Veille bibliographique #29 (rentrée 2022)

Nouvelle veille bibliographique avec une sélection d’ouvrages parus entre l’été et l’automne 2022.

Liste réalisée par la Librairie Le Point du Jour (58 rue Gay-Lussac, 75005 Paris).

 

Karl Marx, Friedrich Engels, Sur les sociétés précapitalistes,
nouv. éd augm., textes et présentation par Maurice Godelier, Éditions sociales, « Les Essentielles », 2022, 602 p., 22 €

[présentation en ligne]

Le sens du développement historique de temps long, les rapports entre modes de production et les passages de l’un à l’autre – esclavagiste, féodal, asiatique et bien sûr capitaliste – ont été constamment remis sur le métier par Karl Marx et par Friedrich Engels et furent au centre de débats fondamentaux sur leurs œuvres.
Publié pour la première fois en 1973 par le Centre d’études et de recherches marxistes (Cerm), ce recueil paraît dans une édition augmentée. Aux textes de Marx et Engels (dont les traductions françaises ont été actualisées à partir des éditions les plus récentes) et à la célèbre introduction de Maurice Godelier s’ajoutent trois courts essais qui présentent les réflexions antérieures et postérieures de l’anthropologue sur ces questions. Une préface inédite de Maurice Godelier resitue l’arrière-plan idéologique et théorique à partir duquel Marx et Engels pensent ces questions et donne à comprendre leur évolution théorique.
Ainsi se trouvent interrogées à nouveaux frais toute une série d’affirmations mécanistes sur le développement économique, social et idéologique des sociétés de classes, en éprouvant la pertinence des concepts utilisés par Marx et Engels : mode de production asiatique, transition, formations économiques et sociales, formes, etc.

Michael Heinrich, Comment lire Le Capital de Marx ? Livre I, chapitres 1 & 2
trad. Lucie Roignant, nouv. éd., éditions Smolny, 2022, 320 p., 12 €

[présentation en ligne]

Développant une approche inédite et didactique du maître ouvrage de Marx, Michael Heinrich offre aux lecteurs, paragraphe après paragraphe, un commentaire serré des deux premiers chapitres du Capital dont la densité de raisonnement et l’importance des fondements conceptuels qu’ils introduisent (travail abstrait, forme-valeur, forme-monnaie, caractère fétiche de la marchandise, etc.) en rendent la lecture souvent ardue. L’auteur respecte ainsi une exigence de Marx, qui faisait du mode d’exposition une dimension essentielle de sa méthode. Sans partir d’évidences établies a posteriori ou de présupposés politiques, ce livre est le seul véritable manuel d’exploration scientifique du Capital.
Le texte de référence est celui de la quatrième édition allemande du
Capital, disponible dans la traduction coordonnée par Jean-Pierre Lefebvre (PUF, coll. Quadrige, 1993-2009) ou celle revue par ses soins aux Éditions Sociales (2015).

Michael Löwy, La théorie de la révolution chez le jeune Marx,
Éditions sociales, « Les Essentielles », 2022, 244 p., 18 €

[présentation en ligne]

Classique de la pensée marxiste, traduit dans de nombreuses langues et épuisé en France, ce livre est un essai d’analyse marxiste de la pensée du jeune Marx.
Michael Löwy, spécialiste internationalement reconnu, n’étudie pas cette pensée comme un tout abstrait, statique et homogène, mais comme un itinéraire politico-philosophique qui mène Marx du néo-hégélianisme de gauche à la théorie de la révolution communiste. Son approche se distingue par son objet, la théorie de l’auto-émancipation du prolétariat par la révolution communiste, et par sa méthode, saisir la pensée révolutionnaire du jeune Marx dans ses liens dialectiques avec les courants radicaux du mouvement ouvrier de son époque, la Ligue des Justes, les sociétés d’ouvriers communistes à Paris, la gauche chartiste…
Ce livre ouvre une large fenêtre sur les rapports complexes de l’évolution philosophique de Marx avec sa radicalisation politique lui permettant d’élaborer les conceptions d’organisation du mouvement ouvrier qui feront l’originalité profonde du Manifeste du parti communiste.

