Tous les articles par adlc

Stiegler et Marx

par Solange Manche
lundi 30 mai à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Bernard Stiegler est l’un des philosophes français contemporain le plus traduit aujourd’hui. Décédé le 5 Août 2020, il a laissé derrière lui une œuvre impressionnante dont la publication de sa thèse, sous la direction de Jacques Derrida, reste l’un de ses ouvrages le plus estimé. Surtout très influent dans le monde anglophone, ses écrits y sont déjà au programme de divers masters, aussi bien en philosophie qu’en géographie. Sa pensée est composée de références philosophiques éclectiques—certain.e.s diraient contradictoires—qui passent de Kant à Hegel et d’Aristote à Nietzsche. La philosophie de Stiegler est une véritable toile d’araignée de citations mais qui n’est pas impossible à décortiquer.
Pour cette présentation, je me limite aux concepts de prolétarisation et de déprolétarisation pour élucider le rapport de Stiegler à Marx. Alors que cette facette marxienne de ses travaux n’est pas du tout marginale et permet de comprendre son soutien à des propositions politiques tel qu’une forme de revenu universel (le revenu contributif) et son implication dans l’organisation des jeux olympiques de Paris, c’est un angle qui n’est pas beaucoup étudié. C’est avant tout à travers l’histoire de la réception franco-italienne des Grundrisse, et notamment du fragment sur les machines, qu’il faut comprendre la présence de Marx dans l’œuvre de Stiegler—une présence qui détermine également sa conception de la politique.
 
Bibliographie
Bibliographie secondaire
  • Vocabulaire Ars Industrialis de Victor Petit
  • Dillet, Benoît, « Proletarianization, Deproletarianization and the Rise of the Amateur, » Boundary 2 44:1 (2017), 79–10.
  • Howells, Christina, and Gerald Moore, ed, Stiegler and Technics (Edinburgh : Edinburgh UP, 2013).
  • Manche, Solange, « The problem is proletarianisation, not capitalism : a critique of Bernard Stiegler’s contributive economy, » Radical Philosophy 2.11 (2021).
  • Moore, Gerald, « Bernard Stiegler, 1952-2020, » Radical Philosophy 2.08 (2020).

 

Bourdieu et le marxisme

par Alice Vincent
lundi 23 mai à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Nous voudrions dans cette séance essayer de qualifier le rapport de Bourdieu au marxisme. Pour cela, nous nous intéresserons à un certain nombre de termes que Bourdieu reprend au vocabulaire marxiste (fétichisme, mode de production, capital, accumulation primitive, matérialisme) et nous montrerons comment il les subvertit de manière systématique.
 

 

Présentation de l’Esthétique de Lukacs

par Guillaume Fondu
lundi 16 mai à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

L’Esthétique de Lukacs, dernière œuvre achevée du philosophe hongrois, prend la suite de réflexions entamées dès les années 1910 et principalement consacrées à contester le monopole du discours scientifique sur la vie historique et sociale. On étudiera lundi dans cet ouvrage la manière dont Lukacs cherche à ménager, avec l’art, une approche de la réalité humaine objectivante mais non déshumanisante, susceptible de fournir à l’humanité la conscience de soi, de son potentiel et de son histoire. En ce sens, et ce sera notre thèse, L’Esthétique constitue en réalité une théorie non pas de la seule sphère esthétique mais d’une modalité de la conscience irréductible à la seule connaissance scientifique, la narration.
 
Bibliographie
– Georg Lukacs, L’Esthétique, trad. J.-P. Morbois et G. Fondu, Editions Critiques, t. I, 2021 [1963] 
 
Enregistrement audio de la séance

Veille bibliographique #28 (février-avril 2022)

Nouvelle veille bibliographique avec une sélection d’ouvrages parus entre février et avril 2022.

Liste réalisée par la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris).

 

Jean-Numa Ducange, Guillaume Fondu, Michael Löwy (dir.), dossier « Rosa Luxemburg »
Actuel Marx n° 71, PUF, 2022, 216 p., 25 €

[présentation en ligne]

Le dossier de ce numéro comprend des articles de P. Hudis, S. Rein, M. Löwy, M. Bois, M. Krätke et B. Bürbaumer, un entretien avec É. Sevault, U. Lojkine et A. Vincent et deux textes de Rosa Luxemburg elle-même.

Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes
Smolny, 3e éd. révisée 2022, 392 p., 16 €

[présentation en ligne]

 

La préhistoire des rapports de genre suscite de nos jours un intérêt croissant, mais aussi bien des fantasmes. À quelle époque remonte la domination masculine dans les sociétés humaines, et pour quelles raisons s’est-elle imposée ? De quelle manière le passé le plus reculé de l’humanité éclaire-t-il le combat féministe actuel ?
Cette troisième édition révisée du Communisme primitif n’est plus ce qu’il était, enrichie d’une préface inédite, vient donc à point nommé pour contribuer au débat autour de ces délicates questions en mobilisant les connaissances accumulées par l’ethnologie et l’archéologie.
Tout en relevant les nombreux points dépassés des travaux fondateurs de Morgan et d’Engels, cette vaste synthèse, guidée par une rigoureuse approche matérialiste, renouvelle l’analyse marxiste sur un thème à la fois si lointain et d’une actualité si brûlante.

Isaak I. Roubine, Essai sur la théorie marxienne de l’argent
trad. et préf. Guillaume Fondu, Syllepse, « Mille marxismes », 2022, 204 p., 12 €

[présentation en ligne]

À l’heure où les banques centrales dépensent des milliards pour stabiliser l’économie et où la dette est omniprésente dans les discussions politiques, ce livre propose une analyse radicale de la monnaie inspirée par la théorie marxienne.
À la suite de ses travaux sur la théorie de la valeur de Marx, Isaak Roubine offre dans le présent ouvrage une analyse radicale du phénomène monétaire en tant que forme sociale spécifique du capitalisme. Il nous invite à penser la genèse et les fonctions de l’argent tout en les ancrant dans le contexte d’une société marchande généralisée.
L’auteur nous propose une étude de l’argent qui est sous-jacente aux discussions politiques et économiques contemporaines. Elle est également incontournable pour penser les grandes transformations sociales – passées, comme la révolution d’Octobre, qui constitue le contexte de rédaction du livre, ou futures, comme la transition écologique.
L’ouvrage présenté ici, demeuré à l’état de manuscrit, n’a fait l’objet d’une première publication en langue originale (russe) qu’en 2011.

