriel du textile, fut envoyé par son père dans la firme paternelle de Manchester. Il y devient un entrepreneur talentueux mais y découvre la misère ouvrière. Il rencontre Karl Marx en 1844 et à partir de là leurs œuvres sont étroitement liées.

Engels, considérait que l'oppression des femmes et le développement de la propriété privée et de la famille, ajouté à la domination de classe et de l'État étaient des moments d'un seul et même processus historique. C'est ce qu'il développe dans ce classique de la pensée marxiste.

 

 

Stavros Tombazos
Crise mondiale et reproduction du capital,
Préf. Michel Husson, Syllepse/Page 2, coll. « Milles marxismes », 2020, 148 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

L’économie capitaliste est une organisation de rythmes économiques et toute crise capitaliste est une « arythmie », c’est-à-dire une discordance de ces rythmes. Depuis les années 1980, le profit capitaliste augmente à un rythme supérieur à celui de l’investissement productif. Une partie croissante du profit se transforme en capital-argent qui, par le crédit et les produits dérivés financiers, est dirigée vers la consommation. Les schémas de reproduction du capital développés par Marx sont reformulés pour montrer l’importance croissante de la dette privée dans les processus de production, d’accumulation et de réalisation de la valeur. Ce sont ces schémas de reproduction néolibéraux qui sont entrés en crise en 2007-2008. Les politiques économiques ont empêché l’effondrement du système financier et sauvé l’euro, mais elles n’ont pas conduit à la sortie de la crise économique, ni de la régression sociale qu’elle a engendrée.

 

 

Adolfo Sánchez-Vázquez
Philosophie de la praxis
T
rad. de l’espagnol et notes Luis Dapelo, préf. Stefan Gandler, Delga,
coll. « Philosophie/Amériques », 2020, 573 p., 29 €

[présentation en ligne]

 

« La catégorie de praxis devient dans le marxisme la catégorie centrale. À la lumière de celle-ci, il faut aborder les problèmes de la connaissance, de l’histoire, de la société et de l’être lui-même. » Fort de ce primat, l’ambition affichée dans ce livre par Adolfo Sánchez Vázquez, sans doute le plus grand penseur marxiste latino-américain, est d’avoir « essayé d’élever la conscience philosophique de l’activité pratique matérielle [praxis] de l’homme ».

Parmi les multiples niveaux de ce livre sans équivalent, deux semblent saillir encore plus opportunément que les autres pour féconder notre présent :

– la conscience ordinaire qui à travers sa praxis prend pour objet le monde pour le transformer, ne prend pas par contre spontanément la praxis pour objet, qui apparaît donc comme un angle mort de la conscience bien que cette dernière paradoxalement en émane ontologiquement (voir les Thèses sur Feuerbach de Marx).

– ordinairement, bien que les praxis individuelles transformant le monde soient par définition intentionnelles, la praxis commune globale résultante de toutes ces praxis intentionnelles est, elle, non intentionnelle.

L’idéologie libérale a su enrôler ces deux taches aveugles de l’homme « pré-historique » en les exhaussant au rang de dogme : l’idéologie d’une « société civile » comme résultante du télescopage entropique de praxis non réflexives soumises à la seule main invisible du marché.

Il s’agira alors pour Adolfo Sánchez Vázquez de montrer que l’accumulation exponentielle des contradictions actuelles du libéralisme débridé nous fait basculer dans une phase d’accélération du développement historique dont la résolution décisive ne pourra se produire que par un saut qualitatif, prenant à rebours le libéralisme et la conscience ordinaire sur les deux points précités et devant se traduire par le fait  

– d’une authentique conscience de la praxis, qui devient objet pour la conscience. Le réel devient rationnel.

– que cette prise de conscience, conjuguée à la coïncidence éprouvée des intérêts des subalternes dans la promiscuité des luttes de classes grandissantes, conduira à travers l’émergence de fins communes à une praxis commune intentionnelle (la planification de l’appropriation collective des moyens de production, le socialisme). Le rationnel devient réel.

 

 

Alain Accardo
Le petit-bourgeois gentilhomme. Sur les prétentions hégémoniques des classes moyennes
Agone, coll. « Éléments », 3e éd. rev. et actual., 2020, 160 p., 8 €

[présentation en ligne]

 

« Nous, classes moyennes, petits-bourgeois de toutes catégories, anesthésiés par notre confort, chloroformés par nos habitudes, obnubilés par nos médiocres intérêts, devrions nous aviser que le modèle d’organisation sociale qui est révolu, c’est celui qui se présente comme le seul concevable et le seul souhaitable, le modèle que le capitalisme libéral a étendu à toute la planète, celui d’une société à deux vitesses et d’un monde à deux humanités. L’évolution plus qu’alarmante des rapports sociaux, le fossé infranchissable qui se creuse toujours plus entre nantis et démunis, entre possédants et dépossédés, engendrant exclusion, haine et violence, rendent inéluctable le choix décisif entre un monde où la défense des privilèges ne pourra plus être assurée que par la guerre déclarée contre les pauvres et un monde où la suppression des inégalités économiques constitue le préalable de la construction d’une démocratie mondiale. »
Le capitalisme ne fonctionne pas seulement par oppression mais aussi par l’adhésion des individus au système qui les exploite, entretenue par de vaines espérances de succès individuel. Nos luttes doivent s’accompagner d’un autre combat, dont l’enjeu est l’appropriation par chacun de sa subjectivité : ce travail de « socioanalyse » a pour objet la maîtrise de ce qui conditionne notre participation spontanée à l’ordre établi.

 



Pierre Charbonnier
Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques
La Découverte, 2020, 464 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

Sous la forme d’une magistrale enquête philosophique et historique, ce livre propose une histoire inédite : une histoire environnementale des idées politiques modernes. Il n’ambitionne donc pas de chercher dans ces dernières les germes de la pensée écologique (comme d’autres l’ont fait), mais bien de montrer comment toutes, qu’elles se revendiquent ou non de l’idéal écologiste, sont informées par une certaine conception du rapport à la terre et à l’environnement.
Il se trouve que les principales catégories politiques de la modernité se sont fondées sur l’idée d’une amélioration de la nature, d’une victoire décisive sur ses avarices et d’une illimitation de l’accès aux ressources terrestres. Ainsi la société politique d’individus libres, égaux et prospères voulue par les Modernes s’est-elle pensée, notamment avec l’essor de l’industrie assimilé au progrès, comme affranchie vis-à-vis des pesanteurs du monde.
Or ce pacte entre démocratie et croissance est aujourd’hui remis en question par le changement climatique et le bouleversement des équilibres écologiques. Il nous revient donc de donner un nouvel horizon à l’idéal d’émancipation politique, étant entendu que celui-ci ne peut plus reposer sur les promesses d’extension infinie du capitalisme industriel.
Pour y parvenir, l’écologie doit hériter du socialisme du XIXe siècle la capacité qu’il a eue de réagir au grand choc géo-écologique de l’industrialisation. Mais elle doit redéployer l’impératif de protection de la société dans une nouvelle direction, qui prenne acte de la solidarité des groupes sociaux avec leurs milieux dans un monde transformé par le changement climatique.

 

 

Renaud Duterme
Petit manuel pour une géographie de combat
La Découverte, coll. « Petits cahiers libres », 2020, 208 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

Si l’histoire du capitalisme est largement documentée, sa logique spatiale, elle, l’est beaucoup moins. Cette dernière est pourtant fondamentale à la compréhension de ce système et de ses contradictions.
Le présent ouvrage s’inscrit donc dans une discipline, la géographie radicale, qui spatialise la question des rapports de forces produits par le capitalisme.
L’auteur met au jour les logiques capitalistes à l’œuvre dans les phénomènes spatiaux qui constituent les objets d’étude de la géographie, à savoir la mondialisation, les inégalités de développement économique, mais aussi l’aménagement du territoire, les replis identitaires, les mouvements migratoires et les questions écologiques.
Il est nécessaire pour quiconque s’intéresse au fonctionnement du capitalisme de se réapproprier la géographie comme outil permettant d’envisager une sortie démocratique des impasses produites par ce système. Une géographie populaire ou, mieux, une géographie de combat qui permet d’articuler la lutte à l’échelle locale aux dynamiques globales.

 

 

Julien Talpin
Bâillonner les quartiers. Comment le pouvoir réprime les mobilisations populaires
Les Étaques, 2020, 200 p., 9 €

[présentation en ligne]



Les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques, des luttes y ont toujours existé. Un des secteurs les plus actifs du militantisme des quartiers cible les violences policières, finalement reconnues comme un problème public. Mais un spectre de pratiques demeure encore invisibilisé. Ce sont les contraintes qui encadrent les mobilisations : coupes de subvention et difficultés à accéder à des locaux, disqualification des militants et refus de la concertation, amendes et judiciarisation.
Ces répressions à bas bruit compliquent l’engagement dans les quartiers et entravent la défense des intérêts de leurs habitants. Dressant une analyse, ce livre esquisse aussi les stratégies de lutte.