Michael Löwy, Marx inconnu,
frontispice original de Guy Girard, éditions Le Retrait, 2022, 227 p., 17 €

[présentation en ligne]

Partisans et adversaires de Karl Marx partagent souvent une approche qui me semble insatisfaisante : elle consiste à considérer Marx uniquement comme un « homme de science comme les autres » (une phrase de Louis Althusser), un économiste politique, un auteur qui a prédit les crises périodiques du capitalisme, ou qui a proposé une description du fonctionnement du système qui s’est révélée pertinente. On a souvent entendu cet argument lors de la crise financière de 2008, y compris dans les pages de The Economist. Certes, les analyses du Capital étaient, et restent, la seule approche qui permet de comprendre ce qu’est le capitalisme et quelles en sont les contradictions. Mais l’œuvre de Marx est beaucoup plus que cela…

Isabelle Garo, Marx à 20 ans. De la colère au communisme,
Au Diable vauvert, « À 20 ans », 2022, 160 p., 15 €

[présentation en ligne]

Marx fut d’abord un jeune bourgeois rhénan éduqué dans la fidélité aux Lumières et hostile à l’Ancien Régime prussien. Étudiant en droit, il se passionne pour la philosophie et la poésie, vocation nourrie par son amour contrarié pour Jenny von Westphalen. Devenu journaliste, il découvre la misère du peuple mais aussi l’ampleur des injustices liées au capitalisme naissant. De Kreuznach à Paris, en passant par Berlin, ses choix personnels sont inséparables de l’histoire de l’Europe à la veille de la révolution de 1848 et ils le mèneront à bouleverser la théorie autant que la politique.

Marcello Musto, Pour lire la Première Internationale,
trad. Alexia Blin et Antony Burlaud, Éditions sociales, « Les Propédeutiques », 2022, 408 p., 17 €

[présentation en ligne]

Avec la création de l’Association internationale des travailleurs (AIT, dite Première Internationale) en 1864, le mouvement ouvrier naissant s’est doté d’une organisation politique sans précédent. L’AIT a permis des avancées importantes, a fait trembler les possédants et est restée, tout au long du XXe siècle, une source d’inspiration pour toutes les forces, social-démocrates, communistes et anarchistes qui se sont réclamées de son héritage. Cet ouvrage offre une vision panoramique de l’Internationale. Il donne à lire des résolutions, analyses et proclamations de ses organismes, des textes de ses principaux acteurs (Marx, Engels, Bakounine…) mais aussi de nombreux militants qui ont pris part aux luttes.
Salués, entre autres par Noam Chomsky et Toni Negri, l’anthologie et l’essai introductif de Marcello Musto offrent un riche aperçu des débats théoriques et stratégiques qui ont agité l’Internationale au cours de son histoire jusqu’à sa dissolution finale en 1876.

Louis Althusser, Socialisme idéologique et socialisme scientifique. Et autres écrits,
PUF, « Perspectives critiques », 2022, 336 p., 22 €

[présentation en ligne]

En 1966, Louis Althusser a 48 ans. Auréolé de l’énorme succès de Pour Marx et de Lire Le Capital, il se lance dans une vaste recherche sur la possibilité d’une théorisation de l’idéologie. La thèse qu’il avance se résume en une phrase : l’idéologie est une pratique matérielle dont les fondements sont pour l’essentiel inconscients. L’homme étant un « animal idéologique », il ne peut pas être question d’échapper à l’idéologie. Mais il est possible d’élaborer un savoir scientifique de l’idéologique et du réel, susceptible de nourrir un projet d’émancipation sociale dont le but serait la création d’une société sans classes. Dans ce livre, le philosophe jette ainsi les linéaments d’une théorie de la pratique politique qui renoue avec l’horizon révolutionnaire alors abandonné par le PCF – un horizon qui devra passer, selon lui, par la lutte idéologique avant toute autre. À l’heure où l’idéologie a pris, par la grâce des réseaux sociaux et des médias de masse, un visage ubiquitaire, ses enseignements sont plus vitaux que jamais.