Patrick Tort, Marx et le problème de l’idéologie. Le modèle égyptien, suivi de Introduction à l’anthropologie darwinienne
postf. Bernadette Menu, Gruppen éditions, 2022, 142 p., 19 €

[présentation en ligne]

La théorie de l’idéologie dominante renferme chez Marx une contradiction.
Réduite à sa thèse manifeste, explicitée au cœur de la polémique contre la nouvelle philosophie critique, L’Idéologie allemande installe son objet dans l’innocence d’un reflet, dans l’involontaire d’une croyance, dans la sincérité d’une illusion que partagent ceux-là mêmes qui l’élaborent – les « idéologues » de la classe dominante – et, tout autant, ceux qui la dénoncent comme telle et qui pensent ainsi changer le monde en corrigeant des représentations : les philosophes « critiques » allemands.
Mais, dans les interstices de ce texte, et plus nettement encore dans le premier livre du Capital, la référence expresse de Marx, à travers le XVIIIsiècle, à ces archétypes de la fonction politico-idéologique et à ces spécialistes de la régulation sociale qu’étaient les prêtres de l’Égypte initiateurs des cultes idolâtriques fait basculer la thèse de l’innocence de la production idéologique dans son extrême opposé. L’idéologie dominante devient alors une mystification calculée, un jeu d’artifices, un outil de l’influence, une force d’assujettissement à des simulacres construits, s’exerçant en direction des producteurs dominés, et manœuvrée depuis une position de savoir apte à exclure toute « illusion » sur son origine, son lieu d’application et ses conséquences matérielles : la reproduction des rapports de production et de la division du travail, dont la caste sacerdotale est elle-même le produit.
Ces deux thèses en conflit latent fournissent la structure et les termes réels de la problématique de l’idéologie chez Marx : du dépassement de leur opposition dépend aujourd’hui, pour une grande part, la nouvelle intelligence de la lutte idéologique.

Yohann Douet, L’histoire et la question de la modernité chez Antonio Gramsci
Classiques Garnier, 2022, 340 p., 32 €.

[présentation en ligne]

Le marxisme ouvert d’Antonio Gramsci esquisse une philosophie de l’histoire nouvelle et non dogmatique. Gramsci pense ainsi le processus historique en accordant un rôle central à l’activité et aux luttes humaines, et étudie la modernité dans toute sa complexité.

Agustín García Calvo, Apophtegmes sur le marxisme
présentés par Luis Andrés Bredlow et Anselm Jappe, Crise & Critique, « Au cœur des ténèbres », 2022, 192 p., 12 €

[présentation en ligne]

Les enseignements de Marx ont souffert un destin d’atroce paradoxe : à partir de sa pensée, négation passionnée et lucide de l’État, du travail et de toute servitude humaine, s’est forgée l’idéologie brutale et policière qui légitima l’instauration d’un nouveau type d’État puissant et oppressif. Si rien n’est plus faux que de voir dans le cauchemar carcéral du « socialisme réel » la réalisation des «  idées de Marx », nous devons néanmoins suspecter qu’il y avait déjà quelques éléments dans les écrits de Marx lui-même qui, sans le vouloir, admettaient et préfiguraient cela. Il ne s’agit pas seulement de discerner ce qui est vivant de ce qui est mort dans la pensée de Marx, mais de quelque chose de bien plus dramatique et vital : savoir ce qui est du côté de la vie et ce qui est du côté de la mort, autrement dit de l’État et du Capital et des nouvelles formes qu’au cours de leur développement historique ils ont acquises.
Dans cette édition augmentée de deux articles (dénonçant les mécanismes d’assimilation de la rébellion et fustigeant la conception de la fin de l’histoire de Fukuyama), les Apophtegmes sur le marxisme mettent en lumière les points les plus essentiels où la pensée de Marx reste vive et opérante, mais aussi ceux où elle continue de servir à la rénovation des formes de domination de l’État.

Loïc Chaigneau, Marxisme et intersectionnalité. De l’autonomie relative de la superstructure des signifiants vides
préf. François de Negroni, Delga, 2022, 125 p., 13 €

[présentation en ligne]

Les questions de race, de genre, d’identité́ sont au cœur de tous les débats, qu’ils soient politiques ou universitaires. Le monde semble se diviser en deux catégories : d’un côté́, ceux qui sont a priori du côté́ des oppressés, de la race et du genre notamment, de l’autre, ceux qui se positionnent en réaction face à ces nouvelles luttes.
L’auteur prend ici le parti de révéler le non-dit de cette fausse opposition. Il montre d’abord qu’une certaine gauche ralliée à la théorie de l’intersectionnalité́ n’est pas aussi progressiste qu’elle le laisse entendre. Ensuite, il met en lumière l’opposition absurde qui lui fait face, la majeure partie du temps. Cela, afin de montrer que ces deux camps participent en fait d’un même élan et d’une même manière de penser les problèmes actuels. En effet, ils ont en commun le fait d’évincer grandement ou totalement le rapport aux conditions matérielles réelles dans l’analyse qu’ils peuvent faire du monde social. Pire encore, ils font de la seule sphère du discours le lieu unique de la connaissance. Les déterminations objectives, de classe notamment, sont alors mises de côté́.
Pour conduire à bien cette enquête qui invite à penser différemment l’actualité́, Loïc Chaigneau s’efforce d’abord de reconstituer l’épistémologie du postmodernisme comme terrain idéologique commun à nos opposants de façade. Un moyen de cerner les enjeux derrière ces querelles identitaires à la marge des vaines polémiques. C’est ensuite seulement qu’il peut démystifier à la fois cette gauche dont on découvre le conservatisme naïf et une certaine droite réactionnaire qui ne semble pas avoir grand-chose à lui envier. L’analyse marxiste de l’auteur nous conduit alors à repenser la question du progrès, de l’éthique, de la république et du communisme par-delà̀ les anathèmes d’un monde trop manichéen.