 

 

Antoine Roger
Le capitalisme à travers champs. Étudier les structures politiques de l’accumulation
Le Bord de l’eau, coll. « Documents », 2020, 480 p., 28,60 €

[présentation en ligne]

 

Comment expliquer qu’un mode d’organisation capitaliste – fondé sur un principe d’accumulation continue – autorise la perpétuation d’activités qui obéissent à une autre logique et paraissent lui poser des limites ? Pour résoudre cette énigme, l’ouvrage évalue les clés de lecture disponibles et formule de nouvelles propositions. Pour nombre d’auteurs, le capitalisme procède de forces économiques naturelles et autonomes, accompagnées ou canalisées dans un second temps par quelques politiques publiques. Il se heurte parfois à une résistance – que le terme serve à désigner une force d’obstruction passive ou une capacité de mobilisation. L’ouvrage invite à inverser la perspective et à considérer plutôt les rapports de force politiques qui débouchent sur la représentation d’un ordre économique naturel et qui expliquent le développement du capitalisme. Il examine sur ce mode les activités des entrepreneurs, mais aussi les affrontements entre chercheurs et les luttes qui ont cours au sein des administrations publiques. Dans leur ensemble et par leur articulation, différents champs composent ainsi les structures politiques de l’accumulation. Dans certains cas et sous certaines conditions, des activités non capitalistes s’en trouvent dans le même temps confortées : de multiples agents les perçoivent comme extérieures à l’ordre économique naturel ; ils anticipent leur disparition et se persuadent qu’il suffit de laisser la nature accomplir son œuvre. Nul ne travaille à leur élimination ni ne pousse à l’organisation d’un mouvement qui en prendrait la défense. Pour mesurer la portée de ses propositions, l’auteur retient l’exemple de l’agriculture en Roumanie : il s’efforce d’expliquer la coexistence sur ce terrain de grandes exploitations capitalistes et de petites propriétés qui entretiennent des pratiques d’autoconsommation, sans prêter à la moindre forme d’accumulation. Au-delà de ce cas d’étude, l’ouvrage affiche une visée pédagogique et offre une présentation actualisée des théories du capitalisme. Il pose par ailleurs les bases d’un nouveau programme de recherche en économie politique.

 


Reconnaissance ou mésentente ? Un dialogue critique entre Jacques Rancière et Axel Honneth
Édité par Jean-Philippe Deranty et Katia Genel, Éditions de la Sorbonne, coll. « Philosophies pratiques », 2020, 152 p., 18 €

[présentation en ligne]

Axel Honneth a élaboré une critique de la société moderne au prisme du concept de reconnaissance. Jacques Rancière a construit une théorie de la politique moderne à partir du concept de mésentente. Ils s'attachent tous deux à analyser les logiques d’exclusion et de domination qui structurent les sociétés contemporaines. Dans un précieux dialogue, les deux philosophes explorent les affinités et les tensions entre leurs approches respectives. Ils contribuent ainsi à renouveler le cadre d’une théorie critique et à repenser les conditions du changement social et politique. La discussion est enrichie par des textes des deux penseurs, et elle est précédée d’une présentation substantielle qui remet en perspective ce dialogue critique.

 



Emmanuel Todd
Les luttes de classes en France au XXIe siècle
Seuil, 2020, 384 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Macron et les Gilets jaunes ont ouvert une page nouvelle de l’histoire de France, qui mêle retour des luttes sociales et apathie politique, sursaut révolutionnaire et résignation devant les dégâts de l’euro, regain démocratique et menace autoritaire.
Pour la comprendre, Emmanuel Todd examine, scrupuleusement et sans a priori, l’évolution rapide de notre société depuis le début des années 1990 : démographie, inégalités, niveau de vie, structure de classe, performance éducative, place des femmes, immigration, religion, suicide, consommation d’antidépresseurs, etc.
Les faits surprendront. Les interprétations que propose l’auteur doivent, quant à elles, beaucoup à Marx, mais à un Marx mis « sous surveillance statistique ». À gauche, comme à droite, elles paraîtront à beaucoup étonnantes, amusantes, contrariantes, ou angoissantes. Cet empirisme sans concession conduit même Emmanuel Todd à réviser radicalement certaines de ses analyses antérieures.
À la lecture de ce livre riche, stimulant, provocateur, la vie politique des années 1992-2019 prend tout son sens : une longue comédie politique où s’invitent les classes sociales.
Bienvenue donc dans cette France du XXIe siècle, paralysée mais vivante, où se côtoient et s’affrontent des dominés qui se croient dominants, des étatistes qui se croient libéraux, des individus égarés qui célèbrent encore l’individu-roi, avant l’inéluctable retour de la lutte des classes.

 

 

Andrew Culp
Dark Deleuze
Divergences, coll. « Cybernétique », 2020, 104 p., 13 €

[présentation en ligne]

 

 

Le philosophe Gilles Deleuze est connu comme le penseur de la création, de l’affirmation joyeuse et du rhizome. Dans ce petit livre, Andrew Culp défend l’idée polémique que cette pensée radicale et joyeuse a perdu son potentiel de résistance au présent. Ces concepts créés pour combattre le capitalisme ont été recyclés dans des slogans publicitaires qui affirment allègrement que : « Le pouvoir est vertical ; le potentiel horizontal ! » Culp retrouve la négativité oubliée de Deleuze. Il vient en perturber la lecture dominante en révélant un réseau souterrain de conspiration, de cruauté, de terreur de l’extérieur et de la honte d’être humain. Il ravive ainsi l’opposition à ce qu’il y a d’intolérable dans ce monde. Un Deleuze révolutionnaire pour notre monde digital, de bonheur compulsif, de contrôle décentralisé et de surexposition.

 

 

Anselm Jappe
Guy Debord
La Découverte, 2020, 234 p., 12 €

[présentation en ligne]

 

 

Certaines époques ont montré qu’elles croyaient fortement à la puissance de la pensée critique. Notre époque, au contraire, a tenu ses penseurs, non sans raison, pour des gens totalement inoffensifs. Parmi les rares personnes considérées comme tout à fait inacceptables, on trouve assurément Guy Debord. Pendant longtemps, c’est la police qui s’est intéressée à lui, plutôt que les milieux intellectuels. Lorsque, malgré toutes sortes d’obstacles, sa pensée a fini par s’imposer, on a bien vite assisté à une autre forme d’occultation : la banalisation. Il existe peu d’auteurs contemporains dont les idées ont été utilisées de façon aussi déformée, et généralement sans même que l’on cite son nom.
Ce livre résume l’activité publique de Guy Debord, du lettrisme à la fondation de l’Internationale situationniste, des rencontres avec Henri Lefebvre et Socialisme ou Barbarie à Mai-68, de La Société du spectacle à ses films. Surtout, il veut préciser la place de Debord dans la pensée moderne : sa reprise des concepts marxiens les plus essentiels et les plus oubliés, son utilisation de Lukács, son importance pour une théorie critique aujourd’hui. Cet ouvrage prend au sérieux Debord lorsqu’il affirme avoir « écrit sciemment pour nuire à la société spectaculaire ».

 

 

Nicole Brenez
Manifestations, Écrits politiques sur le cinéma et autres arts filmiques,
De l’incidence éditions, 2020, 460 p., 9 €

[présentation en ligne]

 

Cet ouvrage souhaite contribuer à accélérer l’advenue d’une véridique histoire du cinéma, libérée des circuits de légitimation imposés par l’industrie culturelle. Le cinéma est révolutionnaire, l'histoire du cinéma le deviendra. Parmi les questions et œuvres ici étudiées : Contre-Information, René Vautier, Yolande du Luart, Carole Roussopoulos, lumpenproletariat, Melvin Van Peebles, Virginies Despentes, Marcel Hanoun, Marylène Negro, guérilla visuelle, etc.

 



Kristin Ross
Rimbaud, la Commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale
Amsterdam/Les Prairies ordinaires, 2020 [réimpression], 304 p., 14 €

[présentation en ligne]

 

On ne saurait comprendre un poète comme Rimbaud seulement en lisant son œuvre. Il faut élargir la focale, essayer de saisir les personnes et les choses qui l’entouraient, et l’envisager, lui, comme une personnalité à moitié fondue dans la masse. Comme quelqu’un qui arpenta plusieurs mondes à la fois, quelqu’un qui, dans une conjoncture instable, où les travailleurs parisiens avaient pris en main leur destin politique, fit le choix, pendant quelques années, d’écrire de la poésie. La vie de Rimbaud ne fut pas une vie d’artiste. Kristin Ross nous invite donc à le lire au côté ou à proximité des gens du peuple et de leurs pratiques, des discours et positions qui contribuèrent au mouvement social et politique que fut la Commune. Refusant de traiter cette œuvre en miracle de la créativité poétique, rejetant la perspective « correcte » prescrite par la critique littéraire ou l’histoire sociale, elle inscrit l’imaginaire rimbaldien dans les rêves et les bouleversements de cette époque. Ainsi, elle renouvelle en profondeur notre vision de Rimbaud et de la Commune.

 


Elisa Marcobelli
L’internationalisme à l’épreuve des crises. La IIe Internationale et les socialistes français, allemands et italiens (1889-1915)
Préf. de Christophe Prochasson, Arbre bleu éditions, coll. « Gauches d’ici et d’ailleurs », 2019, 341 p., 28 €

[présentation en ligne]

 

Étudier Les socialistes français, allemands et Italiens face aux crises internationales au temps de la IIe Internationale (1889-1915), c'est en fait revenir au problème lancinant de la catastrophe initiale, la Grande Guerre, et de l'impossibilité de l'empêcher dans laquelle se sont trouvés peuples, gouvernements et partis. De grands historiens, comme Jacques Droz, Madeleine Rebérioux et Georges Haupt, ont déjà travaillé ces questions, mais les recherches d'Elisa Marcobelli permettent aujourd'hui d'aller plus loin. Non seulement elle dispose de leur acquis qu'elle connaît et maîtrise excellemment, mais elle renouvelle et rafraîchit connaissance et compréhension par une approche transnationale active. Au couple classique du socialisme français et de la social-démocratie allemande, décisif dans la perspective d'une stratégie pacifiste, du moins anti-belliciste, des socialistes, elle ajoute le cas original de l'Italie qui permet un élargissement et un décalage fructueux. Nous obtenons ainsi une étude belle et puissante, appuyée sur la connaissance directe des meilleures sources pour le socialisme de chaque pays. La réflexion, attentive et nuancée, aborde les difficultés de la période, et sait les mettre à profit pour mieux saisir la signification pour les hommes et les femmes d'alors du socialisme, de la nation et de l'Internationale. Les mots, les attentes, les sociétés ont évolué, mais les problèmes alors posés n'ont pas disparu de notre horizon.