Lise Vogel, Le marxisme et l’oppression des femmes. Vers une théorie unitaire,
Éditions sociales, « Les Éclairées », trad. De l’anglais Yohann Douet, Paul Guerpillon, Vincent Heimendinger et Aurore Koechlin, introd. Aurore Koechlin, 2022,  350 p., 22 €

[présentation en ligne]

Cet ouvrage majeur dans l’histoire du féminisme est considéré à raison comme un texte fondateur de la « théorie de la reproduction sociale ». Lise Vogel y développe une analyse marxiste de l’oppression des femmes qui s’emploie à mettre au jour le rôle du travail domestique dans le cadre du capitalisme en tant qu’il garantit la reproduction de la force de travail. La subordination des femmes ne constitue pas un rapport de pouvoir situé en marge de l’exploitation capitaliste, mais est requise par le capital lui-même.
Les principaux courants du féminisme ont eu trop tendance à ignorer les ressources offertes par l’analyse marxiste, tandis que les principales élaborations du mouvement ouvrier n’ont pas su prolonger la théorie de Marx pour penser la question spécifique de l’oppression des femmes. Il s’agit ainsi de dépasser le clivage entre ces deux mouvements, et de fonder une théorie unitaire de l’exploitation capitaliste et de la domination de genre. C’est cette perspective, indissociablement théorique et politique, que défend Lise Vogel dans cet ouvrage.

Leopoldina Fortunati, L’Arcane de la reproduction. Femmes au foyer, prostituées, ouvriers et capital,
trad. Marie Thirion, Entremonde, 2022, 328 p., 20 €

[présentation en ligne]

Ce livre est une hérésie qui manie les catégories marxiennes sans dogmatisme en utilisant les armes de la critique féministe. Il propose un examen systématique explorant les rapports réels que le capital entretient en secret avec les pourvoyeuses de soins, de sourires et de sexe. L’apparente naturalité de l’amour et du couple est une puissante idéologie qui invisibilise le fonctionnement et la fonction de la famille capitaliste. Portée par l’ambition de démystifier l’arcane de la reproduction, Fortunati fait apparaître dans toute sa complexité le processus de (re)production de la marchandise force de travail qui est en jeu derrière la subordination des femmes. Rejetant la thèse du travail ménager improductif, cette démonstration théorique audacieuse rabat les cartes de la théorie de la valeur et soutient que l’extorsion de la plus-value domestique est cruciale à l’accumulation du capital.  Le monde de la reproduction s’impose comme le miroir de la production, comme un lieu bombardé par mille comportements de rébellion, comme le rejet de la maternité, du mariage ou de l’hétérosexualité. L’attention portée ici à la crise de la famille sous l’impact de la restructuration et des luttes est à la fois une archéologie du présent et un atout pour penser un changement de cap féministe révolutionnaire. Aux antipodes des approches libérales et de la gauche masculine, Fortunati appuie la lutte contre le travail, à partir du travail domestique et du travail du sexe, pour la destruction définitive du travail.

Steve Wright, À l’assaut du ciel. Histoire critique de l’opéraïsme,
nouv. éd. augmentée, préf. Marie Thirion, trad. Senonevero et Julien Guazzini, Entremonde, 2022, 502 p., 22 €

[présentation en ligne]

L’opéraïsme est un courant marxiste radical qui s’est développé dans l’Italie des années 1960 et 1970 comme tentative de confronter la théorie générale du capital avec « l’étude réelle de l’usine réelle ». En rapportant le comportement de lutte actuel de la classe ouvrière à sa structure matérielle actuelle dans le rapport d’exploitation, le but des théoriciens opéraïstes était de comprendre « les nouvelles formes d’action indépendante de la classe ouvrière ». Le livre fort bien documenté de Steve Wright raconte l’histoire de ce courant, nourri de toutes les luttes de l’époque, et s’efforce d’apprécier son apport dans le contexte des récentes mobilisations « contre le capital global ».

Gavin Walker, Marx et la politique du dehors,
trad. de l’anglais Jonathan Martineau, Lux, « Humanités », 2022, 456 p., 25 €

[présentation en ligne]

Qu’est-ce qui, dans notre monde, peut encore être considéré comme extérieur au capital ? Peut-on concevoir un au-delà du capital depuis l’intérieur des sociétés dominées par sa logique d’accumulation ? La théorie marxiste contemporaine postule l’existence de deux types de « dehors » à l’intérieur du monde constitué. Le premier relève de la structure sociale et rassemble les extériorités du capital dont celui-ci ne peut se passer et où il nous enferme : la force de travail, la nation, le genre, etc. Le second serait lié à la vie politique, tant pratique que théorique.
La véritable action politique doit être l’affirmation en acte de maximes émancipatrices neuves qui portent en elles le projet d’un ailleurs politique autre que les quasi-extériorités structurelles où le capital nous enclot pour asseoir sa puissance dominatrice.
Cet ouvrage de Gavin Walker propose de penser l’émancipation politique à partir d’une lecture croisée de Marx avec les principales figures de la pensée critique contemporaine, de Schmitt à Žižek, en passant par Badiou, Deleuze, Balibar et Foucault.

