Gramsci, philosophe de l’histoire ?

par Yohann Douet
Lundi 14 mars 2022 à 18h30
Salle des Résistants, 45 rue d’Ulm, couloir AB, premier étage

La séance du lundi 14 mars sera consacrée à la conception de l’histoire d’Antonio Gramsci (1891-1937) et sera assurée par Yohann Douet. Elle s’appuiera sur certains des résultats de son ouvrage paru récemment : L’Histoire et la question de la modernité chez Antonio Gramsci (Classiques Garnier, 2022, 340 p.).

L’exposé s’organisera en trois moments. D’abord, on reviendra sur les problèmes posés par la philosophie de l’histoire en général, aujourd’hui largement critiquée. Comment penser l’unité et la consistance du processus historique sans faire un « grand récit » téléologique ou déterministe ? Comment dégager, sinon des lois de l’histoire, du moins des régularités et des logiques d’ensemble, tout en partant de l’action humaine concrète ? Ces tensions sont au cœur du marxisme, ce qui apparaît clairement si l’on met en regard deux thèses formulées par Engels : d’une part, « l’histoire ne fait rien […], elle n’est que l’activité de l’homme qui poursuit ses fins à lui » (La Sainte famille, 1845) ; d’autre part, « l’histoire jusqu’à nos jours se déroule à la façon d’un processus de la nature soumise aussi, en substance, aux mêmes lois de mouvement qu’elle (Lettre à Joseph Bloch, 21-22 septembre 1890).

Il s’agira ensuite d’esquisser en quoi la pensée de Gramsci aide à répondre à de tels problèmes théoriques – à tenir ensemble centralité de l’action humaine et consistance du processus historique –, notamment grâce aux notions de praxis, de rapports de force et d’hégémonie.

Enfin, on s’arrêtera plus longuement la vision gramscienne du « long XIXe siècle » (1789-1918) européen. C’est cette époque qui est la plus étudiée dans les Cahiers de prison, avec les analyses du jacobinisme, du Risorgimento et des révolutions passives en général, ou encore de la crise organique qui culmine avec la Première Guerre mondiale. Ce qui donne cohérence et unité à cette période est pour Gramsci l’établissement et le triomphe de l’hégémonie bourgeoise, puis son entrée en crise. Pour autant, cette hégémonie diffère radicalement en fonction des contextes nationaux (entre la France et l’Italie notamment) et connaît des métamorphoses profondes lors de tournants historiques comme 1815, 1848, 1870-1871 et, bien sûr, 1917-1918.

 

Textes de Gramsci :

On s’appuiera pour l’essentiel sur des textes des Cahiers de prison, édités presque intégralement en français chez Gallimard (1978-1996, 5 vol.).

Bibliographie secondaire :

Enregistrement de la séance


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.