 

 

Jean Lemaître
La Commune des Lumières. Portugal 1918, une utopie libertaire
Otium éditions, coll. « La Taupe », 2020, 184 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

La Commune des lumières au Portugal fut, en 1918, une expérience de réalisation d'un projet de vie communautaire se réclamant de l'anarcho-communisme. Malgré sa brièveté et le peu de traces écrites qu'elle a léguées, elle a durablement marqué les populations de l'Alentejo.
La figure de celui qui en fut le principal instigateur, António Gonçalves Correia, pionner du naturisme et des pédagogies nouvelles, sa vie et ses combats demeurent une référence pour l'ensemble des composantes du mouvement révolutionnaire au Portugal, et ce bien au-delà de celles se réclamant de la tradition libertaire. Jean Lemaître explore cet héritage, entre reportage et fiction, sans négliger les rares archives disponibles.

 

 

« Au service des riches. Le retour de la domination rapprochée ? »
Actes de la recherche en sciences sociales, n° 230, Seuil, 2020, 128 p., 16,20 €

[présentation en ligne]

 

Si la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par un effacement progressif de la figure du domestique, l’accroissement récent des inégalités s’accompagne d’un renouveau des services directs aux individus les plus riches : personnel de maison qualifié, professionnels de l’hospitality de luxe, coaches et professeurs particuliers, etc. La démultiplication des services aux plus fortunés qui passent par la personnalisation de la relation, l’exclusivité des espaces, le traitement « sur mesure » engage une proximité physique souvent affranchie des cadres collectifs permettant l’exercice d’une régulation institutionnelle. Elle met en rapport des élites économiques et des classes moyennes, souvent blanches et qualifiées, dont les compétences sociales et l’ethos corporel sont appréciés.

Ainsi, alors que la sociologie contemporaine du care et des migrations s’est largement intéressée au personnel de service subalterne, féminin et racisé (aides à domicile, auxiliaires de vie), ce dossier propose de considérer d’autres formes de subordination directe entre les fractions moyennes et dominantes de l’espace social. Quelles sont les conditions d’accès à ces professions certes subalternes, mais parfois prestigieuses et très rémunératrices ? Quelles expériences de la domination entraînent-elles et quels registres d’interaction mobilisent-elles ? Dans quels cas ces situations de domination rapprochée font-elles l’objet d’une politisation, voire d’une contestation ?

 

 

Crises agraires et absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste. Retour sur une controverse française et son actualité

par Thierry Pouch

Lundi 10 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

https://i0.wp.com/www.brixtonbuzz.com/wp-content/uploads/2018/07/DSC07520.jpg

Depuis le milieu de la décennie 2000, les crises agricoles (ou crises des marchés agricoles) ont été nombreuses (crise laitière, sucrière…). Avec la problématique écologique et l’évolution de la Politique agricole commune (PAC), ces crises agricoles se transforment en crises agraires, puisque c’est l’ensemble des processus de production antérieurement dominants qui doivent opérer un changement de paradigme productif. En arrière-plan de ces crises, c’est bien la question de l’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste qui se pose à nouveau aux économistes.
L’agriculture a toujours été, dans le champ de la pensée marxiste, un objet particulier d’étude. Non seulement sur son devenir dans le capitalisme industriel, mais aussi en raison de la place des agriculteurs dans la lutte des classes. De Marx à Lénine en passant par Karl Kaustky et Rosa Luxemburg, le secteur agricole a fait partie intégrante de l’analyse critique du capitalisme. En France, la problématique de l’absorption ou non de l’agriculture dans le mode de production capitaliste, a conduit à une intense activité intellectuelle durant une dizaine d’années, que ce soit dans le champ académique ou bien dans celui de l’activité militante. Dans la sphère académique, c’est essentiellement à l’INRA que cette controverse s’implanta, opposant notamment ces deux grandes figures du marxisme de l’époque, Claude Servolin et Jean Cavailhès.
A partir du début des années 1980, le reflux de la pensée marxiste, comme de la pensée critique en générale, a éteint les ardeurs intellectuelles des économistes et des militants qui se sont penchés sur la question agricole. L’évolution des structures agricoles, les réformes de la PAC, la mondialisation, la financiarisation des économies, l’ouverture de l’agriculture aux capitaux extérieurs…, autant de paramètres qui devraient inciter à rouvrir cette approche marxiste de l’agriculture dans le capitalisme.

Références bibliographiques utiles

  • Allaire Gilles. 2017. « L’ambivalence de la socialisation de l’agriculture », in G. Allaire, B. Daviron (coord.), Transformations agricoles et agroalimentaires. Entre écologie et capitalisme, Versailles : éditions Quæ : 365-384.
  • Bartoli Pierre.  1984. « Sur le fonctionnement de la référence marxiste », Economie rurale, numéro 160 : 15-21.
  • Bernstein Henry. 2010. Class Dynamics of Agrarian Change, Halifax : Fernwood Publishing.
  • Cavailhès Jean. 1979. Les réponses des marxistes à la question agraire. Histoire des idées et des faits, Dijon, INRA, document de recherche n° 16, février, 264 p.
  • Cavailhès Jean. 1984. « Bilan de quinze ans de leadership marxiste », Economie rurale, numéro 160 : 9-14.
  • Cochet Hubert. 2017. « Séparation capital/travail, flexibilité et rémunération des facteurs de production. La fin de l’exploitation agricole familiale ? », Economie rurale, numéros 357-358 : 7-22.
  • Deverre Christian. Sainte-Marie (de) Christine. 2008. « L’écologisation de la politique agricole européenne. Verdissement ou refondation des systèmes agroalimentaires », Revue d’études en agriculture et environnement, numéro 89 : 83-104.
  • Evrard Philippe. Mathal Pierre. Viau Claude. 1972. Petite agriculture et capitalisme, Paris : INRA-Economie et Sociologie Rurales.
  • Evrard Philippe. Hassan Daniel. Viau Claude. 1977. « Petite production agricole et mode de production simple de marchandises », Cahiers d’économie politique, numéro 4 : 13-33.
  • Gervais Michel. Servolin Claude. 1963. « Réflexions sur l’évolution de l’agriculture dans les pays développés », Economies et Sociétés, série AG, numéro 3 : 97-122.
  • Gervais Michel. Servolin Claude. Weill Jean. 1965. Une France sans paysans, Paris : éditions Le Seuil.
  • Grossman Jérôme. 1980. Agriculture et économie politique, Thèse de Doctorat en Sciences économiques, troisième cycle, Paris : Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
  • Harvey David. 2005. A Brief History of neoliberalism, Oxford : Oxford University Press.
  • Kautsky Karl. 1900. La question agraire. Etude sur les tendances de l’agriculture moderne, version numérisé, 2007.
  • Linhart Robert. 1976. Lénine, les paysans, Taylor, Paris : éditions de Minuit.
  • Luxemburg Rosa. 1913. L’accumulation du capital. Contribution à l’explication économique de l’impérialisme, éditions François Maspero, 1969.
  • Marx Karl. 1867. Le Capital. Critique de l’économie politique, Livre I, éditions sociales, 1983 pour la traduction française.
  • Mollard Amédée., Mounier Alain. 1975. « La politique de l’Etat et l’évolution de l’agriculture française : éléments d’interprétation économique », Economie rurale, numéro 110 : 3-15.
  • Ossard Hervé. 1976, « L’agriculture et le développement du capitalisme », Critiques de l’économie politique, numéros 24-25 : 21-40.
  • Pouch Thierry. 2001. Les économistes français et le marxisme. Apogée et déclin d’un discours critique (1950-2001), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés ».
  • Pouch Thierry. 2020. « Quand les économistes traitaient de la question agraire. Retour sur un épisode français (1970-1980), Oeconomia – histoire – méthodologie – philosophie, à paraître.
  • Poupa Jean-Claude. 1975, « La paysannerie sous le joug du capital », Lutte de classes, numéro 25 : 11-25.
  • Servolin Claude. 1972. « L’absorption de l’agriculture dans le mode de production capitaliste », in Yves Tavernier, Michel Gervais et Claude Servolin (éds.), L’Univers politique des paysans dans la France contemporaine, Cahiers de la FNSP : 41-79, Paris : éditions Armand Colin.

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Engels, Anti-Dühring, Le socialisme

par U. Lojkine

Lundi 3 février à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, Salle U/V (Aile Rataud, 2ème sous-sol )

Résultat de recherche d'images pour "livre de comptes"

Dans le cadre du cycle de lecture d’Engels, cette séance porte sur la dernière partie de l’Anti-Dühring (1877), consacrée au socialisme, dont est issue la brochure Socialisme utopique et socialisme scientifique (1880). Après avoir résumé les cinq chapitres, je reviendrai sur la question de la comptabilité socialiste, sur les débats ultérieurs qu’elle a engendrés, et sur ce qu’on peut en retenir aujourd’hui.