Boubacar Maizoumbou, Marx du Capital. Archéologie de sa philosophie,
L’Harmattan, « Ouverture philosophique », 2022, 186 p., 19,50 €

[présentation en ligne]

Le Capital est la dernière grande œuvre de Karl Marx que revendiquent les économistes, les sociologues, les historiens, etc. Qu’est-ce qui fait alors du Capital une œuvre spécifiquement philosophique ? La question de l’être, de l’homme et de la nature, point de départ de toutes les philosophies classiques, n’est-elle pas prise en compte par Le Capital ? La critique marxienne de l’exploitation dans Le Capital ne reflète-t-elle pas le caractère philosophique de cette œuvre ? Le caractère révélateur et dénonciateur du discours du Capital ne fait-il pas de Marx, même celui de la « maturité », un philosophe à part entière ?

Joan Robinson, Essai sur l’économie de Marx,
trad. de l’anglais et préf. Ulysse Lojkine, Éditions sociales, 2022, 232 p., 12 €

[présentation en ligne]

Joan Robinson, économiste britannique, a participé avec John Maynard Keynes à l’invention de la macroéconomie, avant de devenir la figure de proue du courant post-keynésien, l’une des principales alternatives, jusqu’aujourd’hui, à l’orthodoxie néoclassique. Dans l’Essai sur l’économie de Marx, son projet est d’isoler, pour les reformuler, les articulations logiques essentielles de la théorie économique de Karl Marx, que les trois livres du Capital présentaient de manière complexe et dans un langage imprégné de philosophie allemande. Cette opération de « traduction » rend le raisonnement économique de Marx accessible au plus grand nombre. En exprimant dans un langage commun les pensées keynésienne, néoclassique et marxiste, elle permet aussi de les confronter au service d’une analyse renouvelée du capitalisme. Son livre de 1942, ainsi que les textes postérieurs et traduits ici, remplissent ces deux fonctions avec une efficacité intacte.

Adolfo Sánchez Vázquez, Les idées esthétiques de Marx,
trad. de l’espagnol Luis Dapelo, Delga, « Amériques / Philosophie », 2022, 364p., 25 €

[présentation en ligne]

« Marx n’a pas écrit un traité d’esthétique ni ne s’est occupé des problèmes esthétiques dans des travaux spéciaux. Cependant, comme le démontrent les anthologies de ses textes principaux sur l’art et la littérature, il a toujours montré un intérêt profond pour les questions esthétiques en général, et pour l’art et la littérature en particulier. Au fil de notre recherche, nous sommes partis de l’idée selon laquelle l’opposition entre art et capitalisme est une opposition radicale, de principe, qui a pour base la contradiction, dévoilée par Marx depuis 1844, entre le capitalisme et l’homme. Comme l’art est une sphère essentielle de l’humain, il subit donc de façon implacable, l’hostilité de la production capitaliste. Tel est le sens profond de la thèse citée de Marx dont nous avons prétendu démontrer la signification, la validité et la vigueur actuelles. »
Adolfo Sánchez Vázquez (1915-2011), philosophe, poète et critique littéraire hispano-mexicain, est considéré comme l’un des plus grands théoriciens du « marxisme critique » hispanique.

David Muhlmann, Lénine en son temps. Politique du moment opportun,
PUF, « Questions républicaines », 2022, 224 p., 18 €

[présentation en ligne]

