Lecture du livre 1 du Capital – Chapitre 4

par Ianis Roche
lundi 28 novembre à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, 1er étage, couloir AB

Vous vous êtes accrochés depuis deux séances pour entrer dans le monde des marchandises, fait d’apparences et d’essences, de retournement hegéliens et de termes fuyants qui en cachent d’autres, mais vous vous sentez floués par Marx sur le titre de son ouvrage ? N’ayez crainte, vous arrivez au bout de vos peines, puisque ce lundi 28 novembre nous étudierons en détail la deuxième section (Section 2 : La transformation de la monnaie/argent en Capital) où Marx introduit enfin les concepts clés de capital, survaleur (ou plus-value) et de force de travail.

Car finalement, qu’est-ce que le capital et par extension le capitaliste ? On est souvent bien embêté quand il faut expliquer simplement un système qui paraît tentaculaire. Marx aussi s’est retrouvé confronté au problème et a abouti à une formule générale simple pour décrire la base de ce qu’est le capital. Alors que dans la circulation simple, un producteur vend sa marchandise (valeur d’échange) qu’il produit en surplus pour acheter ce dont il a besoin (valeur d’usage), se servant de l’argent uniquement comme d’un moyen, le capitaliste lui achète une marchandise pour la revendre plus chère et ainsi s’enrichir. C’est le fameux retournement de la formule Marchandise-Argent-Marchandise en Argent-Marchandise-Argent’. La différence entre la somme de départ investie et celle retirée du processus est ce que Marx appelle la survaleur ou la plus-value.

Tout le reste du chapitre est une grande enquête de Marx pour comprendre d’où vient cette survaleur. Polémiquant contre la mystification bourgeoise qui rattache cette survaleur à des théories farfelues (fraudes, théorie de Condillac) Marx soulève le voile sur cette soi-disante « autovalorisation » de l’argent : c’est la force de travail et son exploitation qui crée cette survaleur. C’est le salariat qui permet à certains de s’enrichir en achetant une marchandise qui produit plus que ce qu’elle ne coûte.

Pour ceux qui n’auraient pas pu assister aux séances précédentes, pas de panique, nous reprendrons quelques concepts clés au cours de l’exposé (notamment la notion de monnaie).

Éléments bibliographiques

• Cafiero Carlo, Abrégé du capital de Karl Marx en particulier le chapitre 2 (« Comment naît le capital »). Cet ouvrage est pensé comme une introduction et une vulgarisation à destination des ouvriers de l’œuvre de Marx et a été approuvée par ce dernier. La relecture du chapitre 1 peut permettre de se familiariser avec les concepts de marchandises, de valeur et de monnaie.
• Hetzel Ludovic, Commenter Le Capital. Il s’agit de la meilleure synthèse actuelle en français qui commente, paragraphe par paragraphe le livre de Marx, en rapportant tous les débats terminologiques, théoriques ou pratiques qu’a connu cette œuvre. C’est une bible d’informations.
• Harvey David, A Companion to Marx’s Capital est un commentaire suivi de l’œuvre de Marx. Harvey est un excellent vulgarisateur qui a tenté toute sa vie, en parallèle de ces reherches en géographie et à l’élaboration d’un matérialisme historico-géographique, de faire connaître l’œuvre matricielle pour comprendre le capitalisme et le monde. Si certains préfèrent les vidéos, il a enregistré une série de cours tous disponibles à cette adresse :

https://davidharvey.org/reading-capital/



Citer ce billet
adlc (2022, 26 novembre). Lecture du livre 1 du Capital – Chapitre 4. les armes de la critique. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ambc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.