Bibliographie

Présentation de La situation de la classe laborieuse en Angleterre de F. Engels [1845]

par Marion Leclair

Lundi 27 janvier à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

https://i.pinimg.com/originals/2c/f4/e0/2cf4e0817542886901ebed5b6cc5f692.png

Cette séance ouvrira un nouveau cycle de lecture consacrée à l’œuvre d’Engels, dont on commémore en 2020 le bicentenaire. Elle sera consacrée à la Situation de la classe laborieuse en Angleterre, première œuvre d’envergure d’Engels, écrite en 1844-45 alors que celui-ci, âgé de 24 ans, travaille dans une usine textile de Manchester dont son père est l’un des propriétaires.
La séance présentera le contexte d’écriture de cette enquête ouvrière pionnière, en résumera brièvement les différentes sections, et tâchera de mettre en avant quelques points saillants de la Situation (genèse du capitalisme industriel, géographie urbaine de la lutte des classes, racialisation des travailleurs, essor des syndicats, histoire sociale et culturelle par le bas) qui rendent sa lecture aujourd’hui, indépendamment de la plongée qu’elle offre dans les bas-fonds du Manchester industriel, particulièrement intéressante.

L’exemplier de la séance est disponible ici : Engels, Situation de la classe laborieuse – Exemplier

 

Une précision importante : Le séminaire « Lectures de Marx » soutient la lutte contre la réforme des retraites et le projet de réforme de l’université, lutte dans laquelle ses organisateurs et organisatrices sont impliqué.e.s à divers degrés.
Comme il s’agit d’un séminaire d’auto-formation collective à la tradition critique marxiste, né d’un mouvement social, animé par des non-spécialistes et ouvert à toutes et à tous, il nous semble important que cet espace de réflexion et de discussion politique puisse se perpétuer et que certaines de ses activités au moins, dans la mesure où elles sont compatibles avec le calendrier de la mobilisation, puissent se poursuivre.

Veille bibliographique #17 (Décembre 2019)

Voici quelques parutions récentes de la fin d’année 2019.

 


Kolja Lindner (éd.)
Le dernier Marx
L’Asymétrie, coll. « Réverbération », 2019, 400 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

Dans la dernière décennie de sa vie, Marx entame un vaste travail de recherche sur les sociétés pré-capitalistes, à travers notamment la lecture des grands anthropologues et historiens de son siècle tel Lewis Morgan. Le dernier Marx présente, pour la première fois en français, des traductions d'extraits des notes prises lors de ces recherches, ainsi que des textes les plus importants écrits à ce sujet par différents auteurs. On y découvre un Marx prêt à remettre en cause certains présupposés déterministes de sa pensée. Comme au siècle dernier on a redécouvert le jeune Marx, il faut redécouvrir le « dernier Marx », meilleur remède à toutes les orthodoxies qu'on a construit en son nom mais contre lui.

Les éditions de l’Asymétrie ont créé un site autour de l’ouvrage : https://editionsasymetrie.org/derniermarx/

 

 

Bruno Astarian et Robert Ferro
Le Ménage à trois de la lutte des classes. Classe moyenne salariée, prolétariat et capital
L’Asymétrie, coll. « Im Anfang war der Aufstand », 2019, 402 p., 17 €

[présentation en ligne]

 

De Oaxaca à Tel Aviv et Manhattan, de Téhéran à Paris, en Tunisie, en Égypte et plus récemment en Algérie, la classe moyenne salariée développe depuis quelques années des luttes massives, parfois violentes, contre l’État capitaliste. Alliée au prolétariat ou seule, elle fait la grève, manifeste, dresse des barricades, occupe des places pour défendre sa position et ses privilèges dans la société. Ces luttes ont rendu visible le fait qu’elle est une vraie classe, pas une vague couche intermédiaire entre prolétariat et bourgeoisie. C’est une classe qui incarne le travail intellectuel tel que le taylorisme et le fordisme l’ont historiquement séparé du travail manuel, lui donnant simultanément une fonction d’exécution et d’encadrement. Bénéficiaire d’un sursalaire qui lui permet de surconsommer et d’avoir des réserves, la classe moyenne salariée n’est pas destinée à se fondre spontanément dans le prolétariat sous l’effet de la crise, débarrassant ainsi la théorie d’une épineuse question. Car l’existence de cette classe, que Marx n’avait pas vraiment prévue, implique de préciser notre vision des rapports sociaux dans les pays développés et émergents : il faut passer du face à face prolétariat/capital à un ménage à trois… classes qui s’affrontent dans un ballet plus compliqué, où l’interclassisme est une figure récurrente. Le présent ouvrage fait une première exploration de cette complexité, et cherche à dégager la perspective communiste du maelström des luttes interclassistes qui se multiplient en ce début de 21e siècle.

 

 

Éric Geerkens, Nicolas Hatzfeld, Isabelle Lespinet-Moret, Xavier Vigna (dir.)
Les enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine
La Découverte, coll. « Recherches », 2019, 456 p., 28 €

[présentation en ligne]



S’il est un spectre qui hante l’Europe des XIXe et XXe siècles, c’est bien celui de la classe ouvrière. En témoignent les innombrables enquêtes qui lui sont consacrées : elles disent combien la « question sociale », telle qu’elle s’invente avec l’industrialisation, est d’abord une inquiétude sur la condition ouvrière et son évolution. Ces mondes ouvriers, si prompts aux soulèvements, constituent une énigme que de multiples enquêtes visent à résoudre, le plus souvent pour conjurer une menace.

Ce livre propose un voyage étonnant à ses lecteurs en les conduisant, par les yeux des enquêteurs, dans les taudis de Manchester, les cités minières du Borinage ou les usines Mirafiori de Turin. Il éclaire d’un jour nouveau des figures illustres des sciences sociales : Frédéric Le Play, Max Weber ou Maurice Halbwachs ; mais il les fait aussi voisiner avec des artistes (Zola et les écrivains naturalistes, les cinéastes autour de Chris Marker) et avec des collectifs soudés par un engagement – féministes, jocistes ou révolutionnaires.

En explorant ce qui mêla indissociablement pratiques scientifiques et passions politiques, l’ouvrage offre une contribution originale à une histoire transnationale de l’Europe contemporaine.

 

 

Pierre Cours-Salies
À la prochaine… De Mai 68 aux Gilets jaunes
Syllepse, coll. « Utopie critique », 2019, 440 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

Que peut-il bien y avoir de commun entre Mai 68 et le mouvement des Gilets jaunes ?
Cinquante ans après, les objectifs mis en avant par les mouvements de contestation trouvent un écho dans le soulèvement des Gilets jaunes.
Le mouvement des Gilets jaunes s’inscrit dans la chaîne de mouvements populaires porteurs d’aspirations démocratiques radicales. De longue date, la protestation sociale est porteuse de préoccupations écologiques, de la demande de transformation radicale du travail, d’une volonté d’organisation collective des entreprises, des services publics et de la société, une autogestion généralisée, une démocratie démocratisée. Les mouvements populaires et les contestations radicales composent une sorte de projet, un espoir autant qu’un programme qui reste à écrire : Mai 68 est un arbre de la liberté comme le furent ceux plantés en 1793 en France.
Un livre qui permet de comprendre comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle : un espoir est à reconstruire en confrontant ces réflexions aux questions posées par les Gilets jaunes.

 



Tristan Leonie
La révolution iranienne. Notes sur l’islam, les femmes et le prolétariat
Entremonde, coll. « Rupture », 2019, 264 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

L'Iran connaît en 1979 l'un des régimes les plus stables, prospères et répressifs du Moyen-Orient ; celui-ci s'effondre pourtant en quelques mois sous les coups d'une grève sauvage massive et d'émeutes urbaines incessantes. L'ayatollah Khomeyni arrive au pouvoir. Cette étude revient sur les causes d'une des plus grandes révoltes ouvrières du XXe siècle et met en lumière les mécanismes d'une protestation croissante, l'échec de la répression et l'effondrement de l'État.
Elle montre comment, antérieurement, les ayatollahs ont transformé la religion chiite en une idéologie politique moderne et comment une partie de la classe moyenne et intellectuelle l'a adoptée comme référence identitaire et subversive. Comment, également, le clergé chiite prend les rênes de la contestation pour en faire une "révolution islamique" et doit, la victoire acquise, affronter une seconde vague de grèves ouvrières ainsi qu'un mouvement de révolte des femmes dont le monde n'a jamais connu d'équivalent.
L'auteur aborde enfin les aveuglements d'une gauche française devant un soulèvement inédit et mène, en particulier, une critique sans concession des prises de position de Michel Foucault. Ce livre est aussi une réflexion qui, passant par la question de l'autonomie du prolétariat, de l'autogestion ou encore du genre, pose celle de la possibilité et des enjeux de la révolution sociale aujourd'hui, "seul espoir d'éviter un désastre écologique, un chaos capitaliste ou postcapitaliste".

