Cahiers marxistes-léninistes – n°9/10 (III)

ANNEXE

NOTE SUR L’INSURRECTION

Introduction

            Qu’on soit d’abord averti des limites de cette note qui tiennent à sa situation et à son objet. Dans la mesure en effet où elle prend place dans un cahier où l’on s’efforce par ailleurs de dégager les principes mêmes du léninisme, cette étude particulière pourra paraître partielle ; on voudra bien considérer que ce travail a été fait en référence constante à l’acquis ici exposé : on lui donnera ainsi son exacte portée ; et l’on comprendra par là-même que je me sois délibérément restreint à l’examen de l’aspect technique de l’insurrection. Mais on doit bien voir que cette restriction n’est pas arbitraire, s’il est vrai, comme on va le montrer, que l’insurrection est une technique, et N‘est QUE cela. C’est même ce qu’il faut d’abord poser, faute de quoi on risque de se méprendre, comme Martynov et les gens de la nouvelle Iskra à qui Lénine répond en février 1905 : « Force nous est d’expliquer qu’il ne convient pas de confondre insurrection avec révolution populaire. Force nous est d’expliquer que toutes ces références au bouleversement des rapports sociaux alors qu’il s’agit de résoudre pratiquement le problème des moyens propres à renverser l’autocratie russe, sont dignes de Kila Mokiévitch. (ce personnage célèbre par sa futilité des Âmes mortes de Gogol) ». On voit donc à quel niveau se situe la présente analyse ; mais c’est du même coup apercevoir la difficulté puisque, par un paradoxe qu’on peut tenter d’élucider la théorie léniniste de l’insurrection prise en ce sens précis, est fort peu élaborée.

****

A) Ce que, donc, Lénine ne cesse de répéter, tant en 1905 qu’en 1917, c’est que l’insurrection est un ART, une technique. Cette thèse a été exposée par Marx lui-même, et Lénine le rappelle à plusieurs reprises, littéralement (notamment t. 26, p. 129). Mais un tel rappel – fût-il une citation – s’il n’était assorti de précisions et de restrictions, serait insuffisant et même dangereux. D’autres que Marx, en effet, avancent qu’il y a une « technique de l’insurrection » : c’est en particulier le cas des blanquistes. Aux yeux de Lénine, il est de la plus grande importance de distinguer rigoureusement les deux conceptions. Sans paradoxe, nous pouvons dire que l’originalité de la conception marxiste est précisément d’affirmer non qu’il y a une technique de l’insurrection mais que l’insurrection est une technique. Car il s’ensuit que, à la différence de ce qui se passe chez Blanqui, cet « art » n’a pas son origine et sa fin en lui-même, mais suppose une science comme son fondement. On comprend, dès lors, en quel sens Lénine peut dire que les blanquistes « vivent au jour le jour », incapables d’avoir prise sur les événements qu’ils ont provoqués. Faute d’avoir opéré la réduction de l’insurrection à « l’acte-de-se-dresser-contre » le pouvoir, ils se mettent dans l’impossibilité de dégager – démêler et développer – la théorie de leur pratique et son efficace, et se condamnent ainsi à attendre de leur action qu’elle s’auto-illumine, ce qui est à la lettre « vivre au jour le jour« . Les marxistes, au contraire, à la faveur de cette réduction donnent tout son champ à la théorie pour « guider leur action » et lui donner ses formes spécifiques.

            Ces distances prises, cette position de principe adoptée, il reste à dire que chez Marx, dans le texte cité par Lénine (La Révolution et la contre-révolution en Allemagne [il s’agit en réalité d’un texte d’Engels, ndt]), il y a plutôt, à propos de l’insurrection, un appel à la scientificité qu’une réelle élaboration théorique : « l’insurrection, nous dit-il, est une équation dont les paramètres sont au plus haut point indéterminés ». C’est à réduire cette indétermination que s’emploie Lénine.