Emilio Albamonte, Matias Maiello, Marxisme, stratégie et art militaire. Penser la révolution au XXe siècle
trad. de l’espagnol (Argentine), préf. Daniela Cobet, Communard.e.s, 2022, 430 p., 24 €

[présentation en ligne]

L’appropriation critique des concepts forgés par la théorie militaire a joué un rôle fondamental dans le développement du marxisme au XXe siècle, pour penser la relation entre guerre et politique mais surtout pour élaborer une véritable stratégie communiste révolutionnaire. C’est la thèse que défendent M. Maiello et E. Albamonte, deux chercheurs et militants argentins. Leur livre est une tentative ambitieuse de relire ces débats et de discuter les interprétations qui en sont faites aujourd’hui par des penseurs contemporains (Agamben, Anderson, Frosini, Lih, Thomas, etc.). Ils reviennent sur certains thèmes comme l’hégémonie, le front unique ou l’insurrection et en tirent des leçons pour repenser la révolution au XXIe siècle.

Jan Willem Stutje, Ernest Mandel. Un révolutionnaire dans le siècle
Syllepse, « Des paroles en actes », 2022, 456 p., 25 €

[présentation en ligne]

Né de parents juifs, élevé dans un foyer socialiste de gauche, Ernest Mandel rejoint en 1939 le mouvement trotskiste et la petite section belge de la 4e Internationale. Engagé dans la résistance antinazie, il est arrêté, s’évade avant d’être envoyé dans un camp de travail nazi.
Après la guerre, Ernest Mandel devient un membre influent du mouvement syndical belge et l’un des principaux animateurs de la 4e Internationale. Présent à Cuba, où il se lie à Che Guevara, il est également actif dans le soutien à la lutte de libération du peuple algérien. On le retrouvera plus tard en Pologne et en Allemagne de l’Est où il se lie aux dissidences antistaliniennes.
Sa pensée aura un énorme impact sur la pensée et la pratique de la génération des années 1968. Ernest Mandel a été l’un des intellectuels marxistes antistaliniens les plus en vue de son temps. Ses écrits, notamment ceux consacrés à la théorie économique et politique ont été traduits dans plus de quarante langues.
Son biographe, Jan Willem Stutje, a interviewé de nombreuses personnalités pour l’écriture de cet ouvrage qui livre également des détails fascinants, parfois tragique, sur la vie publique privée de l’homme.

Willy Gianinazzi, Georges Sorel philosophe de l’autonomie, suivi d’écrits marxistes et syndicalistes de Georges Sorel,
L’Arbre bleu, « Gauches d’ici et d’ailleurs », 2022, 206 p., 20 €

[présentation en ligne]

Célèbre pour avoir écrit les Réflexions sur la violence qui furent diversement interprétées, Georges Sorel (1847-1922) a pourtant produit une œuvre qui ne prête pas à ambiguïté sur le fond. Se voulant « serviteur désintéressé du prolétariat », il n’a cessé de questionner ce qui pourrait amener les groupes ouvriers organisés à préparer le chemin vers une société libérée des entraves asservissantes du capitalisme.
Se plaçant dans les pas de Karl Marx qu’il a contribué à acclimater en France, Georges Sorel s’est employé à ruiner le prestige de la culture bourgeoise et les stratégies politiques de séduction mises en œuvre par l’État républicain. La résistance qu’il concevait était à la mesure de l’enjeu : elle commandait d’opérer la « scission » par l’action directe et la construction de l’autonomie prolétarienne selon des principes qu’il partageait avec les syndicalistes révolutionnaires.
Ce livre apporte un regard neuf sur l’imaginaire politique de Sorel. Aux études que Willy Gianinazzi consacre à des facettes insoupçonnées de sa pensée s’ajoutent des écrits engagés du philosophe dont la plupart, publiés en Italie, l’autre « patrie » de Sorel, sont restés inconnus en France.

John Bellamy Foster, Brett Clark, Le pillage de la nature. Capitalisme et rupture écologique
trad. de l’anglais (États-Unis) par Cyrille Rivallan, éditions Critiques, 2022, 384 p., 26 €

[présentation en ligne]

Réchauffement climatique, déforestation, disparition des espèces, chacun s’alarme des catastrophes écologiques présentes ou à venir mais peu remettent en cause le système qui les a provoquées : le capitalisme.
Reconnus comme des figures majeures de l’écomarxisme, John Bellamy Foster et Brett Clark explorent les œuvres de Marx et Engels afin d’élaborer une écologie politique matérialiste et dialectique. Cette approche originale alliant l’histoire, l’économie, la science et la politique déploie la question environnementale dans toute sa variété́ allant de l’agriculture à la maltraitance animale, en passant par l’alimentation et l’éco-impérialisme.
Leur critique à la fois féroce et méticuleuse vise non seulement le néolibéralisme mais aussi l’écologie réformiste qui s’accommode également de l’ordre capitaliste bourgeois. Dévoilant le lien entre dégradation écologique et domination sociale ils posent les bases d’une lutte révolutionnaire où l’émancipation implique la fin d’une double exploitation: celle des êtres humains et de la nature.
Car s’il s’agit bien d’en finir avec le pillage de la nature, les auteurs n’oublient pas que celui-ci est inhérent au pillage de l’existence humaine, à travers différentes formes d’oppression liées à la classe, la race et le genre. Pris dans le processus capitaliste d’épuisement de la nature, être une chose vivante c’est toujours être un objet de l’expropriation.

Antonio Gramsci, Le journalisme intégral
trad. de l’italien Fabien Trémeau, éditions Critiques, 2022, 112 p., 10 €

[présentation en ligne]

Écrits au début des années 1920 quand l’auteur était lui-même journaliste militant, ou bien au cours de son incarcération dans les prisons fascistes (1926-1937), ces textes nous offrent une véritable réflexion critique sur la pratique, les moyens et les buts d’un journalisme engagé.
Outil d’information, mais surtout de formation, le journalisme est pour Gramsci un facteur clé́ pour le développement d’une nouvelle hégémonie culturelle, c’est-à-dire pour la création d’un nouveau sens commun.
De nos jours, alors que les grands capitalistes ont mis la main sur presque tous les médias traditionnels et que les sites d’informations contestataires de toutes tendances se multiplient sur internet, les réflexions de Gramsci fournissent des pistes fécondes à tous ceux pour qui l’information doit redevenir une arme au service du progrès social.