 

 

 

Sylvia Faure et Daniel Thin (dir.)
S’en sortir malgré tout. Parcours en classes populaires
La Dispute, 2019, 158 p., 16 €

 

 

 

Face aux difficultés économiques, à la disqualification sociale, à la dégradation des conditions d'existence, comment les classes populaires font-elles pour « s'en sortir, malgré tout » ? Ce livre répond à cette question en examinant les conditions de la mobilisation de leurs ressources : soutiens relationnels, savoir-faire convertis en avantages dans une situation particulière, relations avec des acteurs institutionnels, ainsi que d'autres formes de « débrouille ». Tout en expliquant les limites et obstacles à l'amélioration durable des conditions d'existence des classes populaires, les auteurs montrent que ce qui fait ressource pour ces dernières est ancré dans des contextes locaux et dans des relations concrètes.
Cet ouvrage collectif s'appuie sur plusieurs enquêtes sociologiques centrées sur les sorties précoces de la scolarité, les jeunes des missions locales, l'accès au logement, les parcours scolaires au sein de familles nombreuses, le relogement dans les grands ensembles HLM, les associations de femmes de quartiers populaires et les jeunes en quête de mobilité par une professionnalisation dans le football. Il critique la notion aujourd'hui dominante de vulnérabilité qui passe sous silence les conditions objectives à l'origine des problèmes sociaux et tend à faire porter aux individus la responsabilité de leur situation. Il soutient que pour s'attaquer aux inégalités sociales et aux violences symboliques renforcées par les orientations politiques de ces dernières décennies, il faut commencer par comprendre les ressources et les initiatives des premiers concernés.

 

 


« Classe ! »
Mouvements. Des idées et des luttes, n° 100, La Découverte, 2019, 180 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

 

Classe ! Pour son vingtième anniversaire, à l’automne 2018, les Gilets jaunes offrent à Mouvements le sujet de son numéro 100, et trois auteurs nous proposent une nouvelle inspirée par cette révolte. Mouvements, née sous les auspices de la gauche plurielle et de la convergence entre courants familiers des rapports de classes, est portée par l’un des premiers collectifs qui privilégie les approches en termes de genre, de racisation, bref d’intersectionnalité. Le numéro 100 est l’occasion d’un retour sur les analyses publiées depuis 1998, notamment dans le numéro de 2003 consacré aux classes sociales. Comment développer aujourd’hui une analyse des rapports de classes qui soit intersectionnelle et soucieuse de justice environnementale ? Mouvements, ce sont aussi plusieurs générations, engagées à différents moments, avec des priorités différentes. La revue n’aurait pas la même histoire sans les éditions La Découverte : François Gèze livre son itinéraire. Et des ancien.nes témoignent sur le site de ce que la revue a signifié pour eux et elles.

 

 

 

« Valeur et capitalisme (1/2) »
Revue française de socioéconomie, n° 23, La Découverte, 2019, 288 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Ce dossier aborde la question de la valeur en l’inscrivant dans les rapports sociaux capitalistes. Il montre comment cette perspective modifie les distinctions classiques entre valeur, richesse et prix. Il donne à voir le renouveau et la fécondité des approches matérialistes de la valeur, qui redéfinissent la richesse comme le résultat d’une accumulation monétaire autorisée par des institutions et des règles particulières d’enrichissement, et les prix comme des anticipations de profits réalisables au sein du mode de production et d’échange capitaliste. Plus globalement, il analyse ainsi les processus de détermination de la valeur des choses comme façonnés par l’impératif de valorisation du capital qui constitue leur cadre historique contemporain.

En réinscrivant la question de la valeur dans des rapports sociaux, notamment les rapports de production capitalistes, les articles de ce dossier autorisent ainsi à penser les conditions sociopolitiques de la marchandisation des choses. En particulier, ils partagent une conception des modes d’attribution de la valeur comme étant encastrés et indissociables des processus plus larges de circulation et d’accumulation du capital. La valorisation y est décrite dans le cadre de rapports sociaux institutionnellement réglés, qui aboutissent d’un côté à la création de pôles de concentration de capital, et de l’autre, de pôles de dépossession.

 

 

José Carlos Mariátegui et la nation

par Jean-Ganesh Leblanc

Lundi 16 décembre à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

José Carlos Mariátegui (1894-1930) est souvent considéré comme le principal penseur marxiste latino-américain du XXe siècle. Situé dans une période de profonds changements du capitalisme, et dans une périphérie de l’économie mondiale, il s’attache à analyser de manière matérialiste la réalité qui s’offre à lui pour en tirer une stratégie révolutionnaire. Grand lecteur et volontiers éclectique dans ses références, il va proposer une relecture du Pérou à l’aune du marxisme qui sera profondément ancrée dans sa praxis de militant et d’intellectuel. Or penser le Pérou, c’est concevoir un cadre d’analyse et une stratégie à même d’intégrer les questions de “race” (l’exclusion des indigènes, des Chinois, des noirs), et de “nationalité”. Il s’engage sur une voie politique prêchant la réalisation d’un Pérou intégral et socialiste, affrontant tant les nationalistes partisans d’une hégémonie petite-bourgeoise qu’une IIIe Internationale déjà en partie stalinisée. La Nation socialiste comme projet pour le Pérou des années 1920 sera notre fil rouge.

 

Indications bibliographiques :

  • Mariategui, J.C., “Aniversario y Balance”, 1928, in Mariategui, J. C., Ideologia y Politica. “Polemica finita”, ibid.
  • Mariategui, J.C., “Punto de vista antiimperialista” et “El problema de las Razas en América Latina” in La Correpondencia Sudaméricana, 1929, Buenos Aires.
  • Mariategui, J.C., Sept Essais d’interprétation de la Réalité Péruvienne, Paris, Maspero, 1969
  • Mariategui, J.C., Défense du Marxisme, Paris, Delga, 2014
  • Mariategui, J.C., Historia de la Crisis mundial, Amauta, 1986.

Le Manifeste du Parti communiste et la question des origines du capitalisme

par Damien Chapeau et Loïc Bonin

Lundi 2 décembre à 18h30
ENS, 45 rue d’Ulm, salle Celan

Dans le cadre de notre cycle de lecture “Marx 1847-1949”, nous présenterons une séance en deux temps sur Le manifeste du parti communiste, publié par K. Marx et F. Engels en 1848.

Dans un premier temps Damien présentera Le manifeste du parti communiste, le texte et ses principales articulations.

Loïc reviendra ensuite sur la question centrale du début du capitalisme qu’évoque le Manifeste et plusieurs autres ouvrages de Marx : Si Marx acte la nécessité d’organiser une contestation a l’ampleur du système économique qui se déploie sous ses yeux et des effets qu’il produit, peut-on trouver une date de début au capitalisme ? Marx lui-même se pencha sur cette question dans plusieurs de ces textes. (Chapitre 23 et 24 du Capital, Sur la question juive). Les enclosures, ou tout du moins la transformation de la ruralité semble jouer un rôle clef. L’accumulation primitive vient-elle de là ? D’autres auteurs ont insisté sur le colonialisme comme système d’accumulation premier permettant une reconversion des capitaux, issus de la traite négrière et du commerce en Amérique du Sud, dans l’industrie naissante. D’autres auteures féministes et marxistes ont travaillé sur la mise en disponibilité des femmes pour le travail reproductif comme système nécessaire à l’exploitation des masses ouvrières, toute production sous-tendant reproduction. Peut-on alors réellement trouver une date de début au capitalisme ?

Indications bibliographiques

  • Delphy Christine, L’ennemi principal, tome 1, Syllepse, 1997.
  • Durand Cecile, Le capital fictif, comment la finance s’approprie notre avenir, les prairies ordinaires, 2014.
  • Fredereci Sylvia, Le capitalitalisme patriarcal, ed. La Fabrique, 2019
  • Harvey David, New Imperialism, Oxford University Press, 2003, Chapter 4 “Accumulation by Dispossession”.
  • Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti Communiste, Sciences marxistes, 1999.
  • Marx Karl, Le Capital, Livre I, Chapitre 23 et 24, Folio, 2008.
  • Marx Karl, Sur la question juive, la fabrique, 2006.
  • Ravelli Quentin, « Le capitalisme a-t-il une date de naissance ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 36 | 2019, mis en ligne le 16 octobre 2019

Veille bibliographique #16 (novembre 2019)

 

Traduire Le Capital. Une correspondance inédite entre Karl Marx, Friedrich Engels et Maurice Lachâtre
(
présent. et annot. François Gaudin)
Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2019, 196 p., 19 €

[présentation en ligne]

 

Automne 1871, Charles Longuet, gendre de Marx, propose à l'éditeur Maurice Lachâtre (1814-1900) d'éditer la traduction française du Capital. L’auteur vivait à Londres, le traducteur à Bordeaux, la librairie parisienne de Lachâtre serait bientôt mise sous séquestre. Le livre fut commercialisé par livraisons et sa réalisation fut un véritable feuilleton. Cette correspondance inédite entre Maurice Lachâtre, Karl Marx, Engels et leurs collaborateurs permet de découvrir les personnages, parfois méconnus, qui participèrent à cette aventure. On suit l’avancement du travail, on mesure la rigueur éditoriale maintenue en dépit des circonstances, tout en assistant aux échanges des correspondants sur les événements politiques et leurs drames intimes. Pendant la préparation de ce livre, l’éditeur dut fuir l’Espagne pour la Belgique, puis, chassé de Belgique, se réfugia en Suisse, tandis que Marx affrontait les maladies, les deuils et reprenait la traduction sous l’œil vigilant de l’éditeur, tout en poursuivant son inlassable activité politique. Au bout du compte, Marx considérera que cette édition, qui aura pris trois ans, était d’une qualité supérieure à la version originale.