B) Nous prendrons comme fil directeur de notre analyse le texte de février 1905: « Deux tactiques » (Tome 8, p. 144) où il est dit que: « l’insurrection est la riposte la plus énergique, la plus uniforme, la plus rationnelle du peuple tout entier au gouvernement » (C’est nous qui soulignons). Ce qui prend ici forme de définition a, dans le contexte léniniste, valeur de réfutation et d’injonction tout à la fois : aux gens de la nouvelle Iskra il s’agit de montrer qu’il n’y a pas d’autre forme de riposte valable, aux bolchéviks il s’agit de montrer ce que doit être l’insurrection si elle veut triompher. C’est par là-même indiquer ce que n’est pas – ou n’est pas encore – le mouvement en février 1905.

a) Il n’est pas une « riposte du peuple tout entier » : le mouvement d’opposition au pouvoir est le fait des éléments constitutionnalistes de la bourgeoisie. Autrement dit, ce n’est pas le prolétariat qui a l’initiative de la détermination des paramètres dans l’équation qu’est, selon Marx, l’insurrection. C’est ici un point décisif, qui sera souligné par Mao Tsé Toung – notamment dans De la guerre prolongée – : s’il y a une théorie de la pratique insurrectionnelle elle doit d’abord indiquer comment acquérir l’initiative de la riposte. Ajoutons que si, comme en 1905, le prolétariat ne l’a pas eue, il peut espérer la PRENDRE : Lénine ne cesse d’affirmer que ces protestations libérales – sur la nature bourgeoise desquelles il ne faut pas se méprendre – doivent être pour le prolétariat l’occasion « de remuer les masses, de les grouper autour de lui, de concentrer toutes ses forces » (L’autocratie et le prolétariat, t. 8, p. 19). Et c’est précisément dans la mesure où « l’effervescence » croît, s’étend, où le mouvement semble assez fort pour situer dans un proche avenir le prolétariat en position déterminante que Lénine en vient à envisager la possibilité d’un succès de l’insurrection…

            Mais le dernier texte cité est intéressant à un autre point de vue : il montre bien que deux préoccupations vont de pair chez Lénine, celles à la fois d’agiter et de « grouper, concentrer », bref d’organiser. On peut même dire que nous sommes renvoyés, comme à sa condition, de ce premier caractère de l’insurrection au second.

b) L’insurrection est une riposte « énergique » et « uniforme ». Conjoindre ces deux caractères, c’est établir la nécessité d’une organisation. Nécessité bien marquée par Lénine dès 1905 en face des tendances désorganisatrices qui se manifestaient dans la fraction intellectuelle du parti. (Le texte le plus remarquable à cet égard est « Sur les bonnes manifestations des prolétaires et les mauvais raisonnements de certains intellectuels »). On comprend dès lors comment, en 1905, l’appel à l’insurrection lancé par les ouvriers de Pétersbourg ne « pouvait pas », aux yeux de Lénine, être suivi d’effet. Mais de cet échec quel enseignement tire-t-il ? Un fait lui paraît capital: que l’insurrection armée ait été posée comme tâche par les ouvriers eux-mêmes. Il y voit la preuve que la situation est telle que le prolétariat peut prendre conscience de la nécessité de déclencher l’insurrection, d’en avoir l’initiative. Initiative et conscience constituent ici deux termes corrélatifs qu’on trouverait dans un même rapport chez Mao Tsé Toung (De la guerre prolongée, p. 107). On voit qu’ainsi caractérisé, le soulèvement de Pétersbourg, pouvait apparaître comme le prélude à un soulèvement « plus vaste, plus conscient, mieux préparé ». Ce sera l’insurrection de 1917 à propos de laquelle nous allons tenter de montrer comment elle était bien aussi la riposte « la plus rationnelle » au gouvernement.

***

            Soulignons d’abord l’aspect polémique de cette thèse que l’insurrection soit « rationnelle » face aux intellectuels qui méprisent et avilissent l’idée d’insurrection armée et y préfère les manifestations légales par délégations dans les zemstvos. C’est assez marquer que la question est d’importance s’il est vrai que, pour une politique qui se veut fondée sur une science, il n’est pas indifférent de pouvoir répondre à cette question : « Où est la rationalité ? » Nous serons ainsi justifiés d’y consacrer la majeure partie de cette étude.