Juan Sebastián Carbonell, Le futur du travail
Amsterdam, 2022, 192 p., 12 €

[présentation en ligne]

Le travail est un inépuisable objet de fantasmes. On annonce sa disparition prochaine sous l’effet d’un « grand remplacement technologique », on prophétise la fin imminente du salariat, on rêve d’une existence définitivement débarrassée de cette servitude. Fait significatif, les futurologues consacrés et les apologistes du monde tel qu’il va n’ont absolument pas le monopole de ce discours, tout aussi bien tenu par les plus féroces critiques du capitalisme. À chaque révolution technologique ses mirages. Car il y a loin, très loin, de ces anticipations à la réalité. Le travail humain conserve en effet une place centrale dans nos sociétés. Simplement, ses frontières et le périmètre des populations qu’il concerne se déplacent : ce n’est donc pas à une précarisation généralisée que l’on assiste, mais à l’émergence d’un nouveau prolétariat du numérique et de la logistique, dans des économies bouleversées par l’essor des géants de la Big tech.
Dans cet essai incisif, Juan Sebastián Carbonell montre que le discours sur la « crise du travail » fait obstacle à la compréhension de ses enjeux politiques. Et que sa mise en avant empêche, parfois à dessein, la nécessaire ouverture d’un débat sur les voies de son émancipation.

Ugo Palheta, Omar Slaouti, Défaire le racisme, affronter le fascisme
entretiens réalisés par Alexis Cukier, Pauline Delage et Aurore Koechlin, La Dispute, 2022, 168 p., 12 €

[présentation en ligne]

Face au racisme d’État, à la possibilité du fascisme, à la perspective d’un nouveau duel électoral entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron, il est urgent de rendre accessible au plus grand nombre les expériences et outils, académiques et militants, issus des luttes antiracistes et antifascistes, passées et en cours. Dans ce livre d’entretiens, Ugo Palheta, sociologue, militant anticapitaliste et auteur de La possibilité du fascisme, et Omar Slaouti, conseiller municipal à Argenteuil, militant antiraciste et auteur de Racismes de France, analysent la situation, clarifient les définitions, proposent des actions pour défaire le racisme, affronter le fascisme et ouvrir ainsi la voie de prochaines victoires sociales et politiques.

Maurizio Lazzarato, L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution. Minorités et classes
Eterotopia, 2022, 288 p., 21 €

[présentation en ligne]

Les luttes syndicales, les luttes de libération nationale, le mutualisme ouvrier, les luttes pour l’émancipation étaient des stratégies qui, pour être efficaces, devaient nécessairement s’articuler avec la révolution. En partant de la défaite historique de la Révolution mondiale au milieu des années soixante-dix, ce livre dresse un bilan, dont l’élaboration fait défaut, par rapport au concept de révolution. Quelles sont les conditions qui pourraient nous amener à parler à nouveau de révolution ?
Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.
Les théories marxistes, féministes et celles de la pensée anticoloniale et postcoloniale fournissent, en ce sens, des outils critiques nécessaires pour comprendre les relations entre classes et minorités, Nord et Sud globaux, les temps des révolutions et l’irruption de nouvelles subjectivités.

Mohammed Harbi (dir.), L’autogestion en Algérie. Une autre révolution ? (1963-1965)
Syllepse, « Utopie critique », 2022, 346 p., 15 €

[présentation en ligne]

En 1962, à l’indépendance de l’Algérie, un million d’hectares, des centaines d’entreprises sont délaissés par leurs propriétaires coloniaux. Spontanément, paysans et travailleurs s’en emparent. Reconnaissant officiellement cette situation, le nouveau gouvernement promulgue plusieurs décrets en mars 1963 : la gestion des biens déclarés vacants et des biens « anormalement exploités » sera assurée par les travailleurs.
Autogestion : le mot est lancé et le processus officialisé, avec de nouvelles structures, notamment le Bureau national d’animation du secteur socialiste, sous la responsabilité de Mohammed Harbi, qui mobilise militants et chercheurs, algériens et français. Les résistances sont fortes : l’armée s’octroie une bonne partie des terres, dans beaucoup d’entreprises et de fermes le pouvoir des travailleurs est confisqué par une nouvelle bourgeoisie qui entend accaparer la révolution à son profit avec la complicité de l’administration.
Dans ce recueil qu’il introduit, Mohammed Harbi a sélectionné une série de rapports d’enquêtes sur le terrain, d’articles de l’hebdomadaire Révolution africaine dont il était le directeur, de textes et documents, pour la plupart inédits ou jusqu’ici inaccessibles. Soixante ans après l’indépendance de l’Algérie, alors que le Hirak réclame une nouvelle révolution, ce livre vient rappeler l’histoire d’une autre révolution possible, celle de l’autogestion algérienne.

Règne de la valeur & destruction du monde, Jaggernaut n° 4, Crise & Critique, 2022, 16 €

[présentation en ligne]

 

La crise écologique et l’épuisement des ressources naturelles ne sont pas des aspects accessoires du mode de production capitaliste et ne peuvent pas être évités en établissant un capitalisme plus « sage », modéré, vert, durable ou circulaire. Il ne paraît pas possible aujourd’hui de comprendre la crise écologique, en tant qu’imbrication entre l’évolution technologique et le capitalisme, si l’on ne tient pas compte des contraintes pseudo-objectives qui dérivent de la valorisation de la valeur et qui poussent à consommer la matière concrète du monde pour satisfaire les exigences abstraites de la forme-marchande. Le mode capitaliste de (re)production est basé sur une forme sociale abstraite de richesse – la survaleur –, qui est intrinsèquement autotélique, illimitée et, en tant que telle, entraîne une forme de croissance économique débridée nuisible à la biosphère. L’incompatibilité du capital et de la protection du climat, qui se reflète au niveau systémique fondamental ainsi qu’au niveau politique et culturel, fait du dépassement du mode d’économie capitaliste destructeur une question de survie pour l’humanité au XXIe siècle.

Chantier 7e session. Espace littéraire

Vendredi 6 mai (15h30 – 17h30),  salle Ferdinand Berthier (U207), située dans le bâtiment Jaurès (au 29, rue d’Ulm).

Possibilité de suivre par zoom à partir de ce lien (code secret : 816372).

Gabrielle Adjerad, Quentin Fondu, Marianne Hillion, Mathilde Roussigné : À propos de l’espace littéraire.

Il est devenu commun, dans les études littéraires, de séparer la géographie de la littérature (étude des contextes spatiaux dans lesquels les œuvres sont produites), la géocritique (étude des représentations de l’espace dans les textes eux-mêmes) et enfin la géopoétique (étude des rapports entre l’espace et les formes littéraires). Il s’agira pourtant ici de s’intéresser à des travaux qui, dans une perspective matérialiste, tâchent d’articuler en permanence l’étude de l’espace dans la littérature et l’étude de la littérature dans l’espace, pour reprendre les mots de Franco Moretti.