 

Rosa Luxemburg
L’accumulation du capital. Contribution à l’explication économique de l’impérialisme
(trad. par Marcel Ollivier et Irène Petit revue par Marie Boudoussier)
Agone/Smolny, 2019, 768 p., 28 €

[présentation en ligne]

« Le capitalisme tend à se répandre sur le globe et à détruire toutes les autres formes économiques, n’en supportant aucune à côté de lui. Et pourtant il est en même temps la première forme économique incapable de subsister seule, à l’aide de son seul milieu. Ayant tendance à devenir une forme mondiale, il se brise à sa propre incapacité d’être cette forme mondiale. Il offre l’exemple d’une contradiction historique qui, à un certain degré de développement, ne peut être résolue que par l’application des principes du socialisme, c’est-à-dire par une forme économique qui est par définition une forme mondiale harmonieuse, fondée sur la satisfaction des besoins de l’humanité travailleuse. »

Ouvrage majeur de Rosa Luxemburg, écrit en 1913, L’Accumulation du capital est le premier texte de l’économie politique marxiste à formuler une théorie d’ensemble de l’impérialisme. En montrant la nécessité inscrite au cœur du mode de production capitaliste de s’étendre à l’échelle du monde en asservissant des territoires non capitalistes et leurs populations, il éclaire les mécanismes qui allaient bientôt déclencher la grande guerre pour le repartage du monde.

Avec une préface de Guillaume Fondu et Ulysse Lojkine, et une postface de Mylène Gaulard et Loren Goldner.

 

 

 

Gian Giacomo Cavicchioli, Emilio Gianni
1919 L’Internationale communiste. 100 ans, 100 militants du parti mondial
Éditions Science marxiste, 2019, 358 p., ill., 10 €

 

Quels enseignements peut-on tirer de ces années héroïques et tragiques, de ces combats qui décidèrent du destin de la Révolution internationale commencée en 1917 en Russie ? Premièrement, cette tentative fut défaite, parce que l’assaut d’Octobre resta isolé après l’échec de la révolution en Allemagne. Grâce à la stratégie de Lénine et des bolcheviks, le prolétariat international avait mis fin, sur le front russe, à la boucherie industrialisée de la Première Guerre mondiale impérialiste ; privé de cette boussole, il fut livré, sans pouvoir réagir, au massacre démultiplié du second conflit mondial. Deuxièmement, après la nouvelle guerre mondiale et l’ignominie du partage impérialiste de Yalta, s’ensuivit un cycle colossal de développement capitaliste, dans les vieilles et les nouvelles régions du marché mondial. C’est précisément ce développement, avec l’irruption de l’Asie et de la Chine, qui est une démonstration éclatante de la justesse de la stratégie de Lénine, malgré la défaite des années 1920. D’un côté, deux milliards de salariés, de l’autre, une poignée de puissances impérialistes en lutte pour le partage des marchés ; le développement inégal conduit les vieilles puissances de l’ordre atlantique, l’Amérique et l’Europe, au déclin, et fait émerger de nouveaux concurrents en Asie, la Chine et l’Inde. C’est un développement gigantesque aux contradictions gigantesques. Le système des États de l’impérialisme n’est pas en mesure de maintenir l’ordre mondial ; les crises et la rupture de l’ordre seront la brèche pour la stratégie du prolétariat révolutionnaire, comme il y a environ cent ans dans l’assaut d’Octobre et dans l’épopée de l’Internationale. Troisièmement, la course contre la montre de 1919 enseigne que le parti-stratégie doit être construit et enraciné auparavant, durant les longues années de la contre-révolution. Reconstruire, homme par homme, une conscience internationaliste, enraciner un parti sur le modèle bolchevique au cœur de l’impérialisme européen : c’est la tâche inédite, c’est notre bataille à l’ordre du jour. C’est la leçon ultime de l’Internationale communiste.

 

 

Alain Bihr
Le premier âge du capitalisme 1415-1763, tome 3 : Un premier monde capitaliste
Syllepse/Page2, Coll. « Histoire : enjeux et débats », 2019, 1500 p., 45 €

[présentation en ligne]



Concluant sa somme sur le premier âge du capitalisme, Alain Bihr explore dans les deux volumes du troisième tome la constitution d’un premier monde capitaliste. Il en traverse les différents cercles, en partant de son centre et en progressant vers ses marges. Ainsi sont examinées les différentes puissances d’Europe occidentale qui ont été, tour à tour, motrices de l’expansion outre-mer.

Saisir les avantages respectifs dont ces puissances ont successivement tiré parti renvoie à leurs relations conflictuelles et aux rapports de force entre les ordres et classes qui les constituent. La Grande-Bretagne, s’appuyant sur les Provinces-Unies et les acquis de sa révolution bourgeoise, finit par en sortir victorieuse, au détriment de la France.

L’auteur revient également sur le statut semi-périphérique et la forte hétérogénéité des États d’Europe baltique, centrale, orientale et méditerranéenne qui, cause et effet à la fois, ne peuvent prendre part à l’expansion européenne. Toutefois, certaines d’entre elles (la Savoie, la Prusse, la Russie) pourront réunir des conditions leur permettant, par la suite, de jouer dans la « cour des grands ».

L’ouvrage examine enfin les principales forces sociales marginales, affectées par l’expansion européenne mais encore capables d’y résister et, dès lors, de se développer selon leur logique propre. Ce qui explique à la fois pourquoi le capitalisme n’a pas pu naître dans la Chine des Ming et des Qing, en dépit de ses atouts évidents, et pourquoi, en se fermant, le Japon féodal a au contraire préparé les conditions de son rapide rattrapage capitaliste à l’époque Meiji.

Alain Bihr renouvelle et enrichit, grâce aux acquis historiographiques les plus récents, les intuitions et les analyses qui ont jalonné l’histoire du développement capitaliste. La dimension narrative et descriptive n’est pas le moindre atout de ce travail.

 



Roswitha Scholz
Le sexe du capitalisme. “Masculinité” et “féminité” comme piliers du patriarcat producteur de marchandises
(
trad. de l’allemand)
Crise & Critique, 2019, 400 p., 18 €

[présentation en ligne]



Avec son théorème de la « valeur-dissociation », Roswitha Scholz propose une critique féministe du patriarcat capitaliste au-delà du progressisme politique, du marxisme traditionnel et de tous les développements postmodernes.

Elle effectue une critique radicale de la modernité comprise comme patriarcat producteur de marchandises, ce qui la conduit à refuser de se laisser enfermer aussi bien dans la croyance en un progrès immanent de la modernité, que dans les « contradictions secondaires », l’essentialisme naturalisant ou le différentialisme post-structuraliste.

Les essais rassemblés dans ce volume mènent une discussion critique de divers courants et auteures féministes - de Judith Butler, Nancy Fraser et Maria Mies à Silvia Federici - afin d’analyser l’essence de la modernité comme totalité sociale brisée, où les deux pôles de la « valeur » et de la « dissociation » reproduisent le rapport patriarcal du masculin et du féminin jusque dans la barbarisation postmoderne et l’effondrement du patriarcat producteur de marchandises. Ce dernier, déjà entamé, n´aura aucune portée émancipatrice.

Roswitha Scholz est, aux côtés de Robert Kurz et des membres de la revue Exit !, l’une des principales théoriciennes en Allemagne du courant de la critique de la valeur-dissociation (Wert-Abspaltungskritik). Elle s’attache à théoriser le lien entre capitalisme et patriarcat moderne ainsi que les métamorphoses de ce patriarcat, et à dépasser les féminismes de l’égalité et de la différence, comme les féminismes intersectionnels, déconstructionnistes, matérialistes, écoféministes ou de la « lutte des classes ».

 

 

Mario Tronti
De l’esprit libre
(
trad. de l’italien par A. Savona)
Éditions la Tempête, 2019, 325 p., 19 €

[présentation en ligne]

 

 

Vaste et érudit commentaire sur la modernité, notamment sur le vingtième siècle, cet ouvrage mélancolique et poétique de Mario Tronti dresse le bilan des échecs des expériences du siècle passé. Alors qu’aujourd’hui on peut dire que la liberté de pensée est garantie, il n’est accordé aucune pensée de la liberté. Le capital a conquis le monde entier, et il est parvenu à conquérir l’homme lui-même.

Œuvre de lutte et traité de philosophie politique, De l’esprit libre est aussi et avant tout un chef-d’œuvre de résistance : une œuvre composée de fragments, car "on ne peut plus penser et écrire qu’en fragments, le monde d’hier ayant éclaté en mille morceaux."

 

 

 

Jackie Wang
Capitalisme carcéral
(
préface de Didier Fassin)
Éditions Divergences, 2019, 350 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

Jackie Wang examine les techniques d’incarcération contemporaines apparues dans les années 1990 aux Etats-Unis, illustrant divers aspects du continuum carcéral comme la biopolitique de la délinquance juvénile, la police prédatrice, la gouvernance cybernétique et le maintien de l’ordre algorithmique.

Pour Wang le capitalisme carcéral fait autant usage d’une violence directe - police et incarcération - qu’indirecte en s’appuyant notamment sur un système prédateur de prêts. Alors que ces techniques de gouvernance impliquent souvent l’emprisonnement physique et l’exécution par l’État des personnes racisées, ces nouveaux modes carcéraux se répandent "dehors", au sein de la société.