A) Nous situerons d’abord la rationalité au niveau de la détermination du mot d’ordre. Sans reproduire des analyses faites ailleurs, nous marquerons le point d’apparition de ce mot d’ordre et sa forme. Le mot d’ordre principal de la phase est, on le sait « Tout le pouvoir aux Soviets ». Il arrive un moment où Lénine dit: « Tout le pouvoir aux Soviets ! » ne peut plus signifier autre chose que : « Insurrection armée ». Qu’est-ce qui fonde cette conscience d’impossibilité ; cette détermination particulière du mot d’ordre général ? On voit apparaître le mot d’ordre ainsi que sa justification dans le texte : « Lettre au président du Comité Régional de l’armée, de la flotte et des ouvriers de Finlande » (t. 26, p. 63) : il y a un fait nouveau – et l’on sait ce qu’il faut entendre par là – qui donne un sens nouveau au mot d’ordre ; c’est l’organisation qui s’est faite du côté du Pouvoir, pendant que les bolchéviks perdaient leur temps en vaines résolutions, prisonniers d’un formalisme criminel. Dès lors, si l’on examine les choses « sérieusement » – et ce terme chez Lénine comme chez Mao désigne une analyse des rapports de force (cf. Lénine, t. 26, p.41-48, p.64, p.73… Mao, De la contradiction, p.53) on constatera qu’en un mois, de septembre à octobre, la situation n’est plus la même. Dans « La révolution russe et la guerre », Lénine indiquait le 29 septembre 1917 qu’un développement pacifique de la révolution était possible. Pour justifier cette analyse de ce moment, qu’il qualifie d’historiquement exceptionnel, et dont on ne saurait tirer argument là où la bourgeoisie dispose de forces organisées, il montre la faiblesse des forces de la bourgeoisie. Pour n’avoir pas profité de la circonstance, on se trouve devant un pouvoir qui s’est organisé : en quoi le mot d’ordre « Tout le pouvoir aux Soviets » ne peut plus signifier que « insurrection armée« . On n’a pas, on le voit, quitté le terrain de l’examen des « rapports de force », et c’est d’abord ici que se situe la rationalité de la riposte insurrectionnelle.

B) Que l’insurrection soit une riposte rationnelle, nous le saisirons également – et corrélativement – au niveau de la détermination du moment de son déclenchement. Il ne s’agit évidemment pas d’une pure détermination chronologique. « Il ne s’agit ni du « jour » ni du « moment » de l’insurrection, au sens étroit des mots » (« Les bolchéviks doivent prendre le pouvoir », t. 26, p. 11) mais plutôt d’une analyse rigoureuse de la conjoncture. Dire que l’insurrection est à l’ordre du jour, c’est à la lettre dire que le cours objectif des événements l’ordonne (ibid. p. 14). Mais cela, seul peut le saisir celui qui, armé de théorie, a constitué le « flux de la vie » en « cours objectif »; et peut ainsi caractériser la situation comme critique (« La crise est mûre », article du 23 octobre 1917, t. 26, p. 70), c’est-à-dire telle qu’en tout état de cause la balance va pencher d’un côté ou de l’autre. Lénine énonce les critères de son appréciation : il faut qu’il y ait un élan révolutionnaire du peuple et que l’histoire en soit parvenue à un tournant de sa marche ascendante.

            Qu’en est-il de l’objectivité de ces critères ? Pour ce qui est du « tournant » de l’histoire, nous sommes renvoyés à la théorie générale exposée par ailleurs ; mais comment apprécier un « élan révolutionnaire du peuple »? On aurait tort de tenir ce critère pour psychologique : Lénine s’en prend à ceux qui se fient à des appréciations aussi trompeuses ; il faut se fonder sur la considération scrupuleuse de certains chiffres des résultats des élections locales et des diverses collectes organisées (t. 26, p. 74).

C) On voit comment ces deux niveaux de rationalité en impliquent un troisième : celui de la direction. Nous avons déjà abordé la question, nous allons en saisir l’importance dans la lutte, en 1917. Résumant dans une nouvelle perspective les deux paragraphes précédents, on peut dire que prendre l’initiative de l’insurrection suppose que les dirigeants soient suffisamment maîtres de la théorie pour faire une analyse scientifique de la conjoncture, et que le parti soit suffisamment lié aux masses pour pouvoir en déterminer « objectivement » l’état d’esprit. Ce que Lénine formule en une phrase: « Nous devons sans cesse nous contrôler, en étudiant la chaîne des événements politiques dans leur ensemble, dans leur relation de causalité, dans leurs résultats » (Notes d’un publiciste, t. 26, p. 45). On évitera ainsi les hésitations, les illusions et les erreurs. Ainsi en 1917, Lénine appelle à ne pas se laisser abuser par ces oiseaux de malheur qui, arguant des « horreurs de la guerre civile », des « flots de sang » à verser, voient dans l’insurrection armée une entreprise insensée qui rebutera les masses et scellera leur alliance de fait avec la bourgeoisie, gage de paix intérieure. C’est ce genre d’illusion qu’il faut dénoncer : l’image des flots de sang n’est qu’une image ; elle ne résiste pas à l’analyse si l’on change de terre : « Ce problème des flots de sang, on peut et on doit le poser sur le terrain du calcul approximatif des forces » (t. 26, p.31). Soit à passer sur le terrain de la science, suivant une métaphore constante dans les textes marxistes. Or ce calcul fait apparaître que, si organisé que soit le pouvoir, la bourgeoisie ne saurait résister à un soulèvement de la MAJORITÉ de la nation. C’est en quoi Lénine peut affirmer à tout instant : « La victoire est assurée ».