Comme pour les séances précédentes, il s’agit pour nous de préparer la rédaction du manuel du SLAC, ici à partir de trois grandes questions qui se posent dès lors que l’on tâche, dans la recherche, de prendre en compte l’espace littéraire : comment situer un auteur ou une production dans un espace socio-spatial et que cela apporte-t-il à l’analyse des textes ? Comment faire de l’analyse des déterminants institutionnels une plus-value dans l’approche critique des textes ? Comment dépasser les impensés des catégories nationales ? La séance sera l’occasion de réfléchir à la forme pédagogique à donner à la présentation des outils théoriques mobilisés.

Conférence de Jean-Jacques Lecercle, “A propos de la linguistique en marxisme”

Lundi 2 mai à 18h30
Salle Dussane
45 rue d’Ulm.

    La séance du lundi 2 mai 2022 prendra la forme d’une conférence de Jean-Jacques Lecercle intitulée « À propos de la linguistique en marxisme ». La séance aura lieu à 18h30 en salle Dussane au 45 rue d’Ulm (rez-de-chaussée, au bout du couloir à gauche à l’entrée).
    La conférence sera suivie d’une discussion libre avec J.-J. Lecercle, animée par Vincent Berthelier et Marion Leclair. La séance est bien entendu ouverte à toutes et tous, sans inscription préalable.
    Vous pouvez retrouver ces informations sur Facebook : https://www.facebook.com/events/1129660181187321.
   
    Professeur émérite de linguistique et de littérature anglaise à l’Université Paris Nanterre, Jean-Jacques Lecercle développe dans son œuvre une philosophie marxiste du langage qui prend appui sur les travaux de Marx et d’Engels, de Lénine ou de Gramsci, de Deleuze et Guattari, d’Althusser ou de Williams.
    Il est autre autres l’auteur d’Une philosophie marxiste du langage (PUF, 2004) et De l’interpellation. Sujet, langue, idéologie (Amsterdam, 2019). Plusieurs articles de Jean-Jacques Lecercle sont disponibles sur le site Période (http://revueperiode.net/author/jean-jacques-lecercle/) et Judith Bernard l’avait reçu dans son émission « Dans le Texte » sur Hors-Série l’année dernière (https://www.hors-serie.net/…/De-l-interpellation-id447).
 

exploitation et valeur

par Ulysse Lojkine
lundi 25 avril à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Le but de cette séance est de présenter les débats sur la formalisation de la théorie de la valeur de Marx et leurs conséquences pour la conception de l’exploitation. Je parcourrai l’histoire de ces débats en trois étapes. Je montrerai tout d’abord comment la question se présente dans le Capital de Marx, qui attribue une fonction explicative à la théorie de la valeur et de l’exploitation. La première génération de modèles a mené, notamment par les travaux d’Okishio, à réinterpréter la valeur et l’exploitation comme de simples métriques descriptives. Enfin, la génération suivante de modèles, plus généraux, a mené à mettre en doute la possibilité même de mesurer le contenu en travail des produits, donnant lieu à des propositions de redéfinition de l’exploitation: par une définition plus sophistiquée du travail nécessaire (Morishima) ; en partant de la distribution monétaire (Duménil-Foley) ; par la comparaison avec un contrefactuel socialiste (Roemer).

Bibliographie : synthèses

  • John Roemer, A General theory of exploitation and class, Harvard University Press, 1982
  • Naoki Yoshihara, “A progress report on marxian economic theory: on the controversies in exploitation theory since Okishio (1963)”, Journal of economic surveys, vol. 31, n° 5 – https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/joes.12253
  • Jonathan Cogliano, Peter Flaschel, Reiner Franke, Nils Fröhlich, Roberto Veneziani, Value, competition and exploitation. Marx’s legacy revisited, Elgar, 2018

Enregistrement de la séance

Les classes sociales dans le système-monde d’Immanuel Wallerstein

par Lucie Rondeau du Noyer
lundi 11 avril à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

https://intpolicydigest.org/wp-content/uploads/2019/09/3849572952923.jpg

Au cours de sa prolifique carrière, le sociologue états-unien Immanuel Wallerstein (1930 – 2019) n’a jamais cherché à se présenter comme marxiste. Cela ne l’a pas empêché de souvent proclamer qu’il était un grand lecteur de Marx, auteur dont il se sentait intellectuellement très redevable. Dans l’introduction du premier volume de The Modern World-System, il affirme d’ailleurs qu’il s’est engagé dans la carrière sociologique afin de vérifier si toute l’histoire humaine était bien celle de la lutte des classes.

Après une rapide présentation biobibliographique de Wallertsein, je décrirai la place spécifique qu’il réserve à la notion de classe au sein de son système-monde élaboré à partir des années 1970. Considérant qu’il n’y a pas de sens à parler de « classe » en dehors de l’économie capitaliste qui se développe à partir de l’Europe depuis le  xvie siècle, il la présente comme un des clivages, avec la race, la nation, l’ethnicité et le genre, autour duquel ce système-monde se structure et se renforce. Cependant, la classe apparaît également comme une des institutions caractéristiques du capitalisme aux côtés des États, des foyers et des « groupes de statut » théorisés par Weber.

Pour éclairer ce double statut de la classe dans le système-monde de Wallerstein, je soulignerai ensuite que le sociologue est finalement bien plus intéressé par les processus de prolétarisation et de “bourgeoisification” que par la définition des contours exacts des classes sociales. Wallerstein entend ainsi étayer la thèse marxienne d’une polarisation croissante et absolue du monde capitaliste, tout en refusant d’attribuer aucun rôle révolutionnaire à la bourgeoisie.