La gauche française souffre d’un déficit de capacité stratégique, et sa débâcle aux élections présidentielles de 2022 en est un symptôme patent. Elle manque de direction, non pas au sens idéologique ni partisan, mais parce qu’elle ne règle pas son action au regard d’une époque pensée globalement, à la fois dans ses contingences et dans l’actualisation de déterminations historiques. Dans ce contexte, faire retour à Lénine est éclairant : non parce que sa pensée serait constituée de recettes pouvant être plaquées sur le présent, mais parce que dans l’histoire de la gauche, Lénine représente l’exigence toujours renouvelée d’un effort intellectuel de priorisation stratégique au service de l’action. Il excellait à articuler le temps long et le temps court, l’activité politique au quotidien et la patience face à la maturation nécessaire des situations.
Cet ouvrage est le premier en langue française à prendre pour base l’analyse systématique des Œuvres complètes (47 tomes) de Lénine, et s’inscrit dans les recherches internationales les plus récentes sur le personnage. Il montre à quel point son rapport au temps, plus précisément à la conjoncture politique, constitue le fil rouge de sa pensée. La capacité d’action est liée à cette intelligence stratégique : savoir à la fois s’ajuster en permanence aux aspérités d’une réalité socio-historique toujours changeante tout en maintenant vive l’exigence révolutionnaire. Lénine est ainsi le théoricien du moment opportun (kairos). Ni opportunisme, ni volontarisme abstrait : il cherche le temps plein, le bon moment pour agir. Cette recherche fait le pari que le renouveau d’une radicalité structurée à gauche a pour condition essentielle de retrouver des outils de pensée, c’est-à-dire la capacité d’une prise de distance stratégique au présent. Il faut donc prendre la mesure du geste de celui qui a pu transformer le monde parce qu’il a su le penser.

Robert Kurz, Gris est l’arbre de la vie, verte est la théorie. Le problème de la pratique comme éternelle critique tronquée du capitalisme et l’histoire des gauches,
Crise & critique, « Palim Psao », 2022, 182 p., 17 €

Mettant en évidence que la fausse unité de la théorie et de la pratique continue de se mouvoir dans l’enveloppe du patriarcat producteur de marchandises, l’auteur prend le contre-pied du marxisme traditionnel qui a fait une lecture non critique de la onzième des Thèses sur Feuerbach selon laquelle « les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, ce qui importe c’est de le transformer », alors que Marx ne considérait pas la « transformation du monde » comme s’il s’agissait d’un mode d’emploi à appliquer.
S’appuyant sur Adorno tout en le dépassant, l’auteur déploie une vaste contre-histoire des débats qui ont jalonné le « problème de la praxis » et sa relation à la théorie chez les penseurs et mouvements de gauche : Horkheimer, Bloch, Gramsci, Anderson, Foucault, Althusser, Negri, Tronti, Holloway, Debord, les marxismes d’État, les mouvements de libération nationale et la gauche postmoderne et post-opéraïste. Le renouvellement du concept de « pratique théorique » permet d’aiguiser une théorie critique qui ne se réduise pas à une interprétation immanente de la réalité capitaliste, mais qui la dépasse en direction d’une critique catégorielle, c’est-à-dire qui remonte à la constitution fétichiste de la modernité capitaliste.

Robert Kurz, L’État n’est pas le sauveur suprême. Thèses pour une théorie critique de l’État,
trad. de l’allemand Matthieu Galtier et Johannes Vogele, Crise & critique, « Palim Psao », 2022, 190 p., 18 €

Il est devenu banal de dire que Marx n’a pas laissé de théorie achevée de l’État. Le Capital implique pourtant dès son sous-titre (« Critique de l’économie politique ») que la sphère politique et le fait étatique sont des composantes essentielles du capitalisme. Or, la critique marxienne des catégories économiques reste incomplète précisément à cet égard. La gauche tant marxiste que social-démocrate, constitue aussi l’héritage, l’expression et la conséquence de ce déficit. Quelles relations intrinsèques lient l’État moderne et le capitalisme, la sphère politique et le marché, l’État démocratique et l’état d’exception ? Pourquoi peut-on dire qu’un mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs la dissolution de l’État ?
C’est sous la forme de thèses que Robert Kurz examine ces questions. Dans un style saisissant, l’auteur passe en revue les principales pensées politiques tant fondatrices et apologétiques – Hobbes, Rousseau, Hegel, Kant – que critiques et oppositionnelles, et cherche à établir des fondements nouveaux pour une théorie critique cohérente de l’État, à partir aussi bien des limites de la critique anarchiste chez Bakounine que des réflexions fragmentaires et conceptuellement incohérentes de Marx et Engels. Kurz aborde ainsi l’ensemble des processus d’étatisation des sociétés ou d’instauration du sujet politique moderne, et leurs prolongements dans le mouvement ouvrier et les « modernisations de rattrapage ». C’est, enfin, en s’attaquant à la foi en l’État de la social-démocratie et de la « gauche radicale » que l’auteur en appelle à une théorie à la hauteur du désastre en cours.