 

 

Audrey Benoit
Trouble dans la matière, Pour une épistémologie matérialiste du sexe
Éditions de la Sorbonne, coll. « Philosophie pratiques », 2019, 360 p., 24 €

[présentation en ligne]

 

La différence sexuelle de l'homme et de la femme est-elle un simple fait physiologique, ou bien également un effet des normes sociales ? En 1990, dans Trouble dans le genre, Judith Butler soutient que la catégorie de « sexe » ne se contente pas de décrire une différence naturelle entre l’homme et la femme, mais contribue à la produire, par la répétition des normes du genre dans les discours et les pratiques sociales. Pour déconstruire ces catégories naturalisantes (« homme » et « femme »), Butler inscrit sa critique du sexisme dans une critique plus globale de l’hétérosexisme, c’est-à-dire de l’injonction sociale à l’hétérosexualité. Trouble dans la matière s’ouvre sur le contexte polémique de la réception de Judith Butler en France, dans les cercles où l’on reproche aux études de genre de semer le trouble dans la lutte des classes. En mettant au jour la dimension matérialiste de la thèse butlerienne de la construction discursive du sexe, l’ouvrage interroge en retour la fécondité de son analyse du pouvoir des mots pour la critique sociale d’inspiration marxiste. En explorant la postérité singulière de Marx, d’Althusser à Foucault, au prisme de l’épistémologie de Canguilhem, Audrey Benoit fait de la construction discursive du « sexe » le point de départ d’une réflexion générale sur la production de la réalité sociale par les discours qui prétendent la décrire. Elle propose ainsi des éléments pour une épistémologie matérialiste qui considère le pouvoir du discours de produire et de transformer la réalité sociale.

 

 

Joana Desplat-Roger, Jean-Baptiste Vuillerod et Lucie Wezel (dir.)
Adorno contre son temps
Presses universitaires de Paris Nanterre, coll. « La croisée des chemins », 2019, 284 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

Une pensée nouvelle n’est pas là pour réjouir, elle est là pour déranger. Cela, Adorno le savait, lui qui, à l’été 1966, écrivait : « L’auteur s’attend aux résistances auxquelles la Dialectique négative s’expose. »

Par un paradoxe assumé, Adorno affirme que la philosophie fait preuve de sa plus grande actualité au moment même où elle est la plus intempestive, c’est-à-dire lorsqu’elle n’esquive pas le difficile combat promis à qui veut critiquer les positions établies. Issu d’un colloque tenu à Nanterre en mars 2017, l’ouvrage collectif Adorno contre son temps propose de revisiter l’œuvre du philosophe à la lumière de ce pas de côté qu’elle a toujours su faire pour échapper à la pensée dominante de son temps. Il s’agit par là de tracer une transversale à même de parcourir ses différents aspects, de la philosophie à l’esthétique, et de la sociologie à la politique. Un parcours qui revient aussi à interroger l’actualité de la pensée adornienne, car en tant que penseur contre son temps, il se pourrait qu’Adorno soit aussi un penseur pour notre temps, et que les combats d’hier fassent encore sens aujourd’hui.

Avec les contributions de Lucie Wezel, Alain Patrick Olivier, Claire Pagès, Aurélia Peyrical, Joana Desplat-Roger, Christophe David, Christian Béthune, Anne Boissière, Gilles Moutot, Jean-Baptiste Vuillerod, Agnès Grivaux, Robin Celikates, Emmanuel Renault, Olivier Voirol.

 



James C. Scott
La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne
Amsterdam, 2019, 432 p., 22 €

[présentation en ligne]



Reparution, avec une préface de Ludivine Bantigny.

À trop s’intéresser au discours public des dominants et des dominés, au détriment de leur discours « caché », par définition difficilement saisissable, on risque de ne pas même apercevoir la résistance effectivement opposée par les subalternes. Il y a là un véritable défi épistémologique pour les analystes du monde social et des situations de domination. Derrière le masque de la subordination et l’écran du consensus et de l’apparente harmonie sociale couve ce que James C. Scott nomme l’« infra-politique des subalternes » : la politique souterraine des dominés.

Dans toutes les situations de domination, même les plus extrêmes, ces derniers continuent, de façon dissimulée, à contester le discours et les pouvoirs dominants, à imaginer un ordre social différent. Fondé sur l’analyse de sociétés dans lesquelles il n’existe pas d’espace public où contester légitimement l’ordre existant, ce livre désormais classique offre des outils théoriques précieux pour celles et ceux qui cherchent à éclairer les formes subjectives de la vie sociale et les expériences de domination, d’exploitation et de répression.

 

 

David Graeber
Les Pirates des Lumières ou la véritable histoire de Libertalia
Libertalia, 2019, 240 p., 18 €

[présentation en ligne]

 

 

De 1989 à 1991, David Graeber accomplit une étude de terrain ethnographique à Madagascar. Il en tira sa thèse de doctorat sur la magie, l’esclavage et la politique dans la Grande Île. Lors de ce séjour, il découvrit l’existence d’un groupe ethnique formé des descendants métissés des nombreux pirates qui s’y étaient installés au début du XVIIIe siècle : les Zana-Malata.

Il entreprit des recherches historiques sur cette population, ébaucha sur le sujet un essai. Ce n’est que dernièrement qu’il s’est décidé à finaliser cet écrit et à le faire éditer. Il y fait la lumière sur l’utopie pirate baptisée « Libertalia » par Daniel Defoe.

Décryptant la mythologie propre aux légendes pirates et comparant d’un œil critique les rares documents probants, l’auteur avance de très plausibles hypothèses sur l’impact qu’eurent les flibustiers et leurs descendants sur la culture et la politique malgache au siècle des Lumières – mais aussi sur l’influence qu’eurent les récits de pirates et les pratiques proto-démocratiques, voire libertaires, sur les penseurs desdites Lumières.

Il en résulte un récit lumineux et passionnant, doublé d’une réflexion stimulante sur la nature et les origines de l’idéologie marchande, du colonialisme et de l’européocentrisme.

 

 

Federico Tarragoni
L’esprit démocratique du populisme
La découverte, coll. « L’horizon des possibles », 2019, 372 p., 22 €

[présentation en ligne]

 

 

Et si la nature du populisme nous échappait encore ? L’actualité politique voit ce mot ressurgir régulièrement, mais, au-delà de sa charge polémique, que désigne-t-il exactement ? Depuis trente ans, les médias ressassent les mêmes poncifs : le populisme serait démagogique et autoritaire ; ni de droite ni de gauche, mais essentiellement xénophobe et nationaliste ; il menacerait nos démocraties, comme jadis le totalitarisme. Ce qu’il s’agit, au fond, de faire via cette instrumentalisation quotidienne, c’est de discréditer l’idée d’une démocratie alternative, hors des institutions établies, et de dénier au peuple une capacité propre à faire de la politique.

Il convient donc de reconstruire ce concept fourre-tout sur de nouvelles bases. De le débarrasser des jugements normatifs, de cartographier ses expériences historiques fondatrices et de le rapporter au contexte politique qui l’a vu émerger comme phénomène à part entière, l’Amérique latine. S’en dégage une découverte fondamentale : le populisme n’a rien à voir avec la démagogie, le nationalisme et le totalitarisme. C’est une idéologie, radicalement démocratique, de crise des démocraties représentatives libérales, qui possède ses propres logiques et contradictions internes.

L’enjeu de cette redéfinition est de taille : mieux comprendre les nouveaux conflits sociaux qui se saisissent de l’opposition peuple vs élite et sont en train de transformer profondément nos démocraties.

 

 

Christian de Montlibert
Résistances au néolibéralisme
éditions du Croquant, coll. « Dynamiques socio-économiques », 2019, 342 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

Les dirigeants de l’économie capitaliste s’efforcent depuis quarante ans de saper les bases d’un système social de sécurité face aux aléas de l’existence.

Les luttes sociales ont permis de construire un ensemble de mesures dont une propriété collective pour faire face aux risques maladie et vieillesse, un droit au travail, mais aussi un droit du travail protecteur des salarié·e·s, des revenus assurés pour les plus démunis, une protection contre le licenciement et le chômage, une politique du logement, etc. Certes, le système était insuffisant, inégalitaire, mais il n’en a pas moins permis une amélioration des conditions d’existence. Tout ceci est mis à mal. Les salarié·e·s par leurs luttes ont enrayé le processus de destruction ; ils ont obligé les gouvernements à revenir sur des mesures prévues, ou, au moins, à composer. Pour en finir avec ces résistances et imposer enfin l’utopie néolibérale d’individus cherchant à maximiser leurs intérêts, celle d’une société, en somme, sans collectifs et sans solidarités, il reste aux dominants à modeler les consciences en transformant les systèmes éducatifs et si cela ne suffit pas à susciter la peur. C’est cela que ce livre décrit.

 

 

Hugo Harari-Karmadec
Le classement de Shanghai. L’université marchandisée
Le Bord de l’eau, coll. « L’économie encastrée », 2019, 168 p., 19,80 €

[présentation en ligne]



« Le classement de Shanghai mesure mal la qualité de l'enseignement supérieur… » « Ce n'est pas aux étudiants d'évaluer les enseignants… », « Les universitaires n'aiment pas qu'on les évalue… », etc. Seraient-ils corporatistes, recroquevillés sur leurs supposés privilèges ? Et pourquoi les dirigeants et les gestionnaires de l'Université tiennent-ils tellement à donner des notes et à classer (les chercheurs, les enseignants, les laboratoires, les universités...) ? Une vielle habitude d'enseignants ?