Je montrerai enfin que la définition relationnelle et volontairement large que Wallerstein adopte de la classe doit aussi se comprendre dans le cadre du très ambitieux projet épistémologique et politique qu’il a porté au cours de sa vie. Rien de moins que de refonder la science sociale et le socialisme en dépassant les clivages disciplinaires et politiques hérités d’un XIXe siècle trop eurocentré et qui n’en finit pas de finir…

Mon exposé s’appuiera particulièrement sur les deux articles retenus par Wallerstein à la fin de sa carrière pour résumer sa conception des classes :

Autres œuvres de Wallerstein citées au cours de l’exposé :

Articles :

  • « How Do We Know Class Struggle When We See It? », The Insurgent Sociologist 7, no 2 (1977), p. 104‑106.
  • « Les États dans le vortex institutionnel de l’économie-monde capitaliste », Revue internationale des sciences sociales, n° 32/4, 1980, p. 797-805.
  • (avec Giovanni Arrighi et Terence K. Hopkins), « Rethinking the Concepts of Class and Status-Group in a World-System Perspective », Review (Fernand Braudel Center), 6/3 (1983), p. 283‑304.

Ouvrages :

  • The Capitalist World-Economy, Cambridge, Cambridge University Press, 1979 [recueil d’articles où « Class-Formation in the Capitalist World-Economy » est repris au chapitre 14]
  • Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, Paris, Flammarion, 1980
  • Le capitalisme historique, Paris, La Découverte, 1985
  • (avec Étienne Balibar, Race, nation, classe : Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988
  • (avec S. Amin, G. Arrighi & A.G. Frank), Le grand tumulte ? Les mouvements sociaux dans l’économie-monde, Paris, La Découverte, 1991
  • Impenser la science sociale : Pour sortir du xixe siècle, Paris, PUF, 1995

Bibliographie secondaire 

  • So, Alvin Y., et Muhammad Hikam, « “Class” in the Writings of Wallerstein and Thompson: Toward a Class Struggle Analysis ». Sociological Perspectives 32, no 4 (décembre 1989), p. 453 ‑ 467.
  • Rosière, Stéphane, « Une géopolitique des classes ? », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique, no 12 (11 février 2011).
  • Williams, Gregory,  Contesting the Global Order: The Radical Political Economy of Perry Anderson and Immanuel Wallerstein, Albany, SUNY, 2020

Enregistrement de la séance

Sciences et Marxisme

par André Boetto
lundi 4 avril à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

Le marxisme a été conçu pendant une partie importante de son histoire par ses propres théoriciens comme un « socialisme scientifique ». Pourquoi une telle insistance de la part des auteurs marxistes sur le caractère scientifique de leur œuvre ? Pour essayer de répondre à cette question, je vais proposer une reconstruction historique de la question de la science dans la pensée marxiste de ses origines à sa cristallisation sous forme de problème philosophique et politique. « Science » doit ici être entendu dans un double sens : il va s’agir d’une part de s’interroger sur ce qui fait du marxisme une science plutôt qu’autre chose (et aussi de définir quelle est cette autre chose), et d’autre part de se demander quel est le rapport spécifique des auteurs marxistes aux disciplines scientifiques de leur époque, et plus spécifiquement aux sciences de la nature. Contrairement à ce qu’ont pu croire des interprètes ultérieurs, l’opposition au cœur du débat ne s’avère pas être celle entre science et utopie, mais bien celle entre science et philosophie (spéculative).

La séance va se dérouler en deux grandes parties. Dans un premier temps, je vais m’intéresser à l’évolution de l’attitude de Marx à l’égard de la philosophie hégélienne d’un côté et des sciences de l’autre côté. On va voir notamment que la position de Marx sur ces questions se trouve déterminée à chaque fois par le contexte intellectuel de son époque, et plus spécifiquement par le contexte allemand. D’autre part, les critiques du Capital par des auteurs néokantiens amènent Engels vers la fin de sa vie à l’élaboration d’un vaste projet de réhabilitation de la philosophie hégélienne contre les tendances positivistes récentes dans les sciences de la nature.

La deuxième partie sera consacrée plus spécifiquement au socialisme scientifique tel qu’il se trouve formulé dans le marxisme de la IIe Internationale à partir des textes tardifs d’Engels. A partir des critiques adressées par Bernstein à Kautsky, les interprétations orthodoxes et ontologico-naturalistes du marxisme orthodoxe provoquent un débat épistémologique de fond portant sur la nature des lois du développement de la société capitaliste postulées par les théoriciens du mouvement. Les contradictions propres à la « conception matérialiste de l’histoire » n’éclatent finalement au grand jour qu’avec Lénine, dont la théorie marque une rupture radicale vis-à-vis du marxisme orthodoxe. Cette théorie n’est cependant pas comme on a pu le croire un abandon de la science en faveur de la philosophie, mais bien le début d’une nouvelle conception scientifique révolutionnaire.


Textes :

  • Marx, Manuscrits de 1844 ; Grundrisse ; Le Capital
  • Marx/Engels, L’Idéologie allemande ; Lettres sur les sciences de la nature
  • Engels, Antidühring ; Ludwig Feuerbach
  • Kautsky, Le Marxisme et son critique Bernstein
  • Kautsky, Les Trois sources du marxisme
  • Lénine, Que faire ?
  • Korsch, Marxisme et philosophie


Bibliographie secondaire :

  • Breines, « Praxis and its Theorists : the Impact of Lukács and Korsch in the 1920’s », Telos, n. 11, 1972, p. 67-105.
  • Gronow, On the Formation of Marxism, Leiden/Boston, Brill, 2016.
  • Labica, « Science », in G. Labica et G. Bensussan (dir.), Dictionnaire critique du marxisme, Paris, PUF, 1985, p. 1030-1043.
  • Mullick, « On Marx’s Conception of a Positive Science », Social Scientist, vol. 6, n. 9, 1978, p. 55-66.
  • Murray, Marx’s Theory of Scientific Knowledge, Highlands, Humanities Press, 1988.
  • Rocke, « The Rise of Academic Laboratory Science : Chemistry and the ‘German Model’ in the Nineteenth Century », in K. Chang et A. Rocke (éd.), A Global History of Research Education, Oxford, University Press, 2021.
  • M. Vadée (dir.), Science et dialectique chez Hegel et Marx, Paris, Editions du CNRS, 1980. 

Chantier 6e session : À propos de la figure auctoriale

Lundi 4 avril (10-12h), salle Ferdinand Berthier (U207), située dans le bâtiment Jaurès (au 29, rue d’Ulm).
Possibilité de suivre par zoom à partir de ce lien (code secret : N2CcWU).