Liêm Hoang-Ngoc, Petit manuel critique des théories économiques,
La Dispute, 2022, 260 p., 18 €

[présentation en ligne]

Ce livre présente les principaux courants de la pensée économique et se démarque des manuels traditionnels en insistant sur la fonction idéologique des théories économiques. Il adopte ainsi une posture critique des théories orthodoxes qui contribuent aujourd’hui à légitimer les politiques économiques contemporaines, et montre comment les hétérodoxes, héritiers de Marx et de Keynes, construisent aujourd’hui des approches permettant notamment d’analyser la montée des inégalités. Ce manuel intègre également la réflexion des économistes autour de la persistance du chômage, l’épuisement de l’actuel modèle de développement, et le défi climatique.

Bruno Guigue, Communisme,
Delga, 2022, 470 p., 27 €

[présentation en ligne]

Le communisme n’est pas une doctrine abstraite, éthérée, qui brillerait au firmament des idées pures. Ce n’est pas le « millénium de la fraternité universelle » que raillait le jeune Marx, mais dit-il, « le mouvement réel qui change l’état de choses actuel ». Force agissante dans l’histoire, il a contribué à façonner le monde dans lequel nous vivons.
Au cours du siècle écoulé, il a débarrassé l’humanité du nazisme, précipité la défaite du colonialisme et infligé un coup d’arrêt à l’impérialisme : ce triple succès suffit à lui donner des lettres de noblesse révolutionnaire. Il n’a pas instauré une société sans classes, mais mené des luttes de classes qui ont changé la société. Au prix de mille difficultés, il a arraché des millions de vies à la misère, à l’analphabétisme et aux épidémies. Semé d’embûches, le long combat des communistes a soustrait au sous-développement le quart de l’humanité. Mais son histoire n’est pas terminée.
Au lendemain de l’effondrement de l’URSS, le modèle occidental devait répandre ses bienfaits sur les nations ébahies. La chute du communisme devait prononcer la « fin de l’Histoire ». Erreur de pronostic. À la place du libéralisme triomphant, c’est la Chine populaire, avec son parti communiste de 95 millions de membres, qui dame le pion à l’Occident. Balayant les idées reçues, le présent ouvrage retrace l’histoire du communisme, de son élaboration théorique à ses réalisations contemporaines. Il impose une relecture des événements du XXe siècle qui en restitue la véritable signification. À rebours du discours dominant, il montre que le communisme est loin d’avoir dit son dernier mot.

Romain Ducoulombier, Histoire du communisme,
PUF, « Que sais-je ? », 2022, 128 p., 10 €

[présentation en ligne]

Le régime bolchevique aurait pu ne pas survivre aux événements qui l’ont fait naître entre 1917 et 1921. Mais l’expérience de la guerre civile russe a été la matrice d’un État nouveau et improvisé, devenu la terre promise et le modèle d’un vaste mouvement communiste dont l’existence a marqué le XXe siècle.L’ouverture des archives soviétiques consécutive à l’effondrement de l’URSS en 1991 et la disparition ou la mutation progressive de presque tous les États communistes ont fait entrer l’étude du communisme dans une période nouvelle. À la richesse d’historiographies nationales très vivaces mais cloisonnées s’ajoute désormais l’ambition d’appréhender ce phénomène politique, économique et social dans son ensemble, de façon transnationale et comparée.
Romain Ducoulombier nous invite à relire l’histoire du communisme au XXe siècle à l’aune des connaissances les plus récentes. Il compose ainsi un remarquable essai d’histoire globale.

Yvon Quiniou et Nikos Foufas, La possibilité du communisme,
L’Harmattan, « Questions contemporaines », 2022, 196 p., 20 €

[présentation en ligne]

La possibilité du communisme est ici interrogée dans une conjoncture politique mondiale catastrophique à tous points de vue (économique, sociale et écologique) qui exige qu’on l’envisage à nouveaux frais. Mais il faut le penser en toute lucidité, par-delà l’échec de l’expérience soviétique qui n’en a été qu’une dramatique caricature : le communisme n’est pas mort car il n’a jamais vécu tel que Marx le préconisait. Reste qu’on peut lui opposer des obstacles anthropologiques et, surtout, la complexité de la mondialisation actuelle du capitalisme néo-libéral. Cet ouvrage entend répondre à ces objections pour contribuer à rouvrir l’avenir.

