Cahiers marxistes-léninistes – n°16 (I)

Sur le capitalisme d’État en France

INTRODUCTION

« Privés du savoir, les ouvriers sont impuissants, avec le savoir, ils sont une force ! »

(Lénine)

Pour introduire les deux études sur la sidérurgie et la question agraire, il est nécessaire de partir de remarques théoriques générales sur le concept de capitalisme d’État, au stade des monopoles. Le terrain solide de l’économie politique scientifique fondée par Marx est le point de départ de toute analyse actuelle. L’exacte intelligence de la loi de la valeur constitue la condition d’une analyse rigoureuse des « nouveaux » phénomènes économico-sociaux. Encore faut-il savoir ce qu’est et ce que n’est pas, pour la théorie marxiste, une loi et tout particulièrement la loi de la valeur. Marx établit la forme capitaliste de la loi de la valeur dans le cours de l’exposition  du Capital dans son ensemble. Avant de la réfuter, comme le fait l’économie vulgaire depuis des décennies, il faudrait en connaître l’énoncé. Or cet énoncé est développé dans le cours du Capital. La formation générale des prix est le produit de cette loi. C’est sur cette base que doivent être posées les questions dont les réponses commandent l’intelligence des nouveaux phénomènes économico-sociaux. Comment le mouvement du capital social ne se comprend que pas la recherche du surprofit dans une branche (par rapport à une autre branche ou à l’intérieur de celle-ci), puis la stabilisation de ce surprofit ? Comment le mouvement libre des capitaux à la recherche du surprofit porte en lui la tendance  à la formation du monopole ? Comment le surprofit, instrument de la libre concurrence et de l’égalisation du taux de profit devient l’instrument du monopole au sens strict ? Comment la domination des monopoles, produit de ce développement inégal du mouvement du capital, transforme les conditions du déplacement du capital ? Comment joue dans ces nouvelles conditions la loi de la valeur ? Pourquoi les monopoles maintiennent-ils à leurs côtés des entreprises marginales ? Quelle est la place du capital impérialiste français dans le marché mondial dominé par ‘limpérialisme américain ? La réponse à ces questions permettra de préciser les nouvelles positions de la classe capitaliste impérialiste française, son mode spécifique de domination dans la société. L’analyse économique, en effet, est en son principe sociale. Voilà pourquoi elle débouche sur l’analyse de la politique impérialiste, et des possibilités de la politique prolétarienne (formes d’action syndicales, politiques, alliances de classe).

L’exposé qui suit ne qu’ouvrir cette série d’études. Il ne répond pas à toutes les questions, il annonce l’étude nécessaire des branches et leurs relations concrètes actuelles. Cette étude complète permettra de préciser la place des secteurs de l’économie, dont l’unité constitue le capitalisme d’État. Le secteur nationalisé n’est pas un îlot dans l’économie : il est un élément du capitalisme d’État impérialiste. Autre exemple : le secteur artisanal agricole est un élément du système de la production agricole. L’État joue par rapport à ces secteurs le rôle de clef de voûte. L’État, c’est-à-dire, l’instrument d’un politique, d’une alliance de classe dirigée par la bourgeoisie impérialiste. La politique prolétarienne, consciente de ses multiples liens concrets, découvrira alors les maillons décisifs dont les masses s’empareront pour briser les chaînes de leur domination.

Toutes les illusions réformistes ou révisionnistes reposent en dernière analyse sur l’incompréhension de la place de l’État dans une formation sociale capitaliste. Cette confusion sur la fonction de l’État a pour fondement même la déformation complète des lois du mode de production capitaliste telles que Marx les a établies. En effet, les thèses sur le rôle central et dirigeant que joue l’État sous la forme du Capitalisme d’État ont pour corollaire l’analyse d’un mode de production capitaliste qui aurait pour l’essentiel surmonté ses contradictions, éliminé les crises, régularisé son développement ; la thèse unique qui sous-tend ces analyses est qu’en régime capitaliste un sujet économique central peut apparaître, l’État. Déformant et liquidant les thèses de Lénine sur la nécessaire destruction de l’appareil d’État, et l’établissement de la dictature prolétarienne, le révisionnisme moderne « découvre » que l’on peut utiliser l’appareil d’État pour refouler pas à pas vers le capitalisme. Poussant la falsification des textes à un point inégalé, ils prétendent que Lénine a élaboré entre juillet et octobre 1917 une voie pacifique vers le socialisme dont le contenu est celui de leur « démocratie véritable » et comporte en particulier des « nationalisations démocratiques » ; seules les conditions de son époque ont rendu impraticable cette voie que rendent possible, par contre, les conditions nouvelles de la nôtre. Une fois ainsi passée sous silence la nature de classe de l’État, sa fonction répressive, sa soumission aux intérêts du capital, une fois ainsi déformée l’expérience historique de la révolution d’octobre, nos modernes révisionnistes ne peuvent plus voir les limites de l’action de l’État en régime capitaliste, et du même coup s’interdisent de voir ce qui se fait dans ces limites ; isolant artificiellement une « féodalité d’exploiteurs, la fraction monopoliste et l’oligarchie financière, ils masquent sciemment la politique d’alliance scellée entre bourgeoisie monopoliste et bourgeoisie moyenne, entre bourgeoise et fractions de la petite bourgeoisie, en utilisant précisément le pouvoir et l’appareil d’État.

(Transcription Vincent Berthelier)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search