Esther Demoulin : À propos de la figure auctoriale

Dans son récent ouvrage Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?, Gisèle Sapiro montrait l’existence d’un clivage professionnel, générationnel et genré entre les défenseurs d’une conception esthète de la littérature, d’une part, attentive à la distinction nette entre l’œuvre et son auteur, et les défenseurs d’une conception plus éthique et politique du fait littéraire, d’autre part, qui repose sur la conviction d’un lien nécessaire entre l’œuvre et son auteur. Nous reviendrons dans cette séance sur les origines de ces deux approches du littéraire ainsi que sur un ensemble d’outils notionnels capables de mobiliser des éléments externes à l’œuvre sans pour autant reproduire une vision individualiste de la création littéraire.

Comme pour les séances précédentes, il s’agit aussi pour nous de préparer la rédaction du manuel du SLAC. La séance sera donc l’occasion de faire la synthèse des séances précédentes du SLAC ayant porté sur ces questions, et de réfléchir à la forme pédagogique à donner à la présentation de ces outils théoriques.

Présentation du futur du travail

par Juan Sebastian Carbonell
Lundi 28 mars 2022 à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, couloir AB, premier étage

Juan Sebastian Carbonell présentera son ouvrage Le futur du travail (Amsterdam, 2022) :

Le livre se veut une analyse de et une réponse aux discours omniprésents sur la fin du travail. Au contraire de ce que veulent ces discours, le travail garde une centralité aujourd’hui, à la fois comme activité et comme rapport social, incarné dans le salariat. Pour démontrer ceci, je mobilise mes propres enquêtes sur le travail dans l’industrie automobile et une vaste littérature en sociologie et en économie du travail.

Voici la quatrième de couverture, rédigée par l’éditeur :

Le travail est un inépuisable objet de fantasmes. On annonce sa disparition prochaine sous l’effet d’un « grand remplacement technologique », on prophétise la fin imminente du salariat, on rêve d’une existence définitivement débarrassée de cette servitude. Fait significatif, les futurologues consacrés et les apologistes du monde tel qu’il va n’ont absolument pas le monopole de ce discours, tout aussi bien tenu par les plus féroces critiques du capitalisme. À chaque révolution technologique ses mirages. Car il y a loin, très loin, de ces anticipations à la réalité. Le travail humain conserve en effet une place centrale dans nos sociétés. Simplement, ses frontières et le périmètre des populations qu’il concerne se déplacent : ce n’est donc pas à une précarisation généralisée que l’on assiste, mais à l’émergence d’un nouveau prolétariat du numérique et de la logistique, dans des économies bouleversées par l’essor des géants de la Big tech.

Dans cet essai incisif, Juan Sebastián Carbonell montre que le discours sur la « crise du travail » fait obstacle à la compréhension de ses enjeux politiques. Et que sa mise en avant empêche, parfois à dessein, la nécessaire ouverture d’un débat sur les voies de son émancipation.

Marx, Darwin, un processus de civilisation dans l’histoire

par Sébastien Mély
Lundi 21 mars 2022 à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, couloir AB, premier étage

Cette séance s’intéresse à l’idée du processus de civilisation chez Marx-Engels et Darwin. En effet, sur la tombe de Marx, Engels le compare à Darwin, considérant qu’il a découvert les lois de l’histoire sociale. Darwin a démontré une histoire naturelle, évolutive, dans laquelle, la civilisation s’inscrit sous forme de processus. C’est ce que montre Patrick Tort, spécialiste de Darwin, en parlant d’effet réversif de l’évolution, c’est-à-dire que la civilisation est un moment de la sélection naturelle, favorisant les instincts sociaux anti-sélectifs. De ce fait, un processus contradictoire, dialectique est mis en avant par Darwin. Or, Marx et Engels, d’une façon similaire, considèrent qu’il existe une histoire humaine, en continuité (partielle) avec l’histoire naturelle, et que la lutte des classes est une suite de la sélection naturelle. De ce fait, la lutte des classes, moteur de la civilisation est conçue par ces derniers comme une suite de la lutte pour la survie. Pourtant, une incompréhension perdure, du fait que, d’une part, Darwin manque complètement l’aspect de la lutte des classes dans sa compréhension de la société, ce qui le rend récupérable par les idéologues de la bourgeoisie d’un libéralisme naissant ; tandis que d’autre part, Marx et Engels, pour lutter contre le développement d’une idéologie bourgeoise basée sur le darwinisme (et pourtant incompatible avec celui-ci), en viennent à rompre en partie avec Darwin, en une « seconde lecture », diminuant la portée de leurs analyses. De ce fait, l’idée d’un processus de civilisation, évolutif et continue, qui permettrait l’intégration toujours plus grande des individus à des sociétés toujours plus vastes, et qui offre ainsi aux Hommes la capacité de développer leur humanité, leur intelligence, leur empathie, s’est trouvée condamnée, de part et d’autre, alors mêmes que ces penseurs offrent là un logiciel intéressant d’analyse des dynamiques historiques des sociétés.

Bibliographie :

  • Marx et Engels, Le manifeste du parti communiste
  • Engels, Dialectique de la nature
  • Engels, L’origine de la famille, de la propriété et de l’Etat
  • Engels, L’Anti Dühring
  • Darwin, La filiation de l’Homme
  • Patrick Tort, Qu’est-ce que le matérialisme ?
  • Patrick Tort, Misère de la sociobiologie.
  • Maurice Godelier, L’idéel et le matériel
  • Kristen Ghodsee, Pourquoi les femmes ont de meilleurs relations sexuelles sous le socialisme ?
  • Sivlia Frederici, Le capitalisme patriarcal
  • Henri Pena Ruiz, Karl Marx, penseur de l’écologie.

Enregistrement de la séance

Gramsci, philosophe de l’histoire ?

par Yohann Douet
Lundi 14 mars 2022 à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, couloir AB, premier étage

La séance du lundi 14 mars sera consacrée à la conception de l’histoire d’Antonio Gramsci (1891-1937) et sera assurée par Yohann Douet. Elle s’appuiera sur certains des résultats de son ouvrage paru récemment : L’Histoire et la question de la modernité chez Antonio Gramsci (Classiques Garnier, 2022, 340 p.).