Hugo Harari-Kermadec montre que l'enjeu principal de cette mise en nombre est de préparer la marchandisation de l'Université. Pour produire du capital humain et s'insérer dans l'économie de la connaissance, l'Université devrait se transformer en profondeur, et le travail des universitaires devrait changer, coûte que coûte, de forme. Si les classements et les autres dispositifs de mise en nombre sont aussi importants, c'est parce qu'ils jouent un rôle essentiel pour faire du service public d'enseignement supérieur un nouveau secteur marchand producteur de valeur économique et de profits.

En saisissant un secteur en cours de marchandisation, Hugo Harari-Kermadec révèle un processus qui s'étend bien au-delà de l'Université, de l'hôpital aux tâches domestiques, des compteurs linky aux bigdata. Il donne une nouvelle légitimité aux résistances face à la mise en nombre et invite à retourner l'arme de la quantification comme instrument d'émancipation.

 

 

Olivier Masclet, Séverine Misset, Tristan Poullaouec (dir.)
La France d’en bas ? Idées reçues sur les classes populaires
Le Cavalier bleu, 2019, 200 p., 20 €

[présentation en ligne]

 

 

On entend souvent que la société française se serait « moyennisée », provoquant la disparition pure et simple des classes populaires qui, soit auraient accédé à la classe moyenne, soit auraient été rétrogradées parmi les « pauvres »…

Or, si les classes populaires ont effectivement changé depuis la désindustrialisation des années 1970, elles continuent bel et bien d’exister et les idées reçues à leur sujet ne manquent pas. Reléguées dans la France périphérique, les classes populaires se vautreraient dans la consommation de masse, s’abêtiraient devant la télé et le foot, seraient réac, sexistes, racistes, voteraient pour l’extrême droite et auraient pour rêve ultime l’achat de leur pavillon…

Cet ouvrage, écrit par les meilleurs chercheurs et chercheuses, dépasse ces clichés et dresse un portrait documenté de ces classes populaires qui subissent de plein fouet la montée des inégalités.

Ont contribué à cet ouvrage : Thomas Amossé, Anne-Marie Arborio, Christelle Avril, Stéphane Beaud, Marie Cartier, Violaine Girard, Anne Lambert, Marie-Hélène Lechien, Marie-Clémence Le Pape, Olivier Masclet, Gérard Mauger, Séverine Misset, Gilles Moreau, Dominique Pasquier, Camille Peugny, Tristan Poullaouec, Fanny Renard, Olivier Schwartz et Jean-Pierre Terrail.

 

 

Sophie Béroud, Élyane Bressol, Jérôme Pélisse et Michel Pigenet (dir.)
La CGT (1975-1995). Un syndicalisme à l’épreuve des crises,
éditions Arbre bleu, Coll. « Le corps social », 2019, 536 p., 27 €
[présentation en ligne]

 

 

Cet ouvrage vient à son heure, celle qu’autorise le recul du temps, sinon la résolution des problèmes posés au syndicalisme. La période 1975-1995, difficile pour le mouvement syndical français, fut catastrophique pour la CGT. L’histoire de la Confédération ne manque pas d’épisodes douloureux, voire tragiques. Jamais les revers et les reculs ne s’étaient toutefois prolongés aussi longtemps.

Fruit de la coopération de spécialistes reconnus et de jeunes chercheurs – historiens, sociologues, politistes – ainsi que de syndicalistes, l’ouvrage interroge la manière dont la CGT a traversé ces deux décennies. Au fil des chapitres, la quarantaine d’auteurs réunis offre une exploration inédite de l’organisation et de ses militants, observés du Bureau confédéral aux échelons les plus élémentaires et dans les contextes les plus variés.

 

 

 

 

Marie-Hélène Dumas
Sylvia Pankhurst. Féministe, anticolonialiste, révolutionnaire
Libertalia, 2019, 216 p., 10 €

[présentation en ligne]

 

 

Artiste, journaliste, féministe, communiste de gauche, anticolonialiste et antifasciste, Sylvia Pankhurst (1882-1960) a œuvré toute sa vie en faveur de l’émancipation.

Figure du mouvement des suffragettes avec sa mère Emmeline et sa sœur Christabel, elle affronte de nombreux séjours en prison. En 1914, elle délaisse les salons progressistes pour les rues misérables d’East London. Elle dirige alors le plus important journal antiguerre d’Angleterre, transforme des pubs en crèches, crée des restaurants à prix coûtant et des cliniques pédiatriques. Camarade d’Emma Goldman, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, Alexandra Kollontaï et Angelica Balabanova, militante de la IIIe Internationale, elle contribue à la fondation du Parti communiste britannique avant d’en être exclue parce qu’elle refuse de suivre la ligne. Elle se consacre ensuite à la lutte contre la montée du fascisme et soutient le peuple éthiopien face à Mussolini.

En reliant l’émancipation des femmes à celle des classes laborieuses et des peuples colonisés, Sylvia Pankhurst annonce la pensée intersectionnelle d’aujourd’hui.

Première biographie en français.

 

 

Lucien Descaves
Philémon, Vieux de la Vieille. Roman de la Commune, de l’exil et du retour
La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2019, 348 p., 22 €

[présentation en ligne]



Publié pour la première fois en 1913, Philémon, Vieux de la Vieille est un livre aussi insolite que précieux. Et résolument hybride, conformément à la volonté de son auteur, Lucien Descaves. Se parant d’atours romanesques, Philémon se révèle en effet un authentique livre d’histoire, dans l’acception la plus exigeante du terme. Durant une décennie, Descaves a minutieusement compulsé les documents de toutes natures (archives, manuscrits, correspondances, journaux) mais, surtout, interrogé patiemment les survivants de la Commune, préférant à la froideur du papier la chaleur du témoignage oral.

Sensible et loyal, Descaves a tenu à rendre hommage à ces hommes et femmes qui ont vu et fait la dernière des révolutions françaises et dans l’intimité desquels il a vécu. Il en résulte une œuvre vivante sur leurs années d’exil et leur difficile retour, où percent la tendresse et l’affection de l’auteur, où affleure en maints endroits une émotion à la fois sobre et juste. Nul mieux que lui n’a su restituer plus fidèlement ce que fut un communard, figure éminemment attachante et bien différente de la caricature anachronique peuplant notre imaginaire collectif.

Rares sont les ouvrages qui allient l’exactitude historique à l’agrément que procure la lecture d’un bon roman. Assurément, Philémon est de ceux-là.

 

 

Harry T. Dickinson et Pascal Dupuy
Le Temps des cannibales. La Révolution française vue des îles britanniques
Vendémiaire, 2019, 468 p., 25 €

[présentation en ligne]

 

 

Sans-culottes assoiffés de sang, jacobins sans foi ni loi, scènes de violences paroxystiques, mais aussi exigences de réformes radicales, engouement pour les droits de l’homme et désir d’égalité : dès 1789, en Grande-Bretagne, les événements révolutionnaires fascinent. Cet attrait, qui se transforme pour beaucoup en une répulsion absolue, va se traduire par des débats aussi bien politiques que philosophiques autour des idéaux venus de France. Une avalanche de caricatures et de pamphlets en offre un témoignage enflammé, de même que toute une culture de l’image et de l’écrit, qui, de Dickens à aujourd’hui, irriguera une représentation sombre et dramatique de cette période charnière de notre histoire.

L’influence de la Révolution outre-Manche ne s’est pourtant pas arrêtée aux polémiques et à la contemplation. Sur tout le territoire du royaume, mais surtout en Écosse et en Irlande, les événements de France ont déclenché des réactions profondes, menant parfois les opposants à la couronne d’Angleterre au bord de l’insurrection, voire de la sécession. En réalité, 1789 a bouleversé l’ensemble de la société britannique, l’obligeant à se positionner, de manière radicale et identitaire, vis-à-vis d’un voisin qu’elle avait appris, depuis un siècle, à admirer autant qu’à redouter.

 

 

Claire Auzias (dir.)
Un Paris révolutionnaire. Émeutes, subversions, colères
Les Éditions libertaires, 2019, 416 p., ill., 35 €

[présentation en ligne]

 

Paris ce n'est pas que la Tour Eiffel ou le musée du Louvre. C'est aussi le peuple de Paris qui s'est maintes fois révolté contre la tyrannie du moment. C'est une pépinière de révoltés et de révolutionnaires en tout genre. Des célèbres comme des peu connus.

Ce livre est une sorte de guide touristique de l’insurrection, magnifiquement illustré, revisitant tous les arrondissements de Paris à l'aune de ces révoltes et de ces révolutionnaires. Pour connaître le vrai Paris, celui du peuple, ce livre est un outil essentiel.

 

 

 

 

 

 

 


Revue Savoir/Agir
n° 48 « Les classes sociales en question (1) »
n° 49 « Les classes sociales en question (2) »
éditions du Croquant, 10 €

[présentation en ligne : n°48 et n°49]

Marx et ses héritiers avaient fixé les traits distinctifs d’une approche « classiste » de la société : effort pour appréhender la société de manière globale, rôle primordial accordé aux critères économiques, conception hiérarchique, relationnelle et antagonique des classes.

Assimilée et retravaillée, cette approche a nourri la sociologie, en dehors même de la tradition marxiste, et fortement imprégné les discours sur le monde social jusque dans les années 1970. Si, pour de multiples raisons, le concept de classe sociale a ensuite perdu sa centralité, les approches en termes de classes semblent aujourd’hui retrouver droit de cité.

C’est à ce « retour des classes sociales » dans le discours sociologique que ce numéro aimerait contribuer en proposant un ensemble de contributions mobilisant ou discutant l’outil « classe » et l’approche « classiste ».