D) Au niveau du déroulement matériel des opérations, Lénine réfère à nouveau son exigence de rationalité à un texte de Marx qui énonce trois conditions:

      a – il faut rassembler des forces supérieures à celles de l’adversaire ;

            b – il faut attaquer à l’improviste ;

            c – il faut prendre constamment l’offensive. La défensive est la mort de l’insurrection, aussi faut-il s’efforcer « de remporter chaque jour de nouveaux succès, même modestes ». Ce qui, en l’occurrence, se spécifie chez Lénine de la façon suivante : les forces du prolétariat sont incontestablement supérieures à celles de la bourgeoisie : l’armée, travaillée par la propagande révolutionnaire n’est plus sûre, et la seule force sur laquelle elle peut compter sont les Cosaques, troupes d’élite sans doute, mais qui seront de peu de poids devant un soulèvement en masse. Il y a d’autre part possibilité d’attaquer à l’improviste, et ceci en trois points : à Pétrograd, à Moscou, sur la flotte de la Baltique. (La crise est mûre, t. 26, p. 76 : « si nous frappons d’un coup, à l’improviste, à partir de trois points… nous avons quatre vingt dix neuf chances sur cent de vaincre avec moins de pertes que nous n’en avons eu les 3-5 juillet, car les troupes ne marcheront pas contre le gouvernement de la paix »). Quant à la continuité de l’offensive, Lénine en donne une idée lorsqu’il esquisse le plan de l’attaque à Pétrograd : on s’emparera du Palais d’hiver, du Quartier Général, du Central téléphonique, des grandes imprimeries…

            Toutes ces conditions remplies, il ne fait aucun doute aux yeux de Lénine que l’insurrection sera victorieuse. On ne saurait citer tous les textes où il affirme : la victoire est d’ores et déjà assurée. Encore faut-il déclencher l’insurrection immédiatement, avant qu’un des critères n’ait changé de valeur : par exemple, que l’élan révolutionnaire du peuple ne s’affaiblisse – dès que certains faits lui en font entrevoir la possibilité, il affirme l’urgence de l’insurrection.

E) Ce qui fait enfin la rationalité de l’insurrection, telle qu’elle est conçue par le marxisme-léninisme, c’est qu’elle autorise la prévision. Lénine dans le texte « Les bolchéviks garderont-ils le pouvoir ? » en fait la démonstration lumineuse : répondant aux adversaires de l’insurrection armée, il reprend plusieurs fois la formule « Nous ne sommes pas des utopistes » (notamment p. 106 et 109, t. 26) et il indique jusque dans le détail des mots d’ordre, ce qui se passera après l’insurrection : on ne fera pas fonctionner l’appareil d’Etat, on le brisera ; on en installera un autre à sa place. Pour briser la résistance inévitable des capitalistes, on instituera le « contrôle ouvrier ». « Ce n’est pas dans la confiscation des biens des capitalistes que sera le nœud de l’affaire, mais ce sera précisément dans le contrôle national, universel, exercé sur les capitalistes et leurs partisans éventuels » (t. 26, p. 106). Il serait donc faux de croire que les « forces hostiles » – suivant l’expression de ses adversaires – seraient capables de balayer la révolution si l’insurrection triomphait : il faut voir que ce ne serait POSSIBLE que si les impérialistes rivaux s’alliaient pour soutenir ces « forces hostiles ». Or c’est contraire à leur nature même d’impérialistes.

            Par quoi nous voyons, sur un point particulier, comment changer de terrain, c’est se mettre en mesure de faire le partage entre le POSSIBLE et l’IMPOSSIBLE, seul fondement solide d’une juste prévision qui ne soit pas divination.

***

            Il apparaît ainsi, au terme de ce travail, que si Lénine a peu donné de développements à sa conception de l’aspect militaire de l’insurrection, il n’a pas pu suivre, éloigné qu’il était, toutes les phases de l’action ; et par ailleurs, cette action a été brève ; il a du moins pu déterminer précisément les termes qui chez Mao ont une fonction décisive : initiativeconscienceoffensivesupériorité des forces. (cf. De la guerre prolongée §78, 80, 81) ; il a surtout fixé de façon définitive le champ conceptuel où devait être pensée la question de l’insurrection armée, en tant que riposte rationnelle, et dont nous avons ici essayé de préciser les limites.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search