L’exposé s’organisera en trois moments. D’abord, on reviendra sur les problèmes posés par la philosophie de l’histoire en général, aujourd’hui largement critiquée. Comment penser l’unité et la consistance du processus historique sans faire un « grand récit » téléologique ou déterministe ? Comment dégager, sinon des lois de l’histoire, du moins des régularités et des logiques d’ensemble, tout en partant de l’action humaine concrète ? Ces tensions sont au cœur du marxisme, ce qui apparaît clairement si l’on met en regard deux thèses formulées par Engels : d’une part, « l’histoire ne fait rien […], elle n’est que l’activité de l’homme qui poursuit ses fins à lui » (La Sainte famille, 1845) ; d’autre part, « l’histoire jusqu’à nos jours se déroule à la façon d’un processus de la nature soumise aussi, en substance, aux mêmes lois de mouvement qu’elle (Lettre à Joseph Bloch, 21-22 septembre 1890).

Il s’agira ensuite d’esquisser en quoi la pensée de Gramsci aide à répondre à de tels problèmes théoriques – à tenir ensemble centralité de l’action humaine et consistance du processus historique –, notamment grâce aux notions de praxis, de rapports de force et d’hégémonie.

Enfin, on s’arrêtera plus longuement la vision gramscienne du « long XIXe siècle » (1789-1918) européen. C’est cette époque qui est la plus étudiée dans les Cahiers de prison, avec les analyses du jacobinisme, du Risorgimento et des révolutions passives en général, ou encore de la crise organique qui culmine avec la Première Guerre mondiale. Ce qui donne cohérence et unité à cette période est pour Gramsci l’établissement et le triomphe de l’hégémonie bourgeoise, puis son entrée en crise. Pour autant, cette hégémonie diffère radicalement en fonction des contextes nationaux (entre la France et l’Italie notamment) et connaît des métamorphoses profondes lors de tournants historiques comme 1815, 1848, 1870-1871 et, bien sûr, 1917-1918.

 

Textes de Gramsci :

On s’appuiera pour l’essentiel sur des textes des Cahiers de prison, édités presque intégralement en français chez Gallimard (1978-1996, 5 vol.).

Bibliographie secondaire :

Enregistrement de la séance

Écologie, agriculture et marxisme

par Julia Le Noë
Lundi 21 février 2022 à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, couloir AB, premier étage

Paysans de Kazimir Malevitch

Comment le matérialisme historique de Marx et Engels peut-il permettre de penser la crise écologique ? Pour introduire cette problématique je présenterai d’abord les racines naturalistes du matérialisme historique. Puis je tenterai d’y répondre en présentant d’abord le cadre conceptuel du métabolisme social ou socio-écologique et ses implications analytiques et pratiques pour penser la crise écologique et les mouvements sociaux contre cette crise. Puis j’illustrerai l’opérationnalité de ce cadre au travers de deux exemples paradigmatiques de l’imbrication de l’histoire naturelle et de l’histoire sociale, en étudiant d’abord les perturbations globales du cycle de l’azote en lien avec les transformations historiques du métabolisme agricole, avec une attention particulière à la France agricole de 1850 à nos jours. S’il me reste encore du temps (mais il n’en restera sans doute plus), j’aborderai les perturbations globales du cycle du carbone en lien avec les transformations historiques du métabolisme énergétique, avec une attention particulière au cas de la Grande Bretagne au tournant du 19ème siècle.

Bibliographie

Duby, G., Wallon, A., 1993. Histoire de la France rurale, tome III De 1789 à 1914. Ed. Seuil Paris Fr.

Duby, G., Wallon, A., 1976. Histoire de la France Rurale, Tome IV. Paris DubyHistoire Fr. Rurale Tome IV1976.

Fischer-Kowalski, M., 1998. Society’s Metabolism.: The Intellectual History of Materials Flow Analysis, Part I, 1860– 1970. J. Ind. Ecol. 2, 61–78. https://doi.org/10.1162/jiec.1998.2.1.61

Foster, J.B., 2000. Marx’s ecology: Materialism and nature. NYU Press.

Foster, J.B., 1999. Marx’s Theory of Metabolic Rift: Classical Foundations for Environmental Sociology. Am. J. Sociol. 105, 366–405. https://doi.org/10.1086/210315

Le Noë, Billen, G., Esculier, F., Garnier, J., 2018. Long-term socioecological trajectories of agro-food systems revealed by N and P flows in French regions from 1852 to 2014. Agric. Ecosyst. Environ. 265, 132–143. https://doi.org/10.1016/j.agee.2018.06.006

Malm, A., 2016. Fossil capital: The rise of steam power and the roots of global warming. Verso Books.

Moore, J.W., 2010. The end of the road? Agricultural revolutions in the capitalist world‐ecology, 1450–2010. J. Agrar. Change 10, 389–413.

O’Connor, J., Dubois, N., 1992. La seconde contradiction du capitalisme: causes et conséquences. Actuel Marx 30–40.

Servolin, C., 1985. Chapitre IV, Les politiques agricoles, in: Traité de Science Politique. Tome 4 Les Politiques Publiques. Madeleine Grawitz et Jean Leca, Paris, p. 558.

Universalis, E., 2017. Matérialisme dialectique: Les Grands Articles d’Universalis. Encyclopaedia Universalis.

 

Enregistrement de la séance

Les réactions de l’école autrichienne à la théorie de la valeur-travail

par Simon Verdun
Lundi 14 février 2022 à 18h30

Salle des résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB.

 

Je traiterai de la série de critiques adressée par l’économie autrichienne, à travers la personne d’un de ses plus illustres représentants, Eugen von Böhm-Bawerk, envers la théorie marxiste de la valeur-travail, à partir de la parution du Livre premier du Capital jusqu’aux débats qui succèdent à la parution du Livre troisième. Je restituerai les enjeux théoriques et pratiques d’une telle polémique, en montrant que la critique de Böhm-Bawerk, de loin la plus puissante et la plus systématique, fournit la matrice de toutes les attaques ultérieures de la théorie néoclassique contre le marxisme.  J’exposerai diverses réactions à cette critique, en tentant particulièrement de dégager celles en provenance de l’orthodoxie marxiste.  

Éléments de bibliographie:
– Marx, Le Capital, Livre premier, Première section – « La marchandise et la monnaie » 
– Marx, Le Capital, Livre troisième, Première et deuxième section  
– Böhm-Bawerk, Histoire critique des théories de l’intérêt du capital
– Böhm-Bawerk, Karl Marx and the Close of His System & R. Hilferding,  Böhm-Bawerk’s Criticism of Marx (éd. P. Sweezy) 
– Dostaler, Valeur et prix : histoire d’un débat

Enregistrement (partiel) de la séance