Georges Gastaud, Mondialisation capitaliste et projet communiste. Cinq essais pour une renaissance,
Delga, 2022, 397 p., 25 €

[présentation en ligne]

En 1997, alors que la contre-révolution et l’antisoviétisme triomphants concélébraient à grands coups de novlangue la « mort du communisme » et la « fin de l’histoire », le philosophe Georges Gastaud, alors militant du PCF, syndicaliste et opposant de gauche aux dérives anti-léninistes de ce parti, publiait Mondialisation capitaliste et projet communiste. Il y démontrait la nature « exterministe » du capitalisme-impérialisme actuel et y réfutait la « nouvelle pensée politique » de Gorbatchev. Il proposait en outre une analyse dialectique multifactorielle de la contre-révolution et y explorait les possibles bases de classe d’un universalisme conséquent associant le patriotisme populaire à l’internationalisme prolétarien. Il dénonçait en outre la « fracture idéologique » béante entre le grand mouvement gréviste de décembre 95 et un PCF satellisé par le PS maastrichtien. Vingt-cinq ans plus tard, il a paru stimulant de republier ce livre que l’auteur, devenu entre-temps l’un des dirigeants du Pôle pour la renaissance communiste en France, a actualisé sur certaines questions politiques et théoriques importantes relatives à l’urgente reconstruction des avant-gardes.

Claude Serfati, L’État radicalisé. La France à l’ère de la mondialisation armée,
La Fabrique, 2022, 248 p., 15 €

[présentation en ligne]

 

La mondialisation n’est pas un processus heureux et pacifique : la compétition économique et territoriale entre les États suscite des conflits sur toute la planète. La France joue sa partition dans cette évolution délétère, qui a mené plus de 115 interventions militaires depuis la disparition de l’URSS pour maintenir son rang de plus en plus contesté de puissance internationale. Avec quelles conséquences ? Elle a fait de la vente d’armes et du nucléaire les derniers leviers de sa politique industrielle, au détriment de secteurs autrement utiles à la population. En s’arrogeant les questions de défense nationale, les présidents successifs ont accentué les traits autoritaires de la Ve République, un régime façonné par des coups de force militaires. L’armée française est aujourd’hui présente dans les rues, dans les Conseils de défense sanitaire, et partout sur le globe où les intérêts de Total, Bolloré et consorts la mènent. Les lois liberticides se suivent, donnant plus de pouvoir à l’Administration et à la police, hors de tout contrôle démocratique. Au nom de la lutte contre le terrorisme, on traque, on fiche et on malmène tous azimuts les musulmans, les habitants des quartiers populaires, les syndicalistes, les militants écologistes, tandis que des officiers signent des « tribunes » menaçantes…
À l’ère de la mondialisation armée, l’État français s’est radicalisé.

Liêm Hoang-Ngoc, Petit manuel critique des théories économiques,
La Dispute, 2022, 260 p., 18 €

[présentation en ligne]

Ce livre présente les principaux courants de la pensée économique et se démarque des manuels traditionnels en insistant sur la fonction idéologique des théories économiques. Il adopte ainsi une posture critique des théories orthodoxes qui contribuent aujourd’hui à légitimer les politiques économiques contemporaines, et montre comment les hétérodoxes, héritiers de Marx et de Keynes, construisent aujourd’hui des approches permettant notamment d’analyser la montée des inégalités. Ce manuel intègre également la réflexion des économistes autour de la persistance du chômage, l’épuisement de l’actuel modèle de développement, et le défi climatique.

Actuel Marx n° 72, « Capitalismes africains »,
dossier coord. par Nicolas Pons-Vignon et Bruno Tinel, PUF, 2022, 216 p., 25 €

[présentation en ligne]

Les clichés sur l’Afrique ont la peau dure, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du continent. Ce dossier consacré aux capitalismes africains ne prétend pas dresser un inventaire des stéréotypes. Mais il entend tracer et suivre des pistes qui ne sont pas celles du discours dominant. Au-delà des questions classiques (et toujours pertinentes) de la colonisation et des hiérarchies internationales, il s’attache particulièrement aux formes du développement endogène en Afrique, au rôle de l’État dans ce développement et à la place de l’agriculture sur le continent.



Citer ce billet
adlc (2022, 2 novembre). Veille bibliographique #29 (rentrée 2022). les armes de la critique. